Entreprise: Cinq fois où le fonds activiste Bluebell s'est attaqué à des sociétés cotées en Bourse

CAC 40: les titres qui s'envolent ou dévissent après la publication des résultats financiers

  CAC 40: les titres qui s'envolent ou dévissent après la publication des résultats financiers La saison des résultats semestriels d'entreprises se poursuit ce mercredi. De nombreuses entreprises du CAC 40 et de l'indice élargi SBF 120, dont certaines opérant à l'international, parmi lesquelles LVMH, Danone, Michelin, Eurofins, ou encore Wordline ont animé la séance boursière de cette matinée. Accueil mitigé pour LVMH LVMH oscillait autour de l'équilibre (+0,16% à 626,20 euros), après une ouverture en baisse à la suite de ses résultats publiés mardi, qui ont encore dépassé ceux de l'an passé et les anticipations des analystes.

Richemont est attaqué par le fonds Bluebell © DENIS BALIBOUSE Richemont est attaqué par le fonds Bluebell

Le groupe de luxe suisse Richemont dans le viseur de Bluebell Capital Partners: le fonds activiste pousse pour faire entrer un de ses candidats au conseil d’administration de l’entreprise. Le fonds londonien n'en est pas à son premier bras de fer l'opposant à des entreprises dans lesquelles il détient des participations. Depuis sa création en 2019, Bluebell a tenté d’influencer de nombreuses entreprises cotées en Bourse, dont des françaises.

Petit mais puissant, voilà une devise qui siérait parfaitement à Bluebell Capital Partners. Ce fonds d’investissement londonien qui a vu le jour en 2019 sous l'impulsion de Francesco Trapani, l’ancien patron de  l’entreprise de luxe Bulgari, avec d’anciens banquiers, a pour habitude d'investir dans des entreprises cotées pour tenter d'en influencer, à grand renfort de communication auprès des autres actionnaires, la prise de décision. Sa dernière cible en date: la société suisse de luxe Richemont. Bluebell tente d'imposer des changements au sein du conseil d'administration et notamment la nomination de Francesco Trapani au motif d'une meilleure représentation des porteurs d'actions de type A, à savoir celles cotées en Bourse, et pousse à recentrer l'activité sur l'horlogerie et la joaillerie, espérant faire grimper le prix de l'action. Richemont n'entend pas se laisser faire et son président et fondateur Johann Rupert vient d’appeler les actionnaires à rejeter le candidat de Bluebell lors de l’assemblée générale du groupe qui se tiendra le 7 septembre. Malgré sa petite taille et sa gestion de "seulement" 250 millions d’euros d’actifs (un grain de sable par rapport à d’autres grands fonds comme Elliott Management qui gère plus de 30 milliards d’euros), ce “fonds activiste” fait beaucoup parler de lui depuis deux ans, bien que toutes ses actions n'aient pas été couronnées de succès. Zoom sur cinq exemples ces deux dernières années.

Manchin fixerait 15% de taxe minimale des sociétés

 Manchin fixerait 15% de taxe minimale des sociétés L'accord de s en. Joe Manchin (D-WV) a déclaré qu'il avait conclu un accord avec la direction démocrate pour adopter une législation imposant une taxe minimale de 15% des entreprises, qui a été un objectif majeur de l'administration Biden .

  • Eviction d’Emmanuel Faber, ex-PDG de Danone

Le nom de Bluebell est parvenu aux oreilles du grand public pour la première fois en janvier 2021 en provoquant une crise au sein de la gouvernance de Danone. Comme l'a révélé Challenges à l'époque, le fonds londonien, peu de temps après avoir investi dans des actions Danone, avait adressé une lettre au conseil d’administration du groupe français pour réclamer le départ du PDG de l’époque, Emmanuel Faber, incriminant directement l'action du dirigeant. Un réquisitoire qui demandait également de dissocier les fonctions de président et directeur général à la tête du géant de l'agroalimentaire. En mars 2021, le conseil d'administration met fin aux fonctions d'Emmanuel Faber comme PDG.

