Actualités à la une

France: Coronavirus : Des médecins, régulièrement menacés de mort, tirent la sonnette d’alarme

Médecins Pen Lettre exhortant le nouveau ministre de la Santé à faire davantage pour protéger les Manitobains de Covid-19

 Médecins Pen Lettre exhortant le nouveau ministre de la Santé à faire davantage pour protéger les Manitobains de Covid-19 © John Woods / The Canadian Press Dr. Anand Kumar, ICU Assurant médecin pour l'autorité de la santé régionale de Winnipeg et spécialiste des maladies infectieuses, est l'une des Une douzaine de médecins appelant le ministre de la Santé du Manitoba à faire davantage pour atténuer l'impact d'une quatrième vague anticipée de Covid-19 cette chute.

De leur côté, beaucoup de médecins tirent la sonnette d ’ alarme , et affirment que le coronavirus est plus dangereux qu’il n’y paraît. « Souvent, les retours qui nous arrivent de France montrent qu’une grande partie de nos compatriotes n’a pas changé ses habitudes. Ils pensent qu’ils ne sont pas menacés , surtout lorsqu’ils sont jeunes. Or, l’Italie commence à avoir des cas critiques relevant de la réanimation dans la tranche d’âge 40-45 ans » expliquent les correspondants Français en Italie, qui travaillent notamment pour l’AFP, Radio France, France Télévisions, Libération, La Croix, France 24

Selon un dernier bilan de Santé Publique France, la situation dans le Nord et le Pas- de -Calais se dégrade. Le taux d’incidence est désormais de 74 cas pour 100.000 habitants contre 64,6 cas pour 100.000 habitants le 4 septembre. Des chiffres qui sont maintenant supérieurs à ceux de la moyenne nationale. Certains médecins tirent la sonnette d ’ alarme , l’un d’entre eux explique sur Twitter que ses consultations ont augmenté récemment de 150%.

Les insultes et les menaces sont devenues courantes contre certains médecins et chercheurs qui défendent un discours scientifique sur le Covid-19. Ils s’alarment de l’inaction du pouvoir

Le Docteur Jerôme Marty. © ROMUALD MEIGNEUX Le Docteur Jerôme Marty. CLIVAGE - Les insultes et les menaces sont devenues courantes contre certains médecins et chercheurs qui défendent un discours scientifique sur le Covid-19. Ils s’alarment de l’inaction du pouvoir

« C’est fou qu’au XXI siècle, en France, des scientifiques doivent avoir une protection policière », souffle Jérôme Marty, médecin généraliste dans la région de Toulouse. Ce mardi après-midi, le patron du syndicat Union français pour une médecine libre (UFML) tenait une conférence de presse au côté de collègues à Paris. L’objectif ? Alerter l’opinion publique sur les menaces de morts répétées depuis des mois à l’encontre de médecins et de vulgarisateurs du discours scientifique sur le Covid-19.

FAIT FOCUS: Les médecins de la Floride n'ont pas quitté le travail

 FAIT FOCUS: Les médecins de la Floride n'ont pas quitté le travail une conférence de presse détenue par des médecins dans les jardins de Palm Beach, en Floride, afin d'exhorter le public à se faire vacciner au milieu d'une hausse de l'État de Covid-19 a été compromise en ligne comme de fausses rapports revendiquaient la Les médecins avaient quitté le travail. © Fourni par un fichier de presse associé - Ce jeudi 13 mai, 2021 Photo de fichier Affiche des seringues remplies de vaccin Johnson & Johnson sur un site de vaccination mobile à Miami.

La situation est alarmante en Kabylie, d’autant plus que le nombre de personnes touchées par ce virus ne cesse d’augmenter. 5 personnes ont déjà trouvé la mort dans des cliniques devant les regards impuissants des médecins qui ne peuvent rien faire. Ni masque, ni salles de réanimation, ni gants, ni gel désinfectants, ni aucun moyen de prise en charge ne Pourtant la sonnette d ’ alarme a été déjà tirée depuis longtemps, mais le pouvoir algérien a toujours fait la sourde oreille et préfère construire des mosquées. La colère et l’inquiétude s’emparent de tous les Kabyles. Ce que tout le monde redoutait arriva.

Le coronavirus fait une nouvelle victime. Le docteur Li Wenliang, qui avait été l’un des tous premiers médecins à mettre en garde contre la propagation du nouveau coronavirus , est décédé après avoir attrapé le virus en question, annoncent les médias chinois. Fin décembre dernier, il avait été l’un des premiers à tirer la sonnette d ’ alarme . D’abord mis en cause par les autorités chinoises, qui l’accusaient selon la BBC, de “répandre des rumeurs”, Li Wenliang avait cependant bien vite vu les faits lui donner raison, avec l’identification du nouveau coronavirus et sa propagation.

