Actualités à la une

France: "Derrière son sourire, c'est la hache" : Jean-Baptiste Lemoyne blâme Valérie Pécresse

Congrès LR : ce qui différencie Eric Ciotti et Valérie Pécresse, tous deux qualifiés pour le second tour

  Congrès LR : ce qui différencie Eric Ciotti et Valérie Pécresse, tous deux qualifiés pour le second tour Surprise du scrutin, Eric Ciotti s'est qualifié pour le second tour du congrès LR dans lequel il affrontera Valérie Pécresse. On vous résume leur face-à-face. Dans les sondages, Xavier Bertrand était le candidat au congrès LR le mieux placé pour concurrencer Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Eric Zemmour à l'élection présidentielle. Il a pourtant été balayé, tout comme Michel Barnier et Philippe Juvin, au premier tour du scrutin.

Et aussi Aurore Bergé jugeant Eric Ciotti et Valérie Pécresse, Jean-Luc Mélenchon déplorant la "disparition de la droite républicaine" et Olivier Véran promettant des doses de rappel pour tous.

Le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne n'a pas mâché ses mots contre Valérie Pécresse. © Capture d'écran vidéo France 2 Le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne n'a pas mâché ses mots contre Valérie Pécresse.

Chaque matin, à l'approche de la présidentielle, L'Express vous sélectionne les meilleurs passages des politiques dans les médias.

Double surprise au premier tour du congrès LR jeudi : Eric Ciotti s'est qualifié pour le second tour où il affrontera Valérie Pécresse, tandis que Xavier Bertrand, qui passait pour le mieux placé à droite, a été éliminé, comme Michel Barnier. Le député des Alpes-Maritimes, tenant d'une ligne droitière, a recueilli 25,6% des voix, devançant de peu la présidente de l'Ile-de-France, qui a totalisé 25% des suffrages. Michel Barnier a recueilli 23,9% des voix, Xavier Bertrand récoltant 22,4%.

«Il y a un malentendu avec moi, c’est ma blondeur», ironise Valérie Pécresse

  «Il y a un malentendu avec moi, c’est ma blondeur», ironise Valérie Pécresse Invitée de "Punchline", Valérie Pécresse, créditée de 25% des voix des adhérents LR à l'issue du premier tour du Congrès des Républicains, assure que les Français ne la connaissent pas vraiment et qu'il y a un "malentendu autour de sa blondeur"."Il y a un malentendu avec moi, c'est ma blondeur", a-t-elle ironisé. "Je suis une femme forte. Je le prouve dans la façon dont je dirige ma région. Et j'ai toujours parlé comme ça". Pour Valérie Pécresse, beaucoup de Français commencent seulement à découvrir son profil car elle était jusqu'à présent "enfermée" dans son rôle de présidente de région. "Il y a eu la crise du Covid, puis les régionales.

Jean-Baptiste Lemoyne : "Derrière le sourire de Valérie Pécresse, c'est la hache"

Après ce premier tour du Congrès LR, Jean-Baptiste Lemoyne a donné sa "photo globale" sur France 2 : "une droite sans leader car quatre candidats sont dans un mouchoir de poches et une droite sans projet". Le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie a vilipendé Valérie Pécresse : "Derrière son sourire, c'est la hache". Il a ajouté dans la foulée : "Lorsqu'elle s'en prend au pouvoir d'achat des Français ou aux effectifs de la fonction publique elle n'y va pas de main morte".

LIRE AUSSI>> Pécresse et Stéfanini superstars, Villiers jaloux de Zemmour, Mélenchon dit bravo à Macron

Selon Jean-Baptiste Lemoyne, "ses réalisations et sa brutalité vont faire ouvrir les yeux aux Français, sur ce qu'elle est et quel est son projet". L'ancien élu LR a par ailleurs estimé qu'un électeur de droite "peut se retrouver dans le projet du président de la République".

Congrès LR : comment Xavier Bertrand a manqué son rendez-vous avec l'élection présidentielle

  Congrès LR : comment Xavier Bertrand a manqué son rendez-vous avec l'élection présidentielle En arrivant quatrième derrière Michel Barnier, mais surtout Valérie Pécresse et Eric Ciotti, qualifiés pour le second tour du congrès des Républicains, le président des Hauts-de-France a dit adieu à ses ambitions nationales. On vous explique comment l'ex-favori des sondages à droite a raté le coche. © Fournis par franceinfo Xavier Bertrand pensait être "le candidat le mieux placé pour battre Emmanuel Macron" au second tour de l'élection présidentielle, le 24 avril 2022.


Vidéo: Investiture LR: Ciotti peut éviter un second tour Macron-Le Pen (député) (AFP)

Jean-Luc Mélenchon : "Je déplore la disparition de la droite républicaine"

Interrogé sur BFMTV et RMC sur les résultats du premier tour du Congrès LR, Jean-Luc Mélenchon a "déploré la disparition de la droite républicaine au sens apaisé, j'ai presque envie de dire la République bourgeoise, la IIIe République, des gens qui défendent ardemment les principes républicains, des gens qui ne vont pas dans l'excès". "Maintenant, ce n'est plus ça, c'est un discours hargneux", a noté le candidat à la présidentielle de la France insoumise. Pour le député Insoumis, le "destin promis" des Républicains "c'est de se faire dépouiller d'un côté par l'extrême droite et de l'autre par Emmanuel Macron qui incarne une droite plus civilisée".

