Culture: Décès de Monique Blin, légendaire cofondatrice des Francophonies à Limoges

17% de plus Les Russes sont morts en 2021 à 2020, en grande partie à cause de la surtension Covid

 17% de plus Les Russes sont morts en 2021 à 2020, en grande partie à cause de la surtension Covid Le vice-Premier ministre russe Tatyana Golikova a annoncé jeudi le taux de mortalité du pays a augmenté de 17% cette année, en attribuant la croissance à une augmentation de la mort de Covid-19 dans le pays. Les statistiques de l'État ont montré que plus de 87 500 russes sont morts du virus juste en novembre, rompant le bilan du pays de la plupart des décès rapportés dans un mois.

Monique Blin (3e à g.) en 2019 au Festival des Francophonies - de l'écriture à la scène, entouré de Marie-Agnès Sevestre, Souleymane Koly, Etienne Minoungou, Dieudonné Niangouna, Aristide Tarnagda, Pascal Paradou. © Christophe Péan Monique Blin (3e à g.) en 2019 au Festival des Francophonies - de l'écriture à la scène, entouré de Marie-Agnès Sevestre, Souleymane Koly, Etienne Minoungou, Dieudonné Niangouna, Aristide Tarnagda, Pascal Paradou.

Le théâtre francophone et notamment africain lui doit beaucoup. Pendant seize ans, Monique Blin a été directrice artistique du grand Festival des théâtres francophones à Limoges, en France. Beaucoup d’auteurs, metteurs en scène et troupes de théâtre aujourd’hui célèbres sont « nés » grâce à elle : du Congolais Sony Labou Tansi au Libanais Wajdi Mouawad en passant par le Canadien Robert Lepage. Elle est décédée lundi 24 janvier à Paris, à l'âge de 88 ans, à la suite d’une longue maladie.

600 acteurs de l'éducation, enseignants, professeurs et parents appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon

  600 acteurs de l'éducation, enseignants, professeurs et parents appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon TRIBUNE - "Nous ne nous résignons pas à la destruction du service public d'éducation opérée tout au long du quinquennat d'Emmanuel Macron", indiquent-ils dans leur texte, que le JDD publie. Dans une tribune que le JDD publie, 600 acteurs de l'éducation, enseignants, personnels éducatifs, parents d'élèves, étudiants et lycéens appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon . "Nous ne nous résignons pas à la destruction du service public d'éducation opérée tout au long du quinquennat d'Emmanuel Macron ", écrivent-ils.

Elle a porté très haut les couleurs de la francophonie. En 1984, Monique Blin avait décidé de transformer Limoges, cette ville provinciale enclavée dans le centre sud-ouest de la France, sans autoroute, ni TGV, en un carrefour international des nouvelles idées des arts de la scène, « que l’on soit de Montréal ou de Brazzaville, de Bruxelles ou de Tunis, de Beyrouth ou de Hanoï ». Cofondé par elle, et dirigé par elle, après le départ de Pierre Debauche en 1997, jusqu’à 2000, le Festival des Francophonies, à la fois intimiste et ouvert vers le monde, est devenu célèbre sur tous les continents.

Dans cette ville, connue dans les années 1980 surtout pour la crise profonde de ses manufactures de porcelaine, cette femme visionnaire a su créer un mélange unique d’artistes, d’auteurs et d’émotions viscéralement liés à ces rencontres loin de Paris et destinés à écrire l’histoire francophone de l’art dramatique avec un respect absolu envers toutes les francophonies. « Le rêve des fondateurs Jean-Marie Serreau et Pierre Debauche consistait à faire rencontrer les artistes de langue française, non à Paris, mais dans une région, le Limousin », m’avait-elle expliqué un jour la genèse de cette initiative unique au monde.

Covid-19: plus de 22 000 patients hospitalisés

  Covid-19: plus de 22 000 patients hospitalisés Cinquième vague, troisième dose, variant omicron, bilan épidémique, nouveaux traitements… Retrouvez les dernières informations sur la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.- Face aux «quasiment 10 millions de personnes» testées par semaine, le porte-parole de l’exécutif Gabriel Attal a annoncé un «plan de renforcement» des capacités de tests du pays. «Plusieurs centaines» de centre de dépistages devraient notamment ouvrir près des centres de vaccination ou des pharmacies.

