Actualités à la une

France: Affaire des écoutes. Le procès en appel de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, prévu fin 2022

Attentats du 13-Novembre. Un accusé positif au Covid, le procès ne reprendra pas avant le 25 janvier

  Attentats du 13-Novembre. Un accusé positif au Covid, le procès ne reprendra pas avant le 25 janvier Le procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis était censé reprendre mardi 18 janvier 2022. Mais le Covid-19 a de nouveau chamboulé le calendrier prévu par la cour d’assises : un accusé a été testé positif avant le week-end. L’audience ne reprendra pas avant le 25 janvier, confirme l’AFP ce lundi.En fin de semaine, il était prévu que Salah Abdeslam soit interrogé par la cour d’assises spéciale au palais de justice de Paris. Mais le procès des attentats du 13 novembre 2015 est une nouvelle fois perturbé par l’épidémie de Covid-19 : ce jeudi 17 novembre 2022, l’AFP confirme que l’audience ne reprendra pas avant le 25 janvier.

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République. © BERTRAND GUAY/AFP Nicolas Sarkozy, ancien président de la République.

L’ex-chef de l’État, son avocat Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert seront jugés en appel du 28 novembre au 14 décembre dans l’affaire dite des écoutes, a annoncé la cour d’appel de Paris ce lundi 24 janvier.

Le procès en appel de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, de son avocat Thierry Herzog et de l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert, dans l’affaire dite des « écoutes », se tiendra du 28 novembre au 14 décembre, a décidé lundi 24 janvier la cour d’appel de Paris.

Nicolas Sarkozy avait été condamné en première instance, le 1er mars 2021, à trois ans de prison, dont un an ferme, pour corruption et trafic d’influence, une décision sans précédent pour un ancien chef de l’État.

Ted Cruz de Cruz's Finance Règle Le défi obtient sa journée à la Cour suprême

 Ted Cruz de Cruz's Finance Règle Le défi obtient sa journée à la Cour suprême La Cour suprême revisitera mercredi la question du financement de la campagne mercredi, entendant un défi apporté par le Sénateur républicain Ted Cruz du Texas à une plafond fédérale sur les candidats contributions à récupérer des prêts personnels qu'ils apportent à leurs campagnes. © Tom Williams / AP Sen.

L’ex-président, qui a toujours affirmé n’avoir jamais commis « le moindre acte de corruption », avait immédiatement annoncé qu’il allait faire appel, tout comme Thierry Herzog et Gilbert Azibert, condamnés à la même peine, assortie d’une interdiction d’exercer de cinq ans pour Me Herzog.

Leur procès en appel est prévu sur neuf journées entières ou demi-journées, les 28, 29 et 30 novembre, ainsi que les 5, 6, 7, 12, 13 et 14 décembre, a-t-il été décidé lors d’une audience de procédure.

Dans cette affaire née en 2014 d’interceptions téléphoniques, également appelée affaire « Bismuth », le tribunal correctionnel avait estimé qu’un « pacte de corruption » avait été conclu entre Nicolas Sarkozy, son avocat et l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert.

Ancien maire de la baie de Moreton Allan Sutherland Slams de la corruption de la corruption «hors de contrôle» de la corruption après que les accusations portées contre lui sont larguées

 Ancien maire de la baie de Moreton Allan Sutherland Slams de la corruption de la corruption «hors de contrôle» de la corruption après que les accusations portées contre lui sont larguées © fournies par ABC News L'ancien maire de la baie de Moreton Allan Sutherland a été nettoyé des accusations. (ABC News: Talissa Siganto) Un ancien maire du sud-est du Queensland a claqué le chien de garde de la corruption de l'État, appelant l'organisation «hors de contrôle», après que des accusations pénales soient nivelées il y a plus de deux ans ont été abandonnées.

Une « injustice profonde » selon Nicolas Sarkozy

Les juges avaient considéré que l’ex-président s’était rendu coupable de corruption, en promettant d’appuyer la candidature de Gilbert Azibert pour un poste de prestige à Monaco, en échange d’informations privilégiées, voire d’une influence sur un pourvoi en cassation qu’il avait formé.

Lors du procès en première instance, la défense s’était insurgée contre un dossier basé sur des « fantasmes » et des « hypothèses » et avait plaidé à l’unisson la relaxe.

Elle avait fait valoir qu’in fine, Nicolas Sarkozy n’a pas eu gain de cause devant la Cour de cassation et que Gilbert Azibert n’a jamais obtenu de poste à Monaco. Selon la loi, il n’est cependant pas nécessaire que la contrepartie ait été obtenue, ni que l’influence soit réelle, pour caractériser les délits de corruption et de trafic d’influence.

Nicolas Sarkozy s’était dit victime d’une « injustice profonde » et avait assuré qu’il se « (battrait) jusqu’au bout pour que la vérité triomphe ».

Retiré de la vie politique depuis 2016 mais toujours populaire à droite, l’ex-chef de l’État sera également rejugé dans l’affaire Bygmalion après avoir fait appel de sa condamnation en septembre à un an de prison ferme pour financement illégal de sa campagne présidentielle perdue de 2012.

Procès des attentats du 13-Novembre : la juge belge fâche les avocats français .
Une juge d’instruction belge a fait savoir qu’elle ne viendra pas témoigner au procès des attentats du 13 novembre 2015. Provoquant la colère des avocats de la défense. Ces derniers ont demandé au président de la cour d’insister, menaçant en cas contraire de demander le renvoi du procès. La position de Mme Grégoire est prise comme un bras d’honneur fait à la justice, s’agace Me Christian Saint-Palais. Décidément, le procès du 13 novembre 2015 met à rude épreuve les relations entre les autorités belges et françaises. L’objet du courroux de Me Saint-Palais et de plusieurs autres avocats vise Sophie Grégoire, juge d’instruction belge.

Voir aussi