Monde: Nucléaire iranien: les discussions "se rapprochent" d'un accord (diplomate européen)

Chine : un réacteur nucléaire EPR sous surveillance

  Chine : un réacteur nucléaire EPR sous surveillance Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan sont à ce jour les seuls EPR à être entrés en service dans le monde, en 2018 et 2019.Contactée par l'Agence France-Presse, Framatome a annoncé surveiller « l'évolution d'un des paramètres de fonctionnement ». La centrale « est dans son domaine de fonctionnement et de sûreté autorisé », précise dans une déclaration à l'AFP Framatome qui a participé à la construction de la centrale. Les deux réacteurs de Taishan sont pour l'instant les seuls EPR à être entrés en service dans le monde.

  Nucléaire iranien: les discussions © Fournis par Le Point

Les négociateurs qui tentent de ressusciter l'accord sur le nucléaire iranien "se rapprochent" de l'objectif mais des points d'achoppement demeurent, a déclaré un diplomate européen à l'issue d'une dernière réunion dimanche à Vienne, au lendemain de l'élection de l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi à la présidentielle en Iran.

La Grande-Bretagne, la Chine, l'Allemagne, la France, la Russie et l'Iran ont entamé en avril ces réunions sous l'égide de l'Union européenne, avec une participation indirecte des Etats-Unis, pour tenter de ressusciter l'accord de 2015.

"Nous sommes proches d'un accord mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré à des journalistes Enrique Mora, le diplomate de l'UE.

En Iran, le président est la "façade du régime"

  En Iran, le président est la Les Iraniens se rendent aux urnes le 18 juin pour élire leur nouveau président. Face à la prééminence du Guide suprême et des Gardiens de la révolution, son rôle s’apparente plutôt à celui d’un chef de gouvernement. Décryptage. "Je suis de toutes les élections, j’ai toujours participé, mais cette fois, je ne voterai pas." Jointe par France 24, Shahin*, 42 ans, exprime son amertume et sa lassitude : "Président après président, je vais de déception en déception et la situation économique du pays n'en finit pas de se dégrader.

Selon lui, lors du prochain cycle de négociations, "les délégations arriveront de leurs capitales avec des instructions plus claires, des idées plus claires sur la façon de parvenir finalement à un accord".

M. Mora n'a pas précisé quand les discussions reprendraient, notant que le principal problème continuait d'être de trouver une solution "dans cet équilibre délicat" entre la levée des sanctions américaines sur l'Iran et l'arrêt à la reprise des activités nucléaires de Téhéran.

Selon lui, le prochain round de discussions permettra aussi de donner "une idée plus claire" du "nouvel environnement politique" de l'Iran.


Vidéo: Nucléaire iranien : négociations à Vienne, l'AIEA "inquiète" (Dailymotion)

Le négociateur en chef de l'Iran, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, avait plus tôt indiqué que les participants feraient une pause après la réunion de dimanche et retourneraient dans leurs capitales respectives, mettant fin au sixième round de pourparlers.

Iran: la presse conservatrice salue la victoire de Raïssi

  Iran: la presse conservatrice salue la victoire de Raïssi La presse conservatrice de Téhéran salue dimanche la victoire d'Ebrahim Raïssi à la présidentielle iranienne, accueillie vertement par les deux grands adversaires de la République islamique sur le plan international: Washington et Israël. Chef de l'Autorité judiciaire, M.Raïssi, ultraconservateur âgé de 60 ans, a été proclamé vainqueur samedi de la présidentielle, avec près de 62% des voix. Le scrutin qui s'est tenu vendredi a été marqué par une forte abstention: à 48,8%, le taux de participation est le plus faible enregistré à une présidentielle depuis la proclamation de la République islamique en 1979.

"Nous sommes maintenant plus proches d'un accord que jamais. Mais il n'est pas facile de combler la distance qui nous sépare d'un accord", a-t-il déclaré à la télévision nationale iranienne.

"A ce stade, il est clair quels domaines, quelles actions sont possibles et lesquelles ne le sont pas. Par conséquent, il est temps pour toutes les parties, spécialement nos homologues, de prendre leur décision finale", a-t-il ajouté.

Le responsable iranien n'a pas précisé combien de temps allait durer cette interruption des pourparlers.

L'accord sur le nucléaire a été conclu entre la République islamique et le groupe dit P5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) à Vienne en 2015. Il offre à Téhéran un allègement des sanctions internationales le visant en échange de garanties prouvant que l'Iran ne cherche pas à acquérir l'arme atomique.

Mais la République islamique s'était affranchie progressivement depuis 2019 de ses obligations, en riposte au rétablissement par le président américain de l'époque, Donald Trump, de mesures punitives.

Elle a promis de revenir dans les clous dès que les Etats-Unis du président Joe Biden lèveraient ces sanctions.

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a été proclamé vainqueur samedi de l'élection présidentielle iranienne, et doit succéder au modéré Hassan Rohani en août, héritant d'un pays en proie à une grave crise économique, conséquence des sanctions imposées par Washington.

Bien qu'issu d'un courant politique se caractérisant par l'antiaméricanisme et le rejet de l'Occident, M. Raïssi a rappelé pendant la campagne que la priorité était d'obtenir la levée de ces sanctions pour sortir le pays de l'ornière.

20/06/2021 17:13:15 -          Vienne (AFP) -          © 2021 AFP

Israël fait part aux USA de ses "sérieuses réserves" concernant l'accord sur le nucléaire iranien .
Israël fait part aux USA de ses "sérieuses réserves" concernant l'accord sur le nucléaire iranien © Reuters/POOL ISRAËL FAIT PART AUX USA DE SES "SÉRIEUSES RÉSERVES" CONCERNANT L'ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN ROME (Reuters) - Israël a de "sérieuses réserves" concernant l'a en cours de négociation à Vienne, a déclaré dimanche le nouveau ministre des Affaires étrangères Yair Lapid à son homologue américain, Antony Blinken.

Voir aussi