France: Affaire Adrien Quatennens : comment les explications du député LFI, qui reconnaît avoir giflé son épouse, sont accueillies au sein de la Nupes

PORTRAIT. Adrien Quatennens, un espoir de la France Insoumise rattrapé par des violences conjugales

  PORTRAIT. Adrien Quatennens, un espoir de la France Insoumise rattrapé par des violences conjugales Adrien Quatennens, coordinateur de la France insoumise, a, ce dimanche 18 septembre 2022, annoncé se « mettre en retrait » de ses fonctions, après le dépôt par sa femme d’une main courante pour violences conjugales. Une annonce qui vient jeter une ombre sur un parcours jusque-là sans accroc. © STEPHANE MAHE / REUTERS Adrien Quatennens à l’Assemblée nationale, en septembre 2017.

Dans un communiqué, le député du Nord a reconnu des violences envers son épouse, il y a un an. Exprimant ses regrets, il a annoncé se retirer de sa fonction de coordinateur de La France insoumise.

  Affaire Adrien Quatennens : comment les explications du député LFI, qui reconnaît avoir giflé son épouse, sont accueillies au sein de la Nupes © Fournis par franceinfo

Adrien Quatennens se met "en retrait de sa fonction de coordinateur" de La France insoumise. Figure de la jeune garde du mouvement, le député du Nord a reconnu, dimanche 18 septembre, de violentes "disputes" et une "gifle" à l'encontre de son épouse, quelques jours après que Le Canard Enchaîné a révélé le dépôt d'une main courante de sa femme.

"Je pourrais faire le dos rond, minimiser les faits et attendre que la tempête passe", écrit Adrien Quatennens dans un long communiqué. "Mais parce que je suis responsable politiquement et que je tiens à l'exemplarité à laquelle je veux m'assigner et qui a toujours été ma ligne de conduite, j'en tire les conséquences politiques". Il se met "en retrait" de sa fonction de coordinateur de La France insoumise (LFI). Cette affaire a ravivé les débats à gauche sur le traitement, au sein des partis, des violences faites aux femmes et soulevé de nombreuses réactions au sein de la Nupes.

Polémique Roussel, attitude de François Ruffin, européennes… La rentrée de la Nupes prise entre tensions et questionnements

  Polémique Roussel, attitude de François Ruffin, européennes… La rentrée de la Nupes prise entre tensions et questionnements Deux semaines avant la rentrée parlementaire, les députés de gauche sont nombreux à critiquer les prises de position de Fabien Roussel sur la question des prestations sociales. © Fournis par franceinfo Première rentrée et premiers soubresauts pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes). La dernière secousse en date a été ressentie mercredi 13 septembre, sur franceinfo, lorsque Fabien Roussel a de nouveau critiqué la position de ses partenaires de gauche en estimant que nombre d'eux "défend[aient] le droit à la paresse".

LFI réitère "son engagement contre les violences sexistes et sexuelles"

Dans un communiqué publié dans la journée, LFI réagit à cette mise en retrait. "Cette décision, que nous saluons, a été prise en concertation avec les instances du mouvement et sera suivie des dispositions nécessaires à la bonne animation de notre mouvement", a fait savoir la formation politique. Invitée dans l'émission "Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI", Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, a salué une décision "juste et sage" de la part d'Adrien Quatennens. Une décision "incontournable considérant les faits qu'il a reconnus", selon le député LFI William Martinet. "Le retrait d'Adrien était nécessaire", a tweeté le député Insoumis Christophe Bex, dont le "soutien va à Céline Quatennens."

“Vous ne pouvez pas m’interdire de l’aimer” : Jean-Luc Mélenchon assume son soutien à Adrien Quatennens dans Quelle époque ! (VIDEO)

  “Vous ne pouvez pas m’interdire de l’aimer” : Jean-Luc Mélenchon assume son soutien à Adrien Quatennens dans Quelle époque ! (VIDEO) Jean-Luc Mélenchon était le tout premier invité politique de Quelle époque !, la nouvelle émission de France 2, ce samedi 24 septembre. Face à Léa Salamé et Christophe Dechavanne, il a réitéré son soutien à Adrien Quatennens, qui a reconnu il y a quelques jours avoir giflé son épouse. Après les révélations du Canard enchaîné concernant la main courante déposée par son épouse Céline, Adrien Quatennens a reconnu plus tôt ce mois-ci avoir giflé sa femme par le passé.

Dans son communiqué, LFI a réitéré "son engagement sans failles dans la lutte contre les violences faites aux femmes". Le parti, qui se veut en pointe sur ces questions, a ainsi rappelé "l'existence en son sein d'un comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles toujours disponible pour écouter la parole des femmes."

Sur franceinfo, la députée insoumise Raquel Garrido a elle aussi insisté sur le traitement des questions de violences sexistes et sexuelles au sein du mouvement. "La personne importante ici, c'est Céline Quatennens, a-t-elle déclaré. Il faut montrer que nous avons écouté ce qu'elle a dit. Au point qu'Adrien Quatennens se mette en retrait." Selon la députée de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis, c'est la culture de LFI face à ces questions qui a motivé l'"exercice de transparence totale" du député du Nord, apportant "la preuve" que "la question des violences sexuelles et sexistes est prise en compte de façon très sérieuse."

