Actualités à la une

Immobilier: Immobilier : ces villes d’Île-de-France sur lesquelles les acheteurs se ruent

Royaume-Uni : boom de l’immobilier après le confinement, mais à Londres les prix chutent

  Royaume-Uni : boom de l’immobilier après le confinement, mais à Londres les prix chutent Le Royaume-Uni a enregistré une multiplication des transactions dans l'immobilier et une hausse des prix, après le confinement. Du moins en province, Londres étant boudée par les acquéreurs ...Le marché immobilier du Royaume-Uni a connu des évolutions contrastées ces derniers temps. En juillet, il a enregistré un "mini-boom post-confinement" avec le plus grand nombre de compromis de ventes signé en plus de dix ans, à 37 milliards de livres, d'après le site d'annonces Rightmove.

Immobilier : ces villes d’Île-de-France sur lesquelles les acheteurs se ruent © Pixabay Immobilier : ces villes d’Île-de-France sur lesquelles les acheteurs se ruent

Selon une étude menée par le Crédit agricole, les prix de l'immobilier en Île-de-France ont sensiblement augmenté sur un an. Et certaines communes sont particulièrement plébiscitées par les acheteurs.

Le Crédit Agricole vient de dévoiler une étude sur les 21.000 prêts qu'elle a accordé au premier semestre 2020 pour l'Île-France. Premier constat, les ventes immobilières se concentrent dans les Hauts-de-Seine, en Essonne et dans les Yvelines, souligne BFM Immo. Bien évidemment, Paris attire toujours autant les acheteurs avec des arrondissements qui se démarquent clairement comme le 18e, le 17e et le 20e. Dans la capitale, le budget moyen atteint les 600.000 euros, soit une hausse de 3% sur un an. Le 17e atteignant même les 740.000 euros pour les primo-accédants et 1,5 million pour les secundo-accédants.

Loïc Cantin : « Une politique de soutien à la demande sera primordiale dans les mois à venir »

  Loïc Cantin : « Une politique de soutien à la demande sera primordiale dans les mois à venir » Renouvellement de l’offre de logements, généralisation du PTZ, conditions d’accès au crédit…le président adjoint de la FNAIM estime qu’il est primordial que des mesures d’accompagnement et de soutien à la demande soient adoptées afin de limiter les effets de la crise et ses répercussions sur l’immobilier.La période instable que nous traversons n’est pas propice à offrir une lisibilité suffisante, pourtant indispensable aux vendeurs et acquéreurs, alors que certains d’entre eux remettent en cause ou diffèrent d’ores et déjà leurs intentions.

De l'autre côté du périphérique, les Hauts-de-Seine tiennent la corde. Les villes qui séduisent le plus sont Asnières-sur-Seine, suivi de Boulogne-Billancourt et de Colombes. Si les prix restent plus bas qu'à Paris, les budgets des acheteurs restent élevés avec une moyenne de 456.000 euros pour un premier achat (+6% sur un an) et un peu moins de 890.000 (+3%) pour un achat-revente.

>> A lire aussi - Immobilier : les prix des appartements en août dans plus de 120 villes de France

Immobilier : imbroglio sur la date d’entrée en vigueur des nouveaux diagnostics géotechniques obligatoires

  Immobilier : imbroglio sur la date d’entrée en vigueur des nouveaux diagnostics géotechniques obligatoires L’étude des sols dans certaines zones exposées au phénomène de mouvement de terrain différentiel devait devenir obligatoire au 1er janvier 2020, pour les contrats de vente de terrains constructibles et les contrats de construction. Mais les textes réglementaires ont été publiés avec tellement de retard qu’on se sait pas à partir de quand la mesure est effective ...Voici une affaire qui intéressera autant les juristes que les potentiels vendeurs de terrains à construire...

>> Notre service - Trouvez le crédit immobilier le moins cher grâce à notre comparateur

Dans le Val-de-Marne, la ville la plus convoitée est Saint-Maur-des-Fossés devant Champigny-sur-Marne et Alfortville. Le montant moyen d'un achat immobilier est dans le département de 333.000 euros (-1%) pour un primo-accédant et de 640.000 euros (+4%) pour un secundo-accédant. Quant à la Seine-Saint-Denis, Montreuil reste la ville la plus courtisée devant Saint-Ouen et Saint-Denis, détaille BFM Immo. Avec un budget moyen de 297.000 euros (+5%) pour un premier achat et 509.000 euros (+9%) pour une opération d'achat-revente.

>> Notre service - Estimez le prix d’un bien immobilier (immédiat, gratuit et sans engagement)

L'étude du Crédit agricole démontre par ailleurs que les plus nombreux projets immobiliers se concentrent sur la Grande couronne (après les Hauts-de-Seine). En tête, l'Essonne, avec 18% des prêts signés entre janvier et juin. Massy, Viry-Châtillon et Évry-Courcouronnes sont les trois villes les plus convoitées du département par les acheteurs. Le budget moyen y est de 267.000 euros pour un premier achat (+2%) et de 436.000 euros (+1%) pour les ménages déjà propriétaires. Derrière l'Essonne, on retrouve les Yvelines, qui regroupent 16% des demandes de prêts. Ici, les villes plébiscitées sont : Sartrouville, Versailles puis Conflans-Sainte-Honorine avec un budget moyen de 333.000 euros (+1% sur un an) et de 613.000 euros (+5%) pour les secundo-accédants. Enfin, dans le Val-d'Oise, Argenteuil, Bezons et Franconville tiennent la corde. Pour un premier achat, le budget est en moyenne de 273.000 (+4%) euros et de 439.000 (-1%) pour un achat-revente.

>> A lire aussi - Immobilier : les loyers augmentent dans toutes les grandes villes

Crédit immobilier : ces emprunteurs qui s’affranchissent des règles d’endettement .
En dépit des restrictions de Bercy et des régulateurs bancaires, une part non négligeable des emprunteurs parvient encore à décrocher un crédit immobilier pesant davantage qu’un tiers de leurs revenus nets. Les temps sont durs pour les emprunteurs. Si le coût du crédit reste encore à des niveaux particulièrement faibles - 1,24% en moyenne selon l’Observatoire crédit logement CSA -, les dossiers des ménages sont parallèlement de plus en plus scrutés, et nombre d’entre eux sont écartés par les banques.

Voir aussi