« On va venir te chercher », « Dr Maboule »… Les surnoms ridicules et les menaces explicites pleuvent sur le répondeur de Jérôme Marty. Comme pour beaucoup de collègues très exposés sur les réseaux sociaux depuis la crise sanitaire. « On incinère les salopes de ton espèce ». Ces mots doux, c’est la chercheuse et infectiologue Karine Lacombe qui en est la cible. Les calomnies et injures, quand ce ne sont pas les réflexions sur les tortures à infliger à ceux qui vaccinent, émergent également dans certaines manifestations ou sur Twitch.

La tribune de France Soir, un point d’orgue

« Cela fait des mois que nous sommes un certain nombre de médecins, chercheurs, scientifiques, à recevoir des menaces sur les réseaux sociaux, par courrier, par téléphone, s’inquiète Jérôme Marty. On a eu un point d’orgue avec l’article dans le blog France Soir qui a livré en pâture des noms. »

"J'ai peur" : le Dr Robert Sebbag craint un dérapage suite aux menaces de mort contre les scientifiques pro-vaccination

  Ce mardi 7 septembre, dans Estelle Midi sur RMC Story, l'infectiologue Robert Sebbag a confié sa peur face aux menaces de mort visant les médecins défendant la vaccination, qui pourraient se traduire par un dérapage fatal. Depuis le début de la crise sanitaire, nombre de médecins et scientifiques invités sur les plateaux de télévision pour évoquer la situation du pays se voient ciblés par de violentes insultes et attaques sur les réseaux sociaux. Un cyberharcèlement qui est monté d'un cran depuis le début de la campagne de vaccination et l'instauration du pass sanitaire.

Un nouveau médecin tire la sonnette d ’ alarme sur l’effet de la climatisation dans la transmission du coronavirus . Il prône, à la place, une aération naturelle. La climatisation, plus active en été, risque-t-elle de voir resurgir violemment le coronavirus ? Le sujet était déjà au coeur des inquiétudes après la découverte d’une contamination en Des milliers d'habitants désespérés de l'île grecque d'Eubée en flammes observaient comme des " mort -vivants" dimanche le brasier qui consumait leurs villages et leurs terres, au 12e jour d'une vague d'incendies de forêts en Grèce et en Turquie. il y a 11 heures. Télé-Loisirs.fr.

Une centaine de personnes, soutenues par des associations comme Médecins sans frontières, ont manifesté pour réclamer la présomption de minorité pour plusieurs dizaines de migrants qui campent actuellement en plein centre de Paris. Dans les rues de France vidées par le confinement, des milliers de sans-abri sont livrés à eux-mêmes, délaissés par des services d'urgence engagés dans la lutte contre le Covid. Les associations tirent la sonnette d ' alarme et appellent à l'aide. 19 mars 2020.

En effet, l’ancien journal, racheté en 2016 par l’homme d’affaires Xavier Azalbert, vidé de ses journalistes et devenu un relais de thèses complotistes, a publié une tribune anonyme le 22 août 2021. Qui dénonce dans la gestion du Covid-19 une « escroquerie » dont « l’industrie pharmaceutique, les médecins corrompus, les politiques à l’idéologie européiste et mondialiste » seraient responsables. La tribune chute sur une menace : « Un procès devra se tenir. La Veuve s’impatiente ». « C’est le nom qu’on donnait à la guillotine », s’alarme Jérôme Marty. Depuis, Didier Raoult a partagé cette tribune sur sa page Twitter riche de 850.000 abonnés. « Nous allons porter plainte individuellement et collectivement, nos avocats vont se contacter », assure Jérôme Marty.

Agir avant qu’un drame ne survienne

Les agressions verbales s’amplifient donc. Surtout depuis quelques semaines et l’instauration du pass sanitaire. Et après les menaces, il y a les passages à l’acte. Un pharmacien a été agressé lors d’ une manifestation anti-pass le 1er août à Montpellier, une vingtaine de centres de vaccination ont été vandalisés en un mois. Samedi dernier, certains manifestants contre le pass sanitaire à Marseille ont tagué la boîte aux lettres d’un certain François Crémieux, le nouveau directeur de l’AP-HM : « Marseille aura ta peau ! » Il y a erreur sur le destinataire, c’est un homonyme qui reçoit les noms d’oiseaux…

"Il préfère ne pas prendre de risques" : Cyril Hanouna explique l'absence de Martin Blachier "au coeur de menaces très sérieuses" dans TPMP (VIDEO)

  Martin Blachier a annulé sa présence sur le plateau de Cyril Hanouna, par peur des conséquences sur sa sécurité personnelle, au moment où de plus en plus de médecins reçoivent des menaces de mort. Depuis le début de la crise du Covid-19, les médecins qui apportent leur expertise sur les plateaux de télévision sont la cible d'insultes et de menaces. La tension est encore montée d'un cran depuis la mise en place du pass sanitaire. Et les épidémiologistes font part de leur peur d'un passage à l'acte de la part d'un opposant à la vaccination.

