Immobilier: Manifestation dans les rues de Paris pour remettre la question du logement sur le devant de la scène

Immobilier: comment fonctionne le droit de préemption?

  Immobilier: comment fonctionne le droit de préemption? PRATIQUE - Comment fonctionne le droit de préemption d’un locataire en cas de vente d’un logement? Quelles sont les conditions et exceptions à connaître? En France, tout locataire bénéficie d’un droit de préemption en cas de vente de son logement par son propriétaire, en vertu de l’article 10 de la loi n° 75-1351 du 31 décembre 1975 relative à la protection des occupants de locaux à usage d'habitation. Ce qui signifie que les locataires sont prioritaires en matière d’acquisition du logement, au moment de la cession du bien. Mais ce droit est soumis à certaines limites et conditions.

Organisée par la DAL, l'association Droit au logement, la manifestation avait pour objectif de remettre la question du logement sur le devant de la scène. © AFP/Mehdi Fedouach Organisée par la DAL, l'association Droit au logement, la manifestation avait pour objectif de remettre la question du logement sur le devant de la scène.

Réquisition, c'était le mot d'ordre de la manifestation qui s'est tenue dimanche 2 janvier devant l'Hôtel de ville de Paris. Alors que l'Insee a recensé près de 3 millions de logements vacants en France, le cortège réclamait des mesures fortes pour garantir un accès à un logement décent pour tous.

Ils étaient près de 200 à sillonner les rues du centre-ville de Paris, dimanche, au départ de l'Hôtel de ville. Organisée par la DAL, l'association Droit au logement, la manifestation avait pour objectif de remettre la question du logement sur le devant de la scène.

Logement : ce qui va changer en janvier 2022

  Logement : ce qui va changer en janvier 2022 Comme chaque année, le 1er de l’an marquera de nombreux changements, et notamment dans le secteur du logement. Ainsi, il faut s’attendre à six nouveautés à compter du mois de L’article Logement : ce qui va changer en janvier 2022 est apparu en premier sur Mieux Vivre Votre Argent.

« Entre ceux qui sont à la rue et ceux qui sont dans les logements insalubres ou dans des situations de précarité de foyer, c’est énorme le nombre de gens qui sont dans cette situation. » Habitant en banlieue parisienne, Najat Guerrib a fait le déplacement pour exprimer son ras-le-bol, après plusieurs années d'attente pour un nouveau logement social : « On est retraités moi et mon mari. J’habite un logement au rez-de-chaussée, pollué, trop de bruit. Et ça fait quand même six ans que j’ai fait ma demande, et rien ! »

Le débat politique en ligne de mire

Selon l'Insee, environ 3 millions de logements sont actuellement vacants en France. Un chiffre qui fait grincer Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l'association Droit au logement : « Une des mesures à prendre, c’est mener une politique active de mobilisation des logements vides, qui nécessite trois types d’action : la réquisition sur des biens spéculatifs, la taxe sur les logements vacants et, la troisième mesure est une mesure incitative pour encourager les propriétaires afin d’avoir des garanties par des associations pour louer leurs biens, récupérer un peu d’argent. »

À quatre mois de l’élection présidentielle, le souhait des manifestants est donc que le sujet puisse trouver refuge dans le débat politique.

L’effet délétère de l’arrivée des métropolitains dans les villes moyennes .
Pour beaucoup, la pandémie a été salutaire sur l’attractivité des villes moyennes. Mais attention au retour de bâton, prévient Henry Buzy-Cazaux, le président fondateur de l’Institut du Management des Services Immobiliers. Car certains territoires sont aujourd’hui confrontés à de véritables problèmes démocratiques. On a présenté le phénomène catalysé par la pandémie comme une bénédiction, jusqu’à l’absurde et avec un enthousiasme aveugle : les grandes villes et leur périphérie allaient se vider au profit des villes moyennes et des campagnes et la nation allait enfin vivre heureuse.

Voir aussi