Adrien Quatennens reconnaît des violences commises sur son épouse et se met en retrait de La France insoumise

  Adrien Quatennens reconnaît des violences commises sur son épouse et se met en retrait de La France insoumise Le député insoumis annonce ce dimanche se mettre en retrait de son parti politique, après des faits de violences conjugales commis sur son épouse. Il avait annoncé dans la semaine que cette dernière avait déposé une main courante.Dans un précédent communiqué cosigné avec son épouse, le député du Nord avait révélé mardi que cette dernière avait déposé une main courante contre lui après une dispute durant laquelle elle lui annonçait son intention de divorcer. L’information avait été publiée le lendemain dans le Canard enchaîné.

"Notre mouvement est celui de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Mes pensées vont à toutes les femmes qui aspirent à leur liberté", a tweeté la députée de la 11e circonscription de Paris, Clémentine Autain, jugeant "juste et inévitable", le retrait d'Adrien Quatennens.

Le soutien de Jean-Luc Mélenchon envers Andrien Quatennens crée des remous

Dans un tweet publié à la mi-journée, le leader Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a quant à lui fustigé "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux" qui "se sont invités dans le divorce conflictuel d'Adrien et Céline Quatennens", en faisant notamment fuiter l'existence d'une main courante. "Adrien décide de tout prendre sur lui. Je salue sa dignité et son courage. Je lui dis ma confiance et mon affection", a-t-il ajouté.

Affaire Quatennens : Jean-Luc Mélenchon s'explique sur son tweet polémique dans Quelle époque ! (VIDEO)

  Affaire Quatennens : Jean-Luc Mélenchon s'explique sur son tweet polémique dans Quelle époque ! (VIDEO) Pour la grande première de Quelle époque !, Léa Salamé a reçu Jean-Luc Mélenchon. Face à la journaliste, le chef de file LFI a réaffirmé son soutien à son ami, le député Adrien Quatennens, qui a reconnu dans un communiqué avoir giflé sa femme. Plus tôt ce mois-ci, Le Canard enchaîné avait révélé que l’épouse d’Adrien Quatennens a déposé une main courante contre ce dernier pour des faits supposés de violences conjugales. Après ces révélations, le député LFI a reconnu dans un communiqué avoir notamment giflé son épouse par le passé.

La formulation choisie a suscité l'incompréhension de plusieurs alliés de la Nupes, qui ont pointé une condamnation du contexte, et non du geste reconnu par le député. "Ce tweet doit venir d'un autre monde", a réagi la sénatrice écologiste Mélanie Vogel. "Un monde où Adrien Quatennens ne vient pas de publier un communiqué où il reconnaît des violences, y compris des violences physiques à l'encontre de sa femme."

"La réaction de Jean-Luc Mélenchon est lamentable", a abondé Luc Broussy, président du conseil national du PS. "Tout le monde est donc coupable sauf celui qui a mis une gifle à sa femme", s'est-il indigné, y voyant l'"incapacité" de Jean-Luc Mélenchon "à endosser le leadership d'une gauche moderne, humaniste et féministe".

Dans la foulée de ces réactions, Jean-Luc Mélenchon a précisé sa position : "Céline et Adrien sont tous deux mes amis. Mon affection pour lui ne veut pas dire que je suis indifférent à Céline", a-t-il tweeté. "Elle ne souhaitait pas être citée. Mais je le dis : une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien."

Un ton plus personnel adopté aussi par la députée LFI Sophia Chikirou. "Il y a le couple d'amis qu'on aime et qu'on déteste voir se déchirer. Il y a le dirigeant politique, Adrien Quatennens, qu'on admire pour son honnêteté et son abnégation. Laissez-les tranquilles maintenant !"

Sandrine Rousseau appelle le député à se mettre "en retrait de tout"

De son côté, la députée EELV Sandrine Rousseau a appelé Adrien Quatennens à aller plus loin et à se mettre "en retrait de toute parole publique", y compris à l'Assemblée. Invitée de Radio J, elle a déclaré qu'il n'était "pas possible de représenter les hommes et les femmes (…) quand on s'est rendu coupable de tels actes. Il y a maintenant une décision du parti politique à prendre", a ajouté l'élue.

Des propos réitérés sur Twitter : "La justice doit se prononcer et en attendant Adrien Quatennens doit se mettre en retrait de tout." Revenant sur les gestes concédés par Adrien Quatennens, elle a rappelé qu'"il y a les violences physiques et celles qui consistent à prendre le téléphone portable de l'autre. Les violences faites aux femmes prennent de nombreux visages. Aucun n'est acceptable."

Sandrine Rousseau “caricature de ses idées” ? Pourquoi ses adversaires l’apprécient… .
Sandrine Rousseau a beaucoup fait parler d’elle ces derniers temps. Des buzz qui n’ont pas plu à tout le monde, mais qui ont aussi fait “le bonheur” de ses opposants, comme l’a rapporté “Le Parisien”. Faire évoluer les mentalités par des punchlines bien huilées, telle est la stratégie que Sandrine Rousseau a décidé d’adopter. Lors d’un atelier sur le bien-être animal organisé dans le cadre des Journées d’été des écologistes, celle-ci a appelé à “changer les mentalités pour qu’une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité”.

Voir aussi