Entreprise: Insultes, bagarres, menaces de mort… Quand le port du masque obligatoire en public dégénère

Emploi et qualité de vie : ces villes moyennes où déménager

  Emploi et qualité de vie : ces villes moyennes où déménager Quitter la région parisienne OK, mais pour aller où ? De plus en plus de familles répondent : «Dans une ville moyenne où il y a du business». Voici la carte de ces nouveaux territoires. En dix ans, Brigitte et Olivier Chenevez (45 et 46 ans) ont triplé leur surface d’habitation tout en payant le mètre carré dix fois moins cher! D’un 95 mètres carrés à Paris revendu 950.000 euros en 2007, ces ex-cadres dirigeants de la SNCF et de Michelin sont passés – après un intermède de quelques années à Clermont-Ferrand – à une ravissante maison du XVIIIe siècle, de 200 mètres carrés et 1.000 mètres carrés de jardin, rachetée 260.

Des passagers masqués dans un bus à Lorient, le 11 mai 2020 (photo d’illustration). © Thierry Creux/Ouest-France Des passagers masqués dans un bus à Lorient, le 11 mai 2020 (photo d’illustration).

Obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai et dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet, le port du masque génère de nombreuses tensions à travers le pays. Les agressions se multiplient ces dernières semaines, notamment dans les transports, un secteur déjà endeuillé par la mort d’un chauffeur de bus à Bayonne, début juillet.

Exactement comment trouver des options thérapeutiques abordables près de chez vous, par thérapeutes et professionnels de la finance

 Exactement comment trouver des options thérapeutiques abordables près de chez vous, par thérapeutes et professionnels de la finance Meilleurs hôpitaux US News Hospital Heroes US News Hospital Heroes est une série spéciale en cours mettant en lumière les efforts extraordinaires déployés par les professionnels de la santé dans les tranchées de lutter contre la pandémie historique de coronavirus. Nous partagerons leurs expériences, leurs espoirs et leurs craintes de tous les coins de l'hôpital et du paysage plus large de la santé publique, alors que le pays rouvrira et empruntera la voie à suivre.

Son décès avait ému bien au-delà du Pays basque où il vivait et travaillait. Le chauffeur du bus bayonnais Philippe Monguillot s’est éteint le 10 juillet, quelques jours après avoir été violemment agressé par plusieurs usagers à qui il avait notamment demandé de mettre un masque pour monter dans son véhicule.

« Un crime abject », avait dénoncé le Premier ministre Jean Castex, promettant que la justice punirait ses auteurs. Depuis, quatre personnes ont été écrouées et mises en examen, dont deux pour tentative d’homicide volontaire. Mais les agressions liées au port du masque ont bondi depuis à travers la France, comme le montre cette liste non exhaustive.

Un client d’une laverie passé à tabac dans le Val-d’Oise

C’est la dernière agression en date sur fond de tensions autour du port du masque. Un client d’une laverie à Soisy-sous-Montmorency (Val-d’Oise) a porté plainte, ce lundi 3 août, après avoir été roué de coups par quatre personnes, dont l’une à qui il avait précédemment demandé de respecter la consigne du port du masque. L’agression a eu lieu dimanche, vers 16 h 45, dans une laverie automatique située dans un quartier populaire de la ville, selon la plainte pour « violence aggravée ».

Chez Honda, les employés de bureau sommés de travailler à l’usine

  Chez Honda, les employés de bureau sommés de travailler à l’usine Le constructeur automobile a officiellement justifié cette pratique occasionnelle par “la forte demande des clients”. Chez Honda, tout le monde doit mettre la main à la pâte en cette période particulière. Des employés de l’usine américaine de Marysville, dans l’Ohio, en ont eu la preuve. Selon une information révélée par WOSU Public Media, plusieurs personnes travaillant habituellement dans les bureaux ont reçu un mail afin de venir travailler sur les chaînes de production, au seine de l’usine du constructeur automobile, aux côtés des ouvriers.

« J’étais en train de plier mes vêtements pour les mettre dans un sac. J’ai demandé au monsieur de porter le masque. C’est écrit que c’est obligatoire et c’est la loi », a expliqué la victime, un homme de 44 ans, qui était accompagné de ses deux enfants de 5 et 7 ans. « Il m’a dit : « Je fais ce que je veux » », a-t-il poursuivi, précisant avoir réitéré cette demande vu la configuration des lieux.

La consigne du port du masque, obligatoire dans les endroits clos pour limiter la propagation du coronavirus, est affichée dans la laverie, a confirmé un membre du conseil syndical de la résidence.

