Actualités à la une

Immobilier: Transition énergétique des logements : les obstacles majeurs qui restent encore à surmonter

La pénurie de logements étudiants exacerbée par les locations de tourisme

  La pénurie de logements étudiants exacerbée par les locations de tourisme Alors que la rentrée 2022 est marquée par un manque criant de logements étudiants, de plus en plus de villes tentent d’endiguer le problème en légiférant contre des plateformes d’hébergement de courte durée, telles qu'Airbnb. Une solution efficace mais qui ne règle pas tout."Pour des bailleurs privés, c’est plus intéressant de louer plus cher sur une courte période, plutôt qu’à des étudiants. Fatalement, il n’y a plus assez d’hébergements. Du fait des loyers élevés, les étudiants peuvent s’orienter vers des logements insalubres, c’est un problème global", souligne Anne-Laure Syrieix, vice-présidente chargée des affaires sociales à la Fage.

Transition énergétique des logements : les obstacles majeurs qui restent encore à surmonter © Mike Foster / Pixabay Transition énergétique des logements : les obstacles majeurs qui restent encore à surmonter

Selon Henry Buzy-Cazaux, le président fondateur de l’Institut du Management des Services Immobiliers, le principal frein à la transition énergétique des logements n'est pas la question du financement. Il détaille quels sont les autres obstacles majeurs à surmonter en priorité.

Les discours publics sur la transition énergétique des logements sont marqués par deux caractéristiques : ils sont enthousiastes, mettant en avant les conséquences heureuses pour la planète, pour les finances domestiques et pour le confort de vie, et ils partent du principe que la population adhère à cet élan. Ce sont deux vertus et, à ce prix, ils entraînent efficacement. On ne saurait le nier de bonne foi. Le problème de ces convictions, c’est qu’elles font oublier les obstacles. Le premier d’entre eux ne ressortit pas aux questions d’argent, ce que l’on pourrait croire, mais bien davantage aux difficultés d’orientation dans le maquis des contraintes et des solutions.

Ma Prime Renov, prime CEE, chèque énergie… Quelles aides pour une rénovation énergétique ?

  Ma Prime Renov, prime CEE, chèque énergie… Quelles aides pour une rénovation énergétique ? En même temps que la législation se durcit, les dispositifs d’aide à la rénovation énergétique de son logement se multiplient. À tel point qu’il devient difficile de s’y retrouver dans tout de ce qui est proposé et qui évolue au fil du temps. On essaye d’y voir plus clair. Se lancer dans la rénovation énergétique de son logement, c’est une bonne idée. D’abord, en raison de l’augmentation des prix de l’énergie. Ensuite, pour les propriétaires bailleurs, en raison du renforcement de la législation sur les passoires énergétiques, interdites d’ici à quelques années à la location.

Les doutes et les incertitudes sont nombreux dans l’esprit des propriétaires, qu’on parle de maison individuelle, de logement locatif ou de copropriété. Quelques illustrations d’actualité. Il y a quelques jours, l’association UFC Que choisir révélait une nouvelle fois que le diagnostic de performance énergétique manquait de fiabilité, avec des DPE différents pour un même bien selon le professionnel qui le réalise, ou encore de cohérence, avec des mauvaises notations pour des biens a priori plus vertueux. Sans remettre en cause le sérieux de l’étude, on notera des malentendus, qui témoignent du besoin impérieux de clarification. Ainsi, on peut légitimement s’étonner qu’une maison équipée de panneaux photovoltaïques et produisant une énergie gratuite ne soit pas valorisée… sauf que ce n’est pas l’objet du DPE, qui apprécie les déperditions et non seulement le mode de chauffage. On ne peut non plus ignorer que le diagnostiqueur qui ne dispose pas de justificatifs de travaux fournis par le propriétaire ou le gestionnaire est amené à prendre en compte seulement l’année de construction, de façon rustique, pénalisant parfois le bien concerné. Bref, il faut bien connaître la logique du DPE de nouvelle génération, qui ajoute à la mesure de la seule consommation les émissions de gaz à effets de serre et des préconisations de travaux. Le sujet est assez complexe pour exiger une didactique.

UFC-Que Choisir épingle le manque de fiabilité des diagnostics énergétiques agréés par l’Etat

  UFC-Que Choisir épingle le manque de fiabilité des diagnostics énergétiques agréés par l’Etat Dans sa dernière enquête, l’association de défense des consommateurs note que le diagnostic d’un même logement peut être totalement différent selon l’entreprise.«Notre étude met en évidence des notes parfois à géométrie variable en matière de DPE mais également de travaux conseillés», explique Gwenaëlle Lejeune, juriste au sein de l’asso, auprès de France Inter. Dans son enquête, UFC Que Choisir a fait intervenir dans sept maisons situées dans des régions de France différentes, plusieurs entreprises certifiées par l’Etat pour diagnostiquer les performances énergétiques (DPE) des logements.

Au-delà, UFC Que Choisir pointe l’insuffisance de formation et de contrôle de la compétence des diagnostiqueurs, et l’association pointe un problème que les organisations professionnelles de ces métiers identifient elles-mêmes. Il est urgent de structurer la filière et ses circuits de formation. En attendant, savoir quels critères faire prévaloir pour sélectionner un diagnostiqueur sérieux est précieux. Là comme ailleurs, le moins disant n’est notamment peut-être pas le meilleur…

S’agissant des aides, la lisibilité s’est améliorée avec l’instauration de MaPrimeRenov, de toute évidence, mais la compréhension reste délicate : mesurer le reste à charge selon les revenus du ménage relève d’une approche fine, comme la mesure du potentiel des certificats d’économie d’énergie (CEE). Il faut aussi savoir si des aides spécifiques des collectivités locales sur le territoire desquelles le logement est situé ne sont pas disponibles. La communication de ces collectivités n’est pas toujours au niveau des enjeux d’efficacité de l’action publique.

