France: La haine de Zemmour, le drame de Dupont-Aignan, Blanquer à Ibiza

Jean-Michel Blanquer a annoncé depuis Ibiza le protocole de la rentrée scolaire de janvier

  Jean-Michel Blanquer a annoncé depuis Ibiza le protocole de la rentrée scolaire de janvier Révélée par « Mediapart », lundi 17 janvier, cette information, confirmée par « Le Monde », affaiblit un peu plus encore le ministre de l’éducation nationale, confronté à une grève des enseignants, et met en difficulté l’exécutif à trois mois de la présidentielle. © Fournis par Le Monde Le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, en visite à l’école élémentaire Jules-Ferry d’Ormesson-sur-Marne (Val-de-Marne), le 3 décembre 2021. Les difficultés s’enchaînent pour Jean-Michel Blanquer.

  La haine de Zemmour, le drame de Dupont-Aignan, Blanquer à Ibiza © Copyright 2022, L'Obs

A 96 jours du second tour de l’élection présidentielle, un discours de haine peut coûter cher.

Zemmour condamné, une fois encore

La semaine commence bien mal pour Eric Zemmour. Les réactions outrées se poursuivent après sa proposition de scolariser les enfants handicapés dans des « établissements spécialisés », à l’écart. « Un pas en arrière d’une centaine d’années », a dénoncé le nageur paralympique Théo Curin, sur Franceinfo.

Sur le front judiciaire, le candidat d’extrême droite poursuit sa collection de condamnations, avec une peine de 10 000 euros d’amende pour provocation à la haine. En cause, ses propos tenus le 29 septembre 2020 sur CNews à propos des migrants mineurs isolés. « Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont », avait déclaré l’ancien journaliste.

Ibiza, protocoles sanitaires... Pourquoi Jean-Michel Blanquer est dans la tourmente

  Ibiza, protocoles sanitaires... Pourquoi Jean-Michel Blanquer est dans la tourmente Les dernières révélations de Mediapart sur les vacances du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ont encore fragilisé sa position au sein du gouvernement. Face aux députés, il a dit "regretter" la symbolique du lieu, Ibiza. Un séjour qui ne passe pas. Jean-Michel Blanquer , se retrouve sous le feu des critiques après les révélations de Mediapart . Le ministre de l'Education nationale était en vacances à Ibiza, pour un séjour privé, lorsqu'il a dévoilé le nouveau protocole sanitaire pour les écoles, à la veille d'une rentrée scolaire de janvier tendue en raison de la situation sanitaire.

Arié Alimi, avocat de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), a salué « une décision importante car derrière ce projet médiatique, il y a un projet politique, un projet de haine qui tend à stigmatiser les personnes en raison de leur origine, de leur confession, de leur race ». A noter que, comme toujours en matière de diffamation, le directeur de la publication de CNews, Jean-Christophe Thiery, est condamné lui aussi.

On a passé 12 heures devant CNews (et ce n’est plus vraiment une chaîne d’info)

Eric Zemmour n’a pas souhaité se rendre au tribunal correctionnel de Paris. Il a préféré les caméras de télévision pour dénoncer « une justice politique » et prévenir qu’il comptait faire appel. Lui qui a déjà été condamné à deux reprises pour provocation à la haine n’en a pas fini avec la justice. Dès jeudi, il sera jugé en appelpour contestation de crime contre l’humanité après avoir prétendu, au mépris des faits établis par les historiens, que le maréchal Philippe Pétain avait « sauvé » les juifs français.

A Cannes, Eric Zemmour s'imagine en "Mitterrand de la droite"

  A Cannes, Eric Zemmour s'imagine en A Cannes, il a voulu reprendre en main son récit de candidature, espérant faire de l'union des droites un ressort attractif de sa campagne, au risque de se cornériser. © afp.com/Bertrand GUAY (g-d), Eric Zemmour, Gilbert Collard, Guillaume Peltier et Laurence Trochu en meeting à Cannes, le 22 janvier 2022 Raconter une histoire. C'est finalement l'enjeu le plus crucial de chaque candidat à la présidentielle.

Pétain et les juifs : la réponse d’Henri, 94 ans et rescapé des camps, à Eric Zemmour

Nicolas Dupont-Aignan dans le dur

Nicolas Dupont-Aignan, qui a reçu « l’Obs » à son QG la semaine dernière, va-t-il réussir à faire valider son ticket pour la présidentielle ? Complètement accaparé par sa quête des 500 parrainages d’élus, le candidat de Debout la France (4,7 % en 2017) fait face, ces derniers mois, à une véritable hémorragie de ses cadres, fatigués par ses revirements à répétition et son obsession pour le Covid et la crise sanitaire – dont il entend faire l’axe principal de sa campagne. Régulièrement accusé de surfer sur la vague complotiste, il assure qu’il ne « déviera pas » de cette ligne malgré les appels du pied de Marine Le Pen ou Eric Zemmour à les rejoindre. Comment gère-t-il l’arrivée du candidat de Reconquête ! dans le jeu politique ? Se rêve-t-il à nouveau en faiseur de roi, comme lorsqu’il avait soutenu le Front national dans l’entre-deux-tours en 2017 ? Son problème serait ailleurs, dit-il à « l’Obs » : « Je suis un meilleur candidat de second tour que de premier tour […] C’est mon drame. »

