Actualités à la une

Culture: Les sénateurs approuvent l'amendement autorisant les demandes anticipées d'aide médicale à mourir

House GOP signale aucun financement sans clause d'avortement

 House GOP signale aucun financement sans clause d'avortement T cent républicains de la Chambre, représentant presque tout le caucus, ont signé un engagement à s'opposer à un projet de loi budgétaire qui élimine l'Amendement Hyde, la mesure qui empêche l'utilisation du financement fédéral sur les services d’avortement. © Fourni par Washington Examiner "Nous ne pouvons pas permettre que l'amendement Hyde et d'autres garanties pro-vie importantes soient décimés par les démocrates du Congrès.

OTTAWA - Les sénateurs ont voté mercredi pour élargir le régime d'aide à la mort du Canada afin de permettre aux personnes qui craignent de perdre leur capacité mentale de faire des demandes à l'avance d'aide médicale pour mettre fin à leurs jours.

a woman wearing glasses talking on a cell phone © Fourni par La Presse canadienne

L'amendement au projet de loi C-7 est approuvé par 47 voix contre 28, avec huit abstentions.

La sénatrice Pamela Wallin, membre du Groupe des sénateurs canadiens qui a proposé l'amendement, a soutenu que la loi piège actuellement les Canadiens dans «une loterie de diagnostic pervers». Une personne diagnostiquée avec un cancer incurable peut recevoir une aide à mourir, a-t-elle noté, mais une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer ou d'autres troubles cognitifs peut avoir déjà perdu la capacité mentale de consentir au moment du diagnostic.

Idaho avance l'interdiction constitutionnelle de légaliser la marijuana dans l'État

 Idaho avance l'interdiction constitutionnelle de légaliser la marijuana dans l'État Les législateurs de l'État de l'Idaho ont avancé vendredi un amendement constitutionnel visant à empêcher la légalisation de la marijuana et d'autres drogues psychoactives qui ne sont pas déjà légales dans l'État.

"En tant que personne ayant des antécédents de démence dans ma famille, je recherche la tranquillité d'esprit qu'une demande préalable et un consentement à celle-ci apporteront", a déclaré Wallin au Sénat.

"Je ne suis certainement pas le seul à croire. La majorité des Canadiens sont parvenus à la même conclusion."

Donner aux gens la possibilité de faire des demandes écrites à l'avance, en précisant quand ils voudraient recevoir une aide à mourir, "donnerait à ceux qui craignent de perdre leur capacité consciente la certitude qu'ils peuvent accéder à l'AMM (aide médicale à mourir) avant de atteindre un endroit où le consentement n'est peut-être pas possible », a déclaré Wallin.

Le projet de loi C-7 élargirait l'aide à mourir aux personnes dont la mort naturelle n'est pas raisonnablement prévisible. Il établirait des règles d'éligibilité plus souples pour ceux qui sont proches de la mort, y compris une forme limitée de demande préalable et des règles plus strictes pour ceux qui ne le sont pas.

Un groupe bipartisan de sénateurs appelle à des contrôles de secours plus ciblés

 Un groupe bipartisan de sénateurs appelle à des contrôles de secours plus ciblés Un groupe bipartisan de sénateurs signale qu'il souhaite que la prochaine série de contrôles de secours contre les coronavirus destinés aux Américains soit plus ciblée. © Greg Nash Un groupe bipartisan de sénateurs appelle à des chèques de secours plus ciblés Le groupe propose un amendement à la résolution du budget qui fait partie des heures de vote du Sénat jeudi.

Pour les personnes proches de la mort qui ont consenti et ont été approuvées pour une mort assistée, il renoncerait à l'exigence de pouvoir donner leur consentement final immédiatement avant que la procédure ne soit effectuée. Cette mesure vise à faire face aux situations dans lesquelles une personne perd sa capacité mentale après avoir été approuvée pour l'aide à mourir. L'amendement de

Wallin étendrait cette renonciation au consentement final aux personnes qui ne sont pas proches de la mort.

Même de nombreux sénateurs qui se sont opposés à l'amendement de Wallin étaient favorables à son objectif.

