Culture: À Paris, la pollution sonore en chute libre grâce au confinement

Les verrouillages de coronavirus entraînent une baisse de la pollution atmosphérique à travers l'Europe

 Les verrouillages de coronavirus entraînent une baisse de la pollution atmosphérique à travers l'Europe Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo (Vidéo par CNBC) La pollution de l'air a diminué dans les zones urbaines à travers l'Europe, car les villes continuent d'être verrouillées pour empêcher des épidémies généralisées de coronavirus .

  À Paris, la pollution sonore en chute libre grâce au confinement © Fournis par Vanity Fair

Il aura fallu un confinement total du pays afin de faire face à une crise sans précédent pour voir des améliorations nettes de la qualité de vie des Français. Mercredi 25 mars déjà, une étude menée et publiée par Airparif soulignait la chute drastique de la pollution de l'air : du jamais vu depuis 40 ans en Île-de-France. Mais le confinement n'est pas seulement positif pour la qualité de l'air. En effet, la réduction du brouhaha atteint les 90% à Paris, modifiant radicalement le paysage sonore de la ville.

C'est une étude réalisée par Bruitparif et publiée le 1er avril, grâce à son réseau de 150 stations de mesures déployées en Île-de-France, qui explique la diminution du bruit. « La diminution drastique des trafics routier, aérien et même ferroviaire, l’arrêt des chantiers et la fermeture de nombreuses activités et lieux festifs (bars, restaurants et établissements diffusant des sons amplifiés) » est à l'origine du changement de la vie sonore dans la capitale. L'étude rajoute que le son dû à la circulation routière a baissé de 6 à 9 décibels, ce qui équivaut à près de 85% des émissions sonores autour des axes routiers.

Pourquoi il faut continuer à se démaquiller en confinement (même si on ne se maquille plus !)

  Pourquoi il faut continuer à se démaquiller en confinement (même si on ne se maquille plus !) Nous sommes nombreuses à avoir laissé tomber notre routine make-up quotidienne. Sous prétexte de laisser la peau respirer… Mais ce n’est pas pour autant que l’on doit abandonner les gestes élémentaires de toute beautista qui se respecte, notamment le démaquillage. Alors on fait quoi ? Les réponses de Sue Nabi, fondatrice de la marque de skincare Orveda. A moins de vouloir être impeccable pour les visio-conférences avec le bureau (on vous concocte d’ailleurs une petite vidéo à ce sujet), à quoi bon mettre tous les matins un primer, du fond de teint, du mascara ou encore du rouge à lèvres ? Pas faux… mais attention au risque numéro 1 : celui de faire l'imp

De quoi soulager les oreilles des riverains pour un temps, avec la possibilité en prime d'enfin écouter le chant des oiseaux !

Pollution de l'air liée aux décès dus au COVID-19 en Europe .
© Fournie par Motoring Research Pollution de l'air à Turin L'exposition à des niveaux élevés de pollution de l'air pourrait augmenter les chances de mourir du COVID-19. C'est selon les résultats d'une nouvelle étude . En analysant les décès de coronavirus dans 66 régions administratives d'Italie, d'Espagne, de France et d'Allemagne, les scientifiques ont constaté que sur les 4443 décès, 3487 se trouvaient dans cinq régions du nord de l'Italie et du centre de l'Espagne.

Voir aussi