Un tribunal français a condamné un candidat présidentiel d'extrême droite sur le discours de haine et l'a condamné d'incitation de haine raciale

 Un tribunal français a condamné un candidat présidentiel d'extrême droite sur le discours de haine et l'a condamné d'incitation de haine raciale © Photo de Chesnot / Getty Images Éric Zemmour, le candidat à la présidence française, a livré un discours à Villepinte, en France le mois dernier. Photo de Chesnot / Getty Images Un tribunal français a condamné un candidat présidentiel français d'extrême droite de la haine raciale. Le candidat, Éric Zemmour, a été condamné à une amende de 10 000 euros, selon les rapports de presse lundi. En 2020, Zemmour avait appelé les migrants non accompagnés "Thieves", "Killers" et "violeurs".

Nicolas Dupont-Aignan, un « kamikaze » au bord du gouffre

Vidéo: Pécresse critique le déplacement de Macron à Nice : «C'est sidérant. On a un président-candidat» (Le Figaro)

Blanquer (à nouveau) dans la tourmente

Le ministre de l’Education se trouvait en vacances à Ibiza lorsqu’il a dévoilé au « Parisien » le nouveau – et controversé − protocole sanitaire pour les écoles, à la veille de la rentrée de janvier, selon Mediapart. Une information confirmée lundi soir par le ministère qui indique que Jean-Michel Blanquer a « travaillé à distance ».

Des révélations qui ne passent pas dans l’opposition, à gauche comme à droite, qui réclame sa démission.

La Primaire populaire dépasse, de loin, LR et les écolos

Plus fort que la primaire écologiste (122 000 votants). Plus fort que celle des Républicains (140 000). La Primaire populaire passe le cap des 250 000 inscrits. Et ce n’est pas fini puisqu’il reste plus d’une semaine avant le 27 janvier, date de l’ouverture du scrutin qui investira un candidat parmi sept personnalités de gauche et de l’écologie. Un vote purement indicatif, puisque Anne Hidalgo (Parti socialiste), Yannick Jadot (écologiste) et Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) ont tous trois prévenu qu’ils ne retireraient pas leur candidature à la présidentielle.

VIDÉO - “Je ne suis pas parfait” : Jean-Michel Blanquer esquisse un mea culpa

  VIDÉO - “Je ne suis pas parfait” : Jean-Michel Blanquer esquisse un mea culpa Ce vendredi 14 janvier, Jean-Michel Blanquer était invité de la matinale de France Info. Interrogé sur la grève des enseignants survenue la veille, le ministre de l’Éducation a présenté ses excuses. Au lendemain d’une grève et d’une mobilisation massive des enseignants en France, Jean-Michel Blanquer, au coeur des critiques, était l’invité de 8h30 de la matinale de France Info ce vendredi 14 janvier. Questionné par le journaliste Marc Fauvelle sur un possible mea culpa de sa part, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a fini par céder.

Cette primaire revient donc à réaliser un immense sondage, estime Jean-Philippe Derosier, professeur agrégé de droit public. Dans une tribune parue dans le « JDD », il rappelle que « les sondages sont soumis à des règles strictes », c’est pourquoi « le processus appelé “primaire populaire” est donc illégal ». Une analyse que la Primaire populaire a pris de soin de démonter lundi. Dans une longue argumentation, elle rappelle que la primaire n’est pas concernée par la loi sur les sondages car elle « n’a pas la prétention scientifique d’une enquête statistique ».

Taubira fait baisser Jadot et Hidalgo

Et puisqu’il est question de sondages, signalons celui-ci, le premier à tester la candidature de Christiane Taubira depuis sa déclaration officielle, samedi. Pas de miracle pour la gauche. L’ancienne ministre de la Justice recueille seulement 4 % des intentions de vote. Ceci, aux dépens de Yannick Jadot (5 %, en baisse de 1 point) et d’Anne Hidalgo (3 %, en baisse de 1 point également), selon le baromètre OpinionWay-Kéa Partners pour « les Echos » et Radio Classique. Même si Jean-Luc Mélenchon reste stable à 10 %, la gauche et l’écologie apparaissent plus divisées et affaiblies que jamais, avec un total gauche à 26 %.

(Sondage OpinionWay réalisé en ligne, du 15 au 17 janvier, auprès d’un échantillon de 1 093 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas. Marges d’erreur de 1,4 à 3,1 points.)

