Actualités à la une

France: Didier Raoult et l’hydroxychloroquine : l’Ordre des médecins lui inflige un «blâme»

Marseille. L’IHU Méditerranée lance le recrutement du successeur de Didier Raoult

  Marseille. L’IHU Méditerranée lance le recrutement du successeur de Didier Raoult L’IHU Méditerranée Infection de Marseille a lancé mardi 23 novembre 2021 le processus de recrutement en vue de remplacer Didier Raoult. Louis Schweitzer, l’ex-patron de Renault, a été placé à la tête d’une « commission de sélection » pour trouver le successeur du professeur controversé. Les jours du professeur Raoult à la tête de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille sont officiellement comptés : l’institut a enclenché mardi 23 novembre 2021 le processus de sélection d’un nouveau directeur en nommant Louis Schweitzer, l’ex-patron de Renault, à la tête d’une « commission de sélection ».

Le professeur Didier Raoult, ici dans son bureau de l'IHU Méditerranée. LP/Olivier Lejeune © LP/Olivier Lejeune Le professeur Didier Raoult, ici dans son bureau de l'IHU Méditerranée. LP/Olivier Lejeune

Fan inconditionnel ou détracteur, voilà qui constituera une pièce de plus dans l’épais dossier du professeur Didier Raoult. La chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins a rendu sa décision ce vendredi : elle inflige un blâme au directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), estimant qu’il avait enfreint le code de déontologie médicale en faisant une intense promotion de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. La sanction pouvait aller d’un simple avertissement à une radiation, en passant par un blâme ou une interdiction temporaire d’exercer. Une plainte déposée par l’Ordre des médecins L’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) avaient porté plainte fin 2020 contre l’infectiologue marseillais, lui reprochant d’avoir incité à traiter le Covid avec de l’hydroxychloroquine « sans données scientifiques établies », ce qui s’apparente à du « charlatanisme », avait affirmé la rapporteure de la chambre disciplinaire lors d’une audience le 5 novembre à Bordeaux, dépaysée loin de Marseille. Il était également accusé d’avoir pris des « risques inconsidérés » en soignant des patients avec ce traitement « non éprouvé par la science », avait-elle ajouté. Comme prévu, aucune motivation n’a été donnée à la décision de la chambre disciplinaire, composée de huit médecins et présidée par un magistrat administratif. Présent début novembre devant la chambre par « respect pour cette institution », Didier Raoult, à la retraite depuis le 31 août comme professeur d’université praticien hospitalier, s’était estimé « pas concerné » par d’éventuelles « sanctions ». Il avait défendu « la réussite » de son traitement conjuguant hydroxychloroquine et azithromycine pour traiter les malades du Covid-19, malgré l’absence d’effet prouvé aujourd’hui encore. En plus de cette procédure, le professeur Raoult est également visé, avec l’IHU qu’il a créée en 2011, par plusieurs autres enquêtes sur les conditions dans lesquelles l’institut a conduit ses études autour du Covid. L’hydroxychloroquine n’est plus autorisée en France pour soigner les patients atteints du coronavirus depuis mai 2020.


Aussi sur MSN - Covid-19: À Marseille, Didier Raoult accusé par ses équipes de falsifier les résultats sur l’hydroxycholoroquine, une enquête interne ouverte

Covid-19 : comment l'Ordre des médecins justifie le blâme infligé à Didier Raoult .
L'institution a sanctionné l'infectiologue marseillais pour avoir communiqué des informations "qui ne s'appuyaient sur aucune donné confirmée".

Voir aussi