France: 106 000 réfugiés ukrainiens accueillis en France en 2022 pour un budget de 600 millions d’euros

Au Malawi, les camps de réfugiés surpeuplés suite à l'afflux de Congolais

  Au Malawi, les camps de réfugiés surpeuplés suite à l'afflux de Congolais Au Malawi, le nombre de réfugiés congolais ne cesse d'augmenter. Ils fuient les combats à l'Est de la République Démocratique du Congo. Face à cette situation, le Programme Alimentaire Mondial, le PAM tire la sonnette d'alarme. Le seul camp de réfugiés du pays a une capacité de 10 000 places, mais ils sont cinq fois plus nombreux à s'entasser sur place. À une quarantaine de kilomètres de Lilongwe, la capitale, le camp de Dzaleka abrite 56 000À une quarantaine de kilomètres de Lilongwe, la capitale, le camp de Dzaleka abrite 56 000 réfugiés, dont 62% de Congolais. Ils vivent aux côtés de Burundais, de Rwandais, d'Éthiopiens et de Somaliens.

  106 000 réfugiés ukrainiens accueillis en France en 2022 pour un budget de 600 millions d’euros © Copyright 2022, L'Obs

La France a accueilli environ 106 000 réfugiés ukrainiens depuis l’invasion russe en février, pour un budget estimé à quelque 600 millions d’euros en 2022, selon un rapport publié ce lundi 14 novembre par les députés Stella Dupont et Mathieu Lefèvre (Renaissance).

Dans le document, les parlementaires macronistes regrettent au passage l’absence de « budgétisation » de cet accueil dans le projet de loi de finances pour 2023, même si cette dépense est « imprévisible ».

« Tout repose sur nous » : la grande fatigue des bénévoles qui accueillent des réfugiés ukrainiens

Selon leur rapport, « le nombre de personnes accueillies (majeurs et mineurs) est estimé aux environs de 106 000, soit un contingent proche de l’objectif de 100 000 personnes fixé par le président de la République le 15 mars 2022 ».

pour acheter des maisons pour les réfugiés ukrainiens

 pour acheter des maisons pour les réfugiés ukrainiens Le Conseil Les réfugiés ukrainiens confrontés à l'itinérance dans le Wiltshire sont achetés des maisons pour aider à les éloigner de la rue. Le Conseil Wiltshire a déclaré qu'il utiliserait environ 4 millions de livres sterling de financement gouvernemental pour acheter les propriétés qu'il louerait ensuite aux réfugiés. Il a agi après que cela craignait que certaines personnes qui ont accepté d'accueillir des réfugiés pendant six mois veuillent leur retour.

309 millions d’euros de dépenses d’hébergement

Interrogé par les deux députés, le ministère de l’Intérieur « estime à 579 millions d’euros le montant des dépenses » dédiées en 2022 à l’accueil des réfugiés ukrainiens au sein de la mission budgétaire « immigration, asile et intégration », indiquent-ils.

Ce montant comprend notamment « 309,2 millions d’euros pour l’hébergement, 242,2 millions au titre de l’allocation pour demandeur d’asile et 13,8 millions pour l’accompagnement social ».

Dans le cortège des réfugiés ukrainiens : « Mon fils a dit : “Tu vas le plus loin à l’ouest” »

Les deux parlementaires indiquent que ces 579 millions d’euros « ne résument pas l’effort financier réalisé par la France », puisque s’y ajoutent entre 40 et 60 millions d’euros pour d’autres mesures d’hébergement relevant du budget de la Cohésion des territoires.

Comment fonctionne la « carte bleue » remise aux demandeurs d’asile ?

  Comment fonctionne la « carte bleue » remise aux demandeurs d’asile ? Les demandeurs d’asile peuvent bénéficier, sous conditions, d’une allocation versée grâce à une carte de paiement délivrée par l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Un dispositif qui est souvent l’objet de fantasmes.La carte bleue des migrants,remise par l'office français de l'immigration et de l'intégration sous l'égide du ministère de l'intérieur,créditée jusqu'à 40 euros/jours. pic.twitter.

Ces crédits ne comprennent pas « l’indemnité » de 150 euros par mois « susceptible d’être prochainement versée aux ménages accueillants ou ayant accueilli » des réfugiés ukrainiens.

Des dépenses renouvelées pour 2023

Les dépenses de 579 millions d’euros seront « renouvelées, en totalité ou en partie, en 2023 mais le gouvernement a fait le choix de ne pas inscrire les crédits correspondants dans le projet de loi de finances et de privilégier un financement ultérieur distinct », précisent les corapporteurs, qui auraient préféré qu’un chiffre figure dans le projet de budget 2023.

« C’est si brutal de devenir une réfugiée » : le périple de Yanina et son chat Fidel de Kiev à Munich

Stella Dupont et Mathieu Lefèvre relèvent également que l’accueil des réfugiés ukrainiens a fait changer « l’hébergement citoyen [chez des familles bénévoles] de dimension », avec « la moitié des protégés temporaires qui ne sont pas hébergés dans un dispositif supervisé par l’Etat ».

« Il y a eu une mobilisation hors du commun. L’hébergement citoyen est une solution pour l’avenir, gagnant-gagnant, un outil utile quand il se fait par l’intermédiaire d’associations relais et de professionnels », souligne Stella Dupont auprès de l’AFP.

A propos du budget dédié à l’immigration, les deux députés appellent à la « vigilance » sur « l’instabilité des effectifs » de l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (Ofii), qui organise l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés, en notant « 289 contrats d’une durée inférieure à 12 mois » conclus en 2021.

Ukraine : inquiétudes à la centrale de Zaporijjia, Kherson de nouveau évacuée... .
Le gouvernement a appelé les habitants de Kherson à évacuer la zone dévastée et des millions d'Ukrainiens quittent leur foyer pour survivre à l'hiver, alors qu'une partie du pays est privée d'électricité et de chauffage.

Voir aussi