Actualités à la une

Monde: Guinée : l’ancien président Alpha Condé s’envole pour des soins à Abou Dhabi

objectif de football-greallel donne une victoire ivoire 1-0 victoire sur l'équatorial Guinée

 objectif de football-greallel donne une victoire ivoire 1-0 victoire sur l'équatorial Guinée Douala, Cameroun (Reuters) -Max-Alain Gradel Le but était suffisant pour sécuriser la Côte d'Ivoire une victoire de 1-0 sur la Guinée équatoriale de la Coupe Afrique de Nations mercredi mercredi, mais les ménés ne prouvaient aucun poussoir dans la rencontre du groupe E.

Le chef de l’Etat déchu le 5 septembre 2021 est parti lundi se faire soigner aux Emirats arabes unis. La junte lui autorise un séjour d’un mois.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Maintenu sous bonne garde depuis le coup d’Etat militaire qui l’a déposé, le 5 septembre 2021, l’ancien président Alpha Condé, âgé de 83 ans, s’est envolé lundi 17 janvier à destination d’Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, pour y subir des examens médicaux.

Abou Dhabi : une explosion et des incendies «probablement» dus à des drones

  Abou Dhabi : une explosion et des incendies «probablement» dus à des drones Abou Dhabi : une explosion et des incendies «probablement» dus à des drones

Le colonel Mamady Doumbouya, putschiste en chef à la tête de ses forces spéciales, devenu président de la transition, avait donné son feu vert il y a deux semaines en présentant ses vœux au corps diplomatique. « A titre humanitaire, j’ai accédé à la demande de soins médicaux à l’étranger pour l’ancien président Alpha Condé. Il ira dans un pays de son choix dans les prochains jours. Je profite donc de cet instant pour saluer les pays amis qui ont œuvré à cela », avait-il annoncé.

Guinée : les putschistes s’accrochent au pouvoir

Cet assouplissement de ses conditions de vie était une des exigences formulées par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). « L’ancien président Alpha Condé est autorisé à aller se faire consulter à l’extérieur pour une période d’un mois », avait ensuite précisé un communiqué du gouvernement lu à la télévision publique.

LEAD 1-Attaque de drones près de l'aéroport d'Abou Dhabi, les Houthis revendiquent

  LEAD 1-Attaque de drones près de l'aéroport d'Abou Dhabi, les Houthis revendiquent EMIRATS-SECURITE/YEMEN (LEAD 1, PHOTO):LEAD 1-Attaque de drones près de l'aéroport d'Abou Dhabi, les Houthis revendiquent (Ajoute déclarations de Jean-Yves Le Drian) DUBAI, 17 janvier (Reuters) - Trois camions-citernes transportant du carburant ont été détruits par des drones lundi près de l'aéroport d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, une attaque revendiquée par le mouvement yéménite Houthi qui a fait selon les autorités émiraties trois morts et six blessés. D'après l'agence de presse émiratie WAM, qui cite la police, les trois victimes sont deux ouvriers de nationalité indienne et un Pakistanais.

Quelque temps auparavant, l’organisation sous-régionale avait eu partiellement gain de cause sur la « libération » de l’ancien président (2010-2021) maintenu au secret dans un palais de Conakry depuis sa chute. Fin novembre, il avait été transféré dans la maison de son épouse Hadja Djénè Kaba Condé, dans le quartier résidentiel de Dixinn. La Guinée demeure suspendue des instances de la Cédéao et les membres de la junte ainsi que leur famille sont toujours placées sous sanctions individuelles (gel des avoirs financiers et interdiction de voyages).

Quasiment coupé du monde

« Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), [la junte qui a pris la direction du pays] continuera à assurer à l’ancien chef de l’Etat un traitement digne de son rang, et ceci sans aucune pression nationale et internationale », précisaient alors les nouvelles autorités guinéennes.

Yémen : raids de la coalition saoudienne à Sanaa après l'attaque des Houthis aux Émirats

  Yémen : raids de la coalition saoudienne à Sanaa après l'attaque des Houthis aux Émirats En riposte à l'attaque perpétrée lundi sur le sol émirati et revendiquée par les Houthis, la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite a effectué dans la soirée des raids aériens sur Sanaa, la capitale yéménite aux mains des Houthis, selon l'agence officielle de presse saoudienne. Plus tôt dans la journée, une explosion de camions-citernes transportant du carburant avait fait trois morts et six blessés à Abu Dhabi, capitale des Émirats arabes unis.

