France: Incendies en Gironde: seule une partie de la population pourra rentrer chez elle

Incendies en Gironde : les fumées sont remontées jusqu'à Paris

  Incendies en Gironde : les fumées sont remontées jusqu'à Paris Airparif, l'agence qui surveille la qualité de l'air en Ile-de-France, a mesuré des concentrations de particules "en forte hausse". Elle les attribue à la fois aux feux en Gironde et à "des incendies locaux".Les yeux qui brûlent, le nez qui picote. Les habitants d'Ile-de-France ont pu se sentir incommodés par une odeur de fumée, dans la soirée du mardi 19 juillet. Et il est tout à faire que cela provienne des feux qui touchent en ce moment la Gironde.

En résumé :

- Pour la deuxième nuit consécutive, les deux brasiers de Landiras et la Teste-de-Buch n’ont guère progressé. Mais la prudence reste de mise, les flammes pouvant encore reprendre.

- En visite en Gironde mercredi, Emmanuel Macron a promis l’achat d’avions supplémentaires pour lutter contre les incendies, et de lancer rapidement un plan national pour replanter la forêt.

- 12 départements tricolores restent ce jeudi en vigilance orange canicule, dans l’est et le sud-est de la France. Le mercure va tutoyer les 40 °C degrés localement.

Bretagne: l’incendie des Monts d’Arrée est «maîtrisé», selon la préfecture. Après l’horreur, c’est le temps du bilan. Alors que l’incendie des Monts d’Arrée est «maîtrisé», la surface totale brûlée est de « 1 725 hectares de végétation composée de landes, de sapinières et de feuillus », selon la préfecture dans un communiqué. Sur le plan de la circulation routière, « la réouverture des routes sera effective au cours de la journée », avait auparavant ajouté la préfecture. Dans un communiqué distinct, le Parc naturel régional d’Armorique a procédé à une première évaluation environnementale des dégâts, faisant état d’« observations rassurantes pour les espèces emblématiques » mais aussi d’« inquiétudes pour les espaces naturels ».

Canicule : Qu’est-ce que la galerne, ce phénomène météo qui pourrait attiser les incendies dans le Sud-Ouest ?

  Canicule : Qu’est-ce que la galerne, ce phénomène météo qui pourrait attiser les incendies dans le Sud-Ouest ? Après des pics de températures enregistrés un peu partout en France, le phénomène météo a fait baisser drastiquement le thermomètre et engendre des vents violents dans le Sud-Ouest © AP/SIPA Le corps des sapeurs-pompiers de la Gironde (SDIS 33) lors d'un feu de forêt à La Test-de-Buch, dans le sud-ouest de la France, en fin de journée le lundi 18 juillet 2022. METEO - Après des pics de températures enregistrés un peu partout en France, le phénomène météo a fait baisser drastiquement le thermomètre et engendre des ve C’est un phénomène bien connu des habitants du Sud-Ouest.

Déplacement de la Secrétaire d’Etat chargée de l’écologie en forêt de Fontainebleau. «Dans le contexte actuel des incendies, Bérangère Couillard se rendra en forêt de Fontainebleau vendredi 22 juillet», rapporte un communiqué du ministère Transition écologique et de la Cohésion des territoires. La secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie reviendra sur «la mobilisation de l’Etat pour protéger les écosystèmes forestiers et adapter les forêts au dérèglement climatique.»

Un site qui référence les associations qui soutiennent les pompiers et les projets de reconstruction. HelloAsso, un site français de paiement sur Internet pour les associations, a mis en ligne en quelques heures un portail qui référence les associations et les collectes solidaires qui voient le jour pour venir en aide aux pompiers ou qui portent des projets de reconstruction et de replantation. Ainsi, ceux qui le souhaitent peuvent verser des dons aux collectifs de leur choix. «Les associations soucieuses d’apporter leur pierre à l’édifice commencent aussi à se mobiliser et collecter des fonds pour concrétiser des projets dans les zones sinistrées comme celui de l’association YouCare qui a collecté plusieurs milliers d’euros en quelques heures» pour installer une pépinière, rapporte le communiqué de HelloAsso.

