Actualités à la une

France: Présidence de l'Union européenne : la feuille de route de la France est-elle trop ambitieuse ?

«L’Étoffe de l’Europe», la scénographie artistique de la présidence française

  «L’Étoffe de l’Europe», la scénographie artistique de la présidence française La présidence française du Conseil de l’Union européenne a véritablement commencé la semaine dernière, avec la réunion informelle des ministres de l’Agriculture à Strasbourg et la visite des commissaires européens à Paris. Donc, pour l’instant aucune réunion ne s’est encore déroulée à Bruxelles dans le bâtiment du conseil des ministres, le Juste Lipse, mais il a été investi par des artistes reconnus. L’architecte-scénographe Adeline Rispal, le vidéaste Jacques Perconte, ainsi que six jeunes artistes français installés à Bruxelles ont participé avec d'autres à la création d’une scénographie pour mettre en scène ces six mois de présidence française.

La France a réussi à porter une réglementation européenne de protection des données individuelles qui est devenue un standard mondial. Aussi, elle a réussi à acter au niveau international la taxation des plateformes qui doit maintenant entrer dans les faits. C' est l 'objectif de la Conférence sur l'avenir de l 'Europe qui livrera ses conclusions en mai 2022. Afin de défendre l'Etat de droit, il sera capital d'étendre la liste des infractions européennes aux crimes et discours de haine, en dotant l ' Union d'une stratégie de lutte contre le racisme et l'antisémitisme et d'une législation sur la lutte contre les

La France a pris, samedi 1er janvier, pour six mois la présidence tournante du Conseil de l ’ Union européenne (UE) avec un programme ambitieux , une Europe « puissante » et « souveraine », qui risque toutefois d’ être bousculé par la nouvelle flambée de Covid-19 et l ’élection présidentielle d’avril. A minuit sonnant, elle a pris le relais de la Slovénie, qui présidait le Conseil de l ’UE depuis le 1er juillet, et cédera sa place, au second semestre, à la République tchèque. Symbole de ce relais, la tour Eiffel et l ’Elysée se sont illuminés au même moment en bleu, couleur de l ’Europe.

La liste des priorités de la France lors de sa présidence du Conseil de l'Union européenne, débutée le 1er janvier, est longue comme le bras. S'y retrouvent pêle-mêle réformes techniques et débats sur l'âme du projet européen. Au risque de ne pas voir tous les dossiers aboutir ?

  Présidence de l'Union européenne : la feuille de route de la France est-elle trop ambitieuse ? © Fournis par franceinfo

Plan de relance, lutte contre le réchauffement climatique, création d'un salaire minimum, refonte des relations avec l'Afrique, réforme de l'espace Schengen… Non, il ne s'agit pas du programme d'un candidat à l'élection présidentielle, mais bien des priorités de la France, qui occupe la présidence du Conseil de l'Union européenne (UE) depuis le 1er janvier, pour une durée de six mois. Quatorze ans après la dernière présidence française, menée par Nicolas Sarkoz, le programme préparé par Emmanuel Macron et Clément Beaune, le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, est ambitieux.

Ukraine : l’Union européenne refuse de « négocier sous pression »

  Ukraine : l’Union européenne refuse de « négocier sous pression » Avant une réunion entre ministres de la Défense, le chef de la diplomatie européenne a fait savoir que l'Union ne négociera pas dans les conditions actuelles.Josep Borell a également assuré que « la coordination avec les Américains est absolument parfaite », ajoutant que ces derniers lui ont donné « l'assurance que rien ne sera décidé ni négocié sans les Européens ». De telles déclarations ont été faites avant le début d'une réunion informelle entre les ministres de la Défense européens, qui se penchera notamment sur la crise ukrainienne.

