Actualités à la une

Immobilier: Immobilier à Nantes : « Le manque de constructions a continué à faire monter les prix »

Immobilier: ces villes où les prix pourraient baisser

  Immobilier: ces villes où les prix pourraient baisser Les prix de l’immobilier sont encore orientés à la hausse. Mais avec la hausse des taux des crédits, les prix pourraient commencer à fléchir dans certaines villes selon MeilleursAgents. Le marché immobilier semble bien parti pour dépasser cette année encore le million de transactions dans l’ancien. Pour se loger, investir ou acquérir une résidence secondaire, les Français continuent de miser sur la pierre. Jusqu’à la fin de l’année dernière, ils étaient soutenus par des taux de crédit immobilier au plancher ces dernières années.

La métropole nantaise s’était engagée à construire 6.000 logements par an. Mais le compte n’y est pas

Un immeuble en construction à Nantes, en 2017. (Photo by LOIC VENANCE / AFP) © LOIC VENANCE / AFP Un immeuble en construction à Nantes, en 2017. (Photo by LOIC VENANCE / AFP) LOGEMENT - La métropole nantaise s’était engagée à construire 6.000 logements par an. Mais le compte n’y est pas

On a l’impression de voir des grues partout dans le ciel, et pourtant… Il n’y a toujours pas assez d’immeubles dans la cité des ducs. Voilà l’avis du club immobilier Nantes Atlantique (Cina), qui s’évertue à demander à la métropole d’accélérer la cadence de construction de logements neufs. « Le plan local de l’habitat en prévoit 6.000 par an. Ce n’est déjà pas assez mais depuis plusieurs années, avec les élections, le Covid, et la pénurie de matières premières, l’objectif n’est pas atteint », calcule Delphine Marie-Jacob, déléguée générale.

Crédit immobilier : bonne nouvelle pour les candidats à l'achat à partir du 1er octobre

  Crédit immobilier : bonne nouvelle pour les candidats à l'achat à partir du 1er octobre Les demandes de crédits immobiliers présentées en octobre devraient avoir plus de chances de passer avec la révision du taux d'usure. Une bouffée d'air qui risque néanmoins d'être éphémère selon les courtiers. Un ennemi donne actuellement des sueurs froides à tous ceux qui souhaitent acheter un bien immobilier : le taux d'usure. Aujourd'hui fixé à 2,57 % sur vingt ans et plus, le taux maximal auquel une banque peut prêter est jugé trop bas et rend impossible l'octroi d'un crédit immobilier à nombre de candidats.

En cette rentrée, cette association regroupant 350 professionnels de l’immobilier ne cache pas ses inquiétudes et hausse encore d’un ton. « On est très en retard, estime Christine Serra, la présidente du Cina. Le manque d’immobilier neuf a continué à faire monter les prix, dans l’ancien aussi. Et cela va créer des problèmes : de logement d’abord, mais aussi d’emploi, de développement des commerces et des entreprises. Tout est corrélé, et le cycle risque d’être négatif. »

Des prix bientôt stabilisés à la hausse

Après plusieurs années de hausse vertigineuse, les prix de l’immobilier ont en effet continué sur leur lancée. Selon les chiffres des notaires publiés en septembre, les prix des appartements neufs se sont envolés de 6 % par rapport à l’an dernier (5.180 euros le m2) avec une hausse de 8,5 % en centre-ville. Une hausse semblable a été constatée pour les appartements anciens (+5 %, et même autour de 10 % dans certains quartiers comme Nantes nord ou Breil-Barberie) et pour les maisons (+5,9 %) dont le prix médian atteint désormais, sur Nantes, 450.000 euros. Dans la première couronne, les tarifs restent légèrement inférieurs mais continuent leur folle ascension (+9,7 % pour les biens neufs, +11,5 % dans l’ancien…)

Crise immobilière : comment provoquer la nécessaire baisse des prix

  Crise immobilière : comment provoquer la nécessaire baisse des prix Certains grands acteurs du logement continuent de minimiser les difficultés du secteur. Pour Henry Buzy-Cazaux, président fondateur de l’Institut du Management des Services Immobiliers, seul un discours franc permettra de conduire à l’indispensable baisse des prix pour relancer le marché. Comment nierait-on que le pays est en difficulté ? Les mots sombres du Président de la République, qui annoncent la fin de l’abondance, de l’insouciance et des évidences, ont pu certes choquer : l’essentiel des ménages, au cours des vingt dernières années, ne se sont pas laissé vivre.

