Actualités à la une

France: Nous, soignants, voterons Macron malgré nos désaccords

“Soyez raisonnable !” : Jean-Luc Mélenchon s’agace contre Gilles Bouleau

  “Soyez raisonnable !” : Jean-Luc Mélenchon s’agace contre Gilles Bouleau Ce jeudi 7 avril, Jean-Luc Mélenchon était présent sur le plateau du journal de 20h sur TF1. Comme à son habitude, le candidat de La France insoumise s’est montré parfois coriace face aux journalistes. Gilles Bouleau a notamment eu droit à une petite remarque. Invité du journal de 20h sur TF1 jeudi 7 avril, Jean-Luc Mélenchon s’est prêté, comme plusieurs candidats à l’élection présidentielle, dont Emmanuel Macron la veille, au jeu des "10 minutes pour convaincre".

Emmanuel Macron à Marseille le 16 avril. © Patrick Gherdoussi Emmanuel Macron à Marseille le 16 avril.

Nous, acteurs de la lutte contre le Covid, nous voterons sans hésitation contre Marine Le Pen, en mettant dans l’urne un bulletin Emmanuel Macron le 24 avril. Notre vote sera d’abord un combat contre l’exclusion, le sectarisme, l’intolérance, le racisme et la xénophobie, qui ne peut souffrir aucune abstention. Les combats que nous avons menés et que nous mènerons encore pour que les principes d’expertise scientifique, de justification publique et de précaution sanitaire soient mieux respectés par l’exécutif ne nous détourneront pas du seul objectif qui nous semblera absolument prééminent le jour du vote : faire barrage à l’extrême droite.

Brigitte Macron incontournable : une ancienne députée d’En Marche règle ses comptes

  Brigitte Macron incontournable : une ancienne députée d’En Marche règle ses comptes En mars dernier, Frédérique Dumas ancienne députée des Hauts-de-France sortait un livre intitulé Ce que l’on ne veut pas que je vous dise, récit au cœur du pouvoir. Dans cet ouvrage, elle dénonce la Macronie et Brigitte Macron n'a pas pu passer entre les mailles du filet. En juin prochain, Frédérique Dumas ne se représentera pas aux prochaines législatives. Députée de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine, elle avait été élue en 2017 et occupé ce post pendant cinq ans. Mais pour elle, c'est terminé. Dans un ouvrage paru en mars dernier, Frédérique Dumas raconte les coulisses de la Macronie.

Nous sommes du côté de ceux dont le nom est difficile à prononcer et nous savons que sans les soignants étrangers, le système de santé français ne tiendra pas. Nous savons ce que nous leur devons.

Oui, notre combat contre le Covid nous a souvent conduits à dénoncer certains choix gouvernementaux que nous jugeons imprudents. Au nom des 100 personnes qui, en France, meurent actuellement chaque jour du Covid, au nom des 1 700 patients qui entrent à l’hôpital quotidiennement, au nom des 20 000 enfants qui ont combattu le Covid à l’hôpital depuis mars 2020 après y avoir été souvent exposés dans leurs classes, au nom aussi de tous nos compatriotes affectés par des symptômes persistants du Covid dont l’exécutif paraît encore tout ignorer : nous pensons que l’optimisme qu’affiche désormais Emmanuel Macron face à ce virus est déplacé. Au nom de nos expertises respectives, en tant que soignants et en tant que chercheurs, nous dénonçons la trop faible détermination dont l’exécutif a fait preuve pour combattre le charlatanisme, prêtant une oreille souvent bien complaisante à ceux qui discréditent la connaissance scientifique et prêtent au masque ou au vaccin des vices imaginaires. Pour nous, la fin de l’obligation du port du masque en lieu clos aurait dû s’accompagner d’une pédagogie robuste et déterminée incitant chacun à continuer à le porter par souci de soi et des autres, alors que les messages individualistes laissant aux plus fragiles le soin de se protéger eux-mêmes nous révoltent. Aussi, nous attendons encore un investissement conséquent dans la qualité de l’air intérieur. Nos valeurs de solidarité avec les plus fragiles, notre confiance dans la science, le soin et la raison, notre foi dans l’action collective au service du bien commun guident notre engagement contre l’épidémie aussi bien que contre la stratégie actuelle de circulation virale sans freinage, adoptée sans justification publique et sans débat démocratique.

Emmanuel et Brigitte Macron en balade au Touquet : le look très cool (et validé) du président à quelques heures des résultats !