La feuille de route nationale sur l ’Arctique témoigne du niveau d’intérêt et de la diversité d’intérêts de la France pour la nouvelle conjoncture boréale dans laquelle opportunités économiques et défis environnementaux et climatiques sont inextricablement mêlés. La France , une nation polaire. La France a été le premier pays à installer dès 1963 une base de recherche scientifique dans l ’archipel arctique du Svalbard où elle partage une base permanente avec l ’Allemagne dans le village scientifique international de Ny-Ålesund, la base AWIPEV, dotée d’un laboratoire de géophysique, de biologie et

Ce n’ est pas la première fois qu’un média étranger prend peu de gants pour affirmer la désormais possible élection la présidente du Rassemblement National. En réalité, le lien établi entre une démission en juin 2021 et le résultat très incertain d’un scrutin qui se déroulera en avril et mai 2022, est peu Mais le facteur déclenchant le plus profond est personnel. Le Général Lecointre a été surpris par la vague d’adhésion à peine dissimulée de l ’armée d’active aux tribunes parues sur Place d’Armes et dans Valeurs Actuelles. Plus intimement, il a été blessé par la publication et le contenu d’une lettre

A grand renfort de communication et d'actions symboliques, comme l'accrochage du drapeau européen sous l'Arc de triomphe, le président de la République a largement affiché sa volonté de faire bouger les lignes au niveau européen. Mais entre le rôle réel du pays qui occupe la présidence tournante, l'élection présidentielle prévue en avril et, surtout, l'attitude des autres Etats membres, la France n'aurait-elle pas visé trop haut ?

>> L'article à lire pour tout savoir sur la présidence française de l'Union européenne

Un premier constat s'impose à la lecture des priorités de la France : l'agenda est chargé. La raison, comme l'explique à franceinfo Olivier Costa, spécialiste de l'UE et directeur de recherche au CNRS, tient au fait que "l'on retrouve trois temporalités différentes à l'agenda de la présidence française". En premier, "les dossiers qui sont déjà en négociations, dont certains seront finalisés sous la présidence de la France", comme les discussions sur le salaire minimum ou l'espace Schengen. Viennent ensuite "les propositions de réformes impulsées par la France" : si la Commission européenne les retient, elles "n'aboutiront que dans 12 à 18 mois". Enfin, Emmanuel Macron, dans "un style très français", s'est également attaché à lancer "de grands débats sur des questions très larges comme la souveraineté européenne".

Italie: Silvio Berlusconi peut-il vraiment devenir président de la République ?

  Italie: Silvio Berlusconi peut-il vraiment devenir président de la République ? ENTRETIEN - En Italie, le nouveau président de la République sera élu le 24 janvier. L'actuel premier ministre Mario Draghi et Silvio Berlusconi figurent parmi les candidats sérieux. L'historien Marc Lazar explique l'importance de cette élection, les pouvoirs réels du Chef de l'Etat chez nos voisins, et évalue les chances des principaux prétendants. © FLAVIO LO SCALZO / REUTERS «Les jeux sont ouverts mais, quitte à être démenti, je dirais que sans être impossible la désignation de Silvio Berlusconi ne me paraît guère probable» (Marc Lazar).

" La présidence par la France du Conseil de l ' Union européenne est un événement exceptionnel, qui n'a lieu qu'une fois tous les quatorze ans. C' est une opportunité historique d'influencer de manière considérable l 'agenda européen . Mais pour Emmanuel Macron, l 'enjeu est tout autre.

Est -il crédible? AQUILINO MORELLE. - Sa présidence de l ’ Union , ouverte le 1er janvier, s’achèvera en pratique à la mi-mars, avec l ’ouverture de la campagne présidentielle officielle, soit à peine trois mois utiles. Cette ambition revendiquée représente également une tentative de tirer un bénéfice électoral d’un statut international de surplomb offert par le calendrier des institutions européennes . Mais, outre que les résultats concrets ne seront vraisemblablement pas à la hauteur de telles ambitions - la présidence française ne décide pas seule et il lui faudra être capable d’entraîner les 26 autres

"Un médiateur honnête"

Sur certains sujets, dont les discussions arrivent à leur terme, les équipes françaises devront s'assurer que les compromis soient les plus satisfaisants possibles pour les 27 pays membres de l'UE. La tâche risque d'être ardue, notamment au sujet de l'instauration d'un salaire minimum européen. "Les pays du nord de l'Europe, notamment la Suède et le Danemark, bloquent sur ce sujet, parce qu'ils ont peur qu'une loi européenne casse leur modèle, basé sur le dialogue social", avance Sophie Pornschlegel, analyste politique au think tank European Policy Centre à Bruxelles. "Les négociations vont être très dures." Un autre sujet cher à Paris, celui de l'adoption d'une "boussole stratégique", sorte de texte commun nommant les menaces qui pèsent sur l'UE, devrait en revanche aboutir dans les prochaines semaines. Poussée depuis de nombreuses années par la France, l'initiative est aussi un bon exemple du fonctionnement de la politique européenne : lancé sous la présidence allemande au deuxième semestre 2020, le projet avait été pensé dès le début en tandem avec la France.