Après une altercation verbale houleuse, le jeune homme non masqué est sorti de la laverie puis est revenu avec des renforts, selon le plaignant.

Deux hommes ont alors frappé la victime à coups de batte de base-ball, deux autres à mains nues, selon des images de vidéosurveillance. « Je me suis retrouvé par terre, en saignant abondamment avec une perte de connaissance. C’était pour me tuer », a témoigné la victime sur BFMTV.

Faux argent? Les monnaies les plus et les moins contrefaites au monde

 Faux argent? Les monnaies les plus et les moins contrefaites au monde Ces photos montrent la maison qui a été détruite par le feu après avoir été frappée par la foudre (Photo: SWN) Une maman a dit que son fils de deux ans était "chanceux d'être en vie" après que leur maison ait pris feu lorsqu'elle a été frappée par la foudre. Claire Brooks, 30 ans, a retiré son fils de sa chambre à la propriété de Haxby, dans le Yorkshire du Nord, quelques heures seulement avant qu'il ne prenne feu vendredi soir.

Une rixe entre un employé du tram et des voyageurs à Dijon

L’incident a eu lieu jeudi 30 juillet vers 18 h 30, en centre-ville. D’après le parquet de Dijon, l’employé du réseau n’était pas en service au moment des faits mais portait son polo de travail avec le logo de Divia.

Il voyageait comme simple passager quand il a remarqué deux jeunes hommes non masqués. Il les a rappelés à l’ordre. L’un a mis son masque, l’autre a dit ne pas en avoir. L’employé lui a alors demandé de descendre et les esprits se sont échauffés.

« L’employé Divia affirme avoir alors entendu des insultes, voire des menaces, ce que conteste le jeune homme », raconte le procureur de la République Éric Mathias dans un communiqué. Le petit groupe est descendu et il y a eu « des violences réciproques » : le chauffeur a récolté une incapacité totale de travail (ITT) de cinq jours. Le jeune homme avec qui il s’est battu, sans antécédents judiciaires, a lui aussi reçu diverses blessures nécessitant une ITT de quatre jours.

Mort d’Albin Chalandon : faut-il jeter aux chiens la maison individuelle populaire ?

  Mort d’Albin Chalandon : faut-il jeter aux chiens la maison individuelle populaire ? Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Management des Services Immobiliers, rend hommage au père des petites maisons individuelles populaires construites en périphérie des grandes villes dans les années 70. Albin Chalandon est mort et son nom ne dit rien aux jeunes générations, peut-être même rien aux générations précédentes encore actives : l’homme vient de décéder à 100 ans. C’est le garde des sceaux, ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, qui a salué sa mémoire comme celle de l’un de ses honorables prédécesseurs Place Vendôme.

Le second jeune homme est, lui, intervenu, « soit pour séparer les deux hommes, soit pour venir en aide au premier jeune homme », indique Éric Mathias. Il souhaite « poursuivre les investigations en enquête préliminaire, afin de déterminer le plus précisément possible les circonstances exactes et les responsabilités », alors que les deux jeunes hommes ont passé plusieurs heures en garde à vue avant d’être relâchés.

Une conductrice de bus giflée à Martigues

Les faits se sont déroulés jeudi 30 juillet, dans la soirée. Après avoir rappelé à une passagère le caractère obligatoire du port du masque dans les transports, la conductrice d’un bus de Martigues a reçu une gifle.

Alertée, la police s’est rendue sur les lieux et a interpellé l’auteure des faits, placée en garde à vue par la suite. Selon les informations du quotidien La Provence , la passagère a reçu une convocation pour comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), avant d’être remise en liberté.

Un mineur poursuivi pour avoir frappé un conducteur de bus à Orléans

Un jeune homme de 17 ans est soupçonné d’avoir frappé un conducteur de bus qui lui avait demandé de porter un masque, mardi 28 juillet à Orléans. Il a été mis en examen « pour violence sur personne chargée d’une mission de service public », a annoncé le parquet d’Orléans.

Après une perte, Adidas pense voir le bout du tunnel

  Après une perte, Adidas pense voir le bout du tunnel Après avoir essuyé une perte sèche d'avril à juin, Adidas espère un retour dans le vert sur le trimestre en cours, malgré la poursuite de la crise sanitaire, grâce au boom continu de ses ventes en ligne. Après avoir essuyé une perte sèche d'avril à juin, Adidas espère un retour dans le vert sur le trimestre en cours, malgré la poursuite de la crise sanitaire, grâce au boom c "La majorité de nos magasins ont de nouveau ouvert" fin juin, et ainsi "nous voyons la lumière au bout du tunnel", a déclaré le président du directoire, Kasper Rorsted.