EN IMAGES. Incendies en Gironde : Bordeaux plongée dans un épais brouillard de fumée dans la nuit

  EN IMAGES. Incendies en Gironde : Bordeaux plongée dans un épais brouillard de fumée dans la nuit Le vent a poussé les fumées des deux gigantesques incendies qui sévissent à La Teste-de-Buch et Landiras vers la préfecture du département. © Fournis par franceinfo Les deux gigantesques incendies, qui sévissent depuis le 12 juillet en Gironde, enfument toute la région. Leurs fumées et odeurs, poussées par le vent, ont été ressenties dans la nuit et la matinée du mardi 19 juillet à Bordeaux, explique France 3 Nouvelle-Aquitaine. C'est une bascule de vent qui a poussé les fumées vers le nord.

A la Teste-de-Buch, des pompiers «sur leurs gardes» traquent les retours de flamme. «On arrose en priorité les zones où il y a des arbres toujours feuillus. C’est là que le feu est le plus à risque de repartir», explique un pompier à la Teste-de-Buch, dont l’unité sécurise une piste de six kilomètres qui traverse les pins. «Il subsiste des points chauds qui peuvent provoquer des reprises de feu s’ils ne sont pas refroidis au plus vite», soulignait ce jeudi matin le lieutenant-colonel Olivier Chavatte. Il faut tout prendre en compte, le vent, les températures, l’humidité. «Tant que tout n’est pas éteint, on restera sur nos gardes.» Les pompiers comptent jusqu’à une dizaine de reprises, pas forcément significatives, par jour.

Seule une partie de la population déplacée pourra rentrer chez elle aujourd’hui. La préfète de la Gironde, s’exprimant lors d’un point presse, a voulu rassurer. «Les choses, sur le front des feux, vont mieux.» Tout en mesurant son optimisme : «C’est pas parce que ça va mieux, que le feu est pour autant fixé.» En conséquence, les autorités ont décidé qu’il n’y aurait pas de «mesure de réintroduction de la population», pour toutes celles et ceux qui ont été évacués par sécurité. Mais à toute règle, il y a une exception. Une partie de la population pourra rentrer chez elle car, les autorités ont «évacué un peu large du côté du Pyla» et, désormais, le danger est écarté pour ces habitants.

Emmanuel Macron attendu en Gironde, les feux ralentissent

  Emmanuel Macron attendu en Gironde, les feux ralentissent Le chef de l'Etat est attendu mercredi en Gironde, frappée depuis plus d'une semaine par deux gigantesques incendies. © Eric Tschaen/Pool/ABACAPRESS.COM Résolution : Emmanuel Macron est attendu mercredi en Gironde, frappée depuis plus d'une semaine par deux gigantesques incendies qui ont "très peu progressé" dans la nuit de mardi à mercredi mais ne sont toujours pas fixés.

Incendie de la Montagnette : un wagon défaillant à l’origine du feu. Un wagon présentant un système de freinage défaillant est bien à l’origine de l’incendie qui a parcouru plus de 1 600 hectares sur le massif de la Montagnette, au sud d’Avignon, rapporte ce jeudi le parquet de Tarascon. Ce feu, désormais fixé mais pas encore éteint, était parti le 14 juillet d’une voie ferrée entre la ville de Tarascon (Bouches-du-Rhône) et Avignon, visiblement après le passage d’un train de fret qui avait généré à plusieurs reprises des étincelles. Trois hypothèses se dessinent : la panne imprévisible, un défaut de système de freinage dû à un mauvais entretien ou autre, ou l’erreur humaine avec un frein trop serré mais cette dernière est «très peu probable», selon le procureur. Ce train, composé de 30 wagons, transportait des matières pétrolières en provenance de Fos-sur-Mer. De son côté, face à la multiplication des feux d’ampleur cet été, le président du parc naturel régional des Alpilles, voisin du massif de la Montagnette, estime que «les moyens en matière de Sécurité civile incendie sont dramatiquement insuffisants dans le sud de la France». Et particulièrement «les forces aériennes actuellement disponibles ne permettent plus de répondre à une nouvelle situation de crise».

