Actualités à la une

Immobilier: Les loyers baissent en Île-de-France mais grimpent sur la façade Ouest

À Lyon, «l’enfer» des étudiants pour trouver un logement

  À Lyon, «l’enfer» des étudiants pour trouver un logement Peu d’offres, insalubrité Trouver un logement à Lyon a été «un enfer» pour de nombreux étudiants, certains restent à ce jour sans logement.L’immobilier est devenu «très cher» pour les étudiants, notamment car «certains bailleurs ne respectent pas l’encadrement des loyers», mis en place depuis fin 2021 à Lyon (Rhône) et Villeurbanne, pour agir contre les loyers excessifs et contenir les hausses abusives, selon le Comité local pour le logement autonome des Jeunes (CLLAJ) de Lyon, qui suit de près cette «galère».

Neuilly-sur-Seine est la ville qui enregistre la plus forte baisse des loyers sur les deux pièces. © Pascale Gueret - stock.adobe.com Neuilly-sur-Seine est la ville qui enregistre la plus forte baisse des loyers sur les deux pièces.

Clap de fin pour l’euphorie du marché immobilier dans les villes d’Île-de-France? Clameur, observatoire des loyers du parc locatif privé, note une tendance baissière des loyers dans plusieurs villes franciliennes entre mi-2020-mi 2021 et mi 2021- mi 2022, dans son état des lieux du marché locatif privé.

Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine (92), que l’on a plus l’habitude de décrire comme un marché porteur, encaisse plusieurs baisses de loyers: -3,62% sur les 1 pièce et même -7,33% sur les deux pièces. C’est la ville qui enregistre la plus forte baisse sur les deux pièces, selon Clameur. Boulogne-Billancourt (92), une ville pourtant prisée des Hauts-de-Seine, voit les loyers de ses studios chuter de 4,25%.

Un propriétaire belge diminue ses loyers de 60 € pour éviter des impayés

  Un propriétaire belge diminue ses loyers de 60 € pour éviter des impayés Jean-Jacques préfère maintenir ses locataires déjà en place en baissant leur loyer pour faire face à l’inflation, quitte à perdre 1440 €.Il a tout bonnement décidé de baisser les loyers des quatre studios qu’il loue de 20%. Les loyers de ses appartements sont actuellement compris entre 300 et 350 € par mois, un montant déjà peu élevé, mais assumé par le propriétaire. Selon Jean-Jacques, si on ajoute au montant du loyer le prix des courses, les locataires risquent de ne pas s’en sortir si le loyer est trop élevé. L’informaticien de 61 ans, propriétaire depuis 30 ans, réduit donc chacun de ses loyers de 60 € pour ses locataires déjà en place.

Des villes moins cotées comme Saint-Denis (93) ou Évry-Courcouronnes, dans l’Essonne (91) subissent aussi cette baisse. À Saint-Denis, la baisse est loin d’être anodine, de -13,68% pour les trois pièces et plus alors qu’à Évry-Courcouronnes, elle est moins marquée, -5,73% pour les deux pièces. Melun, en Seine-et-Marne, comptabilise une plus légère baisse de loyers de -1,96% pour les deux pièces et Meaux, dans le même département, affiche une baisse plus conséquente de -6,02% pour les trois pièces et plus. Même la capitale voit son loyer au m² baisser de 0,70% en un an pour les appartements et de 5,28% pour les maisons. Les annonces de location restent en moyenne entre deux et trois semaines sur les sites à Paris. Un marché également baissier donc.

Gel des loyers, interdiction à la location... Quel est le calendrier de la loi climat concernant le logement ?

  Gel des loyers, interdiction à la location... Quel est le calendrier de la loi climat concernant le logement ? Alors que démarre ce lundi un Conseil national de la refondation dédié au logement, Véronique Bédague, directrice générale du promoteur Nexity, alerte sur les risques de pénuries de logements dans l'ancien dans les années à venir. © Fournis par franceinfo "Dans l'ancien, le marché de la location se bloque", alerte sur franceinfo Véronique Bédague, directrice générale du promoteur Nexity et co-animatrice du Conseil national de la refondation dédié au logement. Selon elle, il risque d'y avoir de moins en moins de logements à louer dans les années à venir.

Versailles, une exception?

À l’inverse, Arnaud Simon, directeur du comité scientifique de Clameur note «un certain tropisme vers l’ouest de la France. Un Go West vers la Bretagne et les Pays de la Loire.» Angers enregistre une hausse de 14,18% de ses loyers pour les 1 pièce et Brest une augmentation de 8,67% de ses loyers pour les 1 pièce et de 5,36% pour les deux pièces. Le Covid a fortement pesé dans cette ruée vers l’Ouest.

Versailles, pourtant située dans les Yvelines, en Île-de-France (78), fait partie des villes où les loyers augmentent le plus, soit une hausse de 14,29% pour les 1 pièce. «Versailles connaît un phénomène de rattrapage. Elle abrite l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et le nombre d’étudiants était moins important en 2020-2021 du fait des confinements. Les étudiants sont revenus et les loyers ont augmenté», explique Arnaud Simon.

Clameur constate également un ralentissement de la mobilité locative dans le parc privé mais aussi dans le parc public. «L’explication est sociologique. On observe un phénomène de précaution chez les locataires qui décalent leur projet de déménagement pour louer plus grand ou pour acheter à plus tard en raison de la Guerre en Ukraine, des taux de crédit qui montent... Ils craignent le changement», analyse Jean-Michel Camizon, président de Clameur.

« Location meublée : faut-il déclarer au réel ? » .
La simplicité du régime micro-BIC Si les recettes (loyers charges comprises) que votre foyer fiscal retire de la location meublée sont inférieures ou égales à 72 600 € (176 200 L’article « Location meublée : faut-il déclarer au réel ? » est apparu en premier sur Mieux Vivre Votre Argent.

Voir aussi