Actualités à la une

Culture: Cyberattaque au centre hospitalier de Versailles : "On fait face à des terroristes qui mettent en danger la vie de patients", assure le président de la FHF

Cyberattaque : des pirates réclament 10 millions de dollars au département de la Seine-et-Marne

  Cyberattaque : des pirates réclament 10 millions de dollars au département de la Seine-et-Marne Les services informatiques du conseil départemental de la Seine-et-Marne sont paralysés par une cyberattaque depuis le 6 novembre. Les pirates exigent une rançon de près de dix millions de dollars. Une somme importante, que le président du conseil départemental ne souhaite pas débourser, expliquant n'avoir "aucune raison de (la) payer".La demande de rançon a été découverte il y a quelques jours seulement, car la priorité avait d'abord été donnée "à la sécurisation" des systèmes, a retracé le conseil départemental, sans avoir plus de détails sur les auteurs. Victime d'une cyberattaque "d'envergure", les services numériques du département ne sont plus opérationnels depuis le dimanche 6 novembre.

Selon les informations de franceinfo, la cyberattaque sur le centre hospitalier de Versailles a été revendiquée par un groupe de pirates informatiques. Il faut "doter les établissements d'équipes spécialisées", enjoint Arnaud Robinet, président de la Fédération hospitalière de France.

  Cyberattaque au centre hospitalier de Versailles : © Fournis par franceinfo

"On fait face à des terroristes qui mettent en danger la vie de patients", a estimé lundi 5 décembre sur franceinfo Arnaud Robinet, maire Horizons de la ville de Reims et président de la Fédération Hospitalière de France alors que l'hôpital André-Mignot du centre hospitalier de Versailles, situé au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), a été victime d'une cyberattaque samedi soir. Un groupe de pirates informatiques a revendiqué cette attaque, selon les informations de franceinfo. L'hôpital a déclenché son plan blanc et partiellement déprogrammé les opérations, d'avoir des personnes de haut niveau qui sont dédiées à cette cybersécurité", a-t-il expliqué. Lors du Ségur de la santé, 350 millions d'euros ont été dédiés à la cybersécurité, selon lui. "Il faut aller plus loin", assure-t-il. En août dernier, l'hôpital de Corbeil-Essonnes avait été la cible d'une cyberattaque.

Parlement européen visé par une cyberattaque : le régime russe "a décidé de déstabiliser nos démocraties", dénonce Raphaël Glucksmann

  Parlement européen visé par une cyberattaque : le régime russe Le Parlement européen a annoncé que son site internet avait été la cible d'une cyberattaque revendiquée par un "groupe pro-Kremlin", quelques heures après le vote des eurodéputés de cette résolution. © Fournis par franceinfo Le député européen Place publique Raphaël Glucksmann, invité mercredi 23 novembre sur franceinfo, a fait un lien entre le vote d'une résolution qualifiant la Russie d'"Etat promoteur du terrorisme" et une cyberattaque visant le site du Parlement européen le même jour.

>> Yvelines : ce que l'on sait de la cyberattaque qui a visé l'hôpital André-Mignot de Versailles

franceinfo : Cette attaque fait penser à ce qu'à vécu l'hôpital de Corbeil-Essonnes en août dernier. C'est une véritable épidémie ?

Arnaud Robinet : D'autres établissements de santé ont fait l'objet de cyberattaques. On voit bien qu'aujourd'hui, à l'instar d'entreprises, à l'instar du milieu économique, le monde de la santé est une cible, ce qui est indigne envers les patients et bien évidemment envers les soignants, qui plus est, à une période où l'hôpital fait face à une triple épidémie.

"On peut parler d'une quadruple épidémie aujourd'hui."

Arnaud Robinet, président de la Fédération Hospitalière de France

à fanceinfo

On n'a pas le nombre exact d'attaques qui ont été déjouées en France ces derniers mois. Mais les remontées qui sont les nôtres laissent à penser que de plus en plus les hôpitaux sont la cible.

