Actualités à la une

Entreprise: Gafam : comment l’Union européenne veut mettre fin au « far west » de l’économie numérique

L’inflation est de retour : serez-vous gagnant ou perdant ?

  L’inflation est de retour : serez-vous gagnant ou perdant ? On n’avait pas vu ça depuis dix ans. Les prix ont augmenté de 2,8 % en un an. D’où l’indemnité inflation de 100 € versée à partir de décembre 2021. Pas sûr qu’elle suffise à apaiser les inquiétudes. C’est une donnée économique nouvelle : l’inflation est de retour après dix ans d’évolution mesurée des prix, entrecoupée d’un pic en 2018. Quelles conséquences ? Voici des éléments de réponses.Qui sont les perdants ?L’inflation affecte d’abord les ménages modestes, ​souligne Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au cabinet BDO. Plus le revenu d’un ménage est faible, plus l’énergie et l’alimentation pèsent dans son budget.

Des drapeaux européens flottant devant le Parlement européen à Strasbourg. © AFP archives Des drapeaux européens flottant devant le Parlement européen à Strasbourg.

L’Union européenne souhaite mettre fin à la toute puissance des géants du numérique sur son territoire. Mercredi 15 décembre 2021, le Parlement européen a adopté le règlement « Digital Market Act » dans ce but. On vous l’explique en six points.

Le Parlement européen adopte ce mercredi 15 décembre à Strasbourg l’un des principaux textes de la législature : le Digital Market Act (règlement sur les marchés numériques en français, souvent présentée sous son acronyme anglais DMA). Sa promesse : réguler l’espace numérique en réprimant les pratiques anticoncurrentielles des géants de la tech. Ce texte est complété avec un autre règlement en négociation sur les services numériques (surnommée DSA).

Logement : Jadot veut mettre en place une assurance universelle sur les loyers

  Logement : Jadot veut mettre en place une assurance universelle sur les loyers Le candidat écologiste Yannick Jadot veut mettre en place une assurance universelle sur les loyers, annonce-t-il dans une tribune publiée dans le Monde, dans laquelle il décline ses mesures sur le logement. "Nous mettrons en place une assurance universelle sur les loyers", écrit Yannick Jadot dans ce texte, signé également par Fatima El Khili, maire-adjointe à l'urbanisme à Rouen, et Aurélien Taché, député du Val-d'Oise et co-président des Nouveaux Démocrates. Ce dernier vient d'ailleurs de déposer à l'Assemblée une proposition de loi en ce sens.

Télétravail et visioconférences, achats sur internet, cours en ligne… La pandémie de coronavirus a accru la place du numérique dans la vie des Européens. Il est devenu d’autant plus urgent d’en contrôler les effets nocifs : discours de haine diffusés à grande échelle, manipulation de l’information, extinction des petits commerces, limitation de la concurrence

L’introduction du DSA (Digital Services Act) et du DMA (Digital Market Act) imposera des contraintes qui, si elles ne sont pas respectées, donneraient lieu à des pénalités conséquentes et pourraient même aller jusqu’au démantèlement des plateformes opérant dans l’espace européen​, expliquait le commissaire européen Thierry Breton à Ouest-France en janvier 2021. Tout ce qui est autorisé dans l’espace physique doit l’être dans l’espace numérique, mais tout ce qui est interdit dans l’espace physique doit également l’être dans l’espace numérique.

Evergrande : l'État chinois prépare une délicate restructuration de l'entreprise

  Evergrande : l'État chinois prépare une délicate restructuration de l'entreprise Face à une difficulté financière toujours plus importante qui menace l'économie mondiale, le géant chinois Evergrande pourrait bientôt être restructuré dans son intégralité. Une démarche qui pourrait prendre des années. L'État chinois prépare une délicate restructuration d'Evergrande, au moment où le poids lourd de l'immobilier, ultra-endetté, peine à rembourser ses créanciers. Le groupe, qui croule sous une ardoise d'environ 260 milliards d'euros, se débat depuis plusieurs mois pour honorer ses paiements d'intérêts et ses livraisons d'appartements.

1. Que contient le texte sur les marchés numériques (DMA) ?

Le Règlement sur les services numériques (« Digital Services Act », DSA) doit responsabiliser l’ensemble des intermédiaires, mais davantage encore les plus grandes plateformes qui devront disposer des moyens pour modérer les contenus qu’elles accueillent et coopérer avec les autorités. Le projet législatif met sur liste noire un certain nombre de pratiques des grandes plateformes agissant comme « contrôleurs d’accès » ​et permet à la Commission de mener des enquêtes de marché et de sanctionner les comportements non conformes.

L’Union européenne espère ainsi pouvoir agir en amont plutôt qu’en aval, plusieurs années après l’apparition de mauvaises pratiques. Le texte veut donc interdire aux plateformes de traiter leurs propres biens et services de manière plus favorable que ceux des autres entreprises opérant sur la plateforme.

Possible faillite du géant chinois de l’immobilier Evergrande : vers une catastrophe pour l’économie chinoise ?

