Actualités à la une

France: Des militants et amis de LFI interpellent Mélenchon : « Participons à la Primaire populaire »

Pécresse chez Ciotti, un Schiappa derrière Mélenchon et des « machines à clusters »

  Pécresse chez Ciotti, un Schiappa derrière Mélenchon et des « machines à clusters » Le Réveil politique – faits de campagne, analyses, anecdotes… Chaque matin, « l’Obs » décrypte la campagne présidentielle.Etape 1, remporter la primaire. C’est fait. Etape 2, rassembler son camp. C’est en cours. Pour installer le storytelling de l’union, Valérie Pécresse entame un périple qui lui permettra de rendre visite aux battus, des hommes qui rêvaient d’être à sa place et auxquels elle a fait mordre la poussière. La candidate des Républicains verra Philippe Juvin ce mardi 7 décembre, Michel Barnier en Savoie jeudi, Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France vendredi.

Soyons acteurs de la démocratie, participons à La Primaire Populaire . Pour mettre le site et l’application mobile de Mediapart à votre disposition nous utilisons des cookies ou technologies similaires qui nous permettent de collecter des informations sur votre appareil. Certaines de ces technologies sont nécessaires pour faire fonctionner nos services correctement : vous ne pouvez pas les refuser.

La présence de plusieurs candidats de gauche à l'élection présidentielle signifierait la fin des haricots. Un.e seul.e candidat.e nous redonnerait de l'espoir. Soyons acteurs de la démocratie, participons à La Primaire Populaire . Dans le journal. À Valence, les Insoumis font rimer Mélenchon avec « cohésion » 29 août 2021 Par Pauline Graulle.

  Des militants et amis de LFI interpellent Mélenchon : « Participons à la Primaire populaire » © Copyright 2021, L'Obs

L’urgence climatique, sociale et démocratique n’est plus à démontrer et s’aggrave chaque jour. Nous ne pouvons pas attendre cinq ans de plus ! Le contexte actuel nécessite un projet de rupture : L’Avenir en Commun. L’initiative citoyenne de la Primaire populaire, par la méthode qu’elle propose, est l’option la plus crédible pour faire arriver au pouvoir ce projet.

La Primaire populaire est un mouvement qui vise à créer une dynamique de campagne et un rapport de force pour qu’une candidature de l’écologie, de la justice sociale et de la démocratie gagne la présidentielle. Il s’appuie sur un socle de dix mesures de rupture parfaitement compatible avec l’Avenir en Commun, incluant la sortie de la monarchie présidentielle. Ce mouvement est aujourd’hui fort de plusieurs centaines de milliers de soutiens.

"Il faut qu'elle se désiste pour un candidat devant elle" : l'appel de Royal à Hidalgo

  Et aussi Gabriel Attal saluant les "efforts des Français" face à la 5e vague du Covid-19, Julien Denormandie et la vision d'Emmanuel Macron sur l'Europe ainsi que Roselyne Bachelot qui défend le concours de Miss France. © Capture d'écran vidéo LCI Ségolène Royal a appelé Anne Hidalgo à se désister en faveur de Jean-Luc Mélenchon ou Yannick Jadot.

Les principaux candidats ont refusé de se départager lors d’une primaire. Malgré cela, ce mouvement reste déterminé à donner la parole aux citoyens de gauche pour désigner une candidature gagnante. Même sans l’accord des candidats, il organisera donc un vote d’investiture populaire en janvier. Il nous semble indispensable que Jean-Luc Mélenchon et les « insoumis » se mobilisent pour décrocher ce qui s’annonce comme la plus grosse investiture citoyenne de cette campagne. La gagner sera déterminant dans le chemin vers la victoire.

Cette investiture populaire pourra faire gagner l’Avenir en Commun en démontrant sa popularité. Plusieurs éléments montrent qu’une candidature portant ce programme a de grandes chances de remporter ce scrutin : la large base militante « insoumise », les scores élevés de Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin lors de la phase de parrainage, et les sondages qui donnent Jean-Luc Mélenchon en première place à gauche et reflètent une forte adhésion des Françaises et Français aux propositions de l’AEC. Cela place l’Avenir en Commun en position de force.

RECIT. Présidentielle 2022 : de l'atonie à la zizanie, la semaine qui a remis la gauche sous le feu des projecteurs

  RECIT. Présidentielle 2022 : de l'atonie à la zizanie, la semaine qui a remis la gauche sous le feu des projecteurs Arnaud Montebourg et Anne Hidalgo sont prêts à se ranger derrière une candidature unique à gauche. Une idée rejetée par leurs opposants, mais qui a eu le mérite de réveiller une campagne qui ronronnait. © Fournis par franceinfo Et la gauche se retrouva de nouveau sur le devant de la scène. Encalminée, inaudible face à la concurrence et toujours dépourvue de leader incontestable cinq ans après la fin du quinquennat de François Hollande, elle est encore loin de pouvoir s'imaginer accéder au second tour de l'élection présidentielle, et encore moins s'ouvrir les portes de l'Elysée en avril prochain.

Cette investiture populaire pourra faire gagner l’Avenir en Commun en mobilisant largement notre électorat. Ce sera un moment d’accélération politico-médiatique. Ce vote en amont du premier tour permettra d’accélérer la croissance de la force militante de l’Union populaire. De concert avec cette dynamique de la Primaire populaire, elles auront à cœur d’assurer la participation des jeunes et des abstentionnistes à ce vote, puis en avril.

