Actualités à la une

Entreprise: Société Générale et Crédit du Nord: une fusion et 3.700 suppressions de postes

Crédits immobiliers : les taux baissent encore en octobre, du jamais vu

  Crédits immobiliers : les taux baissent encore en octobre, du jamais vu Selon les courtiers, la tendance observée ces derniers mois se poursuit : les taux moyens des crédits immobiliers accordés par les banques sont en baisse sur le mois d’octobre. “Des planchers pulvérisés” : Maël Bernier, directrice de la communication du courtier Meilleurtaux, ne mâche pas ses mots. Et pour cause : les taux d'intérêts immobiliers moyens sont de nouveau en baisse en octobre. Ils atteignent désormais 0,78% sur 15 ans, 0,96% sur 20 ans et 1,16% sur 25 ans descendent même à seulement 0,52, 0,63% et 0,89% sur ces mêmes durées pour les meilleurs dossiers.

société générale © AFP/Archives - Pascal GUYOT, Etienne LAURENT société générale

La banque de la Défense a présenté sa stratégie de fusion avec le réseau Crédit du Nord, dont elle est propriétaire depuis 1997. Près de 3.700 emplois seront supprimés dans les trois prochaines années.

"Il y aura des suppressions de postes, mais aucun départ contraint. Zéro." Sébastien Proto, directeur général adjoint de Société Générale, insistait sur ce point lors de la présentation de la stratégie de fusion des banques Société Générale et Crédit du Nord, le 12 octobre. Le groupe envisage 3.700 suppressions nettes de postes étalés sur trois ans - "1.500 par an d’ici 2025, estime son directeur général adjoint. Cela nous permet de débuter tous nos parcours de formation, d'accompagnement individuel, très en avance par rapport à la mise en œuvre effective de la transformation" de 2023 à 2025."

Rachat de crédits: comment respecter les 35% d'endettement

  Rachat de crédits: comment respecter les 35% d'endettement Le rachat de crédits permet de réduire ses mensualités et de dégager une capacité d'emprunt. Une opportunité alors que le HCSF a réaffirmé ses règles prudentielles. Mais attention aux frais qui pèsent sur l'opération.Mais ceux qui ont besoin d'emprunter plus, pour effectuer des travaux d'aménagement ou se lancer dans un investissement locatif, ont une parade: le rachat de crédits. Auparavant, il permettait surtout d'alléger ses mensualités, généralement en lissant l'ensemble des crédits souscrits sur une durée plus longue. A présent, il va permettre aux emprunteurs de s'endetter plus.

Lire aussi"Quoi qu'il en coûte": Pourquoi les banques sont gagnantes à tous les coups?

Des promesses peu convaincantes

A la direction, le chiffre de 5.000 a été évoqué, et l’on doute sur les capacités de la banque à tenir sa promesse sur le caractère non contraint des départs.

Près de 100 millions d’euros seront tout de même consacrés à la formation et l’accompagnement des agents. Ces assurances n’ont pas convaincu la CGT, le deuxième syndicat du groupe dénonçant dans un communiqué un "projet stratégique risqué et socialement coûteux". "Il faut dès à présent (...) apporter des garanties sociales", martèle le syndicat. "Le niveau de démissions actuel est déjà tellement important que certaines équipes sont déjà en difficulté. Il faut donc combler les effectifs sortants." Laetitia Vidoni, déléguée syndicale CFTC Crédit du Nord et négociatrice de fusion, déplore pour sa part un "flou total alors que c'est un projet de très grande envergure".

Entreprendre : ces anciens salariés qui se sont lancés dans un projet passion

  Entreprendre : ces anciens salariés qui se sont lancés dans un projet passion Ils ont choisi de lâcher le monde rassurant du salariat pour se lancer dans l'aventure entrepreneuriale. Chacun à leur façon, mais avec un objectif commun : retrouver du plaisir. Témoignages. Hélène et Benoît Chatillon : Ils ont repris une entreprise de plateformes arrière pour bateaux Depuis janvier dernier, Hélène et Benoît Chatillon dirigent Tenderlift, une entreprise de 20 salariés qui fabrique des plateformes arrière pour bateaux, à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales).

Rendez-vous en vidéo élargis

Le projet, annoncé en décembre 2020, se précise. La Société Générale veut "être plus offensive commercialement", et espère que ce nouveau chantier soit "une opportunité d’offrir un modèle plus impactant et efficace" selon les mots de son directeur général adjoint.

