Actualités à la une

Immobilier: Encadrement des loyers à Paris : 35% des annonces dans la capitale dépassent le plafond légal, selon une étude

Bordeaux : « Non, les loyers ne sont pas élevés », estime la chambre des propriétaires, opposée à leur encadrement

  Bordeaux : « Non, les loyers ne sont pas élevés », estime la chambre des propriétaires, opposée à leur encadrement La chambre des propriétaires a déposé un recours pour demander l’annulation de l’arrêté relatif à l’encadrement des loyers à Bordeaux © S. ORTOLA / 20 MINUTES Une femme consulte les annonces immobilières devant une agence à Bordeaux. LOGEMENT - La chambre des propriétaires a déposé un recours pour demander l’annulation de l’arrêté relatif à l’enc Comme à Lyon et Montpellier, la chambre des propriétaires de la Gironde (UNPI33) a déposé un recours devant le conseil d’Etat pour demander l’annulation du décret autorisant Bordeaux a expérimenté l’ encadrement des loyers.

"Les dépassements les plus importants sont constatés dans les arrondissements les plus riches (1er, 7e, 9e, 16e), alors que les dépassements moins élevés sont le fait des 14e, 19e et 20e arrondissements", ajoute le document.

  Encadrement des loyers à Paris : 35% des annonces dans la capitale dépassent le plafond légal, selon une étude © Fournis par franceinfo

Quelque 35% des annonces locatives à Paris dépassent le plafond légal des loyers, selon une étude de la ville de Paris et la fondation Abbé Pierre rendue publique lundi 29 novembre. Ce "premier baromètre sur l'application de l'encadrement des loyers" s'appuie sur l'analyse de 15 000 annonces, recensées entre août 2020 et août 2021. Ce taux est "stable au cours de la période étudiée" et correspondant à d'autres estimations de professionnels du secteur.

Un quart des ménages multipropriétaires détient deux tiers des logements en France… Pourquoi cela pose problème

  Un quart des ménages multipropriétaires détient deux tiers des logements en France… Pourquoi cela pose problème Dans son étude « France portrait social », publiée ce jeudi, l’Insee pointe la forte concentration du patrimoine immobilier dans notre pays © Pixabay Les biens des multipropriétaires sont souvent situés dans les grandes villes. IMMOBILIER - Dans son étude « France portrait social », publiée ce jeudi, l’Insee pointe la forte concentration du patrimo Des chiffres qui peuvent surprendre. En France, en 2017, 24 % des multipropriétaires détenaient 68 % des logements possédés par des particuliers, selon l’étude France portrait social de l ’Insee publiée ce jeudi.

Les annonces au-dessus des plafonds "proposent un loyer moyen hors charges de 1 229 euros par mois, qui inclut un dépassement moyen des plafonds de loyer de 196 euros par mois", soit une "ponction annuelle de près de 2 400 euros par an pour les locataires qui les subissent". "Les dépassements les plus importants sont constatés dans les arrondissements les plus riches (1er, 7e, 9e, 16e), alors que les dépassements moins élevés sont le fait des 14e, 19e et 20e arrondissements", ajoute le document.

L'encadrement des loyers étendu à Bordeaux, Montpellier et Lyon

L'étude précise qu'une annonce qui dépasse les plafonds autorisés "n'est pas forcément dans l'illégalité", du fait d'une possible différence avec le bail effectivement signé ou des caractéristiques particulières du logement. L'encadrement des loyers interdit aux propriétaires de demander aux locataires un montant supérieur à une somme donnée, celle-ci variant selon les quartiers en fonction de l'état du marché. Il s'applique dans des zones de plus de 50 000 habitants "où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements". Prévu par la loi Elan de 2018, le plafonnement des loyers ne concernait jusqu'au 1er juin que Paris et Lille. Il a été étendu à cette date à neuf villes de Seine-Saint-Denis en banlieue parisienne, et début septembre aux métropoles de Bordeaux, Montpellier et Lyon.

Immobilier : pourquoi investir en meublé reste intéressant .
La location meublée dans l'ancien reste toujours attrayante malgré des règles devenues plus rigides. La location meublée à titre de résidence principale a longtemps été régie par un principe de liberté contractuelle entre le bailleur et son locataire : en clair, le propriétaire dictait ses conditions. Mais la loi Alur, adoptée en 2014, a imposé des règles plus strictes, visant à mieux protéger les droits de l’occupant.

Voir aussi