Les diplomates ou chefs de l’Etat de la région qui avaient pu rencontrer le président déchu avaient pu s’assurer, à plusieurs reprises, que ce dernier n’était pas maltraité. Il était toutefois quasiment coupé du monde – à l’exception de la présence de son cuisinier et majordome togolais et des visites quotidiennes de son médecin –, et privé de ses téléphones portables.

Alpha Condé ou la chute d’un président aveuglé en Guinée

Plusieurs pays étaient prêts à accueillir Alpha Condé, parmi lesquels la Turquie et le Qatar. Alpha Condé a finalement choisi Abou Dhabi. « Les Emirats arabes unis ont toujours entretenu de bonnes relations avec lui et la Guinée », souligne un diplomate guinéen. En août 2021, six accords avaient été signés entre les deux parties portant sur le transport aérien, les mines et les infrastructures.

Le groupe Abu Dhabi Ports assure également la gestion du terminal de conteneurs de Kamsar, port minier situé à 250 kilomètres au nord de Conakry. « C’est sans doute une garantie pour le retour de l’ancien président. Les Emiratis, avance une source diplomatique, ont des intérêts à défendre et n’ont aucun intérêt à se brouiller avec les nouvelles autorités. »

Riposte meurtrière au Yémen après l’attaque d’Abou Dhabi

  Riposte meurtrière au Yémen après l’attaque d’Abou Dhabi Des raids aériens de la coalition menée par l’Arabie Saoudite, en réponse aux frappes houthies réalisées lundi dans les Emirats arabes unis, ont fait au moins 14 morts à Sanaa. Une escalade dans la guerre qui dure depuis 2015.«Des opérations aériennes de la coalition ont commencé pour vingt-quatre heures sur Sanaa», a annoncé l’agence de presse saoudienne en lançant les premiers raids menés par des chasseurs F-15 et F-16 (de fabrication américaine). Il s’agit de «répondre à la menace et de neutraliser sa source», a indiqué un communiqué de la coalition, qui a invité en outre les habitants de Sanaa à s’éloigner des camps militaires et des quartiers généraux des milices houthis.

Pas de « chasse aux sorcières »

Ces dernières ne sont pas décidées à laisser l’ancien président s’évanouir dans la nature. « Il dispose de réseaux et d’une certaine capacité de nuisance », confie un conseiller ministériel guinéen. « La Cédéao s’est engagée à ce qu’il rentre à Conakry une fois ses examens complétés », ajoute cette source. Le CNRD veut bien le laisser partir temporairement mais compte bien l’avoir toujours sous la main. Une décision de la justice guinéenne, prise trois jours avant son départ pour Abou Dhabi, indique ainsi que l’ancien président pourrait bien être jugé, un jour.

Peu après son coup de force, le colonel Doumbouya avait assuré qu’il n’y aurait pas de « chasse aux sorcières » mais que la justice serait la « boussole » du pays. Vendredi 14 janvier, le procureur général près la cour d’appel de Conakry, Alphonse Charles Wright, a instruit les procureurs sous son autorité « d’engager sans délai ou faire engager les poursuites judiciaires ou de saisir les juridictions compétentes autour des faits présumés commis pendant la période allant de 2010 à 2020 ».

Guinée : des organisations de la société civile proposent une transition de vingt-quatre mois

Période durant laquelle Alpha Condé était aux affaires. Le procureur général cite parmi les faits sur lesquels enquêter les meurtres, les disparitions forcées, les arrestations ou les enlèvements par des agents de l’Etat, les actes de torture et les atteintes aux libertés individuelles…

La répression s’était intensifiée durant les derniers mois du régime d’Alpha Condé au fur et à mesure que se précisait son intention – initialement anticonstitutionnelle – de briguer un troisième mandat présidentiel malgré une forte contestation populaire. Plusieurs dizaines de personnes étaient tombées sous les balles des forces de l’ordre.

Mali, Guinée, Burkina Faso... la tentation du coup d’État en Afrique de l’Ouest .
Depuis le coup d’État au Mali en août 2020, deux autres pays d'Afrique de l’Ouest, la Guinée et le Burkina Faso, sont tombés aux mains des militaires, malgré les condamnations et sanctions par les organisations régionales. Comment expliquer ce phénomène de contagion ? Décryptage. Des militaires décidés assumer leurs "responsabilités devant l’histoire". Lundi 24 janvier, après une journée d’incertitudes laissant place à de nombreuses rumeurs, un groupe d’officiers du Burkina Faso a confirmé avoir "mis fin au pouvoir" du président Roch Marc Christian Kaboré lors d’une allocution à la télévision nationale.

Voir aussi