Cette aide à la rénovation énergétique va augmenter : découvrez de combien !

  Cette aide à la rénovation énergétique va augmenter : découvrez de combien ! Le gouvernement a annoncé plusieurs mesures visant à augmenter la prime CEE et faire des économies d'énergie. Découvrez de combien. Si en 2021, une diminution des aides pour les travaux de rénovation énergétique (notamment les certificats d'économie d'énergie (CEE) ) a été observée, de nouvelles mesures ont été annoncées pour aider les particuliers à rénover leur logement. Une bonne initiative pour encourager les économies d'énergie.

En troisième lieu, trouver les entreprises compétentes est malaisé. On pourrait penser que la qualification publique RGE (reconnu garant de l’environnement) constitue un crible fiable. À ce jour, une entreprise sur six seulement peut s’en revendiquer, ce qui signifie que ce vivier ne suffit en aucun cas à répondre à la demande. On entend aussi que nombre de ces entreprises, qui - c’est majeur - sont celles qui peuvent permettre de prétendre aux aides pour financer les travaux de rénovation environnementale, pratiquent des prix… de nature à absorber le montant des aides ! On entend même que toutes ne présenteraient pas les garanties de qualité d’exécution escomptée. Encore une brousse dans laquelle s’orienter relève de l’exploit.

Enfin, et le gouvernement se leurre à croire l’inverse, les ménages ne se sont pas encore appropriés la réglementation et ignorent le détail des obligations qui pèsent sur eux. Il faut en outre les puiser dans plusieurs textes de référence. Ainsi, la loi sur le pouvoir d’achat est venue interdire depuis le 16 août les compléments de loyer des passoires énergétiques louées en zone encadrée, ajoutant aux interdictions échelonnées de la loi Climat résilience, dont l’empêchement d’augmenter les loyers des mêmes biens depuis le 24 août.

Immobilier : « Il ne faudrait pas rajouter une crise du logement à la crise de l’énergie », estime Laurence Batlle

  Immobilier : « Il ne faudrait pas rajouter une crise du logement à la crise de l’énergie », estime Laurence Batlle Laurence Batlle, présidente de Foncia ADB, analyse le défi que va représenter la rénovation énergétique des logements pour les prochaines années… © Foncia Laurence Batlle, présidente de Foncia ADB 20 MINUTES AVEC - Laurence Batlle, présidente de Foncia ADB, analyse le défi que va représenter la rénovation énergétique des logemen Après la crise du Covid-19 qui a rebattu les cartes du marché immobilier, le secteur se retrouve face à un nouveau défi colossal, celui de la rénovation énergétique des logements.

Sans nul doute, la difficulté de décoder l’univers de la transition écologique des logements est le frein le plus puissant à la réussite de cette mutation. Les propriétaires qui sont accompagnés par un professionnel mandataire sont a priori mieux lotis… Ne nous voilons pas la face : malgré les efforts des syndicats professionnels, la communauté immobilière est très inégale face à la maîtrise de la transition énergétique, sans compter que des professionnels n’adhèrent à aucun syndicat. Il faut saluer ici le rôle d’une institution, créée par le visionnaire Jacques Barrot, alors secrétaire d’État au logement, en 1975 : le réseau des ADIL (associations départementales d’information sur le logement). Leur association fédérative, l’Agence nationale d’information sur le logement (ANIL), réunissait pour la première fois de son histoire à Dunkerque la semaine dernière ses quelque 900 conseillères et conseillers de la France entière, métropole et outremer : ils dispensent chaque année près d’un million de consultations et participent même à la formation des professionnels. Ils contribuent gracieusement et dans la plus totale indépendance à informer les ménages, mais aussi les agents immobiliers et les administrateurs de biens. On ne peut à cet égard que souhaiter un maillage plus dense de ces agences de proximité, aujourd’hui moins d’une centaine, et des moyens humains beaucoup plus offensifs : les besoins de rassurer le public sont bien plus importants que les décideurs publics ne l’imaginent. Les maires sont à cet égard plus lucides que les ministres ou les parlementaires, s’ils n’ont eu l’expérience de la gestion locale des administrés.

Au bout du compte, on ne parle pas seulement de donner les codes aux ménages français, mais de fonder la confiance. Si les politiques n’y parviennent pas, l’élan environnemental de l’habitat sera rompu et le pays passera à côté d’une chance historique. On apprend dans les écoles de vente que “l’on n’a pas deux occasions de faire une première bonne impression”. Tous les efforts doivent être déployés dans ce sens par l’État et les collectivités.

Allez-vous recevoir une aide de 2000 euros pour des travaux de rénovation énergétique ? .
Vous louez votre domicile sur Airbnb ? Bonne nouvelle : vous pouvez bénéficier une aide de 2000 euros pour des travaux de rénovation énergétique. Vous mettez votre bien en location sur la plateforme Airbnb ? Cette dernière a annoncé verser une prime de 1 000 à 2 200 euros afin que les propriétaites puissent effectuer des trav Airbnb : une aide de 2000 euros pour des travaux de rénovation énergétiqueEn raison de l'inflation et de la hausse des prix de l'énergie, il est plus que jamais urgent de faire des économies à la maison.

Voir aussi