Actualités à la une

Immobilier: France : 10 fois plus de logements vides que de SDF

Paris : 254 logements HLM vont être construits au cœur du 7e arrondissement, dont « des studios à 200 euros par mois »

  Paris : 254 logements HLM vont être construits au cœur du 7e arrondissement, dont « des studios à 200 euros par mois » Le chantier de l’ancien ministère de la Défense doit être livré en 2023 © A. GELEBART / 20 MINUTES Le VIIe arrondissement ne compte actuellement que 4% de logements sociaux. LOGEMENT SOCIAL - Le chantier de l’ancien ministère de la D Des logements HLM à deux pas de l' Assemblée nationale. C’est ce que prévoit le chantier de l’ancien ministère de la Défense, dont la livraison est attendue en 2023.

  France : 10 fois plus de logements vides que de SDF © OLIVIER BOITET / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Durant l'année, sur 37 millions de logements, plus de 3 millions sont vacants. Ni les propriétaires ni les locataires n'occupent ces lieux. Ces derniers sont soit des maisons en attente d'être vendues, soit des bureaux désaffectés, soit encore des corps de ferme vétustes. D'après la dernière étude de l'Insee, dont se fait l'écho France Inter lundi 15 novembre, cela représente un logement sur dix en France, soit potentiellement dix fois plus d'espaces de vie disponibles qu'il n'y a de personnes sans domicile fixe.

D'après la Fondation Abbé-Pierre, il y aurait près de 300 000 personnes sans domicile fixe en France. Près d'un quart des logements vacants sont situés dans les communes rurales, la grande majorité se trouvant dans les zones urbaines. Dans la capitale et ses alentours, 370 000 logements ne sont pas occupés. C'est en Île-de-France que la part de logements vacants (6,5 %) est la plus faible par rapport aux logements effectivement occupés, soit tout de même 400 000 lieux de vie potentiels.

Tasmanian invité à faire quelque chose sur la crise du logement dans

 Tasmanian invité à faire quelque chose sur la crise du logement dans gouvernement nord-ouest de l'île © fourni par ABC NOUVELLES Rochelle Gordon dit la « seule raison pour laquelle je me lève le matin à cause des deux chiens ». (ABC Nouvelles: Piia Wirsu) Rochelle Gordon a été mis sur la liste d'attente prioritaire des logements sociaux pour deux ans et demi, et elle dit qu'elle est préjudiciable à sa santé physique et mentale.

À LIRE AUSSIMalgré la crise sanitaire, le nombre de pauvres n'a pas augmenté en 2020

Près de 4 millions de mal-logés

Cela dit, ces chiffres sont à prendre avec une certaine distance. « Les 3,1 millions de logements recensés comme vacants par l'Insee comprennent aussi les logements qui attendent d'être vendus ou loués ainsi que ceux qui sont insalubres. D'autres sont aussi situés dans des départements où il y a peu de besoins », a analysé Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre, auprès de La Croix en décembre 2020.

En France, les 300 000 sans domicile fixe s'ajoutent aux 3,9 millions de personnes dites « mal-logées ». Pourquoi, alors, les logements vacants ne sont-ils pas réquisitionnés pour mettre à l'abri des Français actuellement domiciliés dans des logements vétustes, mal isolés, voire dangereux ? Il existe actuellement plusieurs dispositifs légaux. Depuis une loi de 1945, l'État peut réquisitionner des logements privés ou publics vacants en cas de grande pénurie de logements.

Immobilier. Les nouveaux critères du dispositif Pinel + dévoilés : voici ce qui change

  Immobilier. Les nouveaux critères du dispositif Pinel + dévoilés : voici ce qui change Le dispositif Pinel, qui permet à des propriétaires de logements neufs, de bénéficier de réduction d’impôts, va être remplacé d’ici à 2024 par le Pinel +, plus exigeant en termes de qualité du logement. Le ministère du Logement a présenté, ce lundi 15 novembre, les nouveaux critères du dispositif d’avantages fiscaux Pinel +. Il concernera, à partir de 2023, certains propriétaires de logements neufs, qui mettent cette habitation en location.

Les pouvoirs publics n'appliquent pas la loi de 1945 sur les réquisitions alors que le mal-logement explose.Jean-Baptiste Eyraud, fondateur de l'association Droit au logement

Pour autant, la dernière vague de réquisitions remonte à? 1997. En janvier 2021, des centaines de manifestants avaient défilé dans les rues de Paris pour exiger de pouvoir loger des SDF et des réfugiés dans les logements inoccupés de la capitale. « Les pouvoirs publics n'appliquent pas la loi de 1945 sur les réquisitions alors que le mal-logement explose : loyers trop chers, non-respect de l'encadrement des loyers, spéculation et financiarisation de l'immobilier », avait alors dénoncé Jean-Baptiste Eyraud, fondateur de l'association Droit au logement, au micro de France 3.

Immobilier : “la hausse des prix n’est pas tenable”, selon le président de la Fnaim .
Pandémie ou non, les prix de l’immobilier grimpent dans de nombreuses communes… et le nombre de transactions bat des records en 2021 ! L’incroyable frénésie immobilière qui touche les acheteurs depuis plusieurs mois ne sera toutefois pas durable, estime le président de la Fédération nationale de l’immobilier Jean-Marc Torrollion. Entretien. Capital : 2021 sera une année record en nombre de transactions, et même en niveau de prix dans certaines communes. Comment l’expliquer ?Jean-Marc Torrollion : Suite à la pandémie, une vraie redistribution du marché immobilier s’est opérée, au profit des régions de l’Ouest et des zones rurales.

Voir aussi