Cette investiture populaire pourra faire gagner l’Avenir en Commun en mettant en acte le renouveau démocratique. Le vote à « jugement majoritaire » qu’elle utilise permet à l’électeur d’évaluer chaque candidature et reflète ainsi fidèlement les rapports de force. La candidature victorieuse est celle qui recueille incontestablement la meilleure évaluation populaire. Par une reprise en main citoyenne du mode de scrutin, la Primaire populaire ouvre la voie pour sortir du mythe de l’homme providentiel. Cela permettra à Jean-Luc Mélenchon de démontrer concrètement que l’enjeu n’est pas celui de sa personne mais la victoire de son programme.

Yannick Jadot ne veut pas "sauver" Anne Hidalgo ou le PS, "mais sauver le pays"

  Yannick Jadot ne veut pas Et aussi Guillaume Larrivé qui défend Valérie Pécresse, Jordan Bardella mettant sur le même plan la candidate LR à la présidentielle et Emmanuel Macron ainsi que l'annonce de Bruno Le Maire sur le livret A. © Capture d'écran Franceinfo Yannick Jadot a une nouvelle fois refusé de rejoindre Anne Hidalgo dans une primaire de la gauche. Anne Hidalgo, à la peine dans les sondages, s'est posée dimanche en garante d'une France "juste" et "réunie", face à la droite et à l'extrême droite, lors d'un meeting à Perpignan.

Oui, seront soumis lors de ce vote les noms de candidats venant de partis se revendiquant de gauche qui ont depuis trop longtemps déçu et trahi. Oui, nous espérons que des débats dans le cadre de l’investiture permettront de comparer ces candidatures directement pour que les votants puissent se faire un avis clair. Mais participer à cette investiture n’implique pas de négocier un programme au rabais ou d’obliger à un contrat de gouvernement. Remporter cette investiture permet de recréer une dynamique pour que la gauche radicale ait une chance sérieuse d’être au second tour et de gagner. Il s’agit donc de mobiliser largement notre électorat pour voter en masse pour l’Avenir en Commun à l’investiture de la Primaire populaire.

Soyons au rendez-vous de l’Histoire, participons et gagnons le vote de la Primaire populaire.

Gagnons la présidentielle et mettons enfin en œuvre l’Avenir en Commun !

Pour signer cette tribune, c’est ici.

Pour participer au vote de la Primaire populaire, c’est ici.

Premiers signataires :

Vincent Beillard (Maire de Saillans en 2014-2020)

Le scénario Taubira, le ticket Jadot-Hidalgo, le temps de parole de Macron

  Le scénario Taubira, le ticket Jadot-Hidalgo, le temps de parole de Macron Le Réveil politique – faits de campagne, analyses, anecdotes… Chaque matin, « l’Obs » décrypte la campagne présidentielle.Emmanuel Macron aime à dire qu’il est le « maître des horloges », mais c’est le CSA qui tient le chronomètre ! Le Conseil supérieur de l’Audiovisuel a rappelé les règles du jeu mardi 14 décembre, après l’annonce par TF1 et LCI de la diffusion d’un long entretien avec le président sortant, ce mercredi soir à 21h05.

Christophe Cailloux (Extinction Rebellion, cofondateur du CID Collectif Insoumis Démocrates)

François Caussarieu (co secrétaire ENSEMBLE ! Béarn, militant LFI pendant 3 ans)

Franck Fouquet (conseiller municipal de la ville de Lons - Pyrénées-Atlantiques, cosecrétaire du comité Ensemeble Béarn et membre du conseil national d’Ensemble, ex secrétaire sud-ct64, ex-animateur de groupe d’action FI, ex cosecrétaire du Parti de Gauche Béarn)

Daniel Gilles (conseiller Départemental de la Drôme - liste d’union de la gauche)

Christine Le Coënt (membre du Parti de Gauche)

Sébastien Lebonnois (conseiller municipal Fontaine-les-Dijon, animateur du groupe d’action LFI Dijon Nord)

Daniel Leclerc (militant Gauche Républicaine et Socialiste - candidat tête de liste municipale 2020 Aix-en-Provence - candidat aux départementales 2021)

Gérald Maniable (conseiller municipal Un Havre Citoyen, candidat LFI aux dernières législatives)

Roger Maucourt (syndicaliste CGT, militant PCF, bénévole associatif)

Odile Maurin (activiste contre le validisme, élue municipale et métropolitaine à Toulouse sur la liste « Archipel citoyen »)

Stéphane Mériodeau (élu citoyen à Tournefeuille - Occitanie, délégué syndical, militant écologiste)

Jean-Claude Moog (ancien animateur d’un groupe d’action Strasbourg de la France Insoumise)

Clément Pairot (militant plein-temps durant les caravanes « insoumises » en 2017)

Sébastien Polveche (candidat LFI aux législatives 11e circonscription du Nord en 2017)

Yves Quintal (militant altermondialiste/Ensemble !)

> Liste complète des signataires mise à jour régulièrement.

Vidéo violente de sympathisants d’Eric Zemmour : Des élus LFI portent plainte pour menaces de mort .
Raquel Garrido estime que le candidat d’extrême droite lui a « mis sur cible sur le dos » © Twitter/@ArnaultRaphael Vidéo de sympathisants d'Eric Zemmour mise en ligne par le groupe antifasciste Jeune Garde (capture d'écran). POLEMIQUE - Raquel Garrido estime que le candidat d’extrême droite lui a « mis sur cible sur le dos » Les images ne passent pas. Deux sympathisants d’Eric Zemmour ont posté des vidéos sur les réseaux sociaux, dans lesquelles ils s’entraînent au tir et imaginent notamment prendre pour cible Emmanuel Macron et les élus de la France Insoumise Raquel Garrido et Alexis Corbière.

Voir aussi