Elle prévoit d’ouvrir plus d’agences sur des horaires étendus et continus, de passer de 24 back offices différents à 13, et veut renforcer la réactivité des interactions entre conseillers et clients: les rendez-vous en vidéo seront élargis. En outre, le conseiller pour clients professionnels pourra proposer des services pour les besoins de la vie privée; une nouvelle banque patrimoniale, inspirée de la banque privée, sera lancée pour capter une frange de clients "mass afluent", dotés d'un patrimoine financier entre 100.000 et 500.000 euros, qui lui échappe.

Elle vise en outre 30% de ventes totalement digitales en 2025. Un objectif qui s'explique en partie par le fait que la Société Générale est propriétaire de Boursorama, première banque en ligne française avec 3 millions de clients.

Financer sa retraite: jouer la sécurité avec l'immobilier

  Financer sa retraite: jouer la sécurité avec l'immobilier En direct ou via des SCPI, la pierre reste une valeur très intéressante, à la fois sur le plan patrimonial et financier. Nos pistes pour réaliser tout son potentiel. Acheter un bien immobilier, le mettre en location pour compléter sa pension de retraite grâce aux loyers et en même temps valoriser son patrimoine en profitant de la hausse des prix de la pierre sur le long terme : la recette classique fonctionne encore. Mais la route est semée d'embûches, car devenir bailleur ne s'improvise pas.

Lire aussiBlackRock met 100 millions de dollars au service de la transition énergétique

L’objectif final est de construire "une seule banque, avec un seul réseau, un seul siège et un seul système informatique, au service de près de 10 millions de clients et forte de plus 25.000 collaborateurs", selon le communiqué de presse de la banque.

La tentation de la centralisation

En rachetant Crédit du Nord et ses filiales (Banques Courtois, Kolb, Laydernier, Nuger, Rhône Alpes, Société Marseillaise de Crédit, Tarneaud), la Société Générale entend enrayer un déclin amorcé depuis 2008, et que ses derniers bons résultats trimestriels ne cachent pas.

Surtout, elle fait l’acquisition d’un réseau d’agences avec une forte présence en région avec des marques identifiées, surtout en banque privée. Or, la culture de la banque rouge et noire, forgée par une verticalité et une centralisation de son modèle opérationnel, risque d’affaiblir ce qu’elle vient justement chercher.

Ainsi, seuls les six marques les plus fortes de Crédit du Nord (Crédit du Nord, Courtois, Tarneaud, Laydernier, SMC), continueront d’exister. Les autres seront absorbées derrière la bannière "Société Générale". Des mentions géographiques seront ajoutées aux agences en fonction des 11 régions où le groupe est implanté - Savoie Occitanie, Est, Centre, etc.

Quand le Nord sera devenu le cœur de l'industrie automobile européenne

  Quand le Nord sera devenu le cœur de l'industrie automobile européenne Ce territoire, où l’activité automobile est ancienne, aborde la transition électrique avec plusieurs mégaprojets qui vont lui donner une longueur d’avance. La voiture qui obéit au doigt et à l’œil, ce n’est pas de la science-fiction. Dourdin, une entreprise familiale de Saint André-lez-Lille dans les Hauts-de-France, la promet pour 2024 ou 2025.

Fermeture de 650 agences

Elle prévoit également de donner plus d’autonomie aux agences locales dans les prises de décision, et notamment l’attribution de crédits. "Chaque responsable aura des marges d’adaptation, avec un budget et une équipe de communication pour faire vivre les marques", indique le groupe. Les budgets flêchés vers cette stratégie n’ont pas été communiqués.

Lire aussiLa banque de détail est un peu moins à découvert

Une fois fusionnées, les deux banques auront fermé 650 agences, passant de 2.100 à 1.450 établissements. "On ne quitte aucune ville", nuance Sébastien Proto. Les regroupements représentent 15% de plus de points de vente pour les clients de la Société Générale, et trois fois plus pour les clients de Crédit du Nord.

Au total, la fusion devrait coûter entre 800 et 900 millions d’euros, selon les chiffres communiqués en décembre 2020, et toujours d’actualité à date, mais devrait permettre une baisse de la base de couts de 450 millions d’euros en 2025.

Tout savoir sur les modalités de résiliation d'un prêt immobilier .
PRATIQUE - Un prêt immobilier représente un engagement le plus souvent à long terme. Néanmoins, il existe des circonstances permettant de résilier ce crédit immobilier avant son échéance. Ce n’est pas une nouveauté, mais le marché de l’immobilier se porte bien. La crise sanitaire liée au Covid-19 n’a pas inversé cette dynamique. Bien au contraire, les investisseurs sont de plus en plus nombreux à faire confiance à un secteur considéré comme une valeur sûre, notamment dans les villes moyennes où le regain d’activité est palpable.

Voir aussi