Incendies en Gironde : "Il faut acheter plus" d'avions contre les incendies, dit Macron

  Incendies en Gironde : Ce mercredi, Emmanuel Macron s'est rendu en Gironde, après les incendies qui ont brûlé plus de 19.000 hectares de forêt en huit jours. Le Président a annoncé sa volonté d'acheter "plus" d'avions de lutte contre les incendies. Il a profité de ce déplacement pour rendre hommage à l'ensemble des personnes mobilisées contre ces gigantesques feux. Emmanuel Macron a promis ce mercredi l'achat d'avions supplémentaires pour lutter contre les incendies, à l'occasion d'un déplacement en Gironde où il a rendu hommage aux pompiers qui font enfin ralentir les deux gigantesques incendies faisant rage depuis plus d'une semaine.

Le secteur touristique de Gironde voit les vacanciers s’enfuir. Depuis le début des feux, les campings, hôtels et restaurants du sud du département se sont vidés. Alors qu’une partie de la forêt collée à la dune du Pilat est partie en fumée, tous font face à des vagues d’annulations pour les semaines à venir. Et s’inquiètent pour la saison, qu’ils qualifient d’ores et déjà de «foutue». Le reportage de notre envoyé spécial à Arcachon.

Les sapeurs-sauveteurs viennent en aide aux sapeurs-pompiers dans la lutte contre les incendies en Gironde.

«Don’t Look Up en direct» : la colère chaude de Julien Bayou (EE-LV) contre un journaliste «procureur» de BFMTV. «C’est pas «des» attaques, c’est vos attaques. Vous êtes journaliste ou vous êtes procureur ? Vous avez une députée, avec laquelle je ne suis pas d’accord, qui vous explique que ça n’a rien à voir avec les élus écologistes, vous avez systématiquement essayé de lui faire dire que c’était de [leur] faute. Vous êtes quoi à la fin ? Vous êtes journaliste, ou vous êtes un adversaire politique ? Laissez-moi terminer parce que je suis en colère. Vous, ce que vous faites maintenant, au lieu d’alerter sur le dérèglement climatique […], vous cherchez quoi ? Des élus écolos qui seraient irresponsables ? Eh ben c’est faux.» Julien Bayou s’est, à raison, énervé contre le présentateur de BFMTV Olivier Truchot qui mettait en cause, à tort, des écologistes dans les incendies en Gironde.

Incendies en Gironde et en Bretagne : que risque-t-on si l’on est coupable d’un départ de feu ?

  Incendies en Gironde et en Bretagne : que risque-t-on si l’on est coupable d’un départ de feu ? Face aux incendies en Gironde et dans le Finistère, des milliers d’hectares sont partis en fumée et les pompiers restent mobilisés. Ces départs de feu sont-ils d’origine accidentelle ou criminelle ? En cas de responsabilité humaine avérée, quelles sont les peines prévues par la loi ? On vous répond.En France, des incendies ont brûlé des milliers d’hectares. D’abord dans le Sud-Ouest, particulièrement en Gironde, où plus de 20 000 hectares de forêt sont partis en fumée depuis mardi 12 juillet (7 000 à La Teste-de-Buch et 13 600 à Landiras). Puis, dans le Nord-Ouest.

