Monde: Libération conditionnelle du patron de facto de Samsung

Tokyo, épisode 18 : sans l’abri des regards

  Tokyo, épisode 18 : sans l’abri des regards A Tokyo pour les Jeux, notre envoyé spécial raconte l’aventure dans l’aventure. Au dix-huitième jour, un séisme et du public.D’ailleurs, j’apprends que le show de clôture se fera sans filet. «Ils n’ont jamais répété le spectacle en entier dans le stade. Ils font des répétions à l’arrache dans un endroit pas loin [du stade] mais c’est tout. Ils vont passer devant un milliard de téléspectateurs, ils ont pas peur !» me dit-il.

  Libération conditionnelle du patron de facto de Samsung © AFP

L'héritier et patron de facto de Samsung, Lee Jae-yong, est sorti de prison vendredi après avoir bénéficié d'une libération conditionnelle, a constaté l'AFP à Séoul.

"J'ai causé trop de soucis aux gens. Je suis vraiment désolé", a déclaré devant son centre de détention le vice-président de Samsung Electronics, condamné en janvier à deux ans et demi de prison pour corruption.

Sa libération conditionnelle avait été annoncée lundi par le ministre sud-coréen de la Justice qui avait invoqué "la situation économique nationale due à la pandémie prolongée de coronavirus".

Officiellement, Lee Jae-yong - 202e personne la plus riche du monde selon Forbes, avec une fortune s'élevant à 11,4 milliards de dollars - est le vice-président de Samsung Electronics, premier fabricant au monde de smartphones et de puces mémoire.

Alerte rouge sur le climat, un prêtre tué en Vendée, généralisation du pass sanitaire... L’actu de ce lundi

  Alerte rouge sur le climat, un prêtre tué en Vendée, généralisation du pass sanitaire... L’actu de ce lundi L’essentiel de l'actu de ce lundiUn prêtre tué en Vendée, le suspect se rend aux gendarmes. Un prêtre de Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée, a été tué par homme qui s’est présenté en milieu de matinée à une brigade de gendarmerie. Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte. Le suspect, de nationalité rwandaise, avait été placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Nantes, en juillet 2020, qu’il est soupçonné d’avoir déclenché. Du Rassemblement national au parti Les Républicains, de nombreux représentants politiques s’en sont indignés. Notre article.

Mais dans les faits, il est celui qui a repris le flambeau à la tête du conglomérat depuis que son père Lee Kun-hee, l'artisan du décollage mondial du groupe, s'était mis en retrait en raison de problèmes de santé. Le patriarche est décédé en octobre.

Lee Jae-yong, 53 ans, avait été condamné en janvier dans le retentissant scandale de corruption qui avait entraîné la destitution, puis l'incarcération, de l'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye.

Les appels à sa libération anticipée s'étaient multipliés ces derniers mois, émanant à la fois de responsables politiques et de chefs d'entreprise, inquiets des conséquences de la pandémie sur l'économie sud-coréenne, la 12e de la planète.

Cette remise en liberté visait à apaiser les inquiétudes concernant le processus décisionnel au sein de Samsung.

Prêtre tué en Vendée, reconfinement strict en Martinique, Afghanistan... L’actu de ce mardi matin

  Prêtre tué en Vendée, reconfinement strict en Martinique, Afghanistan... L’actu de ce mardi matin Prêtre tué en Vendée, reconfinement strict en Martinique, hausse du nombre de patients en soins critiques L’actu de ce mardi matinEn Martinique, les touristes invités à quitter le territoire. Les autorités ont renforcé lundi les mesures de confinement en Martinique, en proie à un sévère rebond d’épidémie de Covid-19. «Nous allons entrer dans une seconde phase de confinement», a annoncé le préfet du département antillais, Stanislas Cazelles, lundi soir, dix jours après l’instauration d’un confinement partiel assorti d’un couvre-feu nocturne. Les lieux de loisirs, et notamment les plages, seront fermés et les déplacements limités.

Samsung est de loin le plus grand des "chaebols", ces empires industriels familiaux du pays. Son chiffre d'affaires global représente un cinquième du PIB sud-coréen, et est donc crucial pour la santé économique du pays.


