Actualités à la une

Monde: Emmanuel Macron veut régler la crise entre Beyrouth et Ryad en visite en Arabie saoudite

LEAD 1-Liban-Le ministre ayant critiqué l'Arabie saoudite va démissionner

  LEAD 1-Liban-Le ministre ayant critiqué l'Arabie saoudite va démissionner LIBAN-CRISE/ARABIE SAOUDITE (LEAD 1):LEAD 1-Liban-Le ministre ayant critiqué l'Arabie saoudite va démissionner (Actualisé avec déclaration de Kordahi) 2 décembre (Reuters) - Le ministre libanais de l'Information, George Kordahi, a confirmé qu'il allait démissionner vendredi afin de faciliter une éventuelle sortie de crise diplomatique entre Beyrouth et Ryad provoquée par des commentaires qu'il a effectués sur l'intervention militaire de l'Arabie saoudite au Yémen.

Le président français a appelé le Premier ministre libanais, Najib Mikati, en compagnie du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane

Emmanuel Macron en Arabie saoudite le 4 décembre 2021 © Bandar Aljaloud/AP/SIPA Emmanuel Macron en Arabie saoudite le 4 décembre 2021 DIPLOMATIE - Le président français a appelé le Premier ministre libanais, Najib Mikati, en compagnie du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane

Le président français et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane ont appelé ensemble au téléphone samedi le Premier ministre libanais, Najib Mikati, pour trouver une solution à la crise entre Beyrouth et Ryad, a déclaré Emmanuel Macron à Jeddah.

Liban: le ministre de l’Information démissionne pour régler la crise avec l’Arabie saoudite

  Liban: le ministre de l’Information démissionne pour régler la crise avec l’Arabie saoudite Le ministre libanais de l'Information a annoncé, vendredi 3 décembre, sa démission un mois après des propos critiquant la guerre du Yémen ayant provoqué une crise diplomatique avec l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe. Georges Kordahi a dit espérer que sa décision permettra d’éviter des représailles contre les Libanais travaillant dans les monarchies du Golfe. Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh Le désormais ex-ministreAvec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

« L’Arabie saoudite et la France veulent s’engager pleinement » en vue d’un « réengagement de la relation » entre les deux pays après une grave crise diplomatique, a déclaré le chef de l’Etat devant la presse avant de quitter la ville sur la côte ouest de l’Arabie saoudite. « Notre volonté est aussi que le gouvernement (libanais) puisse travailler de manière normale, et se réunir au plus vite, et mener les réformes utiles », a-t-il ajouté, précisant qu’il appellerait dimanche le président libanais Michel Aoun.


Vidéo: Hauts-de-France: Emmanuel Macron en déplacement dans le Nord (BFMTV)

Une crise qui dure

La crise économique au Liban a été aggravée depuis plusieurs semaine par la brouille diplomatique ouverte avec plusieurs Etats du Golfe. Ryad a rappelé fin octobre son ambassadeur à Beyrouth et expulsé l’ambassadeur libanais à la suite de propos du ministre de l’Information Georges Kordahi critiquant l’intervention militaire menée par le royaume saoudien à la tête d’une coalition au Yémen et défendant les rebelles Houthis pro-iraniens dans ce pays.

Emmanuel Macron invoque la « stabilité » dans le Golfe pour sa rencontre avec Mohamed ben Salmane

  Emmanuel Macron invoque la « stabilité » dans le Golfe pour sa rencontre avec Mohamed ben Salmane Le chef de l’État poursuit son déplacement dans les pays du Golfe, ce samedi 4 décembre. Après le Qatar, Emmanuel Macron fait escale en Arabie Saoudite où il doit rencontrer le prince héritier Mohamed ben Salmane. Rencontre qui fait polémique, en raison notamment des accusations à l’encontre de « MBS » pour son rôle joué dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. Le président français Emmanuel Macron doit rencontrer samedi 4 décembre à Jeddah, sur la côte ouest de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort du royaume, pour veiller à la « stabilité » dans le Golfe et discuter notamment de la situation au Liban.

Georges Kordahi a depuis annoncé sa démission vendredi. Ryad a également interdit les importations du Liban, et trois autres pays du Golfe (Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Koweït) ont pris des mesures de rétorsion à l’égard de Beyrouth.

Paris et Ryad vont « travailler ensemble, soutenir les réformes, permettre au pays de sortir de la crise et préserver sa souveraineté », a encore souligné un peu plus tard sur Twitter Emmanuel Macron.

Assassinat de Khashoggi: l'Arabie saoudite dément que l'homme arrêté en France ait un lien avec l'affaire .
Imbroglio autour d'un ressortissant saoudien arrêté en France: l'ambassade d'Arabie saoudite à Paris a demandé mardi soir sa "libération immédiate","Le citoyen en question n'a aucun lien avec l'affaire", a tweeté l'ambassade, ajoutant que les "coupables du meurtre" ont déjà été jugés en Arabie saoudite et y "purgent" leur peine.

Voir aussi