  Possible faillite du géant chinois de l’immobilier Evergrande : vers une catastrophe pour l’économie chinoise ? Possible faillite du géant chinois de l’immobilier Evergrande : vers une catastrophe pour l’économie chinoise ?

L’objectif est de permettre l’émergence d’acteurs concurrents, notamment de nombreuses petites et moyennes entreprises. La transformation numérique a entraîné ce que l’on appelle des effets de réseau. Cela signifie que plus il y a de personnes qui utilisent un service numérique, plus il devient utile pour tous les autres utilisateurs. Lorsqu’une plateforme atteint une certaine taille, il devient donc difficile pour les nouveaux venus de défier les acteurs établis​, explique Nicolas Köhler-Suzuki, chercheur associé à l’Institut Jacques Delors.

Les plateformes systémiques ont tendance à « enfermer » ​les utilisateurs en les poussant à utiliser des services pré-installés sur leur ordinateur ou leur téléphone mobile. Le DMA prévoit qu’elles ne pourront plus empêcher la désinstallation d’applications ou services intégrés par défaut.

La nouvelle législation introduira la portabilité des données pour les clients business, leur permettant par exemple de changer plus facilement de plateforme de vente en ligne, tout en emportant avec eux leurs données clients.

avec des routes et des ponts couverts, il est temps de résoudre le capital humain

 avec des routes et des ponts couverts, il est temps de résoudre le capital humain pendant des décennies, les États-Unis ont négligé ses routes, ses ponts, ses ports, ses ponts et ses transitoires - l'infrastructure associée aux hommes dure des chapeaux. Pendant beaucoup plus longtemps, notre nation a ignoré l'infrastructure qui est associée aux femmes et aux familles, comme le congé payé.

Elles se verront imposer des règles augmentant la transparence de leurs algorithmes et limitant leur usage des données privées, au cœur de leur modèle économique. Elles devront aussi notifier à la Commission tout projet d’acquisition de firme en Europe.

2. Quelles sont les entreprises concernées ?

Une dizaine d’entreprises dont la toute puissance menace le libre jeu de la concurrence, sont concernées. Parmi elles, les cinq « Gafam » ​(Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), mais aussi Booking (réservation d’hôtels), Alibaba (vente à distance), Bytedance (réseau social TikTok), Snapchat (réseau social) et Samsung (téléphonie mobile).

Pour entrer dans cette catégorie, un groupe doit avoir dans l’UE un chiffre d’affaires de plus de 6,5 milliards d’euros ou bien une valorisation boursière supérieure à 65 milliards. Il doit en outre être présent dans trois États membres et compter plus de 45 millions d’utilisateurs finaux et plus de 10 000 entreprises utilisatrices.

Elle s’appliquera aux grandes entreprises fournissant des « services de plateforme essentiels » ​, les plus enclines aux pratiques commerciales déloyales. Cela inclut les services d’intermédiation, les réseaux sociaux, les moteurs de recherche, les systèmes d’exploitation, les services de publicité en ligne, l’informatique en nuage et les services de partage de vidéos qui remplissent les critères leur permettant d’être qualifiés de « contrôleurs d’accès ». Les députés ont également inclus dans le périmètre de la DMA les navigateurs web, les assistants virtuels et les télévisions connectées.

Comment General Electric a désindustrialisé la France

  Comment General Electric a désindustrialisé la France ENQUÊTE- Emploi, R&D, finances: sept ans après le rachat d'Alstom, le bilan du conglomérat est désastreux en France, avec 5.000 postes supprimés dont 1.200 à Belfort. Emmanuel Macron, qui l’avait soutenu, doit annoncer la reprise par EDF des stratégiques turbines Arabelle. Viendra? Viendra pas? Depuis début novembre, les salariés de General Electric (GE) à Belfort guettent avec impatience la visite annoncée d’Emmanuel Macron dans la cité du Lion. Selon le plan envisagé par l’Elysée, le chef de l’Etat doit y confirmer la construction de six nouveaux EPR en France, mais surtout le rachat de l’activité de turbines à vapeur de GE par EDF.

3. Que demande le Parlement européen comme changements par rapport au texte de la Commission ?

Les modifications apportées à la proposition de la Commission sont notamment liées à la définition des contrôleurs d’accès fondée sur certains seuils. Un débat existe entre eurodéputés sur la définition de ce qu’est un « utilisateur actif », d’un côté pour éviter que les jeunes entreprises européennes ne soient bloquées dans leur ascension et de l’autre pour ne pas laisser les entreprises jouer sur des critères du type qualitatif plutôt que quantitatif. C’est un sujet à creuser au niveau technique, estime l’eurodéputée française du groupe libérale Stéphanie Yon-Courtin. Mais les discussions qui vont suivre en « trilogue » ​avec la Commission et le Conseil risquent d’aboutir à un statu quo sur cette question.

D’autres débats existent : le Parlement européen veut s’assurer de l’interopérabilité des services et renforcer les restrictions concernant les acquisitions prédatrices​. Autre inquiétude : se lier les mains. Il faut absolument une clause de revoyure pour en rediscuter dans un ou deux ans. On ne peut pas être bloqué sur des chiffres et voir l’évolution des marchés, on ne peut pas tout prévoir, rappelle Stéphanie Yon-Courtin.

