Culture: Gérald Darmanin “glacial” : cet humoriste qui garde un souvenir spécial du ministre

Policiers blessés à Lyon : ce qu’il faut savoir sur l'expulsion d'un étranger annoncée par Darmanin sur Twitter

  Policiers blessés à Lyon : ce qu’il faut savoir sur l'expulsion d'un étranger annoncée par Darmanin sur Twitter Un suspect étranger, qui avait été arrêté avant d’être mis « hors de cause » pour l’attaque de deux policiers mercredi soir à Lyon, devrait être finalement expulsé, d’après l’entourage de Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur avait annoncé son expulsion sur Twitter avant que le suspect ne soit mis hors de cause. Deux policiers ont été agressés par une cinquantaine d’individus, mercredi soir à Lyon. Ils ont été pris à partie et blessés en tentant d’interpeller une personne suspectée de vol. A la suite de ce débordement, un homme d’origine étrangère a été brièvement interpellé, avant d’être mis « hors de cause » par la justice.

Gérald Darmanin “glacial” : cet humoriste qui garde un souvenir spécial du ministre © Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage Gérald Darmanin “glacial” : cet humoriste qui garde un souvenir spécial du ministre

Dans un article paru ce lundi 1er août dans L'Opinion, un humoriste bien connu des antennes de France Inter est revenu sur son expérience particulière en compagnie de Gérald Darmanin. L'ex-ministre des Comptes publics avait réservé un accueil glacial au comique.

Être confronté à un public difficile, c'est le lot de nombreux humoristes. Et c'est encore plus récurrent pour ceux qui ont choisi de réaliser cet exercice périlleux sur les ondes, comme Charline Vanhoenacker et sa bande sur France Inter. Dans leur série d'été dédiée au "pouvoir du rire", L'Opinion s'est intéressé à ces chroniqueurs, qui n'hésitent pas à titiller leurs invités en direct à la radio. Guillaume Meurice, réputé pour son ton acerbe, est notamment revenu sur son expérience particulièrement déplaisante face à Gérald Darmanin, en décembre 2018.

Policiers agressés à Lyon : la nouvelle polémique autour de Gérald Darmanin en quatre actes

  Policiers agressés à Lyon : la nouvelle polémique autour de Gérald Darmanin en quatre actes Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo de l’agression de trois policiers à Lyon mercredi 20 juillet 2022 a suscité de nombreuses réactions, dont celle du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. À l’annonce de l’arrestation d’un suspect, le ministre a immédiatement affirmé qu’il serait expulsé. Une position qu’il a maintenue, malgré le fait que l’homme ait été mis hors de cause depuis. Sa position a été vivement critiquée dans l’opposition. Gérald Darmanin de nouveau pointé du doigt. Dimanche 24 juillet 2022, le ministre de l’Intérieur a affirmé sur Twitter qu’un suspect arrêté pour des violences commises sur des policiers à Lyon, serait expulsé.

"Le ministre des Comptes publics les toise, glacial", a rapporté le quotidien, décrivant l'attitude stoïque de l'homme politique pendant toute la durée de la chronique sur France Inter. "Plus l’invité est institutionnellement puissant, plus c’est drôle de le brocarder. Cela permet de le faire descendre de son piédestal", a confié Guillaume Meurice à notre consœur de L'Opinion. Dans une incarnation de son duo de communicants sans filtre, aux côtés de Charline Vanhoenacker, le comédien s'était amusé à briefer l'actuel locataire de la place Beauvau. "Bon Gérald, vous passez pour des glands, on dirait tes mocassins quand tu traînais dans les meetings de Fillon", "Même jeune, t'étais déjà vieux" ou encore "Qu'est-ce qui te tracasse Gégé ? T'as des casseroles à nous avouer ?", avait alors lancé le Côte-d'Oriens, faisant référence aux plaintes pour viol et pour abus de faiblesse, qui se sont depuis soldées par un non-lieu et un classement sans suite.

Agression des policiers à Lyon : Gérald Darmanin a-t-il le droit d'expulser le suspect mis hors de cause ?

  Agression des policiers à Lyon : Gérald Darmanin a-t-il le droit d'expulser le suspect mis hors de cause ? Après l'agression de policiers à Lyon, un suspect étranger a été brièvement arrêté. S'il a finalement été mis "hors de cause", Gérald Darmanin maintient sa décision de l'expulser, pour des faits de délinquance. © Fournis par franceinfo Gérald Darmanin a indiqué dimanche 24 juillet vouloir expulser un individu d'origine étrangère, suspecté d'être impliqué dans l'agression de policiers à Lyon, dans le quartier de la Guillotière. S'il a été mis "hors de cause", le ministre de l'Intérieur a maintenu sa décision car cet homme est connu, selon lui, pour plusieurs faits de délinquance.

>> PHOTOS - Remaniement d’Emmanuel Macron : découvrez les ministres du gouvernement Borne II

Un succès d'audience

Piqué au vif, le ministre de l'Intérieur n'avait alors pu s'empêcher de contre-attaquer à l'issue de la chronique : "Tout est possible, puisque vous pouvez être comique manifestement." Dès la diffusion de la séquence, le succès est au rendez-vous. Les auditeurs de la matinale de France Inter se sont en effet délectés de la réaction du ministre. "C'est la chronique dont on nous a longtemps le plus parlé", a reconnu Guillaume Meurice. Si l'auteur ne se refuse pas grand-chose à l'antenne, il s'est tout de même fixé quelques lignes à ne pas franchir : la diffamation, l'insulte et la vie privée. Mais pour le comédien de 41 ans, "la vraie transgression, ce serait de ne plus être drôle".

Article écrit en collaboration avec 6Médias.

À lire aussi
Gérald Darmanin snobé, il s’agace : “les absents ont toujours tort” - Gala

Repoussé, le projet de loi immigration de Gérald Darmanin se précise .
Depuis un mois, le ministre de l’Intérieur avance ses pistes repressives visant les immigrés. Nombre d’associations y voient des obstacles sur la voie de leur intégration.«Aujourd’hui, un étranger qui a commis des actes graves n’est pas expulsable dès lors qu’il remplit certaines conditions, comme une arrivée sur le territoire national avant l’âge de 13 ans. Je vais être explicite : nous voulons permettre l’expulsion de tout étranger reconnu coupable d’un acte grave par la justice, quelle que soit sa condition de présence sur le territoire national», a d’abord déclaré Gérald Darmanin dans une interview au Monde, le 9 juillet.

Voir aussi