Entreprise: Flambée des prix de l'énergie : ArcelorMittal met à l'arrêt plusieurs de ses hauts-fourneaux en Europe

Prix de l’énergie : ArcelorMittal contraint de réduire sa production en Europe

  Prix de l’énergie : ArcelorMittal contraint de réduire sa production en Europe L'inflation galopante qui sévit sur le Vieux continent n'inquiète pas que les ménages. Alors que les cours de de l'électricité et du gaz continuent de flamber sur les marchés, les entreprises commencent elles aussi à en faire les frais. A commencer par les industriels énergo-intensifs, pour lesquels la consommation d'énergie représente une part importante des charges. En effet, le deuxième sidérurgiste mondial ArcelorMittal a décidé de mettre à l'arrêt deux de ses hauts-fourneaux sur les seize qu'il exploitait fin 2021 en Europe, l'un à Brême (nord-ouest de l'Allemagne), qui sera fermé « à partir de la fin septembre et jusqu'à nouvel ordre », l'autre da

Flambée des prix de l'énergie : ArcelorMittal met à l'arrêt plusieurs de ses hauts-fourneaux en Europe © Getty Images Flambée des prix de l'énergie : ArcelorMittal met à l'arrêt plusieurs de ses hauts-fourneaux en Europe

ArcelorMittal va mettre à l'arrêt deux de ses hauts-fourneaux en Allemagne et en Espagne, afin de faire face à la baisse de la demande et à la flambée des prix de l'énergie.

Le deuxième sidérurgiste mondial ArcelorMittal a décidé de mettre à l'arrêt deux de ses hauts-fourneaux en Europe, à Brême (nord-ouest de l'Allemagne) et dans les Asturies (nord de l'Espagne), afin de faire face à la baisse de la demande et à la flambée des prix de l'énergie. ArcelorMittal va mettre à l’arrêt deux installations en Allemagne en raison "de prix de l'énergie qui ont grimpé de manière exorbitante", affectant ainsi "fortement" la compétitivité de la production d'acier, a expliqué le groupe dans un communiqué publié vendredi 2 septembre.

ne revient pas sur les objectifs climatiques au milieu de la crise énergétique, l'ONU dit à l'UE

 ne revient pas sur les objectifs climatiques au milieu de la crise énergétique, l'ONU dit à l'UE que les Nations Unies ont appelé les pays de l'Union européenne à ne pas recourir à plus de combustibles fossiles alors qu'ils font face à une flambée des prix de l'énergie au milieu des craintes des pénuries hivernales. Les pays du bloc sont au milieu d'une impasse croissante avec la Russie après l'invasion de l'Ukraine par ce dernier il y a plus de six mois.

"À cela s'ajoutent une faible demande du marché, des perspectives économiques négatives et des coûts de CO2 toujours élevés en matière de production d'acier", déplore ArcelorMittal, qui s'inquiète du fait qu'en Allemagne, "toutes les installations ne peuvent plus être exploitées de façon rentable". Le ralentissement de l'industrie automobile, habituel gros client de l'industrie sidérurgique, est notamment souligné.

À lire aussi
Le gouvernement allemand débloque un plan d’aide massif contre l’envolée des prix

Nouvelle taxe sur le gaz

L'un des deux hauts-fourneaux du site de production d'acier plat de Brême sera donc fermé "à partir de la fin septembre, et ce jusqu'à nouvel ordre". "Les coûts élevés du gaz et de l'électricité pèsent fortement sur notre compétitivité", a expliqué Reiner Blaschek, le patron d'ArcelorMittal Allemagne, également responsable de l'usine de Brême. Il a en outre dénoncé la nouvelle taxe sur le gaz qui entrera en vigueur le 1er octobre en Allemagne, destinée à éviter la faillite des importateurs et distributeurs de gaz.

Guerre en Ukraine. Cinq questions sur les risques qui pèsent sur la centrale nucléaire de Zaporijjia

  Guerre en Ukraine. Cinq questions sur les risques qui pèsent sur la centrale nucléaire de Zaporijjia Le dernier réacteur en activité de la centrale ukrainienne de Zaporijjia va être mis à l’arrêt. Le risque d’un accident nucléaire reste malgré tout très présent. Voici le point sur la situation de ce site ultra-sensible en cinq questions. La centrale ukrainienne de Zaporijjia continue de susciter de vives inquiétudes. L’Ukraine et la Russie continuent de s’accuser mutuellement de tirs d’obus dans le périmètre de la plus grande centrale nucléaire d’Europe. Le sixième et dernier réacteur en activité de cette centrale va être stoppé. Mais la situation n’est pas rassurante pour autant.1.

Par ailleurs, "dans l'aciérie longue de Hambourg, où ArcelorMittal produit du fil machine", une installation sera également mise à l'arrêt à partir du quatrième trimestre. "L'exploitation de l'usine a déjà été réduite de 80 % environ", a indiqué le responsable du site, Uwe Braun. Là comme à Brême, des mesures de chômage partiel déjà existantes devront être étendues.

En Espagne, c'est le site des Asturies, dans les environs de Gijon, qui verra l'un de ses hauts-fourneaux fermer temporairement fin septembre. "La situation est aggravée par le gros volume d'acier importé venant de producteurs extra-européens qui ne sont pas concernés par la hausse des coûts liée aux quotas d'émission de CO2 de l'UE", déplore le groupe dans un communiqué.

À lire aussi
Flambée des prix de l’énergie : les écoles britanniques se préparent à avoir froid

Un ralentissement d'activité en France

En France, il n'est pas prévu de fermer de hauts-fourneaux mais de ralentir l'activité à Dunkerque (nord). Deux hauts-fourneaux y sont déjà à l'arrêt, l'un pour maintenance et l'autre depuis juillet dans le cadre de la décarbonation du site. "Il reste à Dunkerque en activité le plus gros des trois hauts-fourneaux, le numéro 4, qui à lui seul représente plus de la moitié de la capacité de production d’acier à Dunkerque", a assuré à l'AFP une porte-parole de ArcelorMittal France. Sur le site de Dunkerque là aussi, des mesures d'économie avec "diminution du recours aux intérimaires, prise de congés anticipés, possibilité d’activité partielle selon les secteurs des usines" vont être mises en place. ArcelorMittal comptait 16 hauts-fourneaux en Europe fin 2021.

À lire aussi
Crise énergétique : le Gouvernement songe à généraliser le télétravail pour faire des économies

ont augmenté en août, mais les experts mettent en garde contre un ralentissement des prix des logements .
Les prix des logements au Royaume-Uni ont augmenté de l'année à août après une chute en juillet, selon Halifax. cependant, sur une base mensuelle, l'inflation des prix des logements a ralenti à 11,5%, contre 11,8% en juillet. La maison britannique moyenne coûte désormais un record de 294 260 £ selon le dernier indice des prix des maisons de la banque. Cependant, le taux de croissance annuel de l'année à août 2022 a ralenti à son point le plus bas en trois mois.

Voir aussi