Actualités à la une

Entreprise: Pourquoi la production des masques 100 % made in France « tourne à moins de 15 % de sa capacité »

Tourisme. Le boom des vans et camping-cars ralenti par une pénurie de puces électroniques

  Tourisme. Le boom des vans et camping-cars ralenti par une pénurie de puces électroniques Avec la pandémie, vans et camping-cars ont été les grands gagnants de l’été 2021. Mais la pénurie de puces électroniques venues en grande partie d’Asie commence à perturber une production pourtant en plein boom. Les délais de livraison s’allongent. Aurez-vous votre van tant espéré pour l’été 2022 ? Attention, gros coup de frein en vue pour les vans et camping-cars dont la production est pourtant en plein boom ! Fatigués par les confinements, ils sont beaucoup à vouloir un camping-car, mais arrivera-t-il avant l’été prochain ? Les pénuries de puces électroniques freinent la formidable croissance de cette industrie, dont les professionne

En quelques semaines, la production made in France est passée de « 50 000 unités par jour à 3 millions ou 4 millions », souligne M. Dubief. Les commandes affluaient, reconnaît Eric Boël, gérant de la société Les Tissages de Charlieu, située dans la Loire, en évoquant une « demande de deux à trois fois Parmi les pistes envisagées figure l’exportation de la production invendue. Mais ce ne sera pas si simple, estime un fabricant. Car ces 40 millions de masques pourraient se heurter, en Europe, à la baisse de la demande, alors que la pandémie faiblit, ou, ailleurs, aux frais d’exportation et de droits de

Grossiste de masque en tissu made in France . Masques certifiés UNS1 filtrant plus de 97% des bactéries responsables du coronavirus. Illimité : production sur demande. Délai de livraison : 3 à 5 jours en neutre | 10 à 15 jours avec marquage. Pourquoi choisir le produit Masque tissu made in France UNS1 (barrette nasale) ? Masque UNS1 lavable 100 fois - drapeau made in France .

Un employé contrôle des masques de protection sanitaire dans l’usine Kolmi-Hopen à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire), le 5 février 2020. Photo d’illustration. © REUTERS Un employé contrôle des masques de protection sanitaire dans l’usine Kolmi-Hopen à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire), le 5 février 2020. Photo d’illustration.

Si le gouvernement se défend de l’abandon de la filière française des masques et incite à acheter du 100 % « made in France », ils sont nombreux dans le secteur public à continuer de passer des appels d’offres à des entreprises dont les produits sont importés depuis l’étranger, notamment depuis la Chine. Explications.

« On a applaudi l’initiative de relance de fabrique de masques (et autres produits), enfin des gens courageux qui osent et relancent une fabrication nationale. Il n’a pas fallu longtemps pour que les acheteurs reviennent à leurs vieux démons, acheter au moins cher ailleurs », souligne Serge, un lecteur de Ouest-France fin septembre. On vous répond.

Pas-de-Calais. Une usine de « couches écologiques » ouvrira en 2022

  Pas-de-Calais. Une usine de « couches écologiques » ouvrira en 2022 La PME Naturopera va ouvrir une usine de couches « écologiques » à Bully-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, présentée comme « le premier site de production français » sur ce créneau, avec 40 emplois à la clé en 2022 et une centaine d’ici à « deux-trois ans », a-t-elle annoncé mardi 5 octobre.Une usine de « couches écologiques » ouvrira en 2022 à Bully-les-Mines, dans le Pas-de-Calais. « Aujourd’hui, 90 % des couches vendues en France sont fabriquées à l’étranger.

Masques : triplement de la production " Made in France ". Pour les masques , la production a également très fortement augmenté grâce à la mobilisation des entreprises. Mais la France est partie de loin, de trop loin pour atteindre un point d'équilibre entre la demande et l'offre. D'où le recours massif à l'importation, via des commandes publiques passées à la Chine par la France pour près de deux milliards de masques . Une cinquantaine de grandes entreprises industrielles ont également passé commande ( 100 a 200 millions de masques ) depuis 15 jours.

Soutenez le savoir faire français en vous tournant vers des marques qui produisent et fabriquent en France . Optez pour le Made in France . En effet, votre produit ou vêtement ayant parcouru moins de kilomètres, vous faites un geste pour l’écologie. Vous soutenez également la production française et ses salariés. Et surtout, vous permettez de préserver un savoir-faire unique tout en vous faisant plaisir.

