Actualités à la une

France: Arnaud Montebourg veut "peser" sur la présidentielle

Vivendi Eyes Solitis musical universel, étiquette de valorisation à 42 milliards de dollars

 Vivendi Eyes Solitis musical universel, étiquette de valorisation à 42 milliards de dollars Vivendi PDG Arnaud de Puyfontaine French Media Conglomérat Vivendi a déclaré vendredi que c'est en pourparlers pour vendre une participation de 10% dans Universal Music Group au fonds Hedge BilliaireAiraire Pershing Square Pershing Square Tontine Holdings Dans une affaire qui ferait valoir la majeure majeure à 35,0 milliards d'euros (42,4 milliards de dollars).

Arnaud Montebourg a déclaré vouloir "peser" sur la présidentielle de 2022, tout en confiant ne pas pouvoir, à ce stade, annoncer "être candidat".

L'ancien ministre socialiste du Redressement productif Arnaud Montebourg a déclaré jeudi sur France Inter vouloir "peser" sur la présidentielle de 2022, tout en confiant ne pas pouvoir, à ce stade, annoncer "être candidat".

"En l'état je ne suis pas candidat"

"Je ne vais pas vous dire aujourd'hui ce que je fais, parce que je ne le sais encore pas", a dit le fondateur du mouvement L'Engagement. "Je n'ai pas trouvé les ressources qui peuvent me permettre de le faire, donc en l'état je ne suis pas candidat", a précisé Arnaud Montebourg.

PHOTOS - Nolwenn Leroy rayonnante avec un carré ondulé et sa frange rideau à Roland-Garros

  PHOTOS - Nolwenn Leroy rayonnante avec un carré ondulé et sa frange rideau à Roland-Garros Souriante et complice avec son amoureux Arnaud Clément dans les tribunes de Roland-Garros le 6 juin 2021, Nolwenn Leroy a craqué pour un joli carré et une frange rideau, très tendance sous son large chapeau blanc. Parmi les stars inconditionnelles de la frange, Nolwenn Leroy est en bonne position. Depuis qu'elle a été révélée lors de sa participation à Star Academy, la jolie brune porte les cheveux longs et une frange droite, plutôt épaisse qui tombe sur ses yeux bleus. Mais dimanche 6 juin dans les tribunes de Roland-Garros avec Arnaud Clément son amoureux, elle s'est offert une petite coupe de cheveux printanière.

  Arnaud Montebourg veut © Raphael Lafargue/ABACAPRESS.COM

Son entourage a cependant indiqué à l'AFP que son offensive médiatique cette semaine correspondait bel et bien à une "avancée sur le chemin d'une candidature". Si donc "il ne demande rien" aux partis officiellement, il a affirmé qu'il "entend(ait) peser sur les événements" de la présidentielle, en faisant une "proposition politique réaliste, raisonnable et constructive".

"Je suis disponible pour cette perspective sérieuse d'une candidature unique, qu'il faut pour peser sur les événements, sinon on sera réduits à des candidatures de témoignage", a estimé Arnaud Montebourg.

Inviter "la gauche à se mettre un coup de pied dans ses propres fesses"

Sa "contribution modeste, mais réelle", est d'inviter "la gauche à se mettre un coup de pied dans ses propres fesses, pour éviter de passer par la case Trump" que représenterait l'élection de Marine Le Pen en 2022.

Présidentielle en Mongolie, sous le signe du Covid

  Présidentielle en Mongolie, sous le signe du Covid Les Mongols élisent mercredi leur président, au terme d'une campagne marquée par les restrictions anti-Covid malgré les progrès rapides de la vaccination dans ce pays de trois millions d'habitants. Dès l'aube, masque sur le nez, à un mètre de distance les uns des autres, les électeurs se sont succédé dans les bureaux de vote à Oulan-Bator, capitale de cet Etat enclavé entre Chine et Russie et doté d'une Constitution démocratique depuis 1992, à sa sortie de l'orbite soviétique.La démocratie mongole a depuis été marquée par l'instabilité.

Car selon lui, pour empêcher un "duel mortifère Macron/Le Pen", il faut à la gauche "penser aux classes populaires et moyennes qui ont fait l'élection présidentielle: Chirac avec la +fracture sociale+, Sarkozy avec le +travailler plus pour gagner plus+, Hollande avec +mon ennemie la finance+, Macron avec sa fausse révolution qui s'est transformée en restauration".

Pour intéresser les classes populaires, la gauche doit selon lui parler des salaires, proposant par exemple que les prêts publics dont ont bénéficié les entreprises pour la crise du Covid soient remboursés via la distribution massive de dividendes de leur société aux salariés. Mais elle doit aussi à ses yeux parler de sécurité et abandonner les "sujets sociétaux" avec lesquels elle s'est "marginalisée". Il faut par exemple "reprendre le contrôle de l'immigration" et renoncer "au slogan facile du 'Accueillons-les tous'". "Le pays est à droite sur le régalien, à gauche sur le social et l'économie, il va bien falloir une politique mixte", a plaidé l'ancien socialiste.

Interrogé sur l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, déjà déclaré candidat, Arnaud Montebourg a estimé: "Il était la solution en 2017, j'avais voté pour lui. Mais il est aujourd'hui le problème de la gauche, un facteur de blocage" pour l'unité. "A force de creuser des tranchées sectaires autour de lui, il ne peut pas rassembler (...). Jean-Luc Mélenchon ne sera pas président de la République, tout le monde le sait", a-t-il asséné.

L'Iran choisit son président, victoire attendue de l'ultraconservateur Raïssi .
Les Iraniens choisissent vendredi un nouveau président lors d'une élection semblant jouée d'avance et qui devrait être remportée par l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi sur fond de grogne face à la grave crise économique et sociale qui ronge le pays. La campagne électorale a été terne, sur fond de ras-le-bol général face à la crise, dans un pays riche en hydrocarbures mais soumis à des sanctions américaines asphyxiantes. © Atta KENARE Le guide suprême d'Iran Ali Khamenei arrive au bureau de vote à Téhéran pour la présidentielle, le 18 juin 2021 - "Quelqu'un a déjà été élu" -Dans une rue de Téhéran, une infirmière drapée dans un tchador noir

Voir aussi