Actualités à la une

Culture: Le Sénat adopte une version modifiée du projet de loi sur l'aide à mourir après des jours de débat

Feds demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide à mourir

 Feds demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide à mourir OTTAWA - Le gouvernement Trudeau demande une quatrième prolongation de la date limite imposée par le tribunal pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. © Fourni par La Presse canadienne Le ministre de la Justice, David Lametti, demande à la cour de donner au gouvernement un mois de plus - jusqu'au 26 mars - pour adopter le projet de loi C-7.

OTTAWA - Les sénateurs ont approuvé à une écrasante majorité mercredi un projet de loi visant à élargir l'accès à l'aide médicale à mourir avec des amendements qui en assoupliraient encore plus l'accès que celui proposé par le gouvernement.

a large room © Fourni par La Presse canadienne

Une version révisée du projet de loi C-7 a été adoptée au Sénat par 66 voix contre 19, avec trois abstentions.

Le projet de loi vise à étendre l'admissibilité à l'aide à mourir aux personnes dont le décès naturel n'est pas raisonnablement prévisible, conformément à une décision de la Cour supérieure du Québec de 2019.

Mais les sénateurs ont approuvé cinq amendements, dont deux élargiraient encore plus l'accès.

Le gouvernement fédéral demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide médicale à mourir

 Le gouvernement fédéral demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide médicale à mourir OTTAWA - Le gouvernement Trudeau demande une quatrième prolongation du délai imposé par le tribunal pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. © Fourni par La Presse canadienne Le ministre de la Justice, David Lametti, demande à la cour de donner au gouvernement un mois de plus - jusqu'au 26 mars - pour adopter le projet de loi C-7.

Un amendement permettrait aux personnes qui craignent de perdre leur capacité mentale de faire une demande préalable d'aide à la mort.

Another imposerait un délai de 18 mois à la proposition d'interdiction générale de l'aide à mourir pour les personnes souffrant uniquement de maladies mentales.

Jusqu'à ce que l'exclusion sur la maladie mentale soit levée, les sénateurs ont également approuvé un autre amendement pour préciser qu'il ne s'appliquerait pas aux personnes souffrant de troubles neurocognitifs comme la maladie d'Alzheimer.

Ils ont en outre amendé le projet de loi pour obliger le gouvernement à recueillir des données fondées sur la race sur les personnes qui demandent et reçoivent l'aide à mourir et à créer un comité parlementaire mixte dans les 30 jours suivant la sanction royale du projet de loi pour revoir le régime d'aide à mourir au Canada.

Le gouvernement de retour devant le tribunal demande une prolongation de la réforme de l'AMM alors que le projet de loi est bloqué dans les Communes

 Le gouvernement de retour devant le tribunal demande une prolongation de la réforme de l'AMM alors que le projet de loi est bloqué dans les Communes OTTAWA - Le gouvernement fédéral sera de retour au tribunal ce matin pour demander une quatrième prolongation du délai imposé par le tribunal pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. © Fourni par La Presse canadienne Le gouvernement demande un mois de plus, jusqu'au 26 mars, pour adopter le projet de loi C-7, qui est actuellement bloqué à la Chambre des communes sans perspective d'être adopté d'ici vendredi - la date limite actuelle.

Le projet de loi révisé sera maintenant renvoyé à la Chambre des communes pour que les députés puissent décider d'accepter ou de rejeter certains ou tous les amendements. Le bureau du ministre de la Justice de

, David Lametti, n'a fait aucun commentaire immédiat sur la version modifiée du projet de loi.

Comme les libéraux ne détiennent qu'une minorité de sièges à la Chambre des communes, au moins un des principaux partis d'opposition devra appuyer tout ce que le gouvernement décidera de faire avec les amendements.

Les conservateurs et les néo-démocrates ont déjà signalé qu'il est peu probable qu'ils appuieront les amendements du Sénat. Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré qu'ils «méritent d'être examinés», mais a exprimé sa réticence à accepter les changements proposés par une chambre non élue qu'il considère comme illégitime.

Si certains ou tous les amendements sont rejetés, les sénateurs devront décider d'acquiescer à la volonté de la chambre élue ou de se faufiler dans leurs talons.

Parce qu'ils sont nommés, les sénateurs s'en remettent généralement à la volonté de la chambre élue. Cependant, certains estiment qu'ils ont le devoir de rester fermes lorsque des droits constitutionnels fondamentaux sont en jeu.

Théoriquement, le projet de loi pourrait faire des ping-pong à plusieurs reprises entre les deux chambres jusqu'à ce que la question soit résolue.

Le gouvernement veut que le projet de loi soit adopté avant le 26 février, le délai imposé par le tribunal trois fois plus long.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 17 février 2021.

Joan Bryden, La Presse canadienne

House adopte un projet de loi élargissant la vérification des antécédents des ventes d'armes à feu .
WASHINGTON - La Chambre des représentants a adopté la loi H.R.8 sur le contrôle des armes à feu qui étend la vérification des antécédents des personnes cherchant à acheter ou à transférer des armes à feu. Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo "Ce projet de loi est une étape cruciale pour prévenir la violence armée et sauver des vies", a déclaré le représentant Mike Thompson, D-Californie, qui a parrainé le projet de loi, avant son adoption par . Le sénateur Chris Murphy, D-Conn.,

Voir aussi