France: France: rare moment d'unité à l'Assemblée nationale autour de l'IVG

Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam : Première sortie officielle avec l'adorable Balthazar, son portrait craché !

  Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam : Première sortie officielle avec l'adorable Balthazar, son portrait craché ! Maman de deux garçons, Charlotte Casiraghi avait pour le moment tenté de préserver son fils cadet des médias. Pour la première fois, la princesse a décidé d'emmener ses deux fils Raphaël et Balthazar pour un événement très important sur le Rocher : la fête nationale monégasque. Une chose est sûre : ses fils ont été très remarqués ! 1/26 DIAPOSITIVES   Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam : Première sortie officielle avec Balthazar, son portrait craché ! 2/26 DIAPOSITIVES © BestImage, © Dominique Jacovides / Bruno Bebert / Bestimage Raphaël Elmaleh, Charlotte Casiraghi, Dimitri Rassam et leur fils

Des députés du parti de gauche français La France insoumise (LFI) et des membres d'associations pro-avortement célèbrent avec une banderole le fait que l'Assemblée nationale a voté pour ajouter le droit à l'avortement dans la Constitution, ce jeudi 24 novembre 2022 devant le palais Bourbon. © AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT Des députés du parti de gauche français La France insoumise (LFI) et des membres d'associations pro-avortement célèbrent avec une banderole le fait que l'Assemblée nationale a voté pour ajouter le droit à l'avortement dans la Constitution, ce jeudi 24 novembre 2022 devant le palais Bourbon.

Les députés ont réussi jeudi 24 novembre à surmonter les clivages partisans en adoptant une proposition de loi qui permet d'inscrire l'interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. La France insoumise, qui avait profité de sa niche parlementaire pour faire examiner ce texte, et Renaissance notamment ont rangé les armes quelques heures pour faire avancer la cause des femmes.

Accusations contre Adrien Quatennens. Plusieurs élus de gauche se disent contre un retour du député

  Accusations contre Adrien Quatennens. Plusieurs élus de gauche se disent contre un retour du député Alors qu’Adrien Quatennens était réapparu dans l’espace public, de nouvelles accusations portées par son épouse ce mercredi 23 novembre compliquent son éventuel retour à l’Assemblée nationale. De premières voix à gauche se sont exprimées contre un retour. Il souhaitait que l’affaire qui porte son nom soit derrière lui. Pourtant, ces derniers jours, Adrien Quatennens a été visé par de nouvelles accusations et par une convocation judiciaire. Le retour à l’Assemblée envisagé par Adrien Quatennens et par La France Insoumise pourrait donc se révéler bien plus compliqué que prévu.

C'est une niche parlementaire dont on se souviendra à La France insoumise. La présidente du groupe Mathilde Panot ne s'y est pas trompée quand elle a salué un « signal historique », quelques minutes après le vote en faveur de l'inscription de l'IVG dans la Constitution par une large majorité de députés issus de tous les bancs de l'Hémicycle, de la gauche à l'extrême-droite.

Marine Le Pen n'était pas là, mais 39 députés du groupe RN ont dit oui à cette avancée, qui a pu avoir lieu parce qu'un compromis a été trouvé sur l'écriture du texte, notamment avec la majorité.

La majorité qui avait, elle aussi, une proposition de loi sur le sujet dans sa besace. Aurore Bergé, qui la portait, est même revenue de son congé maternité pour annoncer dans l'Hémicycle qu'elle retirait son texte. Une occasion de mettre en scène la volonté d'ouverture et le sens de l'intérêt général de la majorité et du gouvernement autour de ce sujet symbolique.

À partir d'une question a priori très clivante – l'IVG –, les députés ont voulu faire un vote exemplaire dont chaque camp espère tirer un bénéfice politique aux yeux des Français.

►À relire : France : le RN fait volte-face et se dit pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution

Un buste de Simone Veil installé dans les jardins de l’Assemblée nationale .
Simone Veil est morte en 2017 à l’âge de 89 ans. Rescapée d’Auschwitz, elle a notamment été magistrate et plusieurs fois ministre. Un buste de Simone Veil a été inauguré mardi 29 novembre dans les jardins de l’Assemblée nationale, 48 ans après le vote historique de la loi portant son nom, qui autorisa l’interruption volontaire de grossesse (IVG).La sculpture en bronze, entourée symboliquement de rosiers « Marie Curie », a été installée à quelques pas de l’hémicycle où Simone Veil avait défendu son texte en tant que ministre de la Santé, face à l’hostilité brutale de ses adversaires.

Voir aussi