Présidentielle : des plus sereins aux plus inquiets, où en sont les candidats dans leur quête des parrainages?

  Présidentielle : des plus sereins aux plus inquiets, où en sont les candidats dans leur quête des parrainages? Fin janvier, la course pour obtenir les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle sera officiellement lancée. Mais les candidats s'affairent d'ores et déjà pour les récupérer. A trois mois du premier tour de l'élection présidentielle , les candidats s'activent autour de la récolte des 500 signatures nécessaires pour se présenter. Le 30 janvier au plus tard, soit dix semaines avant le premier tour, un décret sera publié pour convoquer les électeurs et la remontée des parrainages commencera officiellement.

Roussel veut changer la recette à gauche

On espère que vous aimez le pinard et le saucisson, parce que vous allez en manger jusqu’à la fin de la campagne. Après la polémique autour de sa défense de la gastronomie française, qui a irrité les puristes défenseurs du véganisme et du multiculturalisme sur les réseaux sociaux, Fabien Roussel veut « reprendre une part du gâteau », selon ses propres mots.

A l’occasion de la cérémonie des vœux qui s’est tenue lundi soir au siège du PCF place du Colonel-Fabien à Paris, le candidat coco cocorico prévient : « Je continuerai à mettre les pieds dans le plat et à défendre le bifteck des Français. » Car le député du Nord estime que cette polémique est « révélatrice d’une gauche coupée du peuple, dont le seul sujet est d’interdire : les sapins de Noël, le foie gras, et les centrales nucléaires ». Vous l’avez deviné : il s’entend très bien avec les écologistes, et en particulier avec la finaliste de leur primaire, Sandrine Rousseau.

Sur le fond, Fabien Roussel lance un appel à « refonder la gauche », « construire une gauche nouvelle », et veut même ramener à lui « ceux qui n’ont jamais voté à gauche ». Pour bien marquer ce qu’il désigne comme « une nouvelle phase » dans sa campagne – et une volonté manifeste d’emmerder les véganes – le candidat à la présidentielle se rend mardi dans une école de boucherie. Visiblement, les Français ne sont jamais insensibles quand on leur parle boustifaille, car le communiste se serait hissé à 3 % dans les intentions de vote selon le dernier sondage OpinionWay-Kéa Partners paru lundi. Au même niveau que la candidate socialiste Anne Hidalgo.

Présidentielle 2022 : Zemmour condamné à 10.000 euros d'amende pour provocation à la haine après ses propos sur les mineurs migrants

  Présidentielle 2022 : Zemmour condamné à 10.000 euros d'amende pour provocation à la haine après ses propos sur les mineurs migrants Le polémiste et candidat d'extrême droite avait qualifié les migrants mineurs isolés de « voleurs », « assassins » et « violeurs » © Bertrand GUAY / AFP Eric Zemmour, candidat à l'élection PROCES - Le polémiste et candidat d'extrême droite avait qualifié les migrants mineurs isolés de « voleurs », « assassins » et « violeurs » Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Eric Zemmour, candidat d’extrême droite à la présidentielle à 10.000 euros d’amende pour avoir qualifié sur CNews les migrants mineurs isolés de « voleurs », « assassins », « violeurs ».

Manuel Valls appelle à l’union… des républicains de tous bords !

L’ancien Premier ministre publie un nouveau livre, « Zemmour, l’antirépublicain », aux éditions de l’Observatoire, dans lequel il passe en revue les mensonges de « la vision zemmourienne de l’Histoire ». Affaire Dreyfus, Pétain et les juifs, l’Action française et la Résistance… « Par une action minutieuse de réhabilitation, de révisionnisme et de relativisme, écrit Manuel Valls, Eric Zemmour parvient à brouiller les pistes et à gommer les différences qui existent entre le bien et le mal ». Face à cette « entreprise de destruction massive » des fondements de la République, celui qui a rompu avec le Parti socialiste en 2017, pour rejoindre LREM, rêve de voir les « républicains des deux rives » se lever pour défendre la France des Lumières. Un appel à l’union qui ressemble fort à une offre de services : « Demain, j’entends contribuer à cette indispensable renaissance nationale, trop longtemps repoussée », termine Valls. Certains y voient un appel du pied à Valérie Pécresse, pour qui il a appelé à voter lors des dernières régionales, et dont il ne cesse de vanter le « sérieux » et la « solidité ».

Pour Zemmour, les associations d’aide aux migrants doivent être traitées « comme des ennemis » .
Le candidat d’extrême droite, en perte de vitesse dans les sondages, a une nouvelle fois joué la polémique en s’en prenant aux associations d’aide aux migrants, qu’il accuse d’être « complices des passeurs », lors d’une visite à Menton., a déclaré à la sortie du poste-frontière Eric Zemmour, qui doit tenir samedi un meeting à Cannes.

Voir aussi