Les incendies ont brûlé plus de surface en Europe qu’en 2021. Dans les 27 pays de l’Union européenne, les incendies ont ravagé au total 517 881 hectares depuis le début de l’année (chiffres du 16 juillet), soit un peu plus de 5 000 km², équivalents à la surface d’un département français comme la Mayenne, ou des îles de Trinité-et-Tobago dans les Caraïbes. Pour toute l’année 2021, pourtant marquée par de nombreux incendies en Italie et en Grèce, 470 359 hectares (4 700 km²) avaient brûlé dans les pays de l’UE, selon les données compilées par le Système européen d’information sur les feux de forêt (EFFIS). Si la tendance se poursuit, 2022 pourrait ainsi égaler ou dépasser 2017, pire année enregistrée dans l’UE depuis la création de l’EFFIS en 2000, qui avait vu 988 087 hectares de végétation partir en fumée, soit près de 10 000 km² ou la superficie d’un pays comme le Liban.

Energie : la production d’électricité «en tension» face à la canicule. La production d’électricité, déjà en tension par la mise en arrêt de nombreux réacteurs nucléaires et la guerre en Ukraine, souffre aussi des températures extrêmes qui se sont abattues sur la France ces derniers jours. Dérogations de fonctionnement pour des centrales nucléaires, manque d’eau pour la production hydroélectrique, réduction de production des centrales à gaz… La canicule a des effets conséquents sur l’approvisionnement en électricité.


Vidéo: Incendies en Gironde : plus de 20 000 hectares de forêt brûlés en une semaine (France 24)

Un pare-feu de cinq kilomètres pour contrer le feu. En Gironde, les bûcherons sont venus prêter main-forte aux pompiers pour tenter de maintenir l’incendie de La-Teste-de-Buch. Ainsi, les arbres ont été déblayés sur une voie de cinq kilomètres de long et de 300 mètres de large pour diminuer le combustible disponible.

Incendies en Gironde. L’accalmie se poursuit, 6500 évacués retournent chez eux… Le point ce vendredi

  Incendies en Gironde. L’accalmie se poursuit, 6500 évacués retournent chez eux… Le point ce vendredi La situation se calme sur le front des violents incendies en Gironde. Le feu n’avance pas, les évacués de Landiras ont été autorisés à retourner à leur domicile… En parallèle, l’enquête judiciaire progresse pour déterminer l’origine du feu. La situation continue de s’améliorer en Gironde, dix jours après le début des incendies qui ont ravagé plus de 20 000 hectares de forêt. Selon les pompiers de France, il n’y a pas eu « d’évolution des superficies brûlées » ce vendredi 22 juillet.« Mais les feux ne sont toujours pas fixés et le combat continue pour les sapeurs-pompiers », indique l’institution sur Twitter.

«La forêt française dépérit, il faut l’aider à s’adapter». En janvier déjà, Bertrand Munch, le directeur général de l’Office national des forêts, estimait nécessaire de planter et diversifier les essences face à la mortalité inédite des forêts de métropole causée par le changement climatique. Un sacré défi alors que les effectifs de l’ONF sont en baisse. Lire l’interview.

La Bretagne épargnée par les fortes chaleurs du week-end. L’eldorado climatique ? Samedi, la Bretagne et le Nord seront les seules régions de France où les températures resteront acceptables et où l’air sera plus respirable. Dimanche, la chaleur remontera dans le nord du pays mais épargnera l’irréductible Bretagne. Partout ailleurs, le mercure dépassera fréquemment les 35 °C.

En Grèce, «le feu est en grande partie en train de diminuer». L’important incendie qui a démarré mardi semble être sous contrôle. «En ce moment, il n’y a plus de front actif… Le feu est en grande partie en train de diminuer», a déclaré Yiannis Artopios, le porte-parole des pompiers grecs. Quelque 500 pompiers, 120 véhicules, neuf avions et dix hélicoptères avaient été déployés pour tenter d’éteindre l’incendie qui a touché les banlieues de Penteli, Pallini, Anthousa et Gerakas, où vivent quelque 90 000 personnes. L’année dernière, le pays était déjà en proie à de violents incendies.

