Actualités à la une

France: Y a-t-il un problème avec Jean-Michel Blanquer ? On a posé la question à des enseignants

Coronavirus : Pourquoi la grève des enseignants risque d’être très suivie ce jeudi

  Coronavirus : Pourquoi la grève des enseignants risque d’être très suivie ce jeudi Dix jours après la rentrée, les enseignants et les chefs d’établissements sont déjà sous tension à cause de la flambée des cas de Covid-19 © SYSPEO/SIPA Rentrée des élèves en classe avec le masque obligatoire à l'école primaire Ronchese de Nice, le 04/01/2022. EDUCATION - Dix jours après la rentrée, les enseignants et les chefs d’établissements sont déjà sous tension à cause de « Le mois de janvier est dur », a reconnu lundi Jean-Michel Blanquer sur France 2 en évoquant la situation sanitaire dans les établissements.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, le 13 octobre 2021 devant l’Élysée. © LUDOVIC MARIN/AFP Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, le 13 octobre 2021 devant l’Élysée.

Le monde de l’éducation s’attend à une grève « historique » jeudi 13 janvier pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires. En toile de fond, une personne cristallise les tensions : il s’agit de Jean-Michel Blanquer. Des enseignants expliquent pourquoi ils considèrent qu’il y a un problème avec le ministre de l’Éducation nationale.

« Jean-Michel Blanquer met tout le monde d’accord sur une seule chose : l’appel à la grève de jeudi 13 janvier ». Avec cette phrase, Karin, professeure d’anglais dans un lycée de Charente-Maritime résume plutôt bien les choses. Comme la plupart des personnels de l’enseignement de France, elle fera grève jeudi. « Toutes les organisations syndicales, même la CFDT, appellent à cette grève. C’est inédit », commente-t-elle. Une telle mobilisation intervient dix jours après la rentrée. Une rentrée souvent décrite comme chaotique alors que le variant Omicron se transmet comme une traînée de poudre.

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : à quoi faut-il s’attendre ?

  Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : à quoi faut-il s’attendre ? La mobilisation du personnel de l’Éducation nationale s’annonce « historique » pour la grève du jeudi 13 janvier 2022. Le premier syndicat du primaire a prévu que 75 % des enseignants du premier degré seraient grévistes et que la moitié des écoles seraient fermées. Il s’agit là d’une « mobilisation historique », selon le SNUipp-FSU qui a lancé un appel à la grève nationale pour le jeudi 13 janvier 2022.

« Sa personnalité, sa façon de gérer la crise posent problème »

Au travers de ce chaos, un nom revient systématiquement dans les paroles des profs : celui du ministre de l’Éducation nationale. Peut-on dire qu’il y a un problème Jean-Michel Blanquer ? « La réponse est oui, répond, sans détour, Marion Chopinet, professeure d’histoire géographie au lycée Antonin-Arthaud à Marseille et secrétaire académique SNES (Syndicat national des enseignants de second degré). Il est évident que sa personnalité, sa façon de gérer la crise sanitaire, pose problème ».

Suivez en direct l’évolution de la pandémie de Covid-19, ce mercredi 12 janvier

Lucien Marboeuf, enseignant en CM2 à Paris et auteur du blog L’Instit’humeurs, parle même « d’un énorme problème Jean-Michel Blanquer depuis son arrivée au ministère, cela ne date pas de la crise du Covid-19. Mais elle a cristallisé cette aversion parce qu’il s’agit de santé publique. On ne plaisante pas avec ça », relève-t-il. Pour le blogueur, le fonctionnement du ministre est le même qu’avant : « Il ne dévie pas de la décision qu’il a pris seul avec lui-même et son cabinet et les syndicats sont priés de suivre vaille que vaille ». Cet entêtement, Karin, qui partage une partie de son quotidien de prof sur Twitter via le pseudo Shinycolors33, le souligne également. Elle aussi pense que « le problème dans cette crise, c’est évidemment » Jean-Michel Blanquer, « et ce, pour plein de raisons ».

Les enseignants français frappent contre la stratégie scolaire «chaotique» Covid-19

 Les enseignants français frappent contre la stratégie scolaire «chaotique» Covid-19 Des dizaines de milliers d'enseignants français en colère contre les règles du gouvernement Covid-19 ont quitté le travail et ont pris dans la rue pour exiger une meilleure protection des élèves et du personnel contre l'infection à l'infection. .

