Entreprise: Corruption : Bruxelles maintient la pression financière sur la Hongrie

Guerre en Ukraine. Nouvelle aide européenne, dernier réacteur de Zaporijjia… Le point au 194e jour

  Guerre en Ukraine. Nouvelle aide européenne, dernier réacteur de Zaporijjia… Le point au 194e jour Le dernier réacteur en fonctionnement de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia (sud), la plus grande d’Europe et occupée par les forces russes, a été débranché du réseau ce lundi 5 septembre 2022. À ce sujet, le président Emmanuel Macron s’est entretenu avec son homologue Volodymyr Zelensky. Dans le même temps, une nouvelle aide européenne de 500 millions d’euros a été actée pour soutenir le pays en guerre. Voici le point au 194e jour du conflit. © INFOGRAPHIE / OUEST FRANCE La situation le lundi 5 septembre. Ce lundi 5 septembre 2022, le dernier réacteur opérationnel de la centrale nucléaire de Zaporijjia a été débranché du réseau.

Le commissaire européen au budget et à l’administration Johannes Hahn donne une conférence de presse sur la protection du budget de l’UE en Hongrie à la Commission européenne à Bruxelles, en Belgique, le 18 septembre 2022. © EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ Le commissaire européen au budget et à l’administration Johannes Hahn donne une conférence de presse sur la protection du budget de l’UE en Hongrie à la Commission européenne à Bruxelles, en Belgique, le 18 septembre 2022.

La Commission européenne a menacé dimanche 18 septembre 2022 la Hongrie de suspendre 7,5 milliards d’euros de financements européens, en raison de risques liés à la corruption dans ce pays. Le gouvernement de Viktor Orban a jusqu’au mois de novembre pour répondre aux préoccupations et échappé au couperet.

La Commission européenne a menacé dimanche 18 septembre 2022 la Hongrie de suspendre 7,5 milliards d’euros de financements européens, en raison de risques liés à la corruption dans ce pays, tout en accordant quelques semaines à Budapest pour mettre en œuvre des réformes.

«Le marché du travail solide continuera de soutenir la demande de logements»: la croissance de l'emploi et des salaires aidera à renforcer le marché du logement américain

 «Le marché du travail solide continuera de soutenir la demande de logements»: la croissance de l'emploi et des salaires aidera à renforcer le marché du logement américain © Getty Images Mots clés Les derniers nombres d'emplois suggèrent encore. Les États-Unis ont ajouté 315 000 nouveaux emplois en août , montrant que les employeurs sont prêts à embaucher, malgré un ralentissement du marché des logements. L'augmentation de l'embauche efficacement au carré avec les estimations de Wall Street. Les économistes interrogés par le Wall Street Journal avaient prévu 318 000 nouveaux emplois.

« Les mesures proposées (par la Hongrie) pour remédier à la situation sont en principe de nature à répondre aux problèmes identifiés, si elles sont correctement traduites dans des lois et mises en œuvre en conséquence », a estimé le commissaire européen au Budget Johannes Hahn.

La Commission européenne a déclenché en avril à l’encontre de la Hongrie une procédure jamais utilisée jusque-là, qui peut conduire à suspendre des financements européens dont l’utilisation est menacée par des atteintes aux principes d’État de droit.

Lire aussi : « On ne peut plus considérer la Hongrie comme une démocratie », alerte le Parlement européen

Pour la Hongrie de Viktor Orban, la Commission cite notamment des « irrégularités » et « carences » dans les procédures de passation de marchés publics, la proportion « anormalement » élevée de candidatures uniques pour ces contrats, le manque de contrôle des conflits d’intérêts et de poursuites judiciaires en cas de soupçons de fraude.

Patagonia : le fondateur fait don de sa fortune pour une raison très particulière

  Patagonia : le fondateur fait don de sa fortune pour une raison très particulière Yvon Chouinard a décidé de faire don de son entreprise, valorisée à trois milliards de dollars, en faveur de la protection de la nature, a-t-il annoncé dans une lettre publiée sur le site de la marque de vêtements. Le fondateur de la marque de vêtements de plein air Patagonia, connue pour ses prises de position en faveur de l'environnement, veut faire encore plus pour la planète et a décidé, à 83 ans, de simplement faire don de son entreprise. Yvon Chouinard aurait pu vendre la marque, valorisée trois milliards de dollars selon le New York Times, ou la faire entrer en Bourse.

L’exécutif européen propose donc au Conseil, institution représentant les États membres à qui revient la décision finale, de suspendre 65 % des fonds de trois programmes liés à la politique de cohésion, ce qui représente 7,5 milliards d’euros.

La Hongrie a trois mois pour agir

Une porte de sortie reste néanmoins ouverte. La Commission recommande au Conseil de se laisser jusqu’à trois mois pour évaluer la mise en œuvre des 17 mesures clés auxquelles la Hongrie s’est engagée pour répondre aux préoccupations. Telles qu’une « autorité indépendante » de lutte contre la corruption chargée de contrôler l’utilisation des fonds de l’UE, ou encore une amélioration de la transparence des marchés publics et du processus législatif.

Le gouvernement du Premier ministre nationaliste et ultra-conservateur Viktor Orban a indiqué que les lois destinées à apaiser les craintes européennes seraient soumises au Parlement hongrois à partir de lundi. La Commission réévaluera quant à elle la situation le 19 novembre.

Il y a « de bonnes chances de pouvoir […] signer d’ici la fin de l’année l’accord avec la Commission européenne, qui garantit l’utilisation des fonds européens », a déclaré dimanche Tibor Navracsics, le ministre hongrois chargé des négociations avec l’UE.

Budapest se démène pour tenter d’échapper au couperet, mais aussi pour convaincre Bruxelles de débloquer son plan de relance post-Covid (5,8 milliards d’euros de subventions).

La Hongrie est le seul pays de l’UE dont le plan n’a toujours pas reçu le feu vert de la Commission européenne, pour les mêmes raisons liées au respect de l’État de droit.

Londres pourrait supprimer les limites aux bonus des banquiers de la City pour doper la croissance .
Londres s'apprête à toucher à un tabou. Le mode très incitatif de rémunération des banquiers, sous forme de bonus souvent confortables sinon astronomiques, était tenu pour responsable de la crise financière mondiale de 2008 au motif qu'il encourageait ceux qu'on appelait des "golden boys" à prendre des risques excessifs pour empocher leur prime. Et malgré la très vive opposition du gouvernement britannique, l'Union européenne avait mis enMais depuis le Brexit, Londres a les mains libres.

Voir aussi