Le 31 mars 2020, Emmanuel Macron en visite chez Kolmi-Hopen, premier fabricant français de masques chirurgicaux et FFP2 à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire), annonce sa volonté de relancer une filière française de production de masques sanitaires après une pénurie dans le pays et face à l’explosion des contaminations sur le territoire. « La France va investir quatre milli ards d’euros pour augmenter sa production de masques et de respirateurs pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne », déclare alors le président de la République. Concrètement, il souhaite « l’indépendance pleine et entière » de la France « d’ici la fin de l’année » dans la production de masques.

Nucléaire. Que recommande la mission d’information parlementaire pour Fessenheim

  Nucléaire. Que recommande la mission d’information parlementaire pour Fessenheim La mission d’information sur le suivi de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim a rendu son rapport mercredi 6 octobre 2021. Tirant les premières leçons de cet arrêt, elle formule sept recommandations : dont une meilleure anticipation pour la reconversion économique des territoires et la « structuration » d’une filière de démantèlement. Plus d’un an après l’extinction du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim, fin juin 2020, la mission d’information parlementaire sur le suivi de cette fermeture, composée de vingt députés, a rendu son rapport mercredi 6 octobre 2021.

En effet, la France possède de nombreux ateliers spécialisés dans la confection de pièces en laine. Que ce soit en Bretagne, avec de nombreuses filatures tournées vers les vêtements de mer ou bien dans les régions montagneuses, la laine est une matière première que les ateliers savent transformer. De plus en plus, on constate également que des marques se tournent vers l’utilisation d’un coton dit biologique. Sa culture entraîne plusieurs bénéfices, comme la non utilisation de pesticides et une réduction accrue de la consommation d’eau. D’autres vont désormais plus loin en utilisant des

- Les masques sont également efficaces contre les allergies. La fin du mois de février est le début de la saison des allergies au Japon. - Dans certains pays asiatiques où les hivers peuvent être rigoureux, les masques peuvent aussi aider à protéger le visage. - Les Asiatiques portent des masques si souvent que ceux-ci font désormais partie de leur garde-robe. - Le Nouvel An thaïlandais est célébré du 13 au 15 avril, et c'est le plus ancien festival marquant le changement des saisons. - Les Japonais sont les habitants les plus minces de tous les pays développés. Et cela est même encadré par la loi !

« La filière française tourne à moins de 15 % de sa capacité »

Mais un an plus tard, où en sommes-nous ? Si la filière a accéléré sa production, passant de 3,5 millions de masques par semaine en janvier 2020 à 100 millions par semaine au premier trimestre 2021, selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Économie, les résultats ont bien changé.

Aujourd’hui, la production a fortement ralenti. « La filière française tourne à moins de 15 % de sa capacité faute de commandes alors que l’année dernière, les usines tournaient sept jours sur sept et 24 heures sur 24 », déplore Christian Curel, président du syndicat des fabricants de masques français et patron de Prism, société spécialisée dans la fabrication du matériel de protection sanitaire basée à Frontignan dans l’Hérault.

« Avant la crise sanitaire, on comptabilisait quatre entreprises productrices de masques. Aujourd’hui, il y en a une trentaine », poursuit-on du côté de Bercy. « Plusieurs usines de fabrication de masques ont été opérationnelles avant l’été 2020. Dès l’automne de l’année dernière, les entreprises françaises avaient la capacité de fournir la quasi-totalité des besoins français », explique de son côté le président du syndicat.

Flambée des prix de l’énergie. Comment fonctionne le marché européen de l’électricité ?

  Flambée des prix de l’énergie. Comment fonctionne le marché européen de l’électricité ? La France participe au marché européen de l’énergie et subit une forte augmentation des prix de l’électricité et du gaz, malgré sa production liée au nucléaire. Si la hausse est en partie conjoncturelle, le système européen permet surtout au pays d’éviter les black-out. Les ministres européens réunis mercredi 6 octobre 2021 en Slovénie ont affiché leurs divisions quant à la réponse à apporter à la flambée des prix de l’énergie, France et Espagne appelant à une réforme en profondeur tandis que d’autres prônent la patience.