L’hôpital de Versailles visé par une cyberattaque

  L’hôpital de Versailles visé par une cyberattaque L’accueil des patients est par conséquent « limité », a expliqué l’hôpital, précisant que le système informatique avait été coupé et une cellule de crise ouverte. Interrogé sur BFMTV, le ministre de la santé François Braun a expliqué que la cyberattaque n’avait « pas d’impact immédiat » sur l’activité de l’établissement et que ses transferts de patients n’étaient « pas envisagés pour l’instant ».L’hôpital s’est « mis en mode protection des données », a poursuivi François Braun, précisant que l’attaque « a été détectée tôt », ce qui a permis de « mettre en marche l’ensemble des mesures de protection ».

Que faut-il faire ?

Il faut un véritable plan de défense. La cybersécurité est un sujet politique et pas seulement technique. C'est un enjeu majeur de la souveraineté nationale et même européenne. Ce que la FHF demande, c'est bien sûr de doter les établissements d'équipes spécialisées, d'avoir des personnes de haut niveau qui sont dédiées à cette cybersécurité, et puis derrière, aussi des plans d'investissement. Lors du Ségur, à peine 350 millions d'euros ont été dédiés à la cybersécurité. Je crois qu'il faut aller plus loin. Le niveau actuel des dépenses liées aux systèmes d'information représente 1,5% des dépenses totales. Il faut aller beaucoup plus loin. Il faut renforcer l'interministériel et mettre la santé au même niveau que l'économie, la défense et la diplomatie. On fait face à des terroristes qui mettent en danger la vie de patients, donc la vie de nos concitoyens, et qui réclament des rançons assez exorbitantes.

France: l’hôpital de Versailles, victime d’une cyberattaque, limite l’accueil des patients

  France: l’hôpital de Versailles, victime d’une cyberattaque, limite l’accueil des patients L'hôpital de Versailles, en région parisienne, est victime d'une cyberattaque depuis samedi soir. Ses activités et l'accueil des patients sont perturbés. La direction recommande de ne pas s'y rendre et a déjà entamé le transfert de certains malades. Un système informatique bloqué, des prescriptions écrites à la main, cette cyberattaque a paralysé l'ensemble des réseaux du centre hospitalier de Versailles. L'établissement fonctionne désormais en mode dégradé, ses urgences sont fermées sauf pour ceux qui s'y présentent spontanément et plusieurs patients ont déjà été transférés vers d'autres hôpitaux, « les plus lourds » (trois du service réanimati

La solution est-elle de couper le système informatique ?

Je tiens au nom de la FHF à saluer les équipes de Versailles. D'emblée, ils ont coupé le système informatique pour éviter toute fuite de données des patients. Ils ont repris ce qu'on appelle la méthode archaïque, c'est-à-dire le papier et le crayon. Mais imaginez derrière les conséquences pour la prise en charge des patients, des déprogrammations, des transferts de patients.

"Je lance un appel solennel aux habitants du secteur de faire le 15 avant de se rendre aux urgences de Versailles pour voir où ils peuvent être pris en charge."

Arnaud Robinet

à franceinfo

Il faut alléger l'activité aujourd'hui du siège du Centre hospitalier de Versailles. Ça peut prendre plusieurs jours, plusieurs semaines, parfois des mois. En tout cas, le plan blanc qui a été activé va permettre, je l'espère, de résoudre ces difficultés le plus rapidement possible.

Deux semaines après la cyberattaque, "on est toujours au papier et aux crayons", décrit le directeur général du centre hospitalier de Versailles .
L'hôpital André Mignot, situé dans les Yvelines au Chesnay-Rocquencourt, a été victime d'une cyberattaque il y a 15 jours. Deux semaines plus tard, l'établissement n'a toujours pas retrouvé un fonctionnement normal. © Fournis par franceinfo Deux semaines après la cyberattaque qui a visé le centre hospitalier de Versailles, les équipes travaillent "toujours avec du papier et des crayons", décrit ce mercredi 21 décembre sur franceinfo Pascal Bellon, directeur général du groupe hospitalier Yvelines-Sud et du centre hospitalier de Versailles, situé au Chesnay-Rocquencourt.

Voir aussi