Les enseignants dénoncent « le mépris » du ministre

Mais pourquoi ça coince entre le ministre et les enseignants ? Tous pointent du doigt la stratégie de communication de Jean-Michel Blanquer depuis le début de la pandémie. « À chaque fois on apprend la veille au soir qu’il faut tout changer, avance Quentin, lui aussi professeur dans un lycée en région parisienne. Cela a été le cas ces dix derniers jours avec les protocoles sanitaires ».

En dehors du délai très bref d’informations, c’est la voie empruntée par le ministre pour faire ses annonces qui fait grincer des dents. « Nous avons face à nous quelqu’un qui ne nous écoute jamais, qui ne nous prend pas en considération. Cet homme-là est tous les jours à la radio, à la télévision ou dans un journal, à dire des énormités incroyables sans être contredit, dénonce Karin. Alors cette histoire de tests et de nouveau protocole annoncé le 2 janvier à 17 h dans un article de presse payant, ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». Lucien Marboeuf lui, se rappelle avec ironie qu’à la veille de la rentrée du 3 janvier, ils étaient avec quelques collègues, « comme des cons à essayer de chercher les informations sur Twitter pour comprendre et essayer de décrypter l’information officielle à laquelle nous n’avions pas accès. C’est délirant. »

École : Blanquer promet des masques FFP2 et des remplaçants en réponse à la grève

  École : Blanquer promet des masques FFP2 et des remplaçants en réponse à la grève Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi soir la mise à disposition de "cinq millions de masques FFP2" pour les enseignants de maternelle sur demande et "plusieurs milliers" de remplaçants "pour faire face à la crise", à l'issue d'une réunion avec les syndicats enseignants. Des réponses à la mobilisation du personnel scolaire. Les enseignants et autres personnels de l'Education nationale, exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés au Covid-19 , se sont mis massivement en grève jeudi et ont manifesté pour demander des avancées au gouvernement , qui leur a promis des masques F

S’ils devaient qualifier le ministre en un mot, ces professionnels de l’éducation citent tous le même : « le mépris » à l’égard de la profession. « Ce mépris total dure depuis des années et c’est le ministre de l’Éducation nationale qui accumule la plus longue durée en poste (depuis mai 2017), relève Ramadan Aboudou, CPE (Conseiller principal d’éducation) au collège Darius-Milhaud à Marseille. Cela passe par le fait de communiquer dans la presse avant de prévenir les chefs d’établissement, mais aussi l’usage de certains éléments de langage ». Ramadan Aboudou revient notamment sur l’utilisation par Jean-Michel Blanquer du terme « absentéisme » pour évoquer les arrêts de travail des personnels en cas de Covid-19. Pour Karin, l’attitude de Jean-Michel Blanquer lui rappelle « Najat Vallaud-Belkacem quand elle a fait passer le décret de la réforme du collège en pleine nuit après une journée de mobilisation. C’est le même mépris ». C’était en 2015.

« Il faut improviser en permanence »

L’omniprésence de Jean-Michel Blanquer dans les médias n’est pas la seule chose qui cristallise les tensions dans les rangs des professeurs. Le manque de clarté des mesures annoncées y est aussi pour beaucoup. « Nous en sommes déjà au troisième protocole sanitaire en une semaine, c’est hallucinant, estime Quentin. Il faut improviser en permanence et c’est comme ça depuis le début de la crise », affirme l’enseignant. Une répétition et un flou qui suscitent une grande fatigue.

Bac : les épreuves de spécialités vont-elles être décalées à juin?

  Bac : les épreuves de spécialités vont-elles être décalées à juin? Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, devrait consulter cette semaine le conseil national de la vie lycéenne pour voir si le report des épreuves du bac est opportun. A quelques mois de la présidentielle, le dossier reste très sensible…

Lire aussi : Covid-19. À la veille de la grève dans les écoles, on résume ce que l’on sait du nouveau protocole

En mars 2020, Emmanuel Macron avait finalement annoncé la fermeture des écoles alors que, quelques heures plus tôt, Jean-Michel Blanquer disait l’inverse. Même scénario lundi 10 janvier avec l’annonce d’un assouplissement du protocole sanitaire à l’école par Jean Castex aux 20 h de France 2 , quelques heures après que le ministre de l’Éducation nationale avait déclaré qu’il ne changerait pas. Ramadan Aboudou dénonce aussi ces contradictions et ces « protocoles qui changent au gré de l’humeur du ministre ».

Le syndrome de « l’école ouverte » ?