  Emmanuel et Brigitte Macron en balade au Touquet : le look très cool (et validé) du président à quelques heures des résultats ! Avant le vote de ce dimanche 10 avril 2022, Emmanuel Macron et sa femme Brigitte se sont rendus au Touquet dans leur résidence secondaire. L'occasion de faire une dernière escapade en amoureux avant l'échéance électorale qui arrive.Emmanuel et Brigitte Macron en balade dans les rues du Touquet

Sur ces combats, nous ne lâcherons certes pas. Mais pour ces combats, aussi, nous n’aurons aucune hésitation à faire barrage à la candidate d’extrême droite en mettant dans l’urne un bulletin pour Emmanuel Macron le 24 avril. «Objectivement, je pense que la crise aurait pu être très largement mieux gérée par Donald Trump», a-t-elle déclaré sur France Inter le 10 juin 2020. Comme avec son ami Bolsonaro, Marine Le Pen, face à la pandémie, ce serait la porte ouverte aux charlatans, l’incompétence et l’inconséquence, l’invocation sophiste de la liberté individuelle au mépris des plus vulnérables, le discrédit permanent jeté sur l’expertise et le progrès scientifique au profit de fascinations complotistes assumées. Ses valeurs la portent davantage à placer, comme elle a tenu à le faire savoir, un santon de Didier Raoult dans sa crèche de Noël et à acheter des vaccins russes qui n’ont jamais démontré leur efficacité, qu’à protéger nos enfants, nos âgés, nos concitoyens immunodéprimés face aux prochaines vagues.

Pécresse, Jadot, Roussel et Hidalgo appellent à voter Macron pour faire barrage à Le Pen

  Pécresse, Jadot, Roussel et Hidalgo appellent à voter Macron pour faire barrage à Le Pen Jean-Luc Mélenchon a appelé à « ne pas donner une seule voix à Madame Le Pen » au second tour.Les résultats du premier tour (L'Obs / Ipsos)

Et ce ne sont, bien sûr, pas seulement les principes de la santé publique que l’extrême droite piétine. Pour nous, à l’heure du vote, il n’y aura pas de quitus à l’égard de l’exécutif, mais rien ne saurait pour nous justifier l’abstention face à un péril de cette nature.

Liste des premiers signataires :

Barbara Serrano, maîtresse de conférences associée à l’Université Paris-Saclay ; Christian Lehmann, médecin généraliste ; William Dab, professeur émérite au Cnam, ancien directeur général de la santé ; Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique ; Thierry Baubet, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent ; Christian Andreo, secrétaire général de la Fédération Addiction ; Olivier Saint-Lary, président du Collège national des généralistes enseignants ; Igor Auriant, médecin réanimateur ; David Simard, docteur en philosophie de la médecine et de la santé ; Nathan Peiffer-Smadja, chef de clinique assistant ; Youri Yordanov, médecin urgentiste ; Laure Dasinieres, journaliste indépendante ; Fred Bladou, activiste sida ; Matthieu Calafiore, directeur du département de médecine générale de Lille ; Corinne Depagne, pneumologue ; Jerome Marty, président UFMLS ; Claude-Alexandre Gustave, biologiste médical ; Franck Wilmart, médecin généraliste ; Alexander Samuel, enseignant ; Elisa Zéno, ingénieure de recherche ; Gabriela Kedra, interne ; Karine Kirschleger, infirmière ; Mehdi Bahaji, médecin anesthésiste réanimateur ; Michaël Rochoy, médecin généraliste ; Stéphane Dedieu, professeur des universités ; Louis Lebrun, médecin spécialiste de santé publique ; Vincent Le Roy, kinésithérapeute hospitalier ; Sabrina Sellami, juriste, vice-présidente de Cœur Vide-19 ; Valérie Gérard, enseignante ; Zeneli Bukurije, aide-soignant…

(30 signataires sur une liste de 60)

« Parce que j’aime la France » : le choix très net de Nabilla pour le second tour .
Depuis les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, plusieurs personnalités ont pris position publiquement, en faveur d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen. Parmi elles, Nabilla, qui a fait son choix en vue du second tour, comme elle l'a annoncé dans un message publié sur Twitter ce vendredi 15 avril. Si elle s'est installée à Dubaï avec mari et enfant, Nabilla est visiblement restée très attachée à la France. Alors que le pays s'apprête à élire son ou sa nouvelle présidente le 24 avril prochain, l'ancienne star de télé-réalité a décidé d'affirmer ses positions, comme d'autres avant elle.

Voir aussi