Actualités à la une

France: L’emploi, meilleur allié du pouvoir d’achat

SONDAGE. Sérieuse alerte pour Emmanuel Macron qui perd 4 points de popularité en janvier

  SONDAGE. Sérieuse alerte pour Emmanuel Macron qui perd 4 points de popularité en janvier Le doute du sur la gestion de la crise sanitaire et la question du pouvoir d'achat ravivent les mécontentements contre Emmanuel Macron dans le dernier sondage Ifop pour le JDD. Ce n'est pas un effondrement. Mais, assurément, une sérieuse alerte pour Emmanuel Macron. Le chef de l'État ne compte plus que 37% de satisfaits (-4 points en un mois), alors que le total des mécontents s'élève à 60% (+5). "C'est un tournant, analyse Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop. Depuis mars 2021, la cote présidentielle demeurait extrêmement stable, figée par une certaine bienveillance à l'égard de la gestion du Covid.

Le fait que la France compte encore 6 millions d’inscrits à Pôle emploi, malgré un recul inédit du chômage en 2021, semble désormais perçu comme une fatalité, comme si le retour au plein-emploi était devenu une question subalterne.

Editorial. Inverser la courbe du chômage peut être une condition nécessaire pour se faire réélire à la présidence de la République. François Hollande l’avait appris à ses dépens. Dans quatre-vingt-cinq jours, nous saurons si c’est une condition suffisante pour Emmanuel Macron, qui, sur le front de l’emploi, a réussi là où son prédécesseur avait en grande partie échoué.

Contre toute attente, après la violence du choc de la pandémie, le marché du travail s’est redressé en 2021 de manière inédite, avec un recul de 12,6 % en un an du nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité. Non seulement les effets de la crise sont effacés, mais la courbe du chômage a repris sa pente descendante, au point de revenir à son niveau d’il y a neuf ans, lorsque François Hollande arrivait au pouvoir.

Rep. Marie Newman de l'Illinois peut avoir subi un adversaire principal pour rester en dehors de la course en échange d'un emploi dans son bureau, le corps d'éthique de la maison trouve à l'unanimité

 Rep. Marie Newman de l'Illinois peut avoir subi un adversaire principal pour rester en dehors de la course en échange d'un emploi dans son bureau, le corps d'éthique de la maison trouve à l'unanimité © Bill Clark / CQ-Roll Call, Inc via Getty Images Démocratique Rep. Marie Newman d'Illinois à l'extérieur du Capitole le 18 novembre 2021. Bill Clark / CQ-Roll Call, Inc via Getty Images Le Bureau de l'éthique du Congrès a voté 6 - 0 pour trouver la raison de croire à un représentant de l'adversaire politique. L'affaire va maintenant au comité d'éthique de la maison, où elle sera examinée par ses pairs.

La France (y compris l’outre-mer) compte ainsi 415 000 chômeurs de moins qu’au début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Si l’on considère le bilan de ses quatre prédécesseurs, seul Jacques Chirac avait terminé son mandat sur un solde positif. C’est une bonne nouvelle pour le pays, mais également pour le chef de l’Etat.

Conjoncture atypique

Comme toujours, attribuer l’entièreté de l’évolution du marché de l’emploi (à la hausse comme à la baisse) aux politiques publiques est une vue de l’esprit. Les à-coups inédits de la conjoncture marquée par une année de forte dépression en 2020, suivie d’un spectaculaire rebond en 2021, avec une hausse de 7 % du PIB, rendent les conclusions difficiles à tirer. Le bilan est d’autant moins lisible que l’économie a été placée sous perfusion d’argent public. Il faudra sans doute plusieurs mois pour juger de la capacité du marché du travail à poursuivre sur sa lancée, une fois que les effets des soutiens auront disparu.

César 2021. La liste des nominés dévoilée, voici les films en compétition

  César 2021. La liste des nominés dévoilée, voici les films en compétition L’Académie des Arts et Techniques du cinéma a dévoilé, ce mercredi 26 janvier, la liste des films nominés pour Les César 2022. La cérémonie se tiendra le 25 février, présidée par la réalisatrice Danièle Thompson. Le cinéma français a oublié le temps d’un instant la pandémie avec la publication ce mercredi 26 janvier des films et artistes nommés pour les César 2022, un an après le couronnement d’ Adieu les cons d’Albert Dupontel.

Après le rebond de la croissance française en 2021, des interrogations sur 2022

Cette conjoncture atypique ne doit pas occulter le fait que la France récolte aussi les fruits d’une continuité de politiques économiques engagées avant Emmanuel Macron. La baisse du coût du travail grâce aux allègements de cotisations sociales, la réduction des impôts de production et l’assouplissement du marché du travail ont permis de déverrouiller les embauches, au prix d’une précarisation de certains emplois. A l’actif de l’actuel président, notons encore le succès de la promotion de l’apprentissage, qui se révèle comme l’un des moyens les plus efficaces pour intégrer les jeunes au marché du travail.

Mais, au moment où les résultats sur le front de l’emploi sont tangibles, le thème du chômage a quasiment disparu du débat politique. La plupart des candidats à l’élection présidentielle sont focalisés sur le pouvoir d’achat, comme si le retour au plein-emploi était devenu une question subalterne. Le fait que la France compte encore 6 millions d’inscrits à Pôle emploi est davantage perçu comme une fatalité que comme un motif de mobilisation générale. Pourtant, qui peut se résoudre à ce que le chômage de longue durée reste au niveau actuel, que 13 % des jeunes de 15 ans à 29 ans ne soient ni en emploi, ni en études, ni en formation et que des centaines de milliers de postes ne trouvent pas preneur, parfois faute de qualification ?

Derrière la reprise de l’emploi, l’ombre de la précarité

En fait, l’emploi est le meilleur allié du pouvoir d’achat. Tendre vers le plein-emploi, c’est créer les conditions de futures augmentations de salaires. Moins de chômage, c’est aussi plus de production de richesses, et donc à terme plus de redistribution, mécanisme indispensable pour maintenir la cohésion du pays. C’est en s’attaquant au premier sujet que le second sera réglé en grande partie, et non pas en continuant à subventionner le niveau de vie des Français grâce à l’endettement.

Logement : la Fondation Abbé Pierre dresse un bilan au vitriol du quinquennat .
Dans son 27e rapport annuel sur l’état du mal-logement en France, la Fondation Abbé Pierre tire un bilan relativement sévère de la politique menée en matière de logement depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Le président de la République défendra ses résultats ce mercredi, lors de la présentation du rapport. La politique d’Emmanuel Macron à l’heure du bilan.

Voir aussi