Autant de protocoles instaurés pour tenir cette promesse faite par le gouvernement : garder les écoles ouvertes malgré la circulation active du coronavirus. Olivier Véran, ministre de la Santé, l’a encore rappelé ce mercredi 12 janvier, sur Franceinfo.

« Ce mantra est devenu la marque de fabrique du gouvernement, appuie Karin. Je pense qu’on veut tous que les écoles restent ouvertes, mais pas dans ces conditions. Et surtout pas en éclipsant la réalité ». Car, si les tergiversations du ministre cristallisent les tensions, l’allègement successif des protocoles scolaires inquiète. Tous dénoncent une sécurité sanitaire précaire pour enseigner. « Jean-Michel Blanquer ne cesse de dire que les enseignants sont bien protégés, mais c’est faux, se scandalise celle qui enseigne l’anglais en Charente-Maritime. On n’a même pas de masques viables, vous vous rendez compte ? »

DIRECT. Covid-19 : protocole sanitaire depuis Ibiza, grève jeudi… Jean-Michel Blanquer critiqué

  DIRECT. Covid-19 : protocole sanitaire depuis Ibiza, grève jeudi… Jean-Michel Blanquer critiqué Une enquête Mediapart a révélé que Jean-Michel Blanquer avait dévoilé le protocole sanitaire dans les établissements scolaires depuis Ibiza, où il était en vacances. Le ministre est déjà visé par une nouvelle grève des enseignants, prévue pour jeudi. Côté épidémique, le pic de la cinquième vague serait déjà passé à Paris et devrait suivre dans le reste de la France. Suivez ce direct consacré à l’épidémie de Covid-19 de mardi 18 janvier.Jean-Michel Blanquer a dévoilé le protocole sanitaire appliqué dans les écoles depuis Ibiza, où il se trouvait en vacances. Cette révélation a suscité un tollé dans la classe politique.

La majorité des enseignants plaident pour garder les écoles ouvertes, mais pas dans ces conditions. « Il est difficile de ne pas se dire qu’on fait office de garderie certains jours, avance Lucien Marboeuf, que l’on doit garder les enfants pour que les gens aillent travailler. Ce discours, vu la situation exceptionnelle dans laquelle nous sommes, je suis prêt à l’accepter. Mais qu’on nous le dise clairement, comme cela a pu être fait avec les soignants au plus haut de la pandémie, que nous devons accepter un protocole plus souple pour que l’activité économique du pays continue ».

Jean-Michel Blanquer maintient le cap

Face aux critiques, le ministre de l’Éducation nationale reste sur sa ligne. Preuve en est, il a affirmé mardi 11 janvier sur le plateau de BFMTV qu’il était « dommage d’avoir une journée qui va perturber davantage le système », en faisant référence à la grève qui s’annonce massive jeudi 13 janvier.

« Ce n’est pas une grève qui résout les problèmes, on ne fait pas grève contre un virus », a-t-il poursuivi, reconnaissant cependant qu’il y avait « des problèmes » dans la gestion de la crise à l’école. Le ministre a rappelé sa volonté et celle du gouvernement de vouloir maintenir les écoles ouvertes.

« Je suis le premier à le reconnaître, c’est difficile mais c’est difficile dans tous les pays, a-t-il dit. J’aimerais beaucoup qu’il en soit autrement, mais c’est à moi d’endosser ces difficultés, je l’assume. » Cette nouvelle déclaration médiatique n’a en rien calmé les esprits. Près de la moitié des écoles devraient être fermées jeudi 13 janvier.

Contacté dans la matinée, le ministère de l’Éducation nationale a affirmé qu’il ne commenterait pas le mouvement de grève. Pour le reste, il n’a pour l’instant pas donné suite à notre sollicitation.

Jean-Michel Blanquer : un incroyable sosie du ministre fait halluciner les internautes .
Au cœur de la tourmente pour ses vacances à Ibiza, Jean-Michel Blanquer a dû être surpris en voyant des manifestants devant son ministère ce mercredi 19 janvier 2022. Ce happening fait beaucoup parler sur Twitter, particulièrement pour la présence d'un incroyable sosie du ministre. C'est le scandale qui est sur toutes les lèvres actuellement : les vacances de Jean-Michel Blanquer. Alors que le protocole sanitaire dans les écoles est devenu un vrai fiasco critiqué de toutes parts, Mediapart a révélé que le ministre de l'Éducation nationale était à Ibiza au moment de prendre ces décisions cruciales pour les établissements scolaires.

Voir aussi