Actualités à la une

Monde: Affaire Huawei: la dirigeante Meng Wanzhou remise en liberté par la justice canadienne

Huawei exécutif Meng Wanzhou pourrait retourner en Chine après avoir atteint affaire avec DOJ

 Huawei exécutif Meng Wanzhou pourrait retourner en Chine après avoir atteint affaire avec DOJ Meng Wanzhou, un dirigeant du géant des communications chinois Huawei Technologies, pourrait retourner en Chine après avoir atteint un accord avec le ministère de la Justice pour régler des accusations criminelles contre elle, Selon son avocat et une lettre du ministère de la Justice, la presse associée a déclaré. © Don Mackinnon / AFP via Getty Images Huawei CFO Meng Wanzhou a atteint un accord avec le ministère de la Justice des États-Unis, ce qui peut lui permettre de retourner en Chine.

La dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, à la sortie de la Cour suprême de Vancouver, en Colombie-Britannique, le 24 septembre 2021. © AP - DARRYL DYCK La dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, à la sortie de la Cour suprême de Vancouver, en Colombie-Britannique, le 24 septembre 2021.

Une juge de Vancouver a remis en liberté la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, et clôturé la procédure d'extradition, vendredi 24 septembre. La fille du fondateur du géant chinois des télécoms avait été arrêtée fin 2018 et vivait en liberté surveillée au Canada, alors que les États-Unis voulaient la juger notamment pour « fraude bancaire ». Après un accord Washington-Huawei, Meng Wanzhou peut désormais rentrer en Chine.

C'est la fin, pour Meng Wanzhou, d'une escale bien plus longue que prévu au Canada. Le 1er décembre 2018, la directrice financière de Huawei est arrêtée à l'aéroport de Vancouver, à la demande des autorités américaines. Elle est accusée d'avoir menti pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran, de « complot » et de « fraude bancaire ». Son arrestation marque une étape de plus dans les tensions entre les États-Unis et la Chine, symbolisées notamment par la défiance américaine à l'égard du géant Huawei.

ARRESTATIONS, CAMÉRATION ET BATTES DE LA COUR - Le cas de Meng Wanzhou

 ARRESTATIONS, CAMÉRATION ET BATTES DE LA COUR - Le cas de Meng Wanzhou L'arrestation de 2018 à Vancouver de Huawei directeur financier Meng Wanzhou sur un mandat américain, suivie de la détention de deux Canadiens de la Chine, a suscité un différend sans précédent entre Beijing et Ottawa.

Depuis, la justice canadienne a refusé à plusieurs reprises des demandes de remise en liberté de Meng Wanzhou, en dépit des avertissements de Pékin à Ottawa. Mais la situation s'est débloquée ce vendredi 24 septembre, quand un accord a été trouvé entre les États-Unis et la Chine. Un tribunal de New York a entériné l'entente entre les autorités américaines et Huawei : Meng Wanzhou retrouverait sa liberté tandis que les poursuites engagées contre elles seraient « reportées » jusqu'au 1er décembre 2022.

À l'issue d'une courte audience devant la Cour suprême de Colombie-Britannique vendredi, en présence de la directrice financière, la juge Heather Holmes a « signé l'ordre de remise en liberté ». Meng Wanzhou peut désormais rentrer en Chine. Elle a tenu un point presse rapide après l'audience et en a profité pour remercier la juge et tous ses soutiens : « Au cours des trois dernières années, ma vie a été bouleversée. C'était une période perturbante en tant que mère, femme et cadre d'entreprise. »

(Avec AFP)

Affaire Huawei: des otages, trois libérations et des relations toujours tendues entre la Chine et les États-Unis .
Il serait hasardeux d'affirmer que le retour en Chine de Meng Wanzhou va contribuer à améliorer véritablement les relations des États-Unis et du Canada avec la Chine. Celle qui, à 49 ans, est directrice financière de la société de téléphonie Huawei –et qui est la fille de Ren Zhengfei, le fondateur et le PDG de cette vaste entreprise chinoise– était assignée à résidence à Vancouver par les autorités canadiennes depuis le 1er décembre 2018. Elle a pu quitter le Canada dans la soirée du vendredi 24 septembre 2021. Aussitôt, deux Canadiens, qui avaient été emprisonnés à Pékin à la suite de l'arrestation de Meng Wanzhou, ont pu rentrer à Ottawa.

Voir aussi