Immobilier: Bourse, taux d’intérêt, immobilier… “les krachs sont de retour”

Simulation de prêt immobilier : comment ça marche ?

  Simulation de prêt immobilier : comment ça marche ? La simulation de prêt immobilier est nécessaire afin d’être préparé au mieux pour les investissements à venir. Focus. Effectuer une simulation de prêt immobilier en ligneRappelons que le montant du prêt et des mensualités dépend de vos revenus mensuels. De ce fait, il est important de connaitre la somme maximale que vous pouvez vous permettre d’emprunter. En effet, cela vous donnera une idée du budget total à préparer pour l’achat de votre bien. La simulation prêt immobilier avec Cafpi est le meilleur moyen d’obtenir une estimation rapide, gratuite, et entièrement en ligne.

Les taux d’intérêt à long terme devraient continuer de flamber, ce qui pèsera sur la Bourse et l’immobilier. Gare à un krach, avertit notre chroniqueur Marc Touati, économiste, président d’ACDEFI et écrivain.

Après une relative accalmie lors de cet été et en dépit de plusieurs tentatives pour retrouver le chemin de la hausse durable, la Bourse continue de baisser. Et ce, notamment à cause de l’aggravation de la stagflation, c’est-à-dire du maintien d’une très forte inflation et du retour de la récession, en particulier aux États-Unis et dans la zone euro. Cette situation incite certains Etats, et notamment la France, à augmenter encore et toujours son fameux “quoi qu’il en coûte”. Mais désormais, dans la mesure où la BCE ne peut plus continuer sa “planche à billets”, cette gabegie de dette publique commence à se payer au prix fort. Et pour cause : les taux d’intérêt des obligations d’Etat sont repartis en forte hausse, suscitant un krach obligataire, qui risque de s’aggraver au cours des prochains mois.

Crédit immobilier : les taux augmentent encore en septembre

  Crédit immobilier : les taux augmentent encore en septembre Les banques continuent de remonter leurs taux de crédit immobilier dans un marché déjà tendu. Elles anticipent notamment une amélioration des conditions d’emprunt le 1er octobre, rapportent les courtiers. Emprunter coûte de plus en plus cher. Les courtiers, qui ont reçu les grilles de taux de crédit immobilier applicables pour le mois de septembre, constatent tous une nouvelle hausse. Elle s’élève à 5 points de base d’après Empruntis, pour un pourcentage moyen à 1,90%. Plus précisément, les intérêts s'élèvent à 1,75% sur 15 ans, 1,90% sur 20 ans et 2,05% sur 25 ans.

En effet, ne l'oublions pas : les taux d'intérêt obligataires dits “à long terme” correspondent théoriquement aux taux d'intérêt à court terme (c’est-à-dire les taux directeurs des banques centrales) auxquels on ajoute deux types de composants. Primo, le coût d'opportunité du prêt, c'est-à-dire du renoncement de ses liquidités à court terme, ce coût étant positivement corrélé à l'échéance du prêt : plus on prête longtemps, plus ce coût augmente. Secundo, des primes de risque. Ces dernières sont notamment relatives aux perspectives de croissance économique, d'inflation et de déficit public. Certes, aujourd'hui, les premières apparaissent de plus en plus moribondes, dans la mesure où la récession est en train de s’installer des deux côtés de l’Atlantique. En revanche, les deux autres primes de risque sont nettement positives.

Crédit immobilier : face aux taux d’usure, des montages risqués

  Crédit immobilier : face aux taux d’usure, des montages risqués C’est un sujet de tensions entre les organismes de crédit immobilier et les autorités financières depuis plusieurs mois. Le taux d’usure, taux maximum d’un prêt qui doit permettre de protéger les L’article Crédit immobilier : face aux taux d’usure, des montages risqués est apparu en premier sur Mieux Vivre Votre Argent.

À lire aussi
Bourse : le fonds spéculatif n°1 met en garde contre un krach massif

A commencer par l’inflation, qui, en dépit d’une légère baisse corrective aux Etats-Unis en août, reste excessivement forte. Dans la zone euro, après avoir déjà atteint un record historique de 9,1% en août, la poursuite des tensions des prix à la production (à près de 38% en glissement annuel en juillet dernier) montre que l’inflation pourrait rapidement atteindre, voire dépasser la barre des 11%. Ces tensions imposeront inévitablement à la Fed et la BCE de resserrer encore fortement leur politique monétaire au cours des prochains mois. Dès le 21 septembre, la première devrait ainsi porter son taux objectif des federal funds à 3,25%. Quant au taux refi de la BCE, il devrait rapidement être augmenté à 2%. Autrement dit, la base de départ des taux d’intérêt obligataires va continuer d’augmenter nettement.

Crédit immobilier : qui peut emprunter malgré un taux d’endettement supérieur à 35% ?

  Crédit immobilier : qui peut emprunter malgré un taux d’endettement supérieur à 35% ? Depuis le début de l'année, le taux d'endettement des emprunteurs ne doit pas dépasser 35% de leurs revenus. Les banques peuvent toutefois déroger à cette règle pour un dossier sur cinq. Voici les profils privilégiés. C’est un obstacle de plus qui se dresse sur la route des emprunteurs. Depuis le 1er janvier 2022, le Haut conseil à la stabilité financière (HCSF), autorité placée sous l’égide de Bercy, contraint les banques à limiter le taux d’effort des emprunteurs à 35% de leurs ressources.

