France: pousse pour la loi `` pas de corps, sans libération '', mais le groupe juridique soulève les préoccupations

Energie: pour le gouvernement, l’urgence climatique passe après le pouvoir d’achat

  Energie: pour le gouvernement, l’urgence climatique passe après le pouvoir d’achat Les projets de loi d’urgence et la loi de finances rectificative, votées en juillet à l’Assemblée nationale, ont envoyé à la trappe plusieurs engagements verts. La faute à un manque d’anticipation et à des priorités du camp macroniste.L’information a d’abord interrogé : pourquoi inscrire la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) dans un projet de loi portant sur les mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat alors qu’il… sortira de mer en septembre 2023 ? Cette installation ne part pas de zéro, puisqu’elle s’agrégera au terminal méthanier du port du Havre : des navires méthaniers iront chercher du GNL puis s’amarreront à un terminal flottant, sur lequel le gaz l

Le député victorien A Victorian MP says killers who refuse to divulge where their victims' bodies are should stay behind bars. (Public domain: ErikaWittlieb) © fournies par ABC News Un député victorien dit que les tueurs qui refusent de divulguer où sont les corps de leurs victimes devraient rester derrière les barreaux. (Domaine public: Erikawittlieb)

Une pression pour établir une loi qui maintiendrait les tueurs condamnés en prison s'ils refusent de divulguer où se trouve le corps d'une victime à Victoria, mais un groupe juridique a soulevé des inquiétudes à ce sujet.

Northern Victoria, le député Tania Maxwell, veut voir le Parlement de l'État adopter un projet de loi "sans corps, sans libération" qui donnerait au système judiciaire plus de pouvoirs pour détenir les tueurs s'ils refusaient ces informations.

Le prince saoudien Ben Salmane à l’Elysée, le jour du dépassement atteint, EDF perd gros et Total engrange… L’actu de ce jeudi matin

  Le prince saoudien Ben Salmane à l’Elysée, le jour du dépassement atteint, EDF perd gros et Total engrange… L’actu de ce jeudi matin L'essentiel de l'actualité de ce jeudi matin.Les Françaises ne passent pas le crash test allemand en demi-finale de l’Euro féminin. Trop forte pour les Françaises. La Mannschaft, qui n’avait pas encore encaissé un but avant cette demi-finale de la compétition disputée en Angleterre, a décroché son ticket pour la finale de l’Euro féminin de football en venant à bout des joueuses de Corinne Diacre 2-1. Les Bleues ne verront pas Wembley pour la finale. A lire ici.

Victoria a déjà des lois empêchant un tueur de libération conditionnelle à moins qu'ils ne fournissent ces informations, mais Mme Maxwell dit que les familles des victimes méritent plus que cela, car les auteurs pourraient marcher librement une fois qu'ils ont terminé leurs phrases.

"Cela offrirait une opportunité à ceux qui continuent de refuser de travailler avec la police qu'ils ne seraient tout simplement pas libérés", a-t-elle déclaré.

"Nous n'avons pas dans cet état une vraie peine à perpétuité - une phrase à perpétuité définitive - et c'est ce que nous aimerions voir ici." Le projet de loi de

Mme Maxwell chercherait à modifier la loi de 2018 sur les délinquants graves de l'État et à étendre les pouvoirs de détention existants pour permettre au directeur des poursuites publiques de demander une ordonnance de détention à la Cour suprême si un détenu n'aide pas la police à récupérer le corps de leur victime.

République démocratique du Congo: «Nous prions pour que la guerre se termine et que nous en sortions vivants»

  République démocratique du Congo: «Nous prions pour que la guerre se termine et que nous en sortions vivants» A Rutshuru, dans l’est, les combats entre le groupe M23, chassé du pays en 2013, et l’armée congolaise alliée à des miliciens locaux ont provoqué une nouvelle crise humanitaire.«Quand j’ai entendu le crépitement des balles, j’ai couru pour rentrer à la maison. Mais quand je suis arrivé, mes parents étaient déjà partis», dit David Iragoha, un garçon de 12 ans venu de Bunagana, un carrefour commercial à la frontière ougandaise, pris par les rebelles le mois dernier. «C’était la panique, tout le monde fuyait. Un voisin m’a dit de le suivre, et nous avons marché jusqu’ici.