Monique Blin et Sony Labou Tansi

Avant son aventure dans le Limousin, Monique Blin avait mis sa curiosité et son dévouement au service des arts vivants en tant que secrétaire générale de la compagnie du metteur en scène franco-belge Pierre Debauche. À la fin des années 1960, elle avait aussi participé avec lui à la création du Festival Nanterre-Amandiers. Mais, le projet de sa vie sera le Festival des Francophonies où elle a permis à de nombreux artistes à percer sur la scène internationale. L’exemple le plus mémorable reste certainement qu’elle a fait découvrir en France l’œuvre magistrale du Congolais Sony Labou Tansi. Et l’auteur devenu légendaire en était bien conscient donnant son titre de noblesse à ce rendez-vous de Limoges rebaptisé « Le Festival des fraternités nouvelles ». « Sony Labou Tansi a fait sa réputation comme homme de théâtre à travers Limoges. C’était un homme extraordinaire qui écrivait d’une façon prémonitoire sur tout », a-t-elle expliqué.

En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants

  En Algérie, le Covid gagne du terrain chez les soignants Au moment où l'Algérie enregistre une nouvelle flambée de contaminations due au variant Delta, de plus en plus de médecins et d'infirmiers en meurent. Si l'on ne connait pas encore le nombre exact de victimes, le décompte que se relaient quasi quotidiennement les diverses pages internet dédiées au monde de la santé, notamment sur les réseaux sociaux, montrent que les hôpitaux algériens sont dans une situation critique. Quand on sait que le nombre global de décès en Algérie dus au Covid-19 ne dépasse guère, selon les chiffres officiels, dix cas par jour depuis plus d'un an, on mesure l'ampleur du problème.

Un seul mot d’ordre : « Écris ! »

Le Canadien Robert Lepage a présenté son premier spectacle, Vinci, ici en 1986. Et le Congolais Dieudonné Niangouna, premier artiste associé africain du Festival d’Avignon, s’est également largement construit à Limoges. Sans oublier le Chinois Gao Xing Yiang, invité en résidence d'écriture à Limoges, bien avant de devenir prix Nobel, ou le Libanais Wajdi Mouawad, l’un des grands du théâtre mondial et actuel directeur du Théâtre de la Colline à Paris, qui a souvent déclaré être « » à Limoges. Elle l’avait rencontrée en 1991 au Québec. Il avait 23 ans. Son invitation de venir à Limoges a été accompagnée d’un seul mot d’ordre : « Écris ! »

L’héritage de la Maison des auteurs

Même après sa mort, l’héritage de cette éveilleuse de vocations continuera, comme la Maison des auteurs, créée par Monique Blin en 1988 pour soutenir les auteurs et les autrices, à une époque où « aucun autre lieu n’existait en France pour accueillir ces créateurs ». En 2019, Hassan Kouyaté, acteur et metteur en scène burkinabè, a repris le flambeau. Depuis, il dirige le Festival des Francophonies - de l’écriture à la scène, entretemps devenu pôle de référence nationale pour la francophonie. Il se souviendra toujours du « choc positif » lors de sa première venue au Festival, pour accompagner son célèbre père, l’acteur et metteur en scène Sotigui Kouyaté : « Je suis venu la première fois en 1986. En 1987, je suis revenu en tant que conteur avec mon propre spectacle. Après, je suis revenu à Limoges plus de vingt fois en tant qu’artiste. Le premier voyage ici était un choc pour moi, un choc positif. Un choc déterminant pour le reste de ma carrière. Moi, qui venais du Burkina Faso, c’est à Limoges que j’ai rencontré pour la première fois des Congolais, des Québécois, des Suisses-Romands, des Belges, des Camerounais… Cela a été déterminant pour continuer mon travail dans l’art et la culture. »

« Aujourd’hui ces "nous" se rejoignent pour te dire Merci ! »

Ce 26 janvier, le Festival des Francophonies - des écritures à la scène a publié une lettre admirative, amicale et chaleureuse pour dire « Merci ! » à Monique Blin au nom de « nous, femmes, hommes, enfants, adolescents, adultes, à qui tu as offert le monde sur un plateau de théâtre se déployant à l’infini ; nous, tous et toutes, pour qui ces leçons d’humanité ont changé profondément le cours de notre vie. »

Dans un post très émouvant, Véronique Saavedra, la fille de Monique Blin, lui a rendu un dernier hommage : « Ma mère, Monique Blin, s’en est allée cette nuit vers d’autres rivages, d’autres découvertes… Merci de vous souvenir d’elle, de penser à elle… »

Vaccin COVID: SUPPLÉMENT DU JAB LIQUÉ À un risque plus élevé de décès chez certains groupes ethniques .
Les taux de vaccination plus faibles Parmi certains groupes ethniques contribue à un risque accru de décès de Covid-19, en particulier pour les personnes originaires de noir africain et des caribédes , la nouvelle recherche suggère. La plupart des groupes de minorités ethniques ont continué à expérimenter des taux de décès plus importants impliquant la coronavirus lors de la troisième vague du virus par rapport aux personnes identifiant les Britanniques blancs.

Voir aussi