Immobilier: Loire-Atlantique. Le marché de l’immobilier poursuit sa hausse des prix

Crédits immobiliers. La hausse des refus de prêts va-t-elle faire chuter les prix du marché ?

  Crédits immobiliers. La hausse des refus de prêts va-t-elle faire chuter les prix du marché ? Avec la hausse des refus de prêts, le risque est de voir se réduire la demande sur le marché immobilier. Et donc que les prix se dégonflent ou bien que le marché se fige. Les prochains mois seront décisifs pour ce secteur économique qui pèse 11 % du PIB.Il est encore un peu trop tôt pour réellement cerner les effets des refus de prêts sur le marché immobilier français. Néanmoins, des premiers indicateurs montrent un fléchissement des transactions et des prix. Mais les professionnels s’attendent à une accélération dans les prochains mois.

Le prix médian des appartements neufs s’établit à 4 600 €/m2 dans le département. © Archives Ouest-France Le prix médian des appartements neufs s’établit à 4 600 €/m2 dans le département.

Le baromètre de l’immobilier, établi par Notaire & Breton et Notaires de France, vient de sortir. Sans surprise, la Loire-Atlantique enregistre des hausses dans le neuf et l’ancien.

Les derniers chiffres de l’immobilier, établis par Notaire & Breton et Notaires de France, viennent de tomber. En Loire-Atlantique, les indicateurs, sans surprise, sont tous à la hausse.

Le prix médian des appartements anciens, de 3 700 €/m², a augmenté de 6 % en un an ; les appartements neufs voient le budget médian, à 4 600 €/m², augmenter de 5,1 % ; le prix des maisons anciennes, en moyenne à 280 000 €, bondit de 9,8 % ; et celui des terrains à bâtir, à 75 000 €, progresse de 7,1 %.

Un tiers des acquéreurs de maisons ont entre 30 et 39 ans

Les hausses les plus flagrantes se situent dans l’agglomération de Saint-Nazaire, sur le littoral (nord-Loire et sud-Loire), dans le bassin de Machecoul et Clisson, et dans la première couronne nantaise.

Ce nouveau baromètre de l’immobilier renseigne également sur la durée moyenne de détention d’un appartement en Loire-Atlantique, de dix ans et quatre mois. On apprend aussi que 33,6 % des acquéreurs de maisons ont entre 30 et 39 ans.

Faut-il solder son crédit immobilier en période d’inflation ? .
Même dans un contexte économique difficile, les rentrées d’argent importantes restent possibles à la faveur d’une prime, d’une vente immobilière, d’un héritage… Dans une telle situation, le premier réflexe peut être de vouloir L’article Faut-il solder son crédit immobilier en période d’inflation ? est apparu en premier sur Mieux Vivre Votre Argent.

Voir aussi