Immobilier: Les amendes pour les patrons qui refusent le télétravail, 2022, année de vérité pour l’immobilier… Le flash éco du jour

Immobilier : emprunter à moins de 1 %, le privilège des meilleurs dossiers

  Immobilier : emprunter à moins de 1 %, le privilège des meilleurs dossiers Les banques s’arrachent les meilleurs profils à grand renfort de taux d’intérêt canons, mais tous les emprunteurs n’ont pas le droit aux mêmes faveurs. Est-il si aisé d’obtenir un crédit immobilier à moins de 1 % ? On fait le point.L’année 2021 aura conforté les tendances des années précédentes : les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont au plus bas. Résultat : les moyennes des conditions d’octroi des nouveaux emprunts passent souvent sous la barre symbolique des 1 %.

Les amendes pour les patrons qui refusent le télétravail, 2022, année de vérité pour l’immobilier… Le flash éco du jour © Sophie Levy Ayoun / Capital Les amendes pour les patrons qui refusent le télétravail, 2022, année de vérité pour l’immobilier… Le flash éco du jour

Retrouvez l'essentiel de l'actu éco du jour dans le flash réalisé par Capital.

Le chiffre du jour : 1.000 euros par salarié. C’est le montant maximal des amendes prévues par le gouvernement contre les employeurs réfractaires au télétravail et, plus globalement, au respect du protocole sanitaire en entreprise. L’exécutif a déposé, vendredi 31 décembre, un amendement au projet de loi sur le pass vaccinal permettant de mettre en place de telles sanctions financières. Leur montant pourra évoluer en fonction du comportement de l’employeur, de ses ressources, des circonstances et de la gravité du manquement observé. Un plafond a été fixé à 50.000 euros d’amendes par entreprise ne respectant pas les règles. À noter que ces sanctions financières sont censées être temporaires et prendre fin, au plus tard, le 31 juillet 2022.

Immobilier: faut-il opter pour un acte sous seing privé?

  Immobilier: faut-il opter pour un acte sous seing privé? CONSEILS- Lors d’un achat immobilier, il est possible de se passer d’un notaire pour le compromis. Il faut alors opter pour un acte sous seing privé, une solution qui comporte certains risques. Quand on évoque le terme "acte sous seing privé", certaines personnes peuvent se demander de quoi il s’agit. Cet acte est finalement assez courant. Il correspond tout simplement à un acte juridique, également appelé "acte sous signature privée", rédigé et signé par deux parties ou leurs mandataires. Il n’implique donc pas de faire appel à un notaire ou autre officier public.

Le coup de gueule de rentrée est poussé par notre chroniqueur immobilier, Henry Buzy-Cazaux. Selon lui, la santé de fer affichée ces deux dernières années par le marché immobilier ne doit surtout pas être prise pour une réalité immuable. Car cette fameuse résilience cache bien des failles… L’année 2021 s’est certes terminée sur un nombre record de transactions, mais celles-ci ont surtout été réalisées par les ménages les plus aisés. La faute à l’envolée des prix dans la plupart des régions, devenue insoutenable pour une part importante des Français, ainsi qu’au resserrement des conditions de crédit. “Il va falloir que les prix fléchissent, sauf à imaginer une réévaluation généralisée des salaires”, affirme l’expert. Marché, fiscalité, construction, rénovation énergétique… Henry Buzy-Cazaux liste les grands enjeux d’une année 2022 charnière pour sortir de la crise du logement.

2022, une année immobilière de vérité

  2022, une année immobilière de vérité Selon Henry Buzy-Cazaux, le président fondateur de l’Institut du Management des Services Immobiliers, la bonne santé du marché immobilier en 2021 ne doit pas cacher les failles du logement en France. Il appelle à une opération vérité sur ce qui doit être fait en 2022 pour sortir de la crise. La vérité est-elle préférable aux faux semblants en économie ? Oui, sans conteste, parce que les illusions se paient cher un jour ou l’autre.

L’info pratique Capital concerne elle aussi votre logement. Après le succès retentissant de MaPrimeRénov’ l’année dernière, le gouvernement a remis 2 milliards d’euros sur la table pour aider les propriétaires qui engageront des travaux d’économie d’énergie en 2022. L’effort sera d’ailleurs progressivement renforcé sur les chantiers performants, ceux qui conjuguent différents gestes de rénovation. En attendant, l’exécutif a apporté quelques ajustements aux conditions d’octroi de la prime. Pour commencer, alors que MaPrimeRénov’ concernait jusqu’ici tous les logements achevés depuis plus de 2 ans, elle ne concerne désormais plus que les biens de plus de 15 ans. Le délai d’achèvement des travaux a quant à lui été allongé, de un à deux ans. Plus d’infos sur ces petites nouveautés sur Capital.fr.

Et on termine par Amazon, victime d’un bad buzz. "Ne nous décevez pas". C'est ainsi que le compte Instagram d'Amazon Prime Video avait invité, ce jeudi 30 décembre, les internautes à proposer des légendes pour remplacer sa biographie, une ligne visible directement sur la page d'accueil du profil. Et les responsables du service de streaming vidéo d'Amazon ne s'attendaient certainement pas à recevoir un message en particulier. En effet, un internaute a suggéré le commentaire suivant : "Promis, on paiera nos impôts en France", en parlant bien évidemment d’Amazon connu pour son optimisation fiscale. Le géant américain a supprimé le premier commentaire en question qui a aussitôt provoqué un raz de marée de messages sur le réseau, de nombreux internautes reprenant la phrase visant le géant américain. Pour rappel, en mai 2021, le quotidien britannique The Guardian avait dévoilé qu'Amazon n'avait pas payé d'impôt sur les bénéfices en Europe, malgré un chiffre d'affaires avoisinant les 44 milliards d'euros.

> Réécoutez et abonnez-vous à ce podcast sur vos plateformes favorites (Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google Podcasts, Soundcloud...) ainsi que sur les enceintes connectées Google Home, Amazon Echo et Apple HomePod.

> La saga des marques, 21 millions (sur les cryptomonnaies)... retrouvez tous les podcasts de Capital et de Prisma dans notre espace dédié.

Et si vous achetiez une passoire thermique ? Les tarifs bancaires s'envolent en 2022… Le flash éco du jour .
Retrouvez l'essentiel de l'actu éco du jour dans le flash réalisé par Capital. Le chiffre du jour : 1,5%. C’est le montant moyen de la hausse des frais bancaires entre janvier 2021 et janvier 2022, selon une étude du comparateur Panorabanques publiée en exclusivité par Capital. Les seuls frais de tenue de compte, qui n'apportent pourtant aucun service concret aux clients, ont bondi de 6% sur l’année, faisant passer la note de 18,2 euros par an à 19,3 euros. Méfiez-vous également des virements effectués en agence. Ils coûtent désormais 9,5% plus cher et sont facturés en moyenne 4,6 euros l’unité.

Voir aussi