Actualités à la une

France: Sénatoriales 2020 : retrouvez les résultats des élections

Après les municipales, les écologistes vont-ils retrouver un groupe au Sénat?

  Après les municipales, les écologistes vont-ils retrouver un groupe au Sénat? Forts de leurs bons résultats aux élections municipales, les écologistes ont pour objectif de reconstituer un groupe au Sénat, après le scrutin de ce dimanche. Pour les écologistes, avoir un groupe parlementaire est presque un lointain souvenir. C'était l'époque de la présidence Hollande : entre 2012 et 2016 à l'Assemblée nationale, entre 2012 et 2017 au Sénat. Mais les querelles internes, les départs des uns et des autres, ainsi que certains rapprochements avec La République en marche avaient abouti à leur disparition. Il n'y a plus aujourd'hui qu'un seul élu EELV encarté au Parlement, la sénatrice Esther Benbassa.

Dimanche soir sont remis en jeu 172 sièges sur 348. Le ministère de l’intérieur a commencé à diffuser les résultats à partir de 17 h 30.

Près de la moitié des sièges du Sénat étaient à pourvoir, dimanche 27 septembre, dans 58 départements de métropole, un département et quatre collectivités d’outre-mer. En raison de l’épidémie de Covid-19, le renouvellement de six des douze sénateurs représentant les Français établis hors de France a été reporté à septembre 2021.

Qui pour contrôler les prisons ? Depuis deux mois, la « vigie » des lieux de détention se fait attendre

  Qui pour contrôler les prisons ? Depuis deux mois, la « vigie » des lieux de détention se fait attendre Occupé pendant six ans par Adeline Hazan, le poste de Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) n'a toujours pas été pourvu par l'exécutifDeux mois et toujours rien. Depuis le départ d’Adeline Hazan le 17 juillet, le poste de Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) est toujours vacant. Cette autorité administrative indépendante, certes moins connue que le Défenseur des droits ou la Cnil, recouvre pourtant un rôle essentiel en France.

Le scrutin a clos à 17 h 30. Les premiers résultats qui ont commencé à tomber, dans les départements les moins peuplés, font apparaître une prime aux sortants, avec notamment plusieurs LR et centristes, majoritaires au Sénat, réélus dès le premier tour, mais aussi le patron des sénateurs LREM François Patriat et le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne.

Le renouvellement par moitié du Sénat tous les trois ans se joue à l’échelle du département. Cette année sont concernés 172 sièges sur 348, soit les élus de 58 départements de métropole compris entre l’Ain et l’Indre et entre le Bas-Rhin et le Territoire de Belfort, hors Ile-de-France. Outre-mer sont aussi renouvelés les sénateurs de la Guyane et de 4 collectivités (Wallis et Futuna, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Polynésie française). 117 sortants se représentaient.

Sénatoriales : trois questions pour comprendre le scrutin de ce dimanche

  Sénatoriales : trois questions pour comprendre le scrutin de ce dimanche Près de la moitié des sénateurs doivent être renouvelés ce dimanche. Des élections qui seront logiquement un prolongement des municipales : après des mauvais résultats en juin, le groupe des 23 marcheurs risque de ressortir affaibli. Les Français de six circonscriptions se rendront aux urnes, dimanche pour des législatives partielles. Mais cette journée est également marquée par un autre scrutin, non direct celui-là : près de la moitié des sénateurs doivent être renouvelés. Aucun bouleversement n'est à attendre, la droite devant rester majoritaire.

François Patriat et Jean-Baptiste Lemoyne réélus

Parmi les premiers résultats, le président du groupe La République en Marche, François Patriat, menacé en Côte-d’Or par la socialiste Colette Popard, a finalement été confirmé, a-t-il annoncé à l’AFP : « J’ai été élu avec 100 voix d’avance ».

Dans l’Yonne, le secrétaire d’Etat chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a lui aussi été réélu, selon des sources parlementaires. Il ne siégera cependant pas au Sénat tant qu’il reste au gouvernement. Georges Patient (groupe LREM) a été aussi réélu dès le premier tour en Guyane.