Le made in France est à la mode. Aux côtés du protectionnisme économique et des relocalisations industrielles, il signe son grand retour médiatique en pleine crise économique et sanitaire. Il est invoqué comme un mantra aux allures de prophétie autoréalisatrice. Suffirait-il de ressasser cette formule Face à une crise économique d’une violence inégalée, le made in France passe la sur-multiplié du « click and collect ». La filière tente de survivre face à la déferlante. Le secteur peut s’appuyer sur les 89% des Français souhaitant que la production des industriels français soit relocalisée, même si

En une année, la filière a répondu « au défi de l’indépendance sanitaire. On est capable d’assurer nos besoins nationaux en termes de masques médicaux ou chirurgicaux », ajoute Christian Curel.

Lire aussi : ENTRETIEN. À Ploufragan, l’usine de masques M3 Sanitrade se démène pour trouver des clients

Des masques importés depuis la Chine

Malgré l’existence d’une trentaine d’usines depuis le début de la crise sanitaire, Christian Curel ne décolère pas face à l’importation des masques depuis l’étranger, notamment depuis l’Asie. « Plus de 95 % des appels d’offres publics ont été affectés à des importateurs de masques chinois depuis l’été 2020 », s’insurge-t-il. Résultat, les masques 100 % made in France peinent à se faire une place sur le marché public.

« Avec l’arrivée des usines françaises, la Chine a baissé ses prix après l’été 2020 et a commencé à subventionner ses exportations de masques à compter d’avril 2021 », poursuit le directeur de Prism. Aujourd’hui, « un masque chinois vendu en France est bien moins cher qu’en 2019 alors que les matières premières ont augmenté de 30 % et le fret transport a été multiplié par cinq ».

Amazon lance une boutique "made in France"

  Amazon lance une boutique Lundi 11 octobre, le géant du e-commerce a lancé une page dédiée aux produits fabriqués en France sur son site Le géant américain de la vente en ligne Amazon a lancé lundi 11 octobre une page dédiée aux produits fa internet, surfant sur une tendance à la consommation locale accentuée par la pandémie. La page, ou "boutique" en ligne, est accessible depuis la page d'accueil du site amazon.fr et regroupe quelque 230.000 références de produits dans des catégories diverses, allant des jouets à la papeterie, en passant par le bricolage et l'hygiène.

En termes de production, de qualité et de prix, nos concurrents chinois sont en tête. Les masques fabriqués en Chine sont vendus entre deux et quatre centimes d’euros l’unité contre six à dix centimes d’euros pour les modèles français.

Et la qualité des produits importés ?

Une deuxième problématique est posée par le syndicat sur la qualité des produits importés. « Une grande partie des masques importés ne respecte pas la réglementation et les normes techniques mais présente un certificat conforme. Seuls les certificats sont contrôlés aux frontières européennes, alors que les produits des fabricants français sont soumis régulièrement aux contrôles de qualité », poursuit le président du syndicat.

Chine : les coûts de production grimpent comme jamais depuis près de 25 ans

  Chine : les coûts de production grimpent comme jamais depuis près de 25 ans L'usine du monde subit la crise : la Chine paie le prix de la flambée des coûts des matières premières, notamment celui du charbon. Au plus fort depuis 25 ans: la hausse des coûts de production s'est accrue le mois dernier en Chine à un rythme record, sur fond de flambée des prix des matières premières qui pèsent sur l'activité de l'atelier du monde.La reprise au niveau mondial a entraîné une forte hausse du coût des matières premières, en particulier du charbon dont la Chine est très dépendante pour alimenter ses centrales électriques.

En conséquence, il subsiste une incertitude élevée sur la qualité des masques importés. D’autant qu’il est impossible de connaître les performances d’un masque sans faire des tests techniques longs et coûteux. Exemple ? « Un entrepreneur français a fait tester des masques chirurgicaux importés vendus autour de chez lui, en pharmacie et dans les supermarchés, sur le taux de microbes. Résultat : tous les masques importés avaient un taux 10 fois supérieur, ou plus, au taux maximum autorisé par la norme », illustre Christian Curel.