Mais les tensions qui s’exercent sur la prime de risque inflationniste et sur les taux monétaires demeurent presque limitées au regard de l’explosion à venir de la troisième prime de risque, en l’occurrence celle relative aux déficits publics et à la piètre crédibilité des Etats à réduire leur dette. En effet, déjà sur des niveaux stratosphériques, les dettes publiques vont encore augmenter au moins jusqu’au début 2023. En particulier en France et dans les pays du Sud de la Zone Euro. Et le discours et les mesures annoncées du gouvernement français en faveur de la poursuite décomplexée de l’augmentation de la dette publique ne vont évidemment pas arranger la situation. Et ce d’autant que la page des “planches à billets” démesurées est définitivement tournée.

À lire aussi
CAC 40, Nasdaq… le spectre d’un krach historique : le conseil Bourse

Dans ce cadre, la hausse des taux longs s’accélèrera inévitablement et ces derniers se rapprocheront de leurs niveaux normaux. Il faut par exemple savoir que, compte tenu des primes de risques évoquées plus haut, le niveau théorique du taux d'intérêt à dix ans des obligations de l'Etat français se situe autour des 4%. De quoi confirmer que la récente remontée des taux à long terme est loin d'être terminée.

Immobilier: ces villes où les prix pourraient baisser

  Immobilier: ces villes où les prix pourraient baisser Les prix de l’immobilier sont encore orientés à la hausse. Mais avec la hausse des taux des crédits, les prix pourraient commencer à fléchir dans certaines villes selon MeilleursAgents. Le marché immobilier semble bien parti pour dépasser cette année encore le million de transactions dans l’ancien. Pour se loger, investir ou acquérir une résidence secondaire, les Français continuent de miser sur la pierre. Jusqu’à la fin de l’année dernière, ils étaient soutenus par des taux de crédit immobilier au plancher ces dernières années.

Parallèlement, cette remontée des taux obligataires va mécaniquement accroître les déficits publics et grever la croissance économique, ce qui alimentera de nouveau l'augmentation des déficits et de la dette, puis suscitera une nouvelle phase de tension des taux à long terme, engendrant un cercle pernicieux particulièrement dommageable pour l'activité économique. Bien entendu, ce ralentissement affectera également la Bourse, qui est déjà retombée dans une phase de déprime depuis quelques semaines.

À lire aussi
CAC 40, Nasdaq... faut-il craindre un nouveau krach de la Bourse ? L’AMF tire la sonnette d’alarme

De plus, la remontée des taux d’intérêt des crédits jouera à la baisse sur l’investissement des entreprises mais aussi sur le secteur de l’immobilier. En France, les prix de l’immobilier devraient ainsi reculer d’au moins 15 % au cours des prochains trimestres, de manière à se reconnecter à la réalité des revenus et du PIB français. Ce dégonflement de bulle ne sera d’ailleurs pas forcément un mal puisqu’il permettra de resolvabiliser une partie de la demande qui ne peut aujourd’hui acheter compte tenu du niveau trop élevé des prix.

Enfin, piètre consolation, la remontée des taux d’intérêt obligataires se traduira aussi par une amélioration des rendements des comptes sur livret et à taux garantis. Mais ne rêvons pas, ces derniers demeureront inférieurs au niveau de l’inflation. En conclusion, les entreprises et les citoyens de la zone euro sont malheureusement condamnés à une triple peine : une forte inflation, une récession massive et une dangereuse remontée des taux d’intérêt des obligations d’Etat.

Immobilier: devant la Banque de France, les courtiers en crédit appellent à revoir le taux d'usure

  Immobilier: devant la Banque de France, les courtiers en crédit appellent à revoir le taux d'usure Le taux d'usure freine l'octroi des crédits immobiliers selon les courtiers qui manifestent devant la Banque de France. Après les interpellations médiatiques et une pétition en ligne, place à la manifestation! Face à l’augmentation des refus de prêts immobiliers constatée ces derniers mois, les courtiers en crédit ont décidé de manifester ce matin devant la Banque de France. Le casus belli? Le calcul du taux d’usure, responsable selon les professionnels de très nombreux refus de financement ces derniers mois.

>> Achetez et vendez vos placements (Bourse, cryptomonnaies…) au bon moment grâce à Momentum, la lettre d’investissement et newsletter de Capital sur l’analyse technique, économique et financière. Et en ce moment, avec le code promo CAPITAL30J, profitez d’un mois d'essai gratuit.

Il est clair qu’après avoir été habitués pendant trente ans à une faible inflation et à des taux d’intérêt excessivement bas, le réveil est désormais douloureux, surtout pour celles et ceux qui se complaisent dans le déni de réalité depuis trop longtemps. Dire qu’il y a encore quelques mois, certains n’hésitaient pas à annoncer que la France et la zone euro étaient sur le point d’entrer dans une nouvelle ère de prospérité encore plus vigoureuse que celle des “Trente Glorieuses”…

Marc Touati, économiste, président du cabinet ACDEFI et auteur de 7 best sellers économiques

Son nouveau livre, RESET II – Bienvenue dans le monde d’après, est sorti le 1er septembre 2022

  Bourse, taux d’intérêt, immobilier… “les krachs sont de retour” © Fournis par Capital Marc Touati

Vous pouvez également retrouver ses chroniques vidéos sur sa chaîne Youtube , dont la dernière : Bourse, taux d'intérêt, immobilier... vers de nouveaux krachs ?

Le CAC 40 attend le verdict de la Fed sur les taux, la Bourse de Paris dans le rouge .
Après six séances de baisse consécutives, le Bourse de Paris est toujours sur ses gardes, en attendant une décision de politique monétaire la banque centrale américaine (Fed) qui devrait annoncer une nouvelle hausse des taux. La Bourse de Paris (CAC 40) attendue une nouvelle fois en baisse avant la décision de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed), attendue plus tard dans la journée. Le contrat à terme de l'indice vedette CAC 40 cédait 0,28% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. Cette semaine, la cote parisienne a perdu 1,35% mardi et 0,26% lundi.

Voir aussi