Dans la majorité sénatoriale, ont notamment été réélus dès le premier tour les sénateurs LR Rémy Pointereau (Cher), Cédric Perrin dans le Territoire de Belfort, Claude Nougein en Corrèze, Alain Joyandet en Haute-Saône, Jean-Jacques Panunzi en Corse du Sud, Philippe Mouiller dans les Deux-Sèvres, Mathieu Danaud (Ardèche) ou encore Daniel Gremillet dans les Vosges.

Sénatoriales. Les premiers résultats confortent le leadership LR et centristes

  Sénatoriales. Les premiers résultats confortent le leadership LR et centristes Les élections sénatoriales avaient lieu ce dimanche 27 septembre. 172 sièges sur 348 étaient à renouveler. Les premiers résultats tombent actuellement et montrent une prime aux sortants. Clos ! Le scrutin pour les élections sénatoriales s’est achevé à 17h30 ce dimanche 27 septembre. Les premiers résultats, dans les départements les moins peuplés, faisant apparaître une prime aux sortants, avec notamment plusieurs LR et centristes, majoritaires au Sénat, réélus dès le premier tour.Le renouvellement par moitié du Sénat tous les trois ans se joue à l’échelle du département.

Election d’un nationaliste corse, une première

Parmi les centristes réélus : Dominique Vérien (UDI) dans l’Yonne, Philippe Bonnecarrère (Tarn), Bernard Delcros (Cantal), Evelyne Perrot (Aube).

Le président du groupe des Indépendants, Claude Malhuret, est confirmé dans l’Allier, ainsi que Daniel Chasseing en Corrèze et Alain Marc en Aveyron. Avec 6 sièges renouvelables sur 13, le groupe de Claude Malhuret se maintiendrait ainsi à l’étiage (10 élus sont nécessaires pour former un groupe).

A gauche, le PS a annoncé notamment la réélection de Gisèle Jourda (Aude), Nicole Bonnefoy (Charente), Jean-Jacques Lozach (Creuse), Franck Montaugé (Gers) et l’élection de Serge Merillou (Dordogne).

Pour la première fois, un nationaliste corse accède à la Haute Assemblée, Paul Toussaint Parigi, appelé en corse Paulu Santu Parigi et élu en Haute-Corse.

Une surprise du côté des écologistes ?

Les chefs de file des deux grandes composantes de la majorité, Bruno Retailleau (Les Républicains) et Hervé Marseille (centriste) tablent sur le maintien de la configuration politique actuelle.

A gauche, Patrick Kanner, le chef de file des socialistes (35 sièges renouvelables sur 71) vise le maintien. « C’est relativement stable », indiquait dimanche le porte-parole du groupe Rachid Temal. Pour lui, « c’est important qu’on soit le 2e groupe, le seul groupe de gauche capable de porter un recours constitutionnel à nous tout seul s’il le faut », grâce au nombre d’élus.

La surprise annoncée devrait donc venir des écologistes. Avec cinq nouveaux élus, ce qui semble faisable sur le papier, qui s’ajouteraient à un « noyau » de cinq sénateurs déjà en place - les écologistes Esther Benbassa, Guillaume Gontard, Ronan Dantec, Joël Labbé et Sophie Taillé-Polian de Générations - le compte serait bon pour former un groupe.

Madagascar: l'opposition intente un recours auprès de la HCC sur la réforme du Sénat .
A Madagascar, les 19 sénateurs de l’opposition préparent leur contre-offensive face au projet de réduction du nombre de sénateurs de 63 à 18 (dont 6 seront nommés par le président de la République). Ils ont déposé une requête devant la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), pour dénoncer des irrégularités dans la procédure de ratification de trois ordonnances du président de la République. Une requête déclarée recevable mais infondée par les juges ce jeudi. avec notre correspondante à Madagascar, Laure VerneauLes sénateurs ne renoncent pas. Ils attendent encore une autre réponse de la part la Haute Cour Constitutionnelle.

Voir aussi