Le sénateur Marc Gold, le représentant du gouvernement au Sénat, s'étrangla en exprimant son admiration pour le plaidoyer «passionné, raisonné et raisonnable» de Wallin pour les demandes avancées.

Mais il a soutenu que le Sénat n'a pas étudié la question parce qu'elle n'était pas incluse dans le projet de loi. Au cours des audiences du comité, il a déclaré que les sénateurs avaient entendu à maintes reprises que même des changements mineurs au régime d'aide à la mort ne devraient pas être précipités et doivent être examinés à fond.

Présidentielle 2022 : le gouvernement veut instaurer le vote par anticipation

  Présidentielle 2022 : le gouvernement veut instaurer le vote par anticipation Un amendement destiné à permettre le vote par anticipation pour l'élection présidentielle de 2022 a été déposé mardi par l'exécutif. S'il est adopté, les électeurs pourront demander à voter dans une autre commune de leur choix, parmi une liste de communes arrêtées par le ministre de l'Intérieur.Les électeurs pourront, selon l'exposé du texte, "demander à voter dans une autre commune de leur choix parmi une liste de communes arrêtées par le ministre de l'Intérieur". Le texte technique sur l'élection présidentielle, déjà adopté par l'Assemblée nationale en janvier, doit être soumis jeudi en séance publique au Sénat, à majorité de droite.

"Nous n'avons tout simplement pas correctement examiné les ramifications et les effets de cette proposition et il serait - et je le dis respectueusement parce que je suis touché et ému par elle - qu'il serait irresponsable de présenter cela comme un amendement au C-7," Dit Gold.

Cependant, la sénatrice Frances Lankin, membre du Groupe des sénateurs indépendants, a rétorqué que chaque province et territoire avait déjà des règlements en place pour permettre aux gens de donner des directives préalables sur les traitements de fin de vie, notamment en refusant des efforts héroïques pour les maintenir en vie sur les tubes d'alimentation, par exemple.

"Cet amendement ... s'appuie sur tout cela", a soutenu Lankin.

La loi actuelle, dit Lankin, lui permet de dire à l'avance: "Je ne veux aucune intervention dans ces conditions, je veux mourir." Mais cela ne lui permet pas de dire à l'avance qu'elle préférerait une mort assistée dans ces mêmes conditions, plutôt que de mourir de faim et de soif.

"Cela n'a aucun sens pour moi." Le sénateur

Jim Munson, membre du groupe progressiste du Sénat, a déclaré qu'il avait l'intention de s'abstenir sur l'amendement de Wallin. Mais après avoir écouté le débat, qui comprenait des sénateurs racontant leurs expériences déchirantes avec des membres de leur famille atteints de démence qui sont morts à l'agonie, il a conclu: "Je pense que parfois le Sénat doit prendre l'initiative et forcer le débat." Les sénateurs

ont rejeté un autre amendement, proposé mercredi par le chef du Sénat conservateur Don Plett, qui aurait fait un crime pour les médecins de discuter de l'aide à mourir avec un patient à moins que le patient n'ait d'abord soulevé le sujet.

Plett a fait valoir que son amendement aiderait à atténuer l'inquiétude des personnes handicapées qui se sont plaintes de se sentir obligées de recevoir une aide à mourir.

Mais d'autres sénateurs ont soutenu que les médecins et les infirmières ont l'obligation professionnelle de discuter de toutes les options disponibles avec leurs patients. L'amendement de

Plett a été rejeté par 66 voix contre 18, avec une abstention.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 10 février 2021.

Joan Bryden, La Presse canadienne

Emploi, transport, repas… étudiants, ces aides que vous pouvez solliciter auprès de votre région .
Afin d’accompagner les étudiants sur le plan matériel et moral, les régions de France se mobilisent durant la crise sanitaire. De l’aide alimentaire à l’accompagnement psychologique, chacune propose des aides spécifiques aux étudiants en difficulté. Décrochage, isolement, fins de mois difficiles… Les étudiants ne sont pas épargnés par la crise sanitaire, qui a plongé un grand nombre de jeunes dans la précarité et fragilisé la santé mentale de certains. Face au mal-être étudiant grandissant, les régions de France ont mis en place diverses aides dont peuvent bénéficier immédiatement les étudiants.

Voir aussi