L’agresseur présumé a été interpellé et été placé sous contrôle judiciaire par le juge des enfants, avec interdiction d’entrer en contact avec la victime et d’utiliser les transports en commun de la métropole d’Orléans (Tao).

Le conducteur de Tao (groupe Keolis) s’était vu prescrire quatre jours d’ITT (incapacité totale de travail) en raison, notamment, d’une blessure à un œil.

Selon le parquet, le chauffeur avait fait remarquer au mineur que le port du masque était obligatoire dans les transports en commun. Le jeune Orléanais, encore jamais condamné par la justice, avait alors remonté son T-shirt au niveau de son visage et s’était dirigé vers le fond du bus. Il était revenu quelques instants plus tard, cette fois avec un masque, pour asséner plusieurs coups au conducteur, avant de prendre la fuite.

Des agents de la SNCF copieusement insultés à Montpellier

Le 28 juillet, à Montpellier, des employés du service de sécurisation des trains de la SNCF ont essuyé les insultes d’une passagère récalcitrante. Sans titre de transport et sans masque, cette Parisienne a dû être expulsée de la gare.

Elle a proféré des insanités pendant plusieurs minutes, donnant lieu à neuf pages de retranscription après visionnage des images de la caméra-piéton d’un des agents, selon le quotidien régional Midi Libre .

Déjà connue des services de police pour des faits d’outrages et de violences, elle a écopé d’une convocation devant le tribunal correctionnel et a été verbalisée pour le non-port du masque.

Un vigile frappé avec un cendrier à Nantes

La scène remonte au 20 juillet. Ce lundi-là, un agent de sécurité qui surveillait l’entrée d’un magasin de vêtements a demandé à des clients de mettre correctement le masque qu’ils portaient avant d’entrer.

Vaccin : les États-Unis pourraient inoculer volontairement le coronavirus à des patients

  Vaccin : les États-Unis pourraient inoculer volontairement le coronavirus à des patients Un institut de recherche fédéral américain a annoncé, vendredi 14 août, développer une souche du nouveau coronavirus pour, peut-être un jour, être délibérément injectée à des volontaires . La course pour un vaccin contre le coronavirus bat son plein. Pour tenter de trouver le remède miracle au plus tôt, un institut de recherche fédéral américain a annoncé, vendredi 14 août, développer une souche du nouveau coronavirus pour, peut-être un jour, être délibérément injectée à des volontaires afin de vérifier si des vaccins expérimentaux sont efficaces.

Mais l’un d’eux a refusé de se plier à la règle et la situation a dégénéré en course-poursuite. Le client a attrapé un cendrier sur une table et porté un coup sur le crâne du vigile qui s’en est tiré avec plusieurs points de suture.

Deux suspects de 19 et 20 ans ont été interpellés par des fonctionnaires de la compagnie départementale d’intervention. Placés en garde à vue, ils devaient être déférés au parquet en vue d’un jugement en comparution immédiate le 22 juillet.

Un homme condamné pour avoir menacé de mort une chauffeuse dans le Tarn

Le 8 juillet, trois jours après l’agression de Philippe Monguillot, un homme était entré alcoolisé et sans masque dans un bus à Gaillac (Tarn). Il avait proféré des menaces de mort à l’encontre de la conductrice qui lui demandait de respecter l’obligation.

Interpellé huit jours plus tard, cet homme sous le coup d’un sursis pour des faits de vol a été condamné, fin juillet, à quatre mois de prison ferme.

Pour rappel, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai, date du déconfinement. Il l’est aussi dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet 2020. L’amende en cas de non-respect de cette règle est fixée à 135 €. Plus de 200 communes françaises imposent aussi désormais le port du masque en extérieur pour endiguer une résurgence des contaminations.

Coronavirus. L’Australie produira un vaccin et le fournira gratuitement à sa population .
L’Australie s’est assurée d’obtenir un vaccin « prometteur » contre le coronavirus, a annoncé mardi 18 août, son Premier ministre, assurant que le pays le fabriquerait et le distribuerait gratuitement à sa population. Selon le Premier ministre australien Scott Morrison, l’Australie a passé un accord avec le groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca concernant le vaccin qu’il est en train de développer avec l’université d’Oxford (Royaume-Uni).

Voir aussi