Actualités à la une

France: «Plus le taux de vaccination est élevé, plus la mortalité est faible» : ce graphique de la Commission européenne est-il exact ?

Coronavirus : Pourquoi les Outre-mer restent réticents à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire

  Coronavirus : Pourquoi les Outre-mer restent réticents à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire Les opposants à la gestion de la situation sanitaire par les pouvoirs publics se font vivement entendre en Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie et Polynésie © Carla BERNHARDT / AFP Un camion de pompiers arrive sur les lieux d'un barrage érigé par des militants de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe UGTG, au rond-point de Perrin dans la commune des Abymes, en Guadeloupe, le 17 novembre 2021.

Question posée par Valentin le 23 novembre.

Bonjour,

#VaccinesWork («les vaccins fonctionnent»). Le hashtag utilisé par le compte Twitter de la représentation en France de la Commission européenne donne le ton : l’infographie diffusée mardi 23 novembre vise à démontrer que les vaccins contre le Covid-19 sont efficaces, et donc à convaincre les personnes qui ne sont pas encore vaccinées de franchir le pas. «Plus le taux de vaccination est élevé, plus la mortalité est faible», est-il écrit dans le tweet, avec un graphique à l’appui montrant (à quelques exceptions près) une corrélation étroite entre la mortalité et le taux de vaccination.

L’amour est dans le pré 2021 - Franck fou amoureux de Cécile : pourquoi elle a accepté de renouer contact

  L’amour est dans le pré 2021 - Franck fou amoureux de Cécile : pourquoi elle a accepté de renouer contact Un épilogue heureux et amoureux. Conquise par la démarche de Franck prêt à tout pour la reconquérir, Cécile lui a donné une seconde chance, en témoigne sa présence lors du bilan final de L’amour est dans le pré diffusé ce lundi 22 novembre. Le suspense est à son comble ! Lors des épisodes précédents, les téléspectateurs de L’amour est dans le pré quittaient un Franck plus malheureux et désemparé que jamais. Bouleversé par le départ de Cécile, le sylviculteur de Charente-Maritime avait eu le sentiment d’avoir "laissé partir la femme de sa vie".

Les chiffres sont issus des «données les plus récentes de l’ECDC [Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, ndlr]», d’après la réponse faite à CheckNews par la représentation en France de la Commission européenne. A gauche : le taux de vaccination par Etat membre de l’Union européenne, et plus précisément le «pourcentage de la population adulte entièrement vaccinée» en leur sein (1). A droite : la mortalité liée au Covid-19 dans ces mêmes pays, présentée via le nombre de morts pour un million d’habitants sur une période de quatorze jours. La mortalité liée au Covid-19 dans les Etats européens apparaît inversement proportionnelle aux taux de vaccination. Les pays les moins vaccinés et enregistrant le plus grand nombre de décès, classés du jaune au rouge, étant situés pour l’essentiel à l’est de l’Europe.

L'amour est dans le pré : Jérôme surprend en dévoilant son nouveau look

  L'amour est dans le pré : Jérôme surprend en dévoilant son nouveau look Jérôme de L'amour est dans le pré s'est dévoilé sous un nouveau jour. Et son nouveau look capillaire a eu de quoi surprendre les fans mais aussi Karine Le Marchand et sa compagne Lucile.Lucile, la jeune maman bretonne, a également rassuré les fans et sûrement son compagnon. Si l'on a pu penser qu'elle avait été quelque peu surprise par cette métamorphose, elle a brisé le silence sur la question. "Y'a plein de gens qui me demandent ce que moi je préfère, Jérôme avec ou sans barbe ? Bah en fait je préfère avec barbe, a-t-elle fait savoir. Mais c'est surtout parce que je l'ai rencontré barbu du coup forcément je suis plus habituée à ça.

«Corrélation claire»

«Nous avons voulu donner un aperçu objectif de la situation actuelle, sur la base de facteurs clairs et objectifs, avance l’antenne française de la Commission européenne. Le graphique montre clairement que les vaccins offrent une protection élevée contre la mort, avec une efficacité d’environ plus de 80 %.» Cette infographie fait, selon elle, apparaître une «tendance générale» qui est également «démontrée dans l’évaluation des risques de l’ECDC». Et que même les exceptions belges et slovaques, particulièrement commentées par les internautes sur Twitter – les deux pays présentent sur la période une même mortalité de 29 pour un million, mais avec un taux de vaccination de 87 % dans le cas de la Belgique et de seulement 54 % dans le cas de la Slovaquie – «ne remettent manifestement pas en cause».