Le CESER de Nouvelle-Aquitaine émet des recommandations. Dans un communiqué, le Conseil économique, social et environnemental régional de Nouvelle-Aquitaine reconnaît que les incendies ont largement été favorisés par des conditions climatiques extrêmes et «témoignent de l’accentuation des effets du réchauffement climatique». L’organisation liste aussi des recommandations pour mieux prévenir les risques d’incendie sur le territoire, qui dispose de la plus vaste surface forestière de France, soit 2,8 millions d’hectares. Ainsi, le CESER plaide pour renforcer les dispositifs de vigilance et d’alerte par vidéo vigilance et drones ; développer la formation des acteurs de prévention et de lutte ; renforcer la sensibilisation des populations ; réduire la vulnérabilité des territoires les plus exposés en adaptant les règles d’urbanisme et renforcer les moyens de lutte aérienne par l’implantation d’une force d’intervention permanente sur le territoire.

Pourquoi les feux sont plus intenses lorsqu’il fait sec et chaud ? «Quand la végétation contient beaucoup d’eau (forte teneur en eau), une grande partie de l’énergie dégagée par le feu est utilisée pour chauffer et évaporer cette eau. Le feu est moins intense», explique sur Twitter le chercheur Julien Ruffault, spécialisé des feux de forêt et du réchauffement climatique. Les conditions de sécheresse et de canicule sont «un combo explosif» qui entraîne «une baisse de la teneur en eau à la fois du combustible mort et du combustible vivant de la végétation». Avant de conclure : «Ce type de conditions (sécheresse + canicule) sera plus fréquent et plus intense avec le changement climatique» donc «plus de feux extrêmes dans les années /décennies à venir…»

Encore beaucoup de travail pour les pompiers en Gironde. Le travail du jour consiste à «traiter les lisières», explique le Lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, le porte-parole des pompiers. Tout autour du périmètre des feux (66 km pour Landiras et 32 km pour La Teste), il faut refroidir «tous les points chauds avec de l’eau additivée avec des produits dits mouillants-moussants», qui ont un pouvoir d’extinction supérieur à l’eau classique. «Nous supprimons tout combustible sur une bande de quelques mètres, on dit ‘mettre à sable blanc’, ce qui veut dire qu’on a suffisamment gratté le sol pour ne voir que le sable.» L’autre gros travail, c’est de traiter toutes les reprises de feu dans les zones brûlées : là, c’est de l’extinction classique, comme un nouveau départ de feu. Les pompiers travaillent avec des photos aériennes et satellites qui permettent de détecter les principaux points chauds. «Nous considérons que cette phase risque de durer plusieurs mois.»

Il n’y a plus de «front de feu» mais les incendies ne sont pas encore fixés. En Gironde, les feux ne progressent plus, il n’y a plus de «front de feu», c’est-à-dire de mur de flammes qui progresse sous l’effet du vent et qui crée des sautes de feu, déclare le Lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, le porte-parole des pompiers. Malgré tout, il subsiste des «fumerons», des points chauds qui restent incandescents, qui fument et qui peuvent provoquer des «reprises de feu» s’ils ne sont pas refroidis. C’est pourquoi le feu n’est pas considéré comme fixé, et ne le sera sûrement pas aujourd’hui.

Pourquoi la canicule a déclenché des coupures d’électricité ? Paris, Marseille, Toulouse et d’autres zones à forte densité ont connu ces derniers jours des coupures de courant à cause de la canicule. Les températures exceptionnelles ont mis à rude épreuve le réseau électrique souterrain, «sensible aux fortes variations de température et aux mouvements de terrains qu’elles induisent». Selon Enedis, les incidents liés à la canicule représentent «moins de 5 % des incidents réseaux constatés sur un an». Ils sont «exceptionnels» et surviennent seulement les années «présentant des vagues de très forte chaleur».

Feux contenus, fixés, maîtrisés puis «probablement» éteints dans les semaines à venir. «Nous ne considérons pas encore que le feu est fixé parce que nous n’avons pas encore la certitude qu’une reprise importante ne fera pas redémarrer l’incendie et sa progression», déclare le Lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, porte-parole des pompiers, qui précise que les feux sont pour l’instant «contenus». Pour résumer, les feux devraient être fixés dans les jours à venir, puis maîtrisés quelques jours après, et enfin éteints, probablement pas avant plusieurs semaines.