L’équipe d’intervention rapide du ministère de la Santé avait alors été saisie. Mais cette clinique, sans doute la plus moderne du pays, dispose depuis longtemps d’un personnel qualifié et d’une machine PCR qui permet de dépister le coronavirus . Ne manquent que les réactifs qui vont avec. Le docteur Christophe Sahabo a donc saisi le ministre de la Santé pour lui demander de manière « pressante » ces produits. Fin de non-recevoir du ministère de la Santé. Contacté par RFI hier après-midi, le directeur général de Kira Hospital n’a pas voulu commenter sa lettre mais il a dit « espérer une réponse rapide et

Ce que craignent par-dessus tout ces médecins, c’est l’acte d’un déséquilibré qui s’en prendrait à une infirmière, un médecin, une pharmacienne lambda. Voilà pourquoi ils espèrent une réaction politique, du gouvernement ou de l’opposition, mais aussi une prise de conscience de la société de la gravité de la situation. Avec, en ligne de mire, « les profiteurs de crise qui diffusent de mauvaises informations et manipulent des personnes fragilisées, insiste Jérôme Marty. On sait qu’aux Etats-Unis, 65 % des messages complotistes étaient issus de douze personnes. C’est la même chose chez nous. On les connaît, alors qu’on n’est pas des détectives ! Il faut prendre les choses à bras de corps avant qu’un drame ne survienne. »

Silence assourdissant des politiques

Ces collectifs estiment que ce sujet n’a suscité que peu d’intérêt, du côté des élus comme des Ordres. « Le conseil de l’Ordre des médecins a bougé, mais tardivement », reconnaît tout de même Jérôme Marty. Fin juin, il a porté plainte contre dix médecins, dont Martine Wonner et Louis Fouché, l’un des fondateurs du site complotiste Réinfo Covid. Par ailleurs, Didier Raoult vient d’être poussé vers la sortie de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) et Louis Fouché va quitter l’AP-HP le 19 octobre. Selon le collectif citoyen Citizen4science, le sénateur Bernard Jomier a posé une question écrite sur ce sujet au gouvernement… sans réponse. « Deux courriers ont été envoyés aux ministères de la Justice et de l’Intérieur, ajoute une porte-parole de l’association citoyenne. Une pétition pour dire stop au harcèlement a recueilli 5.000 signatures. »

"J'ai reçu des photos de l'arme qui allait me buter" : Un chroniqueur emblématique de Cyril Hanouna en danger !

  Ce mercredi 8 septembre 2021, un chroniqueur emblématique de Cyril Hanouna a expliqué avoir reçu des menaces de mort, détaillant le contenu de ces dernières. Des confidences glaçantes ! © ABACA "J'ai reçu des photos de l'arme qui allait me buter" : Un chroniqueur emblématique de Cyril Hanouna en danger ! Ce mercredi 8 septembre 2021, Cyril Hanouna était aux commandes d'un nouveau numéro de "Touche pas à mon poste", en direct sur C8.

« Toute violence verbale ou physique doit être punie, poursuit Karine Lacombe. Au-delà du relais, ce qui me choque, c’est l’impunité dont jouissent les personnes qui allument la mèche. Qui remettent en question la parole scientifique et font douter la population. Face à l’inaction de la justice, c’est nous qui sommes obligés de porter plainte, mais on peut y passer nos jours et nos nuits… »

Autre problème : sur les réseaux sociaux, l’anonymat protège. « J’ai porté plainte dès le 18 avril 2020, illustre Damien Barraud, anesthésiste à Nancy. Mais Twitter ne me donne pas les noms des personnes qui me menacent de mort. Les politiques n’ont rien fait pour nous aider ! Dans le pire des cas, ils font monter la sauce, comme Renaud Muselier et Dupont-Aignan. » Et Karine Lacombe égratigne au passage le président - sans citer précisément Emmanuel Macron qui a salué Didier Raoult - en rappelant que « certains hommes politiques continuent de considérer que certains médecins marseillais sont de grands scientifiques »…

« Pendant ce temps, il y a des gens qui meurent de ne pas s’être fait vacciner », dénonce Jérôme Marty. Cette crise sanitaire a amplifié la chute de confiance dans la science et les élites. « Mais cette crise n’est pas finie et on risque d’en avoir d’autres, prévient François Morel, chirurgien et membre du collectif Nofakemed. La science, on va en avoir besoin ! »

Dans les archives de Match - Quand Badinter racontait à Match le procès Patrick Henry .
À l’occasion des 40 ans de l’abolition de la peine de mort en France, retour sur l’emblématique procès de Patrick Henry, raconté par Robert Badinter Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match. © Richard Jeannelle / Paris Match Badinter Patrick Henry Figure des années Mitterrand, brillant avocat et ex-garde des Sceaux, Robert Badinter, 93 ans, personnifie le combat pour l'abolition de la peine de mort, auquel il a consacré une grande partie de sa vie.

Voir aussi