Carton plein pour l'entrée en bourse de Teract, qui se veut le "Tesla de la distribution"

  Carton plein pour l'entrée en bourse de Teract, qui se veut le Teract, issu du mariage de 2MX Organic (le véhicule d'investissement de Niel, Pigasse et Zouari) et InVivo Retail, maison-mère de Jardiland et Gamm Vert, a cartonné pour son premier jour de cotation en bourse, en hausse de 42%. Le projet secoue le monde de la distribution en France. Le mariage avait de quoi impressionner: d'un côté Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari; de l'autre, la coopérative InVivo et ses 300.000 agriculteurs, pour former Teract. Et les premiers indicateurs sont à la hauteur du casting. Pour son premier jour en bourse, le 1er août 2022, le titre Teract s'est envolé de 42%, à 10,60 euros.

Lire aussiLe fonds activiste Bluebell Capital s'invite au capital de Danone

  • Demande de dividende exceptionnel à Vivendi

Le fonds de Francesco Trapani a ensuite réitéré en mai 2021 en envoyant cette fois-ci une lettre aux actionnaires de Vivendi (dont le fonds avait une participation minoritaire) pour demander à la société de Vincent Bolloré de revoir l'opération de cession de parts supplémentaires d'Universal Music Group (UMG) en proposant un dividende revu à la hausse qui serait plus avantageux pour les actionnaires minoritaires. Une tentative cette fois-ci infructueuse.

  • Appel au verdissement du chimiste Solvay

En septembre 2021, le fonds anglais s’est attaqué à la société belge Solvay pour qu’elle devienne plus éthique et écologique. Une action qui s'inscrit dans le cadre de sa campagne d'influence visant au verdissement des entreprises, baptisée "One-Share".  Bluebell a appelé (sans succès) le groupe de chimie à remplacer sa directrice générale Ilham Kadri, lui reprochant de ne pas avoir mis fin au rejet en mer de "déchets chimiques" d'une usine italienne.

Travel Firm Tripactions approche d'un dépôt confidentiel d'introduction en bourse, selon des sources

 Travel Firm Tripactions approche d'un dépôt confidentiel d'introduction en bourse, selon des sources (Bloomberg) - Tripactions, une startup de voyage, est sur le point de déposer en contenance pour une première offre publique, selon des personnes familières avec le problème, alors que les gens se remettent Planes et trains suite à l'assouplissement de la pandémie Covid-19.

  • Bataille pour que Glencore sorte du charbon

Un mois plus tard, en novembre, c’est l’entreprise minière suisse Glencore qui a fait les frais des actions de Bluebell après que ce dernier lui a demandée de se séparer de ses activités de minage de charbon pour se concentrer sur les métaux recherchés pour la transition énergétique. Finalement, le groupe n’a pas écouté le fonds activiste mais a annoncé réduire son empreinte carbone de 15% par rapport à ses niveaux de 2019 d'ici cinq ans, puis de 50% d'ici à 2035.

  • Influence sur les activités et la direction de Saint-Gobain

Bluebell Capital Partners a aussi fait parlé de lui en France en mai dernier pour sa tentative de renversement de la direction de Saint-Gobain, une société de fabrication et de construction de matériaux de construction. Le fonds détenteur de moins de 0,5% du groupe français a demandé à ses dirigeants de scinder les activités de construction de matériaux et de distribution pour ne garder que la première activité plus lucrative. Il souhaitait en plus remplacer Pierre-André de Chalendar, le PDG du groupe. Là encore, Bluebell n'a pas obtenu gain de cause.

Lire aussiLes dessous de l'offensive du fonds activiste Bluebell sur Saint-Gobain

Étudiant, il gagne 110 millions de dollars en un mois à la Bourse .
Jake Freeman, un étudiant de 20 ans, est parvenu à remporter plus 110 millions de dollars à la Bourse en un mois. Un jeune étudiant en mathématiques et économie de l’Université de Californie du Sud a empoché une somme très importante en un mois seulement grâce à la Bourse, révèle le Financial Times, relayé par Les Échos. Jake Freeman a investi dans les actions de l’entreprise Bed Bath & Beyond. Grâce à une société basée dans le Wyoming qui gère des portefeuilles de clients, le jeune homme a pu acquérir 4,96 millions d’actions à 5,50 $ chacune, il y a un mois.

Voir aussi