Au-delà du taux de vaccination de la population adulte, de nombreux autres facteurs peuvent cependant influer sur la mortalité causée par le Covid-19. Comme la vaccination elle-même, dont l’efficacité dépend du produit utilisé, ou encore le nombre de doses exigées par les autorités sanitaires pour attester d’un schéma vaccinal complet. On pourrait aussi tenir compte de la qualité du système de santé de chaque Etat qui contribue à la guérison des malades atteints de formes graves du Covid-19. Surtout, la dynamique de l’épidémie varie d’un pays à l’autre. Ainsi que le niveau des mesures de restriction sanitaire imposées par chacun des Etats membres en vue de freiner cette circulation. Mesures qui ne font pas l’objet d’une harmonisation au niveau communautaire.

Congo Hold-up: les comptes opaques de la Commission électorale de 2011

  Congo Hold-up: les comptes opaques de la Commission électorale de 2011 En République démocratique du Congo, la fuite de plusieurs millions de documents et de transactions à la BGFIBank révèle l’ampleur des détournements des fonds publics, y compris sur les comptes d’institutions comme la Commission électorale. Les suspicions de surfacturation n’ont pas commencé avec les élections de 2018. Retour sur la gestion des élections de 2011. « En 2011, personne ne croyait qu’on allait y arriver. Mais le président Joseph Kabila (2001-2019) était intransigeant, il voulait en finir au plus vite avec ces élections et craignait des troubles », se souvient un ancien membre de la Commission électorale de la République démocratique du Congo (RDC).

Ainsi, la République tchèque et la Lituanie, qui présentent un taux de vaccination et une mortalité similaire, n’ont pas adopté exactement les mêmes restrictions. La première impose le port du masque FFP2, réputé plus protecteur que le masque dit chirurgical, dans les «espaces publics intérieurs», et conditionne l’accès aux lieux recevant du public à une preuve de vaccination ou de rétablissement du Covid-19. Tandis qu’en Lituanie, le résultat négatif à un dépistage permet également de se rendre dans ces endroits, même si cet équivalent à notre pass sanitaire concerne une liste de lieux élargie comprenant, par exemple, les commerces non essentiels. Pourtant moins touchée, l’Autriche, de son côté, a instauré le 22 novembre un confinement généralisé de sa population. Et alors que la Finlande affiche la même mortalité sur la période que la France, elle se contente de recommander le port du masque.

Autant de divergences qui montrent qu’un taux de vaccination plus ou moins conséquent ne suffit pas à expliquer le niveau de la mortalité. Interrogée à ce sujet, la représentation en France de la Commission européenne reconnaît que «bien sûr, d’autres facteurs peuvent entrer en jeu, et chaque situation doit être considérée dans le contexte de chaque Etat membre et des mesures qu’il a prises». Mais maintient que «la corrélation entre la vaccination et la mortalité est claire».

Covid-19. La courbe de l’épidémie est désormais renversée en Europe entre l’Ouest et l’Est

  Covid-19. La courbe de l’épidémie est désormais renversée en Europe entre l’Ouest et l’Est Alors que la nouvelle vague de l’épidémie se profile en France, comme dans ses pays voisins en Allemagne ou aux Pays-Bas, les contaminations sont nettement en recul en Europe de l’Est, qui est confrontée à une forte vague épidémique ces derniers mois. Les courbes sont désormais renversées. Si l’Europe de l’Ouest est en train de replonger dans une nouvelle vague de l’épidémie du Covid-19, l’Est du continent européen semble sortir actuellement de leur vague qui a commencé en ce début d’automne.

Contradiction sur le taux de vaccination français

A la tête du département données de Our World in Data, site dédié à la recherche et l’extraction de données autour des «grands problèmes mondiaux» mis en lumière avec la pandémie, Edouard Mathieu pointe aussi du doigt les indicateurs sélectionnés pour l’élaboration du graphique. «On préfère en général des mesures plus robustes, comme le taux de mortalité par statut vaccinal. Mais ces données sont évidemment plus difficiles à obtenir, présenter et expliquer», souligne-t-il auprès de CheckNews.