Aurore Bergé : "Il y a un écart idéologique important entre Valérie Pécresse et Eric Ciotti"

Comme Jean-Baptiste Lemoyne, la députée LREM des Yvelines (ex-LR) Aurore Bergé a également noté que Les Républicains "ont eu du mal à faire un choix". "J'entendais dire que Valérie Pécresse s'est 'ciotticisée', ils se sont surtout beaucoup 'zemmourisés', ils courent après l'extrême droite. Les questions d'immigration ont complètement saturé les débats LR", a-t-elle affirmé sur Europe 1. "Ciotti et Pécresse, ce n'est pas du tout la même idéologie, il y a un écart idéologique important", a-t-elle noté.

Valérie Pécresse remporte le congrès LR et sera candidate à la présidentielle

  Valérie Pécresse remporte le congrès LR et sera candidate à la présidentielle Valérie Pécresse bat le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti avec 61 % des voix.Ce congrès est « un succès incontestable », a déclaré au micro de BFMTV Annie Genevard, la vice-présidente déléguée des Républicains. « La droite républicaine est de retour », s’est pour sa part félicité Christian Jacob, le président du parti, lors de l’annonce des résultats.

LIRE AUSSI>> Eric Ciotti : comment il a réussi à s'imposer face aux favoris du Congrès LR

Aurore Bergé s'est demandée pourquoi "les électeurs de la droite libérale quitteraient aujourd'hui Emmanuel Macron alors que l'on a réussi à entreprendre les réformes qui n'avaient pas été mises en oeuvre". Selon elle, Les Républicains "promettent aujourd'hui ce qu'ils n'ont pas fait hier".

Aurore Bergé a par ailleurs assuré que de nouveaux centres vont être ouverts pour permettre aux Français de recevoir leur injection de rappel. "La vaccination est ce qui nous protège le mieux puisque c'est le seul levier pour lutter contre l'épidémie", a-t-elle assuré, évoquant "une montée en puissance des centres puisque l'on va en ouvrir 300 supplémentaires".

Olivier Véran : "Nous avons encore notre destin entre nos mains"

La présence du variant Omicron est désormais officielle dans de nombreux pays comme en France où neuf cas ont été à ce stade détectés dans cinq régions différentes. Pour autant, "il n'y a pas d'alerte sur Omicron pour le moment", a assuré sur Franceinfo Olivier Véran, rappelant que ce variant "circule probablement depuis plusieurs semaines" et que la France entend "freiner sa diffusion, sa circulation et aller le traquer".

Candidature d'Eric Zemmour : «On ne peut pas gouverner en fracturant et en divisant»

  Candidature d'Eric Zemmour : «On ne peut pas gouverner en fracturant et en divisant» Victoire de Valérie Pécresse au congrès des Républicains de la droite, élection présidentielle, candidature d'Eric Zemmour Invitée de Jean-Pierre Elkabbach dimanche matin, Florence Portelli, vice-présidente de la région Ile-de-France et porte-parole de Valérie Pécresse, a évoqué la vision de la droite pour 2022 tout en revenant sur les propos polémique du candidat Eric Zemmour. Au lendemain de la victoire de Valérie Pécresse au congrès des Républicains, Marine Le Pen et Eric Zemmour, tous deux candidats à l'élection présidentielle, ont appelé les soutiens d'Eric Ciotti à se rallier à leur parti.

Alors que la cinquième vague frappe pleinement la France, le ministre de la Santé a rappelé que "notre ennemi commun est le variant Delta". "Un malade est admis en réanimation toutes les 10 minutes jour et nuit", a-t-il souligné. Et de citer des modèles de l'Institut Pasteur mentionnant que "si rien ne change, nous pourrions avoir un pic sanitaire qui pourrait intervenir à la fin du mois de janvier". "Les modèles nous disent qu'il y a deux paramètres fondamentaux qui peuvent changer profondément cette donne : les vaccinations de rappel - si l'on administre entre 400 000 et 600 000 doses par jour on peut l'écrêter - et la distanciation sociale". Alors qu'un nouveau Conseil de défense est prévu lundi, "nous avons encore notre destin entre nos mains", a-t-il assuré, précisant que s'il y a "besoin d'envisager des mesures d'adaptation aux dispositions déjà prises, c'est le Conseil de défense qui le dira".

LIRE AUSSI>> Gestes barrières, vaccination : comment maintenir la motivation ? Des psy belges ont la réponse

Le ministre de la Santé a par ailleurs assuré que la vaccination - avec Pfizer - "sera sans doute ouverte" pour les enfants âgés de 5 à 11 ans susceptibles de faire des formes graves, à partir de la mi-décembre. "Il n'y a pas de raison de ne pas le faire", a-t-il dit, suivant ainsi les recommandations de la HAS. "Nous avons suffisamment de vaccins à ARN messager aujourd'hui pour vacciner tout le monde", a également promis Olivier Véran, alors qu'il est actuellement souvent difficile de trouver des créneaux pour la vaccination de rappel. "Si les gens se connectent et ne trouvent que des créneaux en mars, qu'ils se rassurent, ils seront tout de même vaccinés avant le 15 janvier", date à partir le passe sanitaire sera désactivé pour les adultes âgés de plus de 18 ans n'ayant pas reçu leur dose de rappel sept mois après l'injection, a assuré le ministre de la Santé.

Pour contrer Le Pen et Zemmour, Pécresse se droitise .
EDITO- La candidate LR a bâti une stratégie simple pour contrer Marine Le Pen et Eric Zemmour: reprendre leur socle idéologique. Son discours du week-end est très révélateur de cette droitisation, même si Valérie Pécresse s'est réfèré à Charles de Gaulle et Jacques Chirac. A  l’exemple d’Emmanuel Macron, elle n’énonce jamais leurs noms. Ils sont sans identité, mais ils existent, ils pèsent, ils restent dangereux.

Voir aussi