Records de terrains brûlés en France. «2003 et 2022 sont donc de loin les années où les forêts ont le plus brûlé en France depuis les années 80», pointe l’agroclimatologue Serge Zaka sur Twitter. Avec 40 000 hectares de végétation brûlée, les feux de l’année 2022 battent «des records de précocité et d’intensité».

Les Landes et la Gironde, déjà victimes de l’«incendie du siècle» en 1949. Un été étouffant et une sécheresse exceptionnelle : le 19 août 1949, un gigantesque incendie se déclenche au sud de Bordeaux. Une semaine durant, pompiers et volontaires vont combattre les flammes. Quatre-vingt-deux personnes mourront.

Un incendie continue de gagner du terrain au Canada. De l’autre côté de l’Atlantique, à Lytton en Colombie-Britannique, un incendie menace un parc patrimonial autochtone «très important» en raison des œuvres d’art et des pétroglyphes sur site. La cause demeure inconnue. C’est le premier véritable feu de forêt notable en Colombie-Britannique jusqu’à présent cette saison selon les autorités publiques. En juillet 2021, la région était déjà en proie aux flammes, alors le thermomètre enregistrait 49,6 °C, du jamais-vu dans un pays nordique comme le Canada.

Le ministre de l’Ecologie explique son profil bas. On l’entend peu au sujet de la canicule et des incendies qui ravagent la Gironde depuis plus d’une semaine maintenant. «Ce n’est pas la présence du ministre à côté des sapeurs-pompiers qui modifie le drame que nous sommes en train de vivre», rétorque ce jeudi matin Christophe Béchu sur RTL. Selon lui, «le ministère de la Transition écologique, c’est celui de la prévention et ce n’est pas celui qui éteint les incendies quand ils ont commencé». Christophe Béchu note également la multiplication des canicules et des incendies de grande ampleur, «qui doivent conduire collectivement à voir la réalité du réchauffement climatique».

Le statu quo. La préfecture de Gironde ne note «pas de changement notable» dans la lutte contre les flammes durant la nuit, d’après un message publié sur Twitter ce jeudi matin. «Quelques reprises de feux traitées par les pompiers sur les deux incendies et beaucoup de travail de génie civil». La superficie des surfaces détruites reste inchangée, avec 13 600 hectares ravagés à Landiras et 7 000 à la Teste-de-Buche. Il n’y a pas de blessé ni de nouveaux évacués, précise le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse des pompiers de Gironde. Et celui-ci d’ajouter : «La météo de ce matin ressemble à celle d’hier [mercredi] avec une petite hausse des températures. La journée d’aujourd’hui devrait donc ressembler à celle d’hier sur les deux incendies».

A La Teste-de-Buch, le calme après la tempête. Comme un air de répit après une semaine en enfer. Pour la première fois depuis le début des deux gros incendies en Gironde, le feu n’avance presque plus. De quoi laisser aux pompiers et aux dizaines de bénévoles qui les ravitaillent un instant de répit. Au poste de commandement de La Teste-de-Buch, situé à l’hippodrome du Béquet, la fumée a laissé place à l’air frais. Le reportage de notre envoyée spéciale.

Après 12 jours de lutte, les deux incendies «hors norme» de Gironde sont «fixés» .
Après un peu moins de deux semaines de lutte, les pompiers sont venus à bout des incendies en Gironde. 21.000 hectares de forêts ont été détruits. © AP/SIPA Après douze jours et treize nuits de lutte, les deux incendies "hors norme" qui ont ravagé près de 21.000 hectares de forêts en Gironde et entraîné l'évacuation de quelque 36.000 personnes sont maintenant "fixés", mais le travail pour les éteindre continue.A Landiras, dans le sud du département où 13.

Voir aussi