La courte période retenue sur les données de mortalité ne lui paraît pas non plus pertinente. «Le fait de prendre les données sur quatorze jours fait que les tendances peuvent être assez volatiles selon la dynamique épidémique en cours, ajoute Edouard Mathieu. Avec la même sélection de pays, mais à un moment différent (par exemple fin juillet, avant la dernière vague de contaminations en Europe de l’Est), la corrélation aurait pu être beaucoup moins claire, bien que les vaccins soient efficaces en juillet comme aujourd’hui.»

De même, plusieurs pays parmi les moins bien classés, qui ont connu ces dernières semaines une forte mortalité et ont souvent un «faible taux de vaccination», enregistrent depuis une semaine et demie une baisse des décès, quand ils ont tendance à augmenter dans des Etats situés en milieu de classement et ayant des taux de vaccination plus importants. En bas de classement, la Bulgarie a atteint un pic de décès le 8 novembre avec 334 morts dans la journée, mais la courbe de la mortalité y est depuis en baisse, et le pays n’enregistrait «plus que» 120 disparitions hier, seize jours plus tard. En Roumanie, alors que le Covid-19 tuait parfois plus d’un demi-millier de personnes en une journée il y a encore deux semaines, ce bilan est tombé à 231 hier. A l’inverse, le nombre de victimes a plus que doublé aux Pays-Bas (22 décès le 8 novembre contre 51 le 24) ou en Allemagne (168 morts il y a seize jours, 350 hier). La corrélation pourrait donc être nettement moins évidente dans quelques semaines.

Gouverneurs allemands, Merkel pour discuter de l'épidémie de virus

 Gouverneurs allemands, Merkel pour discuter de l'épidémie de virus Berlin (AP) - La chancelière Angela Merkel organisera des discussions mardi avec les 16 États de l'Allemagne au sein de la préoccupation croissante de la forte hausse des nouveaux cas de Coronavirus dans le pays. © Fourni par Associated Press Une femme prépare son masque de visage en raison de la pandémie coronavirus à Gelsenkirchen, en Allemagne, du lundi 29 novembre 2021.

Mais le tweet posté par la représentation en France de la Commission européenne n’est pas pour autant «faux en soi», nuance ce spécialiste qui suit de près les données relatives au Covid-19. Le fond reste exact puisqu’«un taux élevé de vaccination [et de doses de rappel] permet d’éviter une mortalité très élevée». Il développe : «Plus un pays grimpe vers le haut dans le graphique, plus il devient improbable qu’il connaisse une nouvelle vague de mortalité très élevée comme on a pu en connaître par le passé, ou comme on peut encore en voir dans certains pays trop peu vaccinés.» Simplement, avec la méthodologie suivie, «les données utilisées sont un peu insuffisantes pour en faire la démonstration. Mais il y a évidemment toujours des arbitrages à faire en termes de communication pour le public».

(1) Le taux de vaccination des Français affiché, soit 81 % des adultes, est contradictoire avec celui communiqué par le ministère de la Santé, dont les chiffres indiquent que chez les personnes âgées de 18 ans et plus, 89 % sont entièrement vaccinées. Un écart qui peut s’expliquer par la non prise en compte par l’ECDC des schémas vaccinaux complets consistant en une seule injection suite à un rétablissement du Covid-19. Tout comme le ministère, elle recense près de 91 % d’individus ayant reçu une seule dose, mais ne classe parmi les adultes entièrement vaccinés que ceux s’étant fait administrer au moins une deuxième dose.

Vaccination obligatoire contre le Covid-19 : comment l'idée fait son chemin en Europe et dans le monde .
La "cinquième vague" de la pandémie pose à nouveau la question d'une mise en place de l'obligation vaccinale pour toute la population. © Fournis par franceinfo La vaccination contre le Covid-19 va-t-elle devenir obligatoire pour tout le monde ? La question se pose sérieusement dans plusieurs pays de l'Union européenne, épicentre de la cinquième vague de la pandémie. En France, Emmanuel Macron disait ne pas croire à cette option dans une interview accordée à Brut en décembre 2020.

Voir aussi