Le directeur de Prism ajoute que la réglementation européenne n’est pas appliquée. Selon les masques, une déclaration de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), un mandataire européen est requis et la société doit mettre en place un système de management de la qualité, avec notamment la traçabilité des produits livrés. « Seul un petit nombre d’importateurs suivent ces obligations. »

De la cave au grenier : nos conseils pour aménager une pièce en plus

  De la cave au grenier : nos conseils pour aménager une pièce en plus Des mètres carrés supplémentaires sans déménager, c’est possible. Avec ou sans gros travaux, on peut toujours optimiser les surfaces. La preuve. Your browser does not support this video S’installer au jardin 1/7 DIAPOSITIVES © BUT Placer les rangements à gauche « En se tournant sur la droite pour saisir des documents, on provoque une torsion physiologique qui bloque le foie, les intestins et par conséquent le retour veineux » Gilles Fournier, ostéopathe. 2/7 DIAPOSITIVES © IKEA Choisir les bonnes couleurs « Le bleu est parfait dans un bureau.

Privilégier l’achat des masques 100 % made in France

Dès la fin d’année 2020, le syndicat des fabricants de masques français a démontré l’intérêt d’un achat 100 % français pour un acheteur public. « Si un acheteur public achète pour cent euros de masques fabriqués en France, des matières premières jusqu’aux produits finis, 70 à 75 % du montant est réinjecté en France (salaires, charges, taxes, impôts) contre 15 % environ pour des masques importés depuis la Chine », détaille Christian Curel. Question empreinte carbone, la consommation de CO2 du transport des matières premières et des produits est par ailleurs « vingt fois plus importante » pour un masque importé.

« L’activité des entreprises mobilisées durant la crise sanitaire pour relocaliser la production de masques en France est menacée » , ajoute le fondateur de Prism. Sauf pour les Allemands et les Hongrois qui ont réservé toutes leurs commandes d’État à leurs industriels et ont interdit l’importation des masques chinois sur le marché public, nous confirme l’industriel.

Pour assurer l’indépendance d’approvisionnement de produits stratégiques, il existe dans le droit français une clause de préférence européenne, obligeant le soumissionnaire à localiser les moyens de production en Europe.

Lire aussi : Angers. Le fabricant de masques Kolmi-Hopen réduit la voilure

Le prix plus que la qualité

Le syndicat ne comprend pas pourquoi les appels d’offres fonctionnent sur les critères de prix. « Les critères d’attribution de marchés publics n’ayant pas bougé avec la crise, les acheteurs n’étant pas spécialisés et ne pouvant faire de différenciation entre les produits, en pratique, seul le critère de prix est pris en compte pour le choix du fournisseur », souligne Christian Curel.

France 2030 : ces centaines de millions d’euros dédiés à la robotisation

  France 2030 : ces centaines de millions d’euros dédiés à la robotisation Au total, pas moins de 800 millions d'euros du plan d'investissement d'Emmanuel Macron, France 2030, seront consacrés au développement du secteur de la robotique. Emmanuel Macron continue de développer sa stratégie pour une France ré-industrialisée et moderne. L'un des éléments clefs de cette stratégie : la robotisation.

Il réclame ainsi que toutes les institutions, les administrations et les entreprises publiques achètent des masques français plutôt que de privilégier les importations depuis la Chine, notamment en changeant les critères de sélection des appels d’offres. « Il faut favoriser les critères de qualité, de sécurité d’approvisionnement et d’aspect environnemental. » Aussi, la TVA sur les masques est actuellement de 5,5 % de manière dérogatoire jusqu’au 31 décembre 2021. Le syndicat demande donc de classer les masques comme produits de première nécessité de manière permanente et réclame le maintien de la TVA à un taux de 5,5 %.

La ministre se défend de l’abandon de la filière

« L’État a pris ses responsabilités, nous avons passé une commande d’un milliard de masques l’année dernière auprès de 8 entreprises françaises » a expliqué Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC le 1er octobre. « Nous ne commandons plus de masques, nous avons reconstitué notre stock stratégique. »

Selon la ministre qui se défend de l’abandon de la filière française, ce sont les collectivités qui doivent prendre le relais. Elle trouve « très choquant » que ces acteurs continuent d’acheter « massivement en Chine ». « C’est la responsabilité des présidents de région, des présidents de département, des responsables des hôpitaux d’être capables de se prémunir des pénuries, poursuit-elle. Que chacun assume ses responsabilités. »

France 2030 : ces centaines de millions d’euros dédiés à la robotisation .
Au total, pas moins de 800 millions d'euros du plan d'investissement d'Emmanuel Macron, France 2030, seront consacrés au développement du secteur de la robotique. Emmanuel Macron continue de développer sa stratégie pour une France ré-industrialisée et moderne. L'un des éléments clefs de cette stratégie : la robotisation.

Voir aussi