Actualités à la une

Monde: L'opposition rejette les résultats des élections de Gambie à mesure que le président proches de la Victory

Crimes de l’ère Jammeh : la justice arrive (enfin) en Gambie

  Crimes de l’ère Jammeh : la justice arrive (enfin) en Gambie RAPPORT. Très attendues, les recommandations de la Commission vérité, réconciliation et réparations sont l'occasion de faire la lumière sur une page sombre de l'histoire du pays.À LIRE AUSSIGambie ? Fatu Camara : « Le pays a besoin d'une psychothérapie nationale »

Les candidats à l'opposition rejetent les résultats des élections de Gambie, le président titulaire près de la victoire, soulignant les retards de compter les votes.

Opposition rejects Gambia's election results as president nears victory © Presse associée / Léo Correa L'opposition rejette les résultats des élections de Gambie, à proximité de la Victory

"Nous sommes préoccupés par le fait qu'il y ait eu un retard démesuré dans l'annonce des résultats", des candidats ousainou Darbo, Mama Kandeh et Essa Mbye Faal ont écrit dans une déclaration Dimanche, selon Reuters .

"Un certain nombre de problèmes ont été soulevés par nos agents de parti et leurs représentants dans les bureaux de vote", a-ils ajouté. Le président de Gambie, Adama Butrow, a dirigé les sondages de dimanche avec environ 54% du vote de 50 sur 53 circonscriptions, selon Reuters.

Présidentielle en Gambie: «C’est l’élection la plus importante de notre histoire»

  Présidentielle en Gambie: «C’est l’élection la plus importante de notre histoire» Ce samedi 4 décembre en Gambie, plus de 960 000 électeurs sont appelés à élire leur nouveau président. Un scrutin test pour la démocratie de ce pays d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le Sénégal. Il y a cinq ans, en effet, le président Yahya Jammeh avait été battu dans les urnes par Adama Barrow, véritable surprise électorale qui avait mis fin à un régime qualifié de dictatorial. Cette fois-ci, six candidats briguent la magistrature suprême et la campagne a été inédite pour le pays. De notre envoyée spéciale à Banjul,Ce jeudi à Banjul, c’est une véritable démonstration de force à laquelle on assiste avec les derniers meetings des candidats, les « méga rally ».

Le pays a tenu ses élections samedi, marquant la première fois en 27 ans que Gambiens a voté dans une course dans laquelle l'ancien président Yahya Jammeh n'était pas sur le bulletin de vote, a noté Reuters.

Jammeh vit en exil en Guinée équatoriale après avoir refusé d'accepter une perte électorale à Barrow en 2016, selon Reuters. Son mandat de 22 ans dans le leadership de Gambie aurait été marqué par des meurtres et la torture d'adversaires politiques.

L'ancien président aurait tenté de basculer l'échelle de la race de samedi en encourageant les partisans par le biais de discours téléphonés pour soutenir une coalition de l'opposition. Ces discours ont ensuite été transmis lors de rassemblements de campagne.

Plus tôt dimanche, des représentants de tous les partis de l'opposition auraient été signés sur les lancers des électeurs pour l'élection qui avait déjà été lu à la Commission électorale, mais ils ont ensuite publié une déclaration plus tard dans la journée s'opposant aux résultats.

Darboe, qui s'est inscrit à la déclaration s'opposant aux résultats, a été le plus proche de la Buyrow dans le compte rendu, a noté Reuters.

La pandémie de Covid-19 a dominé le premier mandat de Barrow, qui avait un effet défavorable sur une économie dépend du tourisme et de la vente de cacahuètes et de poissons, selon le fil d'actualités.

Gambie: Adama Barrow reste au pouvoir, mais face à la contestation de l'opposition .
En Gambie, Adama Barrow déclaré vainqueur de l’élection présidentielle. D’après les chiffres de la commission électorale, le président sortant l’a emporté avec plus de 53% des voix. C'est une large victoire pour celui qui était arrivé au pouvoir à la surprise générale il y a cinq ans, après 22 ans de pouvoir autoritaire de Yahia Jammeh. En boubou blanc, du haut d’une tribune, devant ses partisans dimanche soir, Adama Barrow a le sourire et le poing levé en signe de victoire. Le président est confiant. Lors de son élection en 2016, il était pourtant « timide, humble, très modeste » se souvient Abdoulaye Saine, professeur en sciences politiques.

Voir aussi