« Après avoir fortement augmenté, les prix se stabilisent à la hausse, indique cependant Isabelle Lefeuvre, vice-présidente du Cina. La raison est que nous avons de moins en moins d’acquéreurs qui se présentent, à cause d’une capacité financière revue à la baisse. A profil égal, un couple pouvait voir son projet financé en début d’année, mais plus maintenant. » A tel point que les professionnels parient sur une probable paralysie du marché.

Les bureaux manquent d’espace

Bloqué, c’est aussi l’état du marché locatif. Car la pénurie de construction pèse aussi sur la possibilité de trouver un petit appart à louer. Ceux qui viennent s’installer le savent, étudiants et jeunes travailleurs en tête : avec un taux de vacances inférieur à 3 %, les T2 et T3 sont extrêmement rares dans l’agglomération. « Depuis un an et demi, on est dans le dur. A tel point qu’on se demande "Nantes peut-elle encore accueillir ?" Les populations les plus jeunes sont repoussées aux confins du territoire, ce qui crée donc plus de trafic, plus de problèmes écologiques. Il y a une schizophrénie sur le sujet », pense Delphine Marie-Jacob.

Crédit immobilier: qu'est-ce que le taux d'usure et comment le calculer?

  Crédit immobilier: qu'est-ce que le taux d'usure et comment le calculer? PRATIQUE - Différent selon le type de crédit immobilier, le taux d’usure est fixé tous les trois mois par la Banque de France. Voici pourquoi il est important de le comprendre et de le connaître. Le taux d’usure est le taux maximal auquel les établissements de crédit et sociétés de financement peuvent prêter de l’argent en France. Mis en place pour protéger l’emprunteur contre des propositions d’emprunts abusives pouvant le mettre en danger financièrement, le taux d’usure concerne aussi bien les particuliers, les associations et les collectivités locales, mais pas les entreprises.

Autre problème lié à ce manque de biens neufs, les espaces de bureaux qui viennent eux aussi à manquer. « Il y a une sous offre aggravée dans le centre-ville, déplore Christine Serra. Tout ce qui va sortir dans deux ans, par exemple à EuroNantes, est déjà transacté ! Le risque, c’est que les entreprises qui veulent s’installer dans le centre choisissent une autre agglomération, faute de locaux et de logements pour les collaborateurs. On a par exemple la tour Bretagne, où ça ne bouge pas. Il faut que ça aille plus vite. Idem pour la consultation du projet Saupin, on perd beaucoup de temps. »

Du côté de la métropole, on reconnaît ne pas aller au « rythme voulu » en matière de constructions depuis la crise sanitaire. En 2021, 4.732 logements sont sortis de terre sur les 6.000 attendus. Il y en a eu 4.104 en 2020.

Immobilier : le nombre de prêts accordés en chute libre au troisième trimestre .
La chute des emprunts immobiliers, crainte par les professionnels du secteur, a bien eu lieu. Du jamais vu depuis la crise financière de 2008 : le nombre de prêts immobiliers a été amputé d'un tiers entre juin et septembre, pour atteindre un niveau bien plus bas que celui du premier confinement, rapporte l'Observatoire Crédit Logement CSA le mardi 18 octobre, une analyse dont se fait l'écho Le Parisien, jeudi 20 octobre. Il y a eu 27,7% d'emprunts accordés en moins pendant le troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021.

Voir aussi