Vidéo: Libération conditionnelle du patron de facto de Samsung (AFP)

La "Maison bleue", siège de la présidence, a insisté sur le fait que la libération conditionnelle de Lee était une décision "prise dans l'intérêt national".

"Nous espérons que nos concitoyens peuvent comprendre", a déclaré un fonctionnaire de la Maison bleue aux journalistes.

La Corée du Sud accorde traditionnellement des grâces à cette époque de l'année, alors qu'elle célèbre le Jour de l'Indépendance le 15 août. Le ministère de la Justice a indiqué que cette année, 810 personnes bénéficieront d'une libération conditionnelle.

La décision en faveur de M. Lee a été prise "en fonction de divers facteurs, dont le sentiment de la population et son comportement en prison", avait déclaré lundi le ministre de la Justice.

Emprisonné chef Samsung mis en liberté conditionnelle

 Emprisonné chef Samsung mis en liberté conditionnelle La prison leader de facto du géant groupe Samsung est sorti libre sur parole vendredi, la dernière instance de la longue tradition de la Corée du Sud de libérer les chefs d'entreprise emprisonnés pour corruption ou fraude fiscale pour des raisons économiques.

Selon des médias sud-coréens, Lee Jae-yong a été un "prisonnier modèle", et un changement de règlement entré en vigueur en août permet de réduire la durée de la peine que les prisonniers doivent purger pour avoir droit à la libération conditionnelle.

Accointances troubles

Son incarcération n'a pas nui aux performances du groupe qui a annoncé fin juillet un bond de plus de 70 % de son bénéfice net au deuxième trimestre du fait de la hausse des prix des puces liée à la très forte demande en temps de pandémie.

Interrogé, un porte-parole de Samsung Electronics s'est refusé à tout commentaire sur cette libération conditionnelle.

M. Lee, qui faisait l'objet d'un nouveau procès dans l'affaire à tiroirs qui avait entraîné la destitution en 2017 de l'ex-présidente Park Geun-hye, a été reconnu coupable de corruption et de détournements de fonds.

L'affaire porte sur des millions de dollars que le groupe avait versé à la confidente de l'ombre de l'ex-présidente, Choi Soon-sil. Des pots-de-vin qui étaient selon l'accusation destinés à faciliter la passation de pouvoir à la tête du conglomérat, alors que Lee Kun-hee était alité après une attaque cardiaque en 2014.

La Cour suprême a définitivement confirmé en janvier dernier la condamnation de l'ex-présidente Park à 20 ans de prison.

Ce scandale avait souligné une fois de plus les accointances troubles entre le pouvoir sud-coréen et les grandes familles qui contrôlent les "chaebols", ces conglomérats à l'origine du prodigieux redressement du pays après la Guerre de Corée.

A plusieurs reprises, de grands chefs d'entreprises sud-coréens, condamnés pour corruption ou fraude fiscale, ont bénéficié de réductions de peines ou de grâces présidentielles, à l'image de l'ancien patron de Samsung Lee Kun-hee, condamné deux fois puis gracié en reconnaissance de "sa contribution à l'économie nationale".

13/08/2021 10:08:43 -          Séoul (AFP) -          © 2021 AFP

Saisine du Conseil d’Etat sur le sort des Afghans bloqués sur place, départ du chef de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, mort du scénariste de BD Raoul Cauvin… L’actu de ce vendredi .
L'essentiel de l'actualité de ce vendredi.En Nouvelle-Calédonie, le chef de la gendarmerie condamné pour violences conjugales quitte son poste. Le colonel Eric Steiger «a choisi de demander à être relevé de ses fonctions», a annoncé ce vendredi le ministère de l’Intérieur. Plusieurs dirigeants de l’archipel souhaitaient que le gradé, qui a été condamné par la justice pour avoir commis des violences physiques et psychologiques sur son épouse, soit remplacé. Eric Steiger était arrivé en Nouvelle-Calédonie en août 2020, en qualité de commandant en second de la gendarmerie, avant d’être promu le 8 juillet dernier.

Voir aussi