France: France: malaise à gauche après les propos de Jean-Luc Mélenchon sur Taïwan

Propos de Jean-Luc Mélenchon sur Taïwan : la polémique résumée en quatre actes

  Propos de Jean-Luc Mélenchon sur Taïwan : la polémique résumée en quatre actes Le leader de La France insoumise, qui voit dans la visite de Nancy Pelosi à Taïwan une "provocation" à l'égard de la Chine, s'est attiré les foudres de la classe politique, y compris de membres de la Nupes. © Fournis par franceinfo La position de Jean-Luc Mélenchon sur le statut de Taïwan n'en finit pas de faire réagir.

Jean-Luc Mélenchon, sur son blog, apporte son soutien au régime communiste: «Il n'y a qu'une seule Chine et Taïwan en est une composante à part entière». © AFP - LIONEL BONAVENTURE Jean-Luc Mélenchon, sur son blog, apporte son soutien au régime communiste: «Il n'y a qu'une seule Chine et Taïwan en est une composante à part entière».

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan s'invite dans la vie politique française. Tout est parti d'un message posté par Jean-Luc Mélenchon sur son blog, dans lequel il assure qu'il « n'y a qu'une seule Chine et Taïwan en est une composante à part entière ». Une vision qui sème le trouble à gauche, au sein de la Nupes et des ténors de l'alliance qui se démarquent publiquement.

Branle-bas de combat à gauche, alors que la torpeur estivale s'empare doucement des politiques. Depuis 48 heures les réactions s'enchaînent sur les réseaux sociaux. Objectif : ne pas être associé au post de Jean-Luc Mélenchon sur la Chine et les conséquences de la visite de Nancy Pelosi. « Quels que soient l’ampleur et le niveau des critiques qui peuvent être adressées au gouvernement chinois, nous devons refuser de cautionner la guerre à la Chine pour satisfaire les vues des USA sur Taïwan », écrit le leader des Insoumis.

VRAI OU FAKE. La France reconnaît-elle que Taïwan fait partie de la République populaire de Chine, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ?

  VRAI OU FAKE. La France reconnaît-elle que Taïwan fait partie de la République populaire de Chine, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ? Critiqué dans son propre camp pour ses propos, le chef de LFI avance qu’il ne fait que répéter la position officielle de la France. Jean-Luc Mélenchon fait effectivement référence aux textes fondateurs de la diplomatie française sur Taïwan, mais les sinologues recommandent une interprétation plus nuancée. © Fournis par franceinfo Le malaise est patent dans les rangs de la Nupes. Alors que la Chine populaire se lance dans des exercices militaires pour protester contre la visite de l'élue américaine Nancy Pelosi à Taïwan, la polémique monte contre Jean-Luc Mélenchon.

Ce sont les écologistes les plus virulents, qui sont allés jusqu'à publier un communiqué, vendredi 5 août, pour se démarquer de la position du chef de file des Insoumis. Julien Bayou dénonce face caméra le cynisme du 3e homme de la présidentielle et ajoute : « quand on est attaché à la démocratie, on l'est partout tout le temps et en tout point ».

Pas en reste, Yannick Jadot apporte sa pierre à l'édifice. « Une seule Chine c'est une seule dictature », écrit l'eurodéputé, ciblant Jean-Luc Mélenchon.


Vidéo: Taïwan : l’ambassadeur de Chine en France remercie Mélenchon (Dailymotion)

► À lire aussi : À la Une: le fiasco à l’export du «made in France»

Dans l'attente que la polémique passe...

Seule Sandrine Rousseau fait entendre une voix un peu plus singulière chez les Verts. « La surenchère ne sera jamais la bonne », écrit la députée de Paris sans que l'on sache si elle fait référence à la visite de Nancy Pelosi ou à la position du leader Insoumis.

Les relations entre la Chine, les Etats-Unis et Taïwan en 10 dates clés

  Les relations entre la Chine, les Etats-Unis et Taïwan en 10 dates clés Alors que l'avion de Nancy Pelosi s'est posé à Taipei, 10 dates clés pour comprendre les relations entre la Chine, les Etats-Unis et Taïwan. View on euronews La tournée en Asie de Nancy Pelosi, s'annonce sous haute tension. Avant même que la visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis à Taïwan ne soit officialisée, les responsables diplomatiques chinois ont multiplié les avertissements. Euronews vous propose une relecture de l'histoire récente de Taïwan en mettant en exergue dix dates clés.

Les socialistes aussi prennent leurs distances. Leur chef Olivier Faure estime dans un tweet que si la visite de Nancy Pelosi est discutable, « la volonté des Taïwanais de vivre en démocratie ne l'est pas ». Le sénateur David Assouline, lui, fait mine de s'interroger sur la réelle provocation, la visite officielle de la cheffe de la Chambre des représentants ou le billet de Jean-Luc Mélenchon ?

Enfin du côté des Insoumis, on fait le dos rond en attendant que la polémique passe, à la faveur de la pause estivale.

► À lire aussi : Taïwan accuse la Chine de simuler une attaque sur l'île

Quarantaine, frappes à distance, invasion : les scénarios chinois contre Taïwan .
Taïwan a accusé, samedi, l'armée chinoise de simuler une attaque de l'île lors d'exercices militaires mobilisant plus d'une centaine d'avions de combat et plus d'une dizaine de navires militaires entre le 4 et le 7 août. Ces manœuvres sont présentées comme un scénario de d'un futur blocus de l'île qui constitue l'une des stratégies possibles de Pékin. Encore plusieurs heures à tenir avant la fin des exercices militaires chinois, prévus pour ce dimanche 7 août à midi.

Voir aussi