Immobilier: Immobilier : gare à un krach à Francfort, Toronto, Hong Kong... et Paris ?

Le géant chinois Evergrande suspend ses opérations à la bourse de Hong Kong

  Le géant chinois Evergrande suspend ses opérations à la bourse de Hong Kong La société chinoise, qui cumule plus de 300 milliards de dollars de dettes, a annoncé lundi avoir suspendu sa cotation à la bourse de Hong Kong. Le cours des actions de la société a chuté d'environ 80 % depuis janvier. Le géant immobilier chinois ultra-endetté Evergrande a suspendu ses opérations financières à la Bourse de Hong Kong, lundi 4 octobre, sans donner de raison. "La négociation des actions de China Evergrande Group sera interrompue",Le géant immobilier chinois ultra-endetté Evergrande a suspendu ses opérations financières à la Bourse de Hong Kong, lundi 4 octobre, sans donner de raison. "La négociation des actions de China Evergrande Group sera interrompue", a annoncé le groupe à la Bourse.

Immobilier : gare à un krach à Francfort, Toronto, Hong Kong... et Paris ? © Pixabay Immobilier : gare à un krach à Francfort, Toronto, Hong Kong... et Paris ?

Selon UBS, qui jauge le risque de surchauffe sur les prix de l'immobilier dans 25 grandes agglomérations au niveau mondial, Francfort, Toronto et Hong Kong constituent le trio de tête des villes les plus exposées au risque de bulle ! Et Paris est à risque...

Une étude d'UBS alimente les craintes de krach immobilier, les risques étant jugés particulièrement élevés pour Francfort, Toronto et Hong Kong. Neuf villes se situent dans la zone à risque de bulle, dont Munich et Zurich, suivies par Vancouver et Stockholm, puis Paris, à la huitième place du classement, et Amsterdam, au neuvième rang. Entre mi-2020 et mi-2021, les prix de l'immobilier résidentiel corrigés de l'inflation dans ces 25 villes ont augmenté de 6%, soit la plus forte augmentation annuelle depuis 2014, selon la banque suisse qui publie chaque année un indice des bulles immobilières pour dresser un état des lieux du marché.

Immobilier : propriétaires, que faire face au couac des diagnostics énergétiques ?

  Immobilier : propriétaires, que faire face au couac des diagnostics énergétiques ? Depuis leur mise en place au 1er juillet, de nombreuses anomalies ont été constatés sur les nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE). Des milliers de logements anciens ont été catégorisés, parfois à tort, comme des passoires thermiques. Face à ce gros couac, les propriétaires qui le peuvent sont incités à suspendre provisoirement la vente de leur logement. Explications Ce sont des anomalies qui pourraient coûter cher aux propriétaires, et surtout compliquer leurs transactions. Le 1er juillet dernier, le gouvernement lançait la nouvelle version du diagnostic de performance énergétique (DPE).

"La pandémie de coronavirus a confiné beaucoup de gens entre leurs quatre murs, ce qui a amplifié l'importance de l'espace de vie", a commenté Claudio Saputelli, responsable de la Recherche immobilière au sein de l'unité de gestion de la banque, cité dans un communiqué, relevant que de nombreux ménages sont prêts "à payer des prix plus élevés" pour leur logement. Avec les taux d'intérêt historiquement bas mais aussi la hausse des apports avec le surcroît d'épargne constitué par une partie des ménages pendant les confinements, l'expansion des prêts hypothécaires a accéléré presque partout au cours des derniers trimestres.

>> A lire aussi - Bourse, immobilier… “le coronavirus provoquera une réinitialisation !”

Mais un durcissement des conditions de crédit pourrait entraîner un arrêt brutal de la hausse sur la plupart des marchés immobiliers, a averti la banque. Une bulle immobilière est toujours démontrée à posteriori, lorsqu'elle éclate, ont rappelé les auteurs de l'étude qui soulignent cependant que des indicateurs, comme par exemple la déconnexion entre les revenus et les loyers, permettent de déceler des tensions.

Immobilier : “un dégonflement de la bulle de la Chine à la France ?” La chute des prix jusqu’où ?

  Immobilier : “un dégonflement de la bulle de la Chine à la France ?” La chute des prix jusqu’où ? Un dégonflement de la bulle de l'immobilier est à craindre en Chine. Et en France, "une simple reconnexion entre les prix de l’immobilier en France et le revenu des ménages justifierait une baisse d’environ 20%", relève notre chroniqueur Marc Touati, président du cabinet ACDEFI. Même si on l’oublie souvent, en particulier sur les marchés financiers et dans le secteur immobilier, il existe une règle immuable qui régule l’économie, pour ne pas dire la vie au sens large, depuis toujours : les arbres ne montent pas au ciel ! L’économie chinoise et son secteur immobilier sont en train de le prouver une nouvelle fois.

Parmi leurs outils d'analyse, ils ont notamment comparé le prix d'un appartement de 60 mètres carrés dans ces 25 villes par rapport au revenu annuel moyen de personnes à salaires élevés dans le secteur des services. A cette aune, Hong Kong ressort comme la ville la moins abordable. Même si les prix ont légèrement reflué à Paris, ce ratio y est également tendu, ont noté les économistes d'UBS, qui classent également Londres, Tokyo et Singapour parmi les villes les moins abordables.

>> Notre service - Trouvez le crédit immobilier le moins cher grâce à notre comparateur

Parmi les grands changements par rapport à l'année précédente, ils relèvent cependant que pour, la première fois depuis le début des années 1990, les prix de l'immobilier dans les zones non-urbaines ont augmenté plus rapidement que dans les villes alors que "la vie urbaine n'a plus la cote depuis les confinements".

Crédit immobilier : comment décrocher les meilleures conditions .
Les taux d'intérêt restent très bas. Nos conseils pour bien négocier. Même si, dans le sillage de la reprise économique, il faut s’attendre dans les mois à venir à une légère remontée des taux d’intérêt, les investisseurs immobiliers n’ont pas à se plaindre : ils pourront encore emprunter en 2021 à très bas coût, autour de 1% sur quinze ans. Obtenir un rabais supplémentaire n’est pas impossible, surtout avec un bon dossier (apport de 20%, CDI, hauts revenus…), mais c’est sur le terrain de l’assurance décès-invalidité, où la concurrence est rude, qu’il y a le plus à gagner désormais.

Voir aussi