Le groupe de la gauche radicale The Left souhaitait via un amendement d’Emmanuel Maurel (Gauche républicaine et socialiste) également inclure dès à présent des restrictions sur la publicité ciblée. Mais les autres groupes du Parlement européen estiment qu’il s’agit d’une question qu’il faudra traiter dans le cadre du règlement sur les services numériques.

Louer abordable, cryptomonnaies, emploi à domicile… les mesures essentielles du budget 2022

  Louer abordable, cryptomonnaies, emploi à domicile… les mesures essentielles du budget 2022 Les députés ont adopté, mercredi 15 décembre, le projet de loi de finances pour 2022. Fiscalité des cryptomonnaies allégée, dispositif du louer abordable amélioré… Capital fait le point sur les mesures les plus remarquables du texte. C’était le dernier budget de la mandature. L’Assemblée nationale a adopté, mercredi 15 octobre, le projet de loi de finances pour 2022. Un budget sans mesures fiscales d’importance, mais qui procède à quelques ajustements.

Sur l’interopérabilité, c’est-à-dire empêcher que des entreprises comme Apple ou Amazon imposent des formats uniquement accessibles sur ses plateformes (c’est déjà le cas sur les livres numériques par exemple), les eurodéputés n’ont pas voulu aller plus loin. L’eurodéputé LR Geoffroy Didier (groupe PPE) fait part de sa déception : Il faudra aller plus loin que la proposition adoptée par le Parlement, notamment pour mieux protéger et apporter des garanties supplémentaires à notre secteur culturel français et européen. Ce dernier n’a en effet d’autre choix que de s’en remettre aux services des Gafam pour fournir ses produits et œuvres numériques en ligne.

Enfin, le Parlement européen devrait demander des clarifications quant au rôle des autorités nationales de concurrence vis-à-vis de la Commission, qui a des effectifs trop limités pour l’ampleur de la tâche selon Stéphanie Yon-Courtin.

4. Que risquent les Gafam en cas de non-respect du DMA ?

Dans le DSA présenté par Thierry Breton, les amendes pourront atteindre jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires mondial et, en dernier ressort​, le régulateur pourra interdire le service en Europe. Les sanctions sont là pour protéger la grande majorité des acteurs qui respectent les règles​, a rappelé Thierry Breton.

Le DMA prévoit dans le texte de la Commission des amendes jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires de l’exercice précédent. Ces sanctions pourraient être décidées rapidement pour protéger les innovateurs ​selon le commissaire français.

Se pose cependant la question des seuils minimaux des sanctions. Au Parlement européen, on demande qu’ils représentent 4 % du chiffre d’affaires mondial.

5. Quelle est la différence avec la directive sur les services numériques (DSA) ?

Le projet de règlement sur les services numériques (Digital Services Act, DSA) vise à obliger les mastodontes comme Google, Facebook et Amazon à s’attaquer aux contenus illicites en ligne (incitation à la haine, désinformation…) et à contrôler les biens vendus sur leurs plateformes (contrefaçons, produits dangereux…). La communication décentralisée des plates-formes de médias sociaux a donné lieu à une avalanche de désinformations et de discours haineux qui constituent un danger pour la démocratie, estime Nicolas Köhler-Suzuki.

Les eurodéputés de la commission Marché intérieur (IMCO) ont approuvé mardi 14 décembre, à une écrasante majorité, leur version de cette législation historique présentée en décembre 2020 par l’exécutif européen pour limiter les dérives des géants de la tech.

Toutes les entreprises n’auraient pas les mêmes obligations. Plus la plateforme est grande, plus la responsabilité est grande. La DMA, quant à elle, tente de garantir que les grandes plateformes en ligne offrent des conditions de concurrence équitables aux entreprises qui les utilisent pour vendre leurs biens et services en ligne.

6. Quelle est la différence avec les amendes décidées par la Commission européenne ?

Jusqu’à présent, la Commission a surtout utilisé une méthodologie a posteriori pour déterminer si les entreprises enfreignaient les règles de concurrence européennes. La loi sur les marchés numériques établirait un cadre de concurrence clair pour l’économie numérique et permettrait également aux autorités de la concurrence d’agir beaucoup plus rapidement que par le passé.

La France, qui assure pour six mois la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne à partir de janvier, espère réussir à finaliser avant l’été ces deux lois dont elle a fait une priorité. L’objectif est d’assurer leur entrée en vigueur au 1er janvier 2023.

Ce qu’il faut savoir sur Northvolt, ce Suédois qui veut concurrencer Tesla .
L’entreprise suédoise Northvolt a annoncé ce mercredi 29 décembre avoir démarré sa « giga usine » en Suède. Elle tente de rivaliser avec la firme d’Elon Musk. L’ascension de Northvolt est fulgurante. Elle pourrait même donner le tournis à un certain... Elon Musk. Crée il y a moins de cinq ans, l’entreprise suédoise vient d’annoncer le démarrage de sa «giga» usine de batteries électriques à Skelleftea au nord de la Suède. Son coût est estimé à quatre milliards d’euros.

Voir aussi