Elle a dit qu'il y avait souvent un aspect de pouvoir et de contrôle pour ceux qui retiennent ces informations.

"Nous voulons emporter ce pouvoir", a-t-elle déclaré.

"Retirons ce pouvoir et disons:" Si vous ne coopérez pas à la police, si ces familles ne peuvent pas mettre leur bien-aimé, alors vous restez incarcéré. ""

"contre l'idéologie de base de la loi"

Le Victorian Law Institute a déclaré qu'il ne soutenait pas le projet de loi proposé par Mme Maxwell. L'ancien président de

, Michael Holcroft, a déclaré que la légalisation existante concernant la question était suffisante.

"Nous ne sommes pas en faveur de mettre d'autres obligations à ce sujet", a-t-il déclaré.

"Nous courons le risque, je pense, si nous le faisons, que les gens sont effectivement condamnés deux fois pour le même crime, ce qui est contraire à l'idéologie fondamentale de la loi."

, M. Holcroft, a déclaré que les lois existantes de l'État existantes ont déjà donné une motivation substantielle pour les tueurs de divulguer des informations sur la location de leurs victimes.

Nancy Pelosi défie la Chine à Taïwan, réactions après l’assassinat du chef d’Al-Qaeda, référendum sur l’IVG au Kansas... L’actu de ce mardi

  Nancy Pelosi défie la Chine à Taïwan, réactions après l’assassinat du chef d’Al-Qaeda, référendum sur l’IVG au Kansas... L’actu de ce mardi Retrouvez l'actualité de ce mardi.Réactions et interrogations après la mort du chef d’Al-Qaeda. Bras droit d’Oussama Ben Laden, avant de lui succéder à la tête de l’organisation djihadiste, Ayman al-Zawahiri a été tué à Kaboul ce week-end lors d’une opération menée par la CIA, a annoncé lundi soir Joe Biden. Le Canada, les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et Israël ont salué l’assassinat du leader islamiste, alors que la France n’a pas encore réagi. Les talibans ont dénoncé une «claire violation des principes internationaux».

Il a déclaré que cela comprenait la prévention de la libération conditionnelle et les juges étant en mesure de traiter le fait de ne pas divulguer les informations comme une caractéristique aggravante de la détermination de la peine.

"Il y a aussi à Victoria une capacité pour la Cour suprême d'étendre la détention ou la supervision d'une personne après avoir terminé sa peine si elle pense que cette personne est un risque pour la communauté victorienne et qu'ils ont commis une infraction grave", il a dit.

Il a dit qu'il peut également y avoir des circonstances où un auteur peut ne pas se rappeler où se trouve un corps des victimes.

"en raison de médicaments, en raison des blessures subies - ces facteurs doivent être pris en compte", a-t-il déclaré.

"Ils ne seront pas pris en compte si nous mettons une seule taille [approche].

" Vous dites essentiellement au juge: "Vous n'avez aucun juge de discrétion - c'est une peine à perpétuité sans libération conditionnelle. ""

Mort de Sempé, pic de canicule, accélération de l’inflation... L’actu ce vendredi .
Toute l’actualité de ce vendredi matin.Pic de canicule, les feux continuent. Un avant-goût de 2050 : la troisième canicule de l’année en France atteint son pic vendredi avec entre 38 et 41 °C dans le pays, une chaleur qui épuise les centaines de pompiers français et désormais européens engagés d’est en ouest sur de multiples incendies. Sur la zone du pire feu de forêt français du moment, près de Landiras, en Gironde, il devrait encore faire 37 °C vendredi, après 41 °C jeudi, où 1 100 pompiers combattent jour et nuit.

Voir aussi