Actualités à la une

Entreprise: Renault refuse de soutenir la reprise de son sous-traitant aveyronnais Sam

Elon Musk. Comment le PDG de Tesla donne des sueurs froides à la Bourse avec ses tweets

  Elon Musk. Comment le PDG de Tesla donne des sueurs froides à la Bourse avec ses tweets Un simple message de sa part peut changer le cours d’une action à la Bourse. Depuis plusieurs années, Elon Musk écrit, presque sans filtre, sur Twitter ce qu’il pense sur l’économie en général et ses entreprises en particulier. Ses prises de position y sont très suivies. L’homme le plus riche du monde est-il un génie ou un troll ?Ce week-end, Elon Musk a encore fait des siennes sur Twitter. Le patron de Tesla et de Space X, jamais à une provocation près, a lancé une grande consultation pour savoir s’il devait ou non vendre 10 % de ses 107,5 millions actions (chiffre au 30 juin).

Dans une usine Renault à Flins-sur-Seine, le 6 mai 2020. © Martin BUREAU / AFP Dans une usine Renault à Flins-sur-Seine, le 6 mai 2020.

Le projet de reprise de la Société aveyronnaise de métallurgie, menacée par une liquidation sèche, n’est pas soutenu par Renault, a annoncé le groupe automobile mardi 23 novembre. Il estime que la société « ne présente pas les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires ».

Renault refuse de soutenir le projet de reprise de son sous-traitant aveyronnais Sam (350 salariés) par un de ses ex-patrons, estimant qu’il « ne présente pas les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires », a indiqué mardi 23 novembre le groupe automobile.

Malgré le télétravail, le marché de l'immobilier de bureau reprend des couleurs : "La crise semble derrière nous"

  Malgré le télétravail, le marché de l'immobilier de bureau reprend des couleurs : Le développement du télétravail n'a pas tué le marché de l'immobilier de bureau qui repart avec des entreprises à la recherche de locaux dans les centres-villes et les centres d'affaires. Face au manque d'espaces disponibles, la sous-location se développe. © Fournis par franceinfo Dans le secteur de l'immobilier de bureau, l'épidémie de Covid-19 n'est pas passée inaperçue. "On a eu une année 2020 très compliquée parce que le marché s'est arrêté, explique Antoine Matrand, directeur général de l'agence parisienne Arthur Loyds.

Renault, auquel le tribunal de commerce de Toulouse avait donné jusqu’à mercredi pour se prononcer, « regrette cette situation, mesure les conséquences de sa décision et poursuivra le dialogue avec les salariés de SAM afin de leur proposer des solutions alternatives d’emploi au sein du Renault Group », a ajouté l’entreprise dans un communiqué.

Une liquidation sèche possible

Reprise en 2017 par le groupe chinois Jinjiang, la Société aveyronnaise de métallurgie, installée à Viviez sur les hauteurs de Decazeville, avait été placée en redressement judiciaire le 10 décembre 2019, puis, le 16 septembre dernier, en liquidation judiciaire avec prolongation d’activité jusqu’au 10 décembre.

Après avoir déposé une première offre en juillet, le chef d’entreprise Patrick Bellity avait adressé jeudi dernier une lettre d’intention en vue de la reprise de cette fonderie, un courrier accompagné de lettres de soutien de l’État et de la région Occitanie. Mais il fallait également que Renault, dernier client, s’engage sur « un plan de charge défini » avant mercredi, selon la région, faute de quoi le tribunal pourrait déclarer dès vendredi une « liquidation sèche » de l’entreprise, avait prévenu la CGT.

Les dépenses contraintes représentent 35 % du budget des Français en moyenne

  Les dépenses contraintes représentent 35 % du budget des Français en moyenne Selon une récente étude sur le budget des Français, les dépenses contraintes représenteraient 1 059 € en moyenne, soit 35 % des revenus nets moyens des citoyens. De fortes différences financières existent en fonction de la catégorie socioprofessionnelle ou de la région prise en compte. Dans tous les cas, l’immobilier représente la plus grosse part de ces dépenses. Les dépenses contraintes des Français mises en lumière. Une étude menée par le comparateur en ligne Les Furets avec l’institut CSA Research s’est penchée sur ces charges qui pèsent lourd dans le budget.

Or, « Renault Group ne peut s’engager sur le projet de reprise d’Alty-Sifa », la société de Patrick Bellity. « Une analyse approfondie du dossier ne confirme pas les hypothèses de chiffre d’affaires présentées dans cette offre. Une nouvelle fois, comme cela avait été constaté en juillet 2021, cette offre ne présente pas les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires pour l’entreprise et ses salariés », a jugé le groupe au Losange.

En outre, « il existe de forts doutes sur la solidité financière, malgré les supports financiers externes envisagés, et les réelles capacités d’investissement et de redressement de Jinjiang SAM par Alty-Sifa », selon la même source.

Soutien au plan de reprise d’Alvance Aluminium Wheels

Renault a remarqué qu’il avait été « le seul acteur industriel à apporter depuis de nombreuses années un soutien financier direct important à l’entreprise avec 42 millions d’euros […] pour pallier une situation rendue difficile par l’absence structurelle de compétitivité ».

Ascoval. Le nouveau propriétaire renonce à transférer une partie de l’activité en Allemagne

  Ascoval. Le nouveau propriétaire renonce à transférer une partie de l’activité en Allemagne Les craintes des salariés de l’usine Ascoval de Saint-Saulve sur un éventuel transfert de l’activité en Allemagne ont été balayées à l’issue d’une réunion au ministère de l’Économie. Le nouveau propriétaire, Saarstahl, a en effet décidé de renoncer à son projet. Le propriétaire allemand de l’emblématique usine Ascoval de Sainte-Saulve (Nord) a renoncé à transférer une partie de son activité en Allemagne, a annoncé jeudi soir Bercy après s’être mobilisé pour éviter un revers à cinq mois de l’élection présidentielle.

Dans un dossier séparé d’un autre sous-traitant en difficulté, Renault a en revanche dit mardi soutenir le plan de reprise de la société de quelque 280 employés Alvance Aluminium Wheels, basée à Diors dans l’Indre, par le Groupe Saint-Jean Industries.

« Cet accompagnement se traduira par l’intégration de la nouvelle société dans son panel fournisseurs de roues aluminium destinées aux usines d’assemblage européennes de Renault Group », selon l’entreprise.

Prévenant que « ce projet de reprise est, certainement, la dernière chance de redressement de la société », Renault a dit « s’engage(r) à consulter la nouvelle société pour le développement et la production de roues aluminium relevant de son savoir-faire technique, lui permettant ainsi d’accéder à un volume de production pouvant atteindre 500 000 roues annuelles au bénéfice de Renault ».

Carton rouge pour la Zoé et la Dacia Spring aux crash tests, Renault proteste ! .
La Nouvelle Zoe offre "une faible protection contre les accidents, une mauvaise protection des piétons et il lui manque une technologie anti-collision en tant que telle", selon Euro NCAP. Quant à la Spring, ses résultats aux crash-tests sont "franchement problématiques", d'après l'organisme indépendant. En réaction, les deux constructeurs du groupe Renault ont émis des protestations. Vents contraires pour Renault. Alors que "Renault était synonyme de sécurité", la Renault Zoe et la Dacia Spring ont été très mal notées aux derniers crash-tests d'Euro NCAP.

Voir aussi