Emmanuel Macron défend ses priorités face aux députés européens

  Emmanuel Macron défend ses priorités face aux députés européens Le président français présente mercredi matin au Parlement européen ses projets pour la présidence tournante de l'Union européenne, que la France exerce jusqu'au 30 juin. Après un discours d'une vingtaine de minutes, il répondra aux questions des députés européens. Souveraineté, Schengen, climat, salaire minimum : Emmanuel Macron défend, mercredi 19 janvier, ses priorités pour l'Europe au cours d'un débat avec les eurodéputés qui prend une forte dimension politique à l'approche de la présidentielle en France.

Le terme de président de l ' Union européenne ne correspond à aucune fonction existante. Elle est parfois utilisée de manière erronée pour désigner l 'un ou l 'autre des présidents des institutions de l ' Union européenne : Le président du Conseil européen

D'autres propositions, comme la taxe numérique aux frontières de l'UE ou la réforme de l'espace Schengen, ne seront adoptées que dans un ou deux ans. "Il faut voir la présidence comme une gestion des flux, souligne Olivier Costa. Par exemple, le paquet Climat [qui vise à réduire de 55% les émissions de CO2 de l'UE d'ici à 2030 et la neutralité carbone en 2050] a été proposé en juillet 2021 par la Commission, il serait illusoire de croire que les discussions peuvent être bouclées d'ici juillet." A la France, donc, la charge de permettre les discussions et de faire en sorte que la prochaine présidence, celle de la République tchèque, qui débutera le 1er juillet 2022, trouve un compromis sur le sujet.

Loin des grandes phrases, le cœur du travail à accomplir a surtout trait à la diplomatie : mener à bien les discussions en cours entre les Etats membres, le Parlement et la Commission. "Le rôle de la France est d'être un 'honest broker'. En français, un médiateur honnête", note Tara Varma auprès de franceinfo, directrice du bureau de Paris de l'European Council on Foreign Relations. Dans le processus législatif européen, il faut environ deux ans, de leur proposition par la Commission européenne à leur adoption finale, pour que la plupart des décisions voient le jour.

Europe : la nouvelle bataille de l’Etat de droit

  Europe : la nouvelle bataille de l’Etat de droit Face aux attaques qui visent à saper de l’intérieur la construction européenne portées par les régimes illibéraux et ceux qui défendent la primauté du droit français, Emmanuel Macron multiplie les propositions, mais il manque souvent d’alliés. Editorial du « Monde ». A quatre-vingts jours de l’échéance présidentielle française, le Parlement européen a servi malgré lui, mercredi 19 janvier, de théâtre à une joute électorale franco-française.

"Tout ce processus est difficile à expliquer au grand public, mais c'est aussi ça qui est intéressant avec l'Europe, cette culture du compromis."

Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS

à franceinfo

Le succès de la présidence française sera d'abord mesuré par la capacité de ses diplomates à mener à bien des sujets qui divisent les 27. Un travail qui n'a pas toujours été simple pour Paris, dont l'arrogance a souvent été critiquée par le passé par les autres Etats membres, rapporte Courrier international. "Je pense que le gouvernement a pris conscience que la méthode de travail devait changer et qu'il fallait miser sur plus de concertation et de discussion", juge Tara Varma.


Vidéo: Stéphane Séjourné : "Il faudra peut-être priver la Pologne d'une partie de ses subventions" (France 24)

"La France ne tombe pas dans ses travers habituels"

"Ce qui fera la différence et la qualité de la présidence, c'est le temps passé à contacter nos partenaires et à les écouter", ajoute Olivier Costa, qui note que les retours des partenaires européens sont pour l'instant plutôt positifs. "Clément Beaune fait très attention à ça, ajoute le chercheur. La France ne tombe pas dans ses travers habituels de ne parler qu'aux Allemands et aux Italiens."

Italie. Silvio Berlusconi renonce à briguer la présidence

  Italie. Silvio Berlusconi renonce à briguer la présidence Affaibli par les scandales et une santé défaillante, l’ancien homme fort de la politique italienne, Silvio Berlusconi, ne se présentera pas à la présidence de la République comme il l’avait envisagé. L’ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi, 85 ans, a annoncé samedi qu’il renonçait à être candidat à la présidence de la République, un poste prestigieux pour lequel le vote débute lundi au Parlement.Le milliardaire faisait campagne en coulisses depuis des semaines pour remplacer le président sortant Sergio Mattarella, même si les observateurs doutent qu’il dispose des votes nécessaires.

D'autant que l'Hexagone a des atouts en matière de diplomatie, comparé à certains autres pays membres. "En tant que grand pays de l'UE, la France dispose de nombreux diplomates, qui peuvent faire avancer de nombreux dossiers en même temps, souligne Olivier Costa. Ce n'est pas le cas de beaucoup d'autres pays, plus petits. Prenez le Luxembourg, même si les services du gouvernement sont reconnus comme très bons, ils sont forcément limités en nombre puisque le pays est beaucoup plus petit que la France."

La taille de la France et son statut de membre fondateur de l'UE lui permettent aussi de lancer de grands débats de fond visant à transformer profondément le projet européen. L'organisation d'un sommet visant à redessiner les relations avec l'Afrique, ou la question de la souveraineté européenne, chère à Emmanuel Macron, font partie de cette catégorie de sujets. Là aussi, les styles diffèrent selon les pays. "Certaines présidences sont très nombrilistes et ne défendent que peu de dossiers", explique Olivier Costa. D'autres, comme l'Allemagne, "sont plus pragmatiques", souligne Sophie Pornschlegel.

Pas très surprenant, donc, de voir la France viser loin et large avec ses propositions. "C'est quelque chose d'attendu de la part de la France, d'essayer toujours de pousser les choses le plus loin possible", explique la chercheuse. La France rêveuse versus l'Allemagne réaliste ? "Peut-être, mais en même temps, il faut bien que quelqu'un fasse bouger les lignes", juge Olivier Costa.

Une présidentielle en pleine présidence

D'autant qu'ici, à la tradition française s'ajoute "la méthode Macron". "Comme souvent avec le président, on met beaucoup de sujets sur la table, l'important ce n'est pas que tous soient adoptés comme tels, mais que l'on en parle", relève Tara Varma. Surtout, la France n'a pas attendu son tour pour pousser des sujets qu'elle juge prioritaires. Pour preuve, selon Olivier Costa, la question de la "souveraineté stratégique" défendue par Emmanuel Macron dès le début de son mandat. Alors que le sujet provoquait l'indifférence il y a quelques années, il est l'une des priorités des nouveaux gouvernements néerlandais et allemand.

Reste que, malgré la préparation et les moyens alloués à la présidence française, celle-ci risque d'être coupée par l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu le 10 avril. "Six mois, c'est déjà très court pour faire avancer les dossiers, alors moins de quatre, ce n'est quasiment rien", soupire Sophie Pornschlegel. Quid des dossiers en cours si Emmanuel Macron n'est pas réélu ? "On le voit dans le calendrier des événements prévus, il n'y a plus rien après début avril", ajoute Tara Varma.

La question de repousser la présidence française de six mois s'était posée, mais Emmanuel Macron s'y est finalement opposé. Une façon de montrer son engagement pour l'Europe en pleine campagne présidentielle ? "C'est vrai que la présidence du Conseil est souvent utilisée, et pas qu'en France, pour montrer que l'on fait des choses dans l'UE", note Sophie Pornschlegel. Emmanuel Macron ne semble pas déroger à la règle.

Le chef de la diplomatie européenne demande le retour à l'ordre constitutionnel au Burkina Faso .
Pas de session plénière finalement, mercredi 26 janvier, à Bruxelles entre les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et l'Union européenne en raison du coup d'État au Burkina Faso. Mais les ministres présents se sont entretenus avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Et les conversations ont, bien sûr, tourné autour du Mali, du Burkina et de Wagner. Avec notre bureau de Bruxelles, La septième réunion